nestor burma

  • Chantage et cambriolage ne font pas toujours bon ménage !

    Paris, été 1955. Burma est engagé simultanément par deux clients résidant dans le 14e arrondissement. L'un, Ferrand, un ancien compagnon de captivité pendant la guerre, demande l'aide du détective pour une histoire de cambriolages en série.
    L'autre, un riche bourgeois du nom de Gaudebert, veut découvrir qui s'amuse à le faire chanter. À première vue, rien de commun à ces deux affaires. Pourtant, il n'y a pas de hasard et Dynamite Burma va vite découvrir qu'elles sont en fait liées toutes les deux à la tristement célèbre bande des Rats de Montsouris, un gang de cambrioleurs spécialisés dans les caves parisiennes.

  • Paris, 1956. La nuit, sur le pont de Tolbiac, un homme rôde. Dans son regard, la folie... Pendant ce temps, Nestor Burma, détective privé réputé pour mettre le mystère K.O., enquête sur la mort d'un vieux chiffonnier. Et se retrouve plongé dans ses souvenirs de jeunesse. Il se revoit vingt ans plus tôt, en jeune anarchiste usant ses semelles sur les trottoirs du 13e arrondissement... Publié en 1981 dans le magazine A suivre, Brouillard au pont de Tolbiac est la première adaptation par Tardi d'un roman noir de la série Les Nouveaux Mystères de Paris, écrite par Léo Malet. C'est l'occasion pour le dessinateur d'arpenter Paris en tous sens avant de recréer avec brio l'ambiance urbaine de la capitale d'après guerre. Pavés luisants, odeurs de macadam mouillé et architectures de métal : le graphisme de Tardi, avec son noir et blanc rehaussé d'aplats gris, n'a pas d'équivalent pour traduire en images l'atmosphère de la ville. Un polar sombre et fascinant marqué par la fatalité.

  • Dynamite Burma dans les coulisses du 7e art.
    Années 50, Burma sort à peine d'une mission bien agréable, puisqu'il servait de garde du corps à une starlette de cinéma dont, bien sûr, il est tombé amoureux. Désoeuvré, il prolonge son séjour dans l'hôtel des Champs-Élysées où résidait sa cliente et traîne à quelques avant-premières, invité par son pote Covet, journaliste au Crépuscule. Aussi, lorsqu'une actrice sur le retour est trouvée morte d'une overdose, est-il aux premières loges pour mettre son nez dans les affaires louches du show-business.

  • Où nous retrouvons celui qui met le mystère KO, le détective de choc Nestor Burma né en 1943 sous la plume de Léo Malet. Fondateur de l'agence Fiat Lux, Nestor Burma arpente Paris dans tous les sens pour sauver du désarroi de charmantes jeunes filles aux intentions pas toujours louables. Il a la réputation de travailler en solo, garde le silence sur ses clients, n'est pas très aimé de la police et prend souvent des coups sur la tête. L'aventure commence gare de Lyon. Lassé d'attendre Hélène, sa fidèle secrétaire, Burma décide de suivre une belle brune qui l'entraîne à la foire du Trône. Où, toujours suivant la belle brune, il monte derrière elle dans le grand huit. Où un inconnu essaie de le balancer dans le vide. Où c'est l'agresseur qui tombe dans le vide et Nestor Burma qui tombe dans les pommes. Où les flics qui s'en mêlent soupçonnent le détective de faire son travail de détective en filant le mort avant qu'il soit mort. Où Nestor Burma décide de s'occuper de l'affaire - savoir pourquoi on a voulu le tuer - et où il découvre qu'une certaine Geneviève Lissert a, elle aussi, été poussée du grand huit et s'en est remise aigrie et paralysée. Après "Brouillard au pont de Tolbiac" et "120 rue de la Gare", Tardi poursuit l'adaptation des "Nouveaux mystères de Paris" avec sa sensibilité, sa vision du Paris des années 50, et nous entraîne dans un tourbillon infernal. Tournez, manèges !

  • Paris, octobre 1956. Un certain Auguste Colin, alias «Nikolson» et artiste de son état, débarque chez Nestor Burma, le célèbre détective. Il veut voir Hélène, la secrétaire de Nestor. C'est un ami du père d'Hélène, et il a besoin d'argent. Burma et Hélène se rendent chez Colin pour constater que ce dernier a disparu... Parti brusquement en tournée, dit-il dans un mot d'excuses adressé à Hélène... Dans la foulée, Nestor Burma se rend chez Mado Souldre, Agent Artistique, qui lui demande d'enquêter sur Gil Andrea pour «lui éviter des ennuis». Depuis quelque temps en effet, Andrea n'est plus le même. L'enquête amène Nestor et Hélène au club des admiratrices d'Andrea où Hélène fera la rencontre de Gigi, une des nombreuses cinglées qui cherchent à séduire leur vedette préférée. Gigi lui apprend le décès de Janine Dolmet, 18 ans; gravement amoureuse de Gil Andrea, elle s'est jetée par la fenêtre... «Et voilà le premier cadavre», constate Nestor. L'enquête suit son cours et Burma rencontre Lécuyer, un musicien-parolier qui en a gros sur la patate et une dent longue comme ça contre Gil Andrea, qu'il traite de tous les noms... Autre piste à suivre, celle de Goret, l'impresario louche entre les mains duquel tombent toutes les malheureuses fans qui rêvent d'un duo avec Andrea... Du pur Burma, du pur Malet... et du pur Tardi. Toujours autant de gouaille, une atmosphère authentique parfaitement recréée par Tardi, fidèle «adepte» de Nestor Burma. Les afficionados se souviendront que M'as-tu vu en cadavre ? a été porté à l'écran en 1982, avec Michel Serrault dans le rôle de notre détective-fétiche.

  • Nestor Burma sous l'occupation, à la recherche de lingots d'or pour les beaux yeux d'une femme fatale.

  • Avec des planches en couleur !

    En cette fin de printemps, Nestor Burma et sa secrétaire Hélène Chatelain reçoivent la visite d'un diamantaire du 9e arrondissement qui les envoie sur les traces d'un restaurant chinois et de son propriétaire, l'énigmatique Tchang-Pou. Le mystère s'épaissit lorsque Burma découvre sur place les cartes de visite d'un ancien lupanar de Shanghai où sévissaient des prostituées russes et, dans une armoire, ce qui ressemble fort au cadavre d'une femme blonde... Mais tout bascule carrément lorsque le diamantaire est retrouvé mort dans son bureau. Deux macchabées coup sur coup, ça fait beaucoup, même pour Dynamite Burma.
    Soupçonnant tout à la fois un chantage, une affaire de moeurs et un trafic de diamants, Nestor Burma intensifie ses recherches, qui le mettront bientôt sur la piste de la maison Natacha, une entreprise de lingerie de luxe tenue par deux immigrées russes...

  • Burma explore « le ventre de la capitale », les mythiques halles de Paris.

    Janvier 1954, dans le « ventre » de Paris, le mythique quartier des Halles. Nestor Burma recherche un de ses clients réguliers, monté à Paris pour une bonne java - ce que sa femme n'apprécie que très modérément. Mais ce qui devait être une simple enquête de routine tourne bientôt au vinaigre avec la découverte d'un premier cadavre.
    Une enquête du détective de choc dans le premier arrondissement de la capitale.

  • Burma le savait, il n'aurait jamais dû accepter cette enquête. Même si sa cliente est charmante, il ne pourra rien faire pour l'aider. Une fois n'est pas coutume, Nestor est même d'accord avec la police : le fiancé de la belle, jeune étudiant en médecine apparemment sans histoire,s'est bel et bien suicidé!
    Mais l'instinct infaillible de notre détective de choc ne le trompe jamais, il y a forcément quelque chose de louche dans ce drame. Et ce n'est pas la faune du quartier latin, entre bar à strip, fumerie d'opium et maître chanteur, qui le feront changer d'avis.

  • Mars 1959. Nestor Burma a rendez-vous dans les beaux quartiers de l'ouest parisien. Mais quand il se présente au domicile de sa future cliente, c'est pour la découvrir tout refroidie, ainsi que son mari. Un double suicide, du moins en apparence.

    Une enquête du détective de choc dans le dix-septième arrondissement de Paris.

  • Paris, été 1957. Nestor Burma enquête pour le compte d'un client dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés. Manière pour le détective de nouer quelques connaissances parmi les cercles artistiques et intellectuels qui semblent avoir élu domicile dans ce secteur de Paris : écrivains, critiques, musiciens. C'est sur les traces de l'un deux, justement, que Burma est lancé : Charlie Mac Gee, batteur de jazz talentueux, et sans doute aux prises, aussi, avec les milieux de la drogue et de la délinquance qui gravitent autour de ce genre d'artiste. Avec le concours de Marcelle, compagne de circonstance, Burma parvient finalement à loger son client, dans un hôtel de la rive gauche. Il n'y a qu'un seul ennui :il est mort...

  • En cette fin de printemps, Nestor Burma et sa secrétaire Hélène Chatelain reçoivent la visite d'un diamantaire du 9e arrondissement, Omer Goldy, qui les envoie sur les traces d'un restaurant chinois de la rue de la Grange-Batelière et de son propriétaire, l'énigmatique Tchang-Pou. Le mystère s'épaissit lorsque Burma découvre sur place les cartes de visite d'un ancien lupanar de Shanghai où sévissaient des prostituées russes et, dans une armoire, ce qui ressemble fort au cadavre d'une femme blonde et nue. Mais tout bascule carrément lorsque le diamantaire, est retrouvé mort dans son bureau. Deux macchabées presque coup sur coup. Soupçonnant tout à la fois un chantage, une affaire de moeurs, un trafic de diamants et dieu sait encore quelles turpitudes, Nestor Burma intensifie ses recherches, qui le mettront bientôt sur la piste de la maison Natacha, une entreprise de lingerie de luxe tenue par deux immigrées russes.
    Le roman de Léo Malet Boulevard. ossements, vingt-deuxième titre de la série Nestor Burma, a initialement paru en 1957, Nicolas Barral, dessinateur nouveau venu dans cet univers, en livre une interprétation fidèle à l'esprit de la série et du personnage. sans s'interdire un zeste d'humour qui pimente agréablement cette nouvelle enquête du « détective qui met le mystère K.O. »

  • Pour la première fois réunis en un seul volume, les 4 titres originels signés Tardi.

    Brouillard au pont de Tolbiac, 120 rue de la Gare, M'as-tu vu en cadavre ?, Casse-pipe à La Nation. Les débuts d'une série mythique de la BD, par un auteur au sommet de son art. Des albums devenus cultes pour tous les amateurs de BD, réunis dans un luxueux objet collector au tirage limité à 2 000 exemplaires. Léo Malet a confié, avant de mourir, le soin à Tardi de continuer à faire vivre son personnage fétiche, le détective qui met le mystère K.O., Dynamite Burma !

  • Années 50, Burma sort à peine d'une mission bien agréable, puisqu'il servait de garde du corps à une starlette de cinéma dont, bien sûr, il est tombé amoureux. Désoeuvré, il prolonge son séjour dans l'hôtel des Champs Élysées où résidait sa cliente et traîne à quelques avant-premières, invité par son pote Covet, journaliste au Crépuscule. Aussi, lorsqu'une actrice sur le retour est trouvée morte d'une overdose, il est aux premières loges pour mettre son nez dans les affaires louches du show-business.

  • Le journal de publication en trois numéros de l'album éponyme à paraître le 25 octobre 2017.
    Aux côtés des planches du nouvel album dessiné par Emmanuel Moynot, le sommaire de ce journal propose :
    - Un reportage sociologique sur les comportements de l'époque de Nestor Burma.
    - Un article sur l'actualité culturelle cinématographique de l'époque de Nestor Burma.
    - Des réclames.
    - Des petites annonces décalées et très drôles.

  • Nestor Burma s'aventure dans les coulisses du septième art !
    Années 50, Burma sort à peine d'une mission bien agréable, puisqu'il servait de garde du corps à une starlette de cinéma dont, bien sûr, il est tombé amoureux. Désoeuvré, il prolonge son séjour dans l'hôtel des Champs Elysées où résidait sa cliente et traîne à quelques avant-premières, invité par son pote Covet, journaliste au Crépuscule. Aussi, lorsqu'une actrice sur le retour est trouvée morte d'une overdose, il est aux premières loges pour mettre son nez dans les affaires louches du show-business.

  • Nestor Burma vient d'achever sa mission de garde du corps auprès d'une vedette de cinéma dont il s'est amouraché. Désoeuvré, il traîne dans un hôtel des Champs-Elysées et assiste à des avant-premières en compagnie du journaliste Covet. Il reprend du service quand une actrice est retrouvée morte d'une overdose. Prépublication en quatre parties.

  • Le faubourg Saint-Martin, berceau des refrains populaires est le cadre de cette aventure. Les cabots sans engagement du café Batifol y croisent les impresarii douteux. Les frasques des chanteurs de charme en plein succès et de leurs admiratrices font jaser. Nestor Burma va devoir prouver une fois de plus qu'il connaît la musique.

  • Des Halles à un palace de la rue Castiglione, en passant par une oiselerie du quai de la Mégisserie, Nestor Burma tente de percer le mystère du vol d'un Raphaël au Louvre, et de déterminer le rôle exact joué dans cette affaire par la belle Geneviève.

  • Le journal de publication en trois numéros de l'album éponyme à paraître le 21 septembre 2016. Aux côtés des planches du nouvel album dessiné par Emmanuel Moynot, le sommaire de ce journal propose:
    - Un reportage sociologique sur les comportements de l'époque de Nestor Burma - Un article sur l'actualité culturelle cinématographique de l'époque de Nestor Burma - Des réclames - Des petites annonces décalées et très drôles

empty