Hugues Barthe

  • Hugo, un collégien des années 1990, se sent différent des autres garçons de son âge. En fait, il se demande même s'il ne serait pas homo... Mais comment en être sûr ?
    De quelles ressources un jeune de 14 ans qui grandit à la fin du 20e siècle dispose-t-il pour trouver la réponse à ses questions ? Vers qui se tourner ? Il est en proie aux doutes, et son environnement ne semble pas tout à fait prêt à accepter sa spécificité.
    Alors quand Augustin, 14 ans lui aussi, débarque dans sa vie, tout droit arrivé de 2021, c'est le choc. Les deux adolescents comparent leurs vies respectives, et c'est Augustin qui rassure Hugo et l'aide à comprendre son orientation sexuelle. Petit à petit, à grand renfort de recherches, d'expériences et surtout de discussions avec son nouvel ami du futur, Hugo va parvenir à s'accepter tel qu'il est.Augustin lui fera ainsi découvrir la conception de l'homosexualité qui sera celle des années à venir...
    En attendant, Hugo doit traverser des étapes délicates : son coming-out auprès de ses parents, ses premiers émois amoureux, des tentatives de « guérison ».Il réalisera également qu'Augustin, en 2021, n'échappe pas non plus complétement à ces questionnements et difficultés, en dépit des progrès majeurs effectués en termes de droits LGBT.

  • Rémi a 14 ans quand il connaît ses premières expériences avec un garçon. Mais dans la France des années 60, Rémi tient à fonder une famille. Le chemin va être long... Après des années de mariage, des enfants, une séparation, une nouvelle compagne, la dépénalisation de l'homosexualité en 82, Rémi décide de vivre enfin en couple avec Pascal et de faire son coming-out.

  • L'été 79

    Hugues Barthe

    • Nil
    • 3 Novembre 2011

    En cet été 79, Hugues a tout juste 12 ans. Il est l'aîné de trois garçons et vit avec ses parents à G., un petit village de campagne. D'ordinaire, il ne se passe pas grand-chose à G. Sauf que, depuis le début de l'été, le père de Hugues s'est mis à boire plus que d'habitude. Tout le monde, y compris la mère, fait comme si tout était normal. Mais plus rien n'est normal. Et au village tout le monde le sait.
    Le père, plombier, passe plus de temps au bistrot que sur ses chantiers. Il ne rentre plus déjeuner, plus dîner, et tombe presque chaque nuit à bras raccourcis sur sa femme. Elle, n'ose plus sortir, fuit les voisins, porte des lunettes noires toute la journée et finit par demander, un soir, à Hugues, son aîné. de tuer son père. La vie serait tellement plus simple, plus légère, plus belle sans lui. Mais que peut faire un adolescent malingre et timide face à un tel colosse ? Se renfermer dans son monde, dessiner, et espérer des jours meilleurs... qui ne viendront pas. Ce n'est que lorsque le père rapporte un fusil à la maison que la mère se décide enfin à fuir avec ses trois enfants...

  • Le petit Lulu

    Hugues Barthe

    Dans le sillage des livres de Philippe Squarzoni et de la science-fiction satirique ou philosophique de «Otaku» et «Ballon-île», la très engagée collection Hors collection des Requins Marteaux s'enrichit de ce récit intimiste et militant de Hugues Barthe. Quelque part en France, un jeune homme tente maladroitement de faire ses premiers pas dans la vie... De voler de ses propres ailes comme on dit. Mais les temps sont durs : le spectre du chômage, l'incurable maladie de sa mère et une homosexualité difficile à vivre dans cette petite ville de province aux moeurs étriqués... sont autant de nuages menaçants qui viennent obscurcir son horizon. De petites annonces en rencontres infructueuses, il finit par rencontrer Lucien. «Le petit Lulu» est avant tout l'histoire de trois «premières fois» : premier deuil, première passion érotique et premier emploi.

  • Jeune homme issu de la classe populaire, Bobby débarque en ville avec la ferme intention de s'y faire une place, quitte à passer ses week-ends sous le toit délabré d'un foyer pour jeunes travailleurs.
    Jean Détailminil, gérant de la librairie dans laquelle Boby travaille, remarque très vite le potentiel qui sommeille en son employé et décide de le prendre sous son aile.
    Bobby met le pied dans un mode inconnu et fascinant : celui de la bourgeoisie. En côtoyant cette famille qui deviendra la sienne - il en épousera la fille - le jeune homme découvre l'aisance financière et surtout le foisonnement intellectuel dont il a toujours rêvé, bien loin du mutisme culturel de son arrière-pays natal.
    Pourtant, si Bobby se sent intimement appartenir à ce monde qui lui ouvre ses portes, la transition n'est pas simple, car le bagage qu'il traîne derrière lui ne s'abandonne pas si facilement...
    Le parcours d'un « transfuge de classe » retranscrit avec une grande authenticité.

  • L'automne 79

    Hugues Barthe

    • Nil
    • 14 Mars 2013

    Comment se construire contre ses parents ? C'est, au fond, le sujet de ce roman graphique, second volet du travail autobiographique entamé par Hugues Barthe avec L'Été 79.
    Nous retrouvons Hugues là où nous l'avions laissé à la fin du premier volume. Sa mère, anéantie par la violence de son mari, s'est enfuie de la maison familiale et s'est réfugiée, loin du village, chez une amie en ville.
    Hugues, lui, est envoyé chez sa tante Dominique et son époux à Besançon. Pour le jeune garçon qui n'est jamais sorti de sa campagne, c'est un émerveillement. Il découvre la ville - les magasins, les musées, les cafés, les librairies -, une vie de famille où les rires remplacent les coups - cela existe donc ! - et une mère de substitution enjouée, rieuse, curieuse, avec elle il peut parler de tout - à la différence de sa propre mère, mutique et dépressive...
    Mais cette parenthèse enchantée ne dure qu'un temps car, à la fin de l'été, Dominique lui annonce une " bonne " nouvelle qui est en fait une terrible nouvelle : sa mère est retournée vivre avec son père. L'adolescent revient donc chez lui et, rapidement, tout recommence : l'alcool et la violence du père qui, tous les soirs, se déchaîne contre sa mère.
    Cela durera dix ans encore, dix années pendant lesquelles Hugues grandira sans espoir, sans avenir, isolé dans sa campagne, avec la bande dessinée pour seul refuge. Il sait qu'il doit fuir mais il n'y arrive pas. Le déclic viendra de l'annonce de la maladie mortelle de sa mère. La sachant condamnée, Hugues prend un appartement en ville et décide de vivre de sa passion : la bande dessinée.

  • Lassé de ne pas trouver d'emploi à la sortie des Beaux Arts, Maxime décide de prendre le large et de découvrir le monde. Et comme il faut bien commencer quelque part, Maxime choisit le Vietnam, car il a dans l'idée de retrouver la trace du mystérieux demi-oncle que son grand-père, ancien militaire, aurait laissé là-bas après la guerre d'Indochine.

    Ce n'est pourtant pas lui qu'il va rencontrer à Saigon, mais l'amour fou, en la personne d'Akiko, une jeune Japonaise souriante qui va bouleverser son programme et sa vie. Malgré ce coup de foudre, le jeune homme doit retourner en France, faute d'argent. Commence alors entre eux une relation par écrans interposés, dont la chaleur n'a rien à envier aux ébats torrides qu'ils vécurent à Saigon.

    Deux questions se posent alors pour Maxime : pourquoi ne retournerait-il pas au Vietnam ? Et pourrait-il faire sa vie avec la jeune femme, lui qui vit au jour le jour ?

    Un appel au voyage et à la découverte, une ode à la vie et à la sensualité.

empty