Francois Mace

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • C'est en traversant les grands événements du dernier siècle que le père François de Gaulle a pu vivre sa vocation de missionnaire.Né en 1922, ce neveu du général de Gaulle éprouve très tôt le désir d'annoncer la Bonne Nouvelle par de- là les frontières. Il rejoint la Société des missionnaires d'Afrique - les Pères Blancs - en 1940 et entre au séminaire en Tunisie. Ses études y sont interrompues par la guerre qui le conduira à participer aux combats en Italie, en France et en Allemagne. C'est l'occasion pour le jeune homme d'être confronté à la souffrance et au courage, à la mort et à l'espoir, au coeur d'une histoire qui souvent le dépasse.C'est l'occasion aussi de croiser le destin du général de Gaulle, dont l'attachement à la famille et la foi catholique sont particulièrement marqués. En 1950, François de Gaulle découvre le pays mossi, en Haute Volta (actuel Burkina Faso), où il passera quarante-cinq années. Il témoigne avec sympathie, voire émerveillement, de l'émergence d'un christianisme africain, d'une Eglise nouvelle.C'est tout le sens d'une vie donnée à Dieu et aux autres qui se dévoile ici. Ce livre a été écrit à partir d'entretiens entre le père François de Gaulle et Victor Macé de Lépinay, qui collabore à plusieurs émissions sur France Culture.

  • Qu'il s'agisse d'inégalités de traitement en fonction du sexe, de la race, de la sexualité, de la religion, de l'origine, des handicaps, de la santé... les discriminations sont aujourd'hui perçues et combattues comme la figure centrale des injustices. S'il est indispensable de les décrire et de les mesurer, il faut aussi que l'on sache mieux comment elles sont vécues par celles et ceux qui les subissent. L'écart est grand, en effet, entre les inégalités objectives et la manière dont les personnes les ressentent et, surtout, dont elles les tiennent pour justes ou injustes.
    Pourquoi moi ? s'efforce de rendre compte de ce vécu plus divers qu'il n'y paraît. De l'" expérience totale " qui fait de la discrimination le cœur de l'identité et du rapport au monde des individus à la distanciation que d'autres parviennent à installer grâce à un ensemble de stratégies et de tactiques, se déploie un espace de discriminations vécues de façon plus ou moins intense.
    Ces expériences sont déterminées par le jeu complexe des conditions sociales. Ainsi les plus discriminés ne sont pas nécessairement ceux qui éprouvent les sentiments d'inégalité les plus aigus. La comparaison entre l'école et l'hôpital montre que les discriminations sont perçues de façon très différente dans ces institutions pour lesquelles la diversité des cultures et des personnes ne constitue pas le même enjeu.
    Les discriminations et les luttes qu'elles entraînent révèlent de profondes transformations de notre vie sociale et de nos subjectivités ; non seulement elles dévoilent des injustices intolérables, mais elles montrent comment les individus essaient de se construire comme les sujets de leur liberté et de leur identité quand l'ordre social perd de son unité et de son ancienne légitimité.
    FrançoisDubet, OlivierCousin, EricMacé et SandrineRui sont enseignants à l'Université de Bordeaux Segalen, chercheurs au Centre Émile-Durkheim et associés au CADIS à l'EHESS.

  • Mille ans d'histoire d'un petit village devenu banlieue puis ville, relatés avec rigueur et passion.

  • La première édition de ce manuel date de 1988. Depuis lors, le livre s'est vendu à près de 20 000 exemplaires. Utilisée comme ouvrage de référence dans plusieurs cours de méthodologie universitaires et pré-universitaires, l'ouvrage répondait manifestement à un besoin des étudiantes et des étudiants en sciences humaines ou sociales :avoir un manuel présentant les étapes du processus de recherche, à la fois simple et complet, facile à consulter pour la préparation et la réalisation de leurs travaux de recherche.

    Dans cette troisième édition, nous avons modifié substantiellement le contenu afin de tenir compte des commentaires reçus et de l'évolution de la pratique méthodologique. L'avant-propos nous fournit l'occasion de parler du positionnement épistémologique de ce manuel au regard des deux grandes écoles, le néopositivisme et la méthode interprétative ou herméneutique. Nous avons fait une plus grande place à la théorie à l'étape de formulation du problème de recherche ainsi qu'au moment de poser l'hypothèse. Nous avons aussi réécrit en entier le chapitre sur la stratégie de vérification et partiellement ceux sur la collecte de l'information et le traitement des données. Enfin, la conclusion développe davantage les considérations éthiques liées à la recherche.

  • Ce n'est pas par hasard si le compositeur John Zorn a choisi de nommer Tzadik, la maison de disques qu'il a fondée à New York en 1995 et qui arbore comme emblème la 18e lettre de l'alphabet hébraïque: . Zorn est un ascète qui a fait le choix de consacrer son temps et son énergie à composer et jouer sa musique mais aussi à défendre celle d'autres artistes qui, comme lui, tendent à déplacer les frontières entre les genres musicaux pour privilégier l'hybridation et le métissage culturel. Indépendante, éclectique et radicale, Tzadik soutient ainsi tout un pan de la création musicale généralement délaissé par les majors car jugé trop expérimental ou tout simplement pas assez rentable. Au fil des années, la maison de disques est devenue culte, fédérant autour d'elle une communauté de musiciens et mélomanes avides de nouvelles expériences sonores.

empty