Jean Verney

  • En cette année de commémoration du 90e anniversaire de la fin de la Grande Guerre, et alors que le dernier poilu vient de disparaître, Tardi renoue avec la mémoire de 14-18 à travers son nouveau projet : une évocation en bande dessinée du premier conflit mondial, et de la place qu'y ont occupée, au quotidien, les hommes qui s'y sont affrontés et entretués. Un récit de fiction, mais où le souci de véracité et la rigueur de la reconstitution historique occupent une place primordiale. Ce nouveau projet, dans la forme, reprend le découpage en 3 strips par page déjà utilisé dans l'album. C'était la guerre des tranchées. Le récit débute en couleurs, mais, au fil de sa progression chronologique, et à mesure que la guerre s'enkyste, s'étend et s'approfondit, adopte les tonalités de plus en plus monochromes de la boue et de la grisaille. Avant d'être proposé en librairie en album, fin octobre, ce nouveau grand récit de Tardi fait l'objet d'une publication sous la forme d'un journal grand format, à raison de trois numéros de vingt pages chacun. Chaque numéro du journal, centré par ordre chronologique sur l'une des années de la période 1914-1916, comporte d'une part quinze pages de bande dessinée et d'autre part cinq pages de textes et d'articles, consacrés à l'actualité non-militaire de la période. L'ensemble de ces textes, illustrés par Tardi, est signé de l'historien Jean-Pierre Verney, qui assure depuis des années, aux côtés du dessinateur, le travail de documentation.

  • Il fallait qu'elle dure encore et encore, cette guerre.
    Et après celle-là, il y en aurait d'autres. La " der des ders ", ça me faisait bien rigoler ! C'était comme ça depuis Cro-Magnon. De la guerre du feu à celle pour le pétrole ou les bananes, et toujours la même chanson - la chanson des os qu'on broie - aucune raison que ça cesse !

  • La guerre est finie et la France, en reconstruction, retrouve le goût de vivre. Deux anciens Bat' d'Af', ces bataillons de militaires, sanctionnés durant leur service et engagés dans l'infanterie d'Afrique, se retrouvent pour ne plus se quitter et faire alliance. Mais leur passé violent et leur goût prononcé pour les armes à feu et l'argent, vont rapidement décider de la direction que va prendre cette alliance...

  • Dans la France d'après-guerre, Pierre Loutrel alias Pierrot le fou, semble arriver à se soustraire à tous les traquenards mis en place par la police. Quelques mois plus tôt il travaillait encore pour la gestapo et engrangeait de menus bénéfices en tabassant ceux qu'on lui désignait. Mais voilà, l'un d'entre eux s'en est sorti et maintenant que la guerre est finie, il tient à solder les comptes.

  • En octobre 2015, Isabelle Verney perd un enfant in utero, à quelques jours du terme. Elle décrit dans ce livre le chemin humain, psychologique et spirituel que lui a fait prendre cette petite fille partie trop tôt.
    Perdre un enfant juste avant ou juste après la naissance est une épreuve particulière car la rencontre n'a pas réellement eu lieu. Ce bébé, on l'a attendu, on l'a senti, on l'a rêvé, mais c'est un rendez-vous manqué. Il s'ensuit alors un deuil familial, avec ses conséquences et ses questions. Que serait-il devenu ? Comment en parler ? Quelle place lui donner dans la famille ? Comment continuer à vivre et retrouver la joie ?
    « Toute femme ayant vécu un tel traumatisme, lorsqu'elle lira ce témoignage, se sentira "rejointe" de l'intérieur », confie le père Joël Guibert dans la préface.
    Un témoignage lumineux sur l'espérance chrétienne et la beauté de la vie sous toutes ses formes.
    Les droits d'auteur de ce livre seront reversés à l'association Mère de Miséricorde,meredemisericorde.org
    Dans les médias
    « L'auteur aborde sans fard les répercussions qu'entraîne la perte d'un bébé dans la vie quotidienne et confie ses profondes interrogations sur le salut de l'âme de sa fille. Il en résulte de magnifiques messages d'espoir distillés au fur et à mesure des pages.» (Aleteia)
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Isabelle Verney

  • Dans l'hexagone, après la seconde guerre mondiale, Pierrot le fou, Joe Attia et leurs comparses ont le vent en poupe et toute la France tremble. Mais le vent tourne et les forces de l'ordre se rapprochent dangereusement de leur but : les arrêter quel qu'en soit le prix. C'est la fin de la cavale du Gang des Tractions avant.

  • Le CD qui constitue le coeur de ce livre rassemble dix chansons évoquant avec puissance et émotion la douloureuse mémoire de la Grande Guerre, interprétées et pour certaines écrites par Dominique Grange. En contrepoint de ces témoignages souvent poignants, comme la célèbre Chanson de Craonne, Tardi a ponctué l'album de nombreuses illustrations en noir et blanc et en couleur, tandis que Jean-Pierre Verney signe un ensemble de textes rappelant le contexte historique de chacune des chansons. Des photos inédites de la Grande Guerre signées du grand-père de Dominique Pierre-Elysée Grange, mobilisé comme médecin, complètent l'iconographie de cet album en forme de cri de révolte.
    Ces Chansons contre la guerre ont par ailleurs inspiré le spectacle musical original dont Grange et Tardi donnent plusieurs représentations en 2014, et au cours duquel Tardi joint sa voix à celle de Dominique Grange sur scène, en lisant des extraits de ses propres textes.

  • Alors que le prototype du bombardier Aurora semble enfin prêt, le mystère autour de Nicolas Charlier, le pilote d'essai chargé de le faire voler, s'épaissit de plus en plus. Quelle est la vraie raison de ses virées au Pays Basque ? Que cachent vraiment son alcoolisme affiché et son mépris de la hiérarchie ? L'agent de la CIA Angleton a sa petite idée sur la question.

  • La vie d'Anna a radicalement changé : exit la petite serveuse de Harlem, place à la belle comédienne sur le pont d'un paquebot à destination de l'Afrique ! L'amour infini qu'elle ressent pour Simon, son rôle de vedette de cinéma, les discussions passionnantes avec le professeur Bradley : Anna est emportée dans un tourbillon de sensations nouvelles et exaltantes. Elle se laisse surtout bercer par l'espoir immense de retrouver son père, tandis que les autres membres de l'expédition découvrent des images d'un autre genre de père : l'un des premiers hommes de l'humanité. Mais ce retour aux origines ne sera pas sans blessures.

  • Les doutes d'Angleton, l'agent de la CIA, se concrétisent lorsque Nicolas Charlier se trouve mêlé à un sombre complot avant de s'envoler enfin avec le prototype du bombardier Aurora et de se diriger vers l'URSS. De son côté, à Moscou, Beria prépare un coup d'État contre Staline pour éviter une Troisième Guerre mondiale. Le pilote français était-il un espion soviétique ?

  • Tout mettre en péril pour partir en quête de ses origines ?Que de chemin parcouru ! De la petite serveuse de Harlem, Anna s'est faite exploratrice et actrice, afin d'embarquer en Afrique sur les traces de son père. Mais l'euphorie est désormais loin, tandis que l'idyllique voyage s'est transformé en cauchemar... Comment ne pas finir par croire la rumeur que l'expédition est maudite, quand les mauvaises rencontres se multiplient, que la nature se fait hostile et que chacun se retranche dans sa folie... Anna quant à elle, est plus déterminée que jamais : elle ne rentrera pas sans aller au bout de sa quête. Au croisement d'Out of Africa et des romans de Joseph Conrad, ce triptyque retrouve le souffle romantique de la grande aventure, et offre une fin grandiose et terrible

  • Harlem, les années 20. La jeune Anna travaille la journée dans le restaurant de son oncle et sa tante, et la nuit danse au rythme du jazz. Une vie qui pourrait être légère. Mais Anna est tourmentée par ses origines : elle est métisse, un statut difficile qui l'empêche de trouver sa place.Un jour, elle découvre l'existence de son père inconnu : un Blanc, mystérieusement disparu en Afrique. Elle ne pense plus qu'à le retrouver, et réussit à se joindre aux membres d'une expédition se rendant sur le continent noir à la recherche des origines de l'Homme. À chacun sa quête, à chacun ses origines : les voici partis ensemble à la poursuite de leurs chimères.Au croisement d'Out of Africa et des romans de Joseph Conrad, ce triptyque retrouve le souffle romantique de la grande aventure tout en proposant un regard réaliste sur une époque et sur un phénomène que chacun ressent à un moment de sa vie : l'appel des origines.

  • À la fin du XIXe siècle, à Saint-Étienne, un riche industriel décède brutalement. Le «  maître des forges  » abandonne derrière lui autant de questions que de secrets. Comment peut-il être ruiné alors que toute la ville le croyait au sommet de la réussite  ? Et pourquoi, la veille de sa mort, a-t-il voulu faire interner dans un asile son épouse Adélaïde  ?
    Pour trouver des réponses, le docteur Petrowski, le médecin qui suit Adélaïde,  remonte dans le passé de sa patiente. De son enfance aristocratique à son mariage arrangé, Adélaïde n'a jamais eu l'existence dont elle rêvait. Jusqu'au jour où un amour interdit lui a enfin redonné le goût de la vie.
    Cette passion aux conséquences dévastatrices a bouleversé le destin de toute une famille. Car dans le paysage tourmenté des hauts fourneaux, personne ne peut échapper impunément à sa condition.
    Les passions d'une femme dans un siècle d'hommes.

  • La découverte d'un corps dans un tas de sel marque le début d'une enquête palpitante.
    Midi, le 5 juin 1770. Comme à l'accoutumée, les notables du Croisic se retrouvent à la maison de ville, place Dinan, pour discuter des nouvelles du pays quand un homme essoufflé et agité pénètre dans la salle : « Vite, il faut venir tout de suite, y'a un mort dans un tas de sel sur la place de la Motte. »
    En cette période de fortes tensions entre la communauté du Croisic, représentée par son maire, René David de Drézigué, qui refuse la tutelle juridique de Guérande, et le sénéchal Henri Le Peley, fraîchement nommé, qui veut asseoir son autorité, les choses ne sont pas simples pour Guillaume Fleury, jeune commissaire de police de la sénéchaussée, tout juste arrivé de Reims. Parviendra-t-il à s'imposer face aux notables du Croisic habitués à mener tambour battant les affaires de la ville ? Réussira-t-il à résoudre cette incroyable histoire de meurtre ?
    L'intrigue nous emmène dans la Presqu'île guérandaise du xviiie siècle, au coeur du commerce du sel, dans le monde des négociants et des paludiers, mais aussi à Reims, ville du sacre des rois et du champagne, à une époque où les idées des Lumières commencent insidieusement à se propager et où les problèmes ne sont, finalement, pas si éloignés de ceux d'aujourd'hui.
    Conduite par une recherche d'authenticité, l'intrigue de Béatrice Verney nous fait voyager au XVIII siècle, au coeur du commerce du sel, parmi les paludiers et les négociants, en passant aussi par Reims.
    EXTRAIT
    - À ce que je sais, ce monsieur de La Choletais vouait une haine féroce au duc d'Aiguillon qui le lui rendait bien, je suppose.
    - De fait, c'est une longue histoire pleine de rebondissements. Pourtant, le duc a beaucoup fait pour notre cité. Vous avez vu ce nouveau mail près de la porte Saint Michel avec une partie haute et une partie basse ? C'est aujourd'hui un endroit de promenade fort prisé des Guérandais, d'autant que les douves qui constituaient un lieu particulièrement insalubre avec tous les écoulements et détritus de la ville ont été comblées. Il a également fait refaire tous les chemins d'accès à la cité. Et c'est sans compter avec tout ce qu'il a entrepris par ailleurs en améliorant la navigation sur la Loire, en rénovant les quais du Croisic, en relançant le commerce avec les pays nordiques. Il n'y a pas à dire, c'est un grand homme à l'esprit pratique. Dommage qu'il se soit rendu aussi impopulaire dans la ville de Rennes ! D'ailleurs, ne disait-il pas lui-même qu'il est plus facile de vaincre les Anglais que gérer les Bretons ?
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Béatrice Verney est venue s'installer en Loire-Atlantique, à Batz-sur-Mer, en 1982. Educatrice spécialisée de formation, elle a travaillé pendant onze ans au Centre de Rééducation Fonctionnelle de Pen-Bron, à la Turballe. Puis, après avoir obtenu son diplôme de directrice d'établissement social et médico-social, elle a dirigé pendant onze autres années le Centre Saint Jean de Dieu du Croisic (établissement accueillant des adultes handicapés moteurs) jusqu'à son départ en retraite fin 2009.
    Elle a publié en 2012 un premier ouvrage intitulé : Le Croisic - L'établissement de bains de mer Silvain Deslandes - de 1844 à 1893 - Avant, pendant, après, puis elle a entrepris un autre chantier, celui du cheminement historique de la ville du Croisic, de la Préhistoire jusqu'à aujourd'hui, retraçant les étapes de la vie souvent mouvementée de cette petite cité de caractère.

  • Ces trente-cinq clichés en relief, accompagnés d'une paire de lunettes en acier, nous font revivre de manière saisissante la vie quotidienne des poilus...

  • L'auteur, ancien prêtre, tout en écrivant ses mémoires de fils de paysans, veut raconter son itinéraire spirituel, de la foi de son enfance à l'incroyance, en passant par le récit de sa vocation, puis de son ministère sacerdotal, de sa découverte du monde ouvrier, de sa vie de prêtre au travail, de sa contestation de l'autorité et de la doctrine de l'Eglise catholique, enfin de son rejet de l'institution et de toute forme de religion et de croyance.

  • Le commissaire Fleury enquête sur une étrange scène de crime au milieu des vignes de Guérande...
    Fin septembre 1772. Les vendanges battent leur plein sur les coteaux de Guérande. Dans la brume matinale de cette journée d'automne, Pierre Legal se rend dans ses vignes lorsqu'il découvre, en ouvrant la porte de son cellier, un spectacle très étrange : une femme vêtue d'une longue robe de lin, le corps étroitement attaché à une table de fortune, gît sur le dos, morte, les yeux exorbités, le visage déformé par la peur. De grandes taches violettes s'étalent sur le haut de sa chemise. Que signifie cette scène insolite ? A-t-elle un rapport avec la vigne ? C'est ce que devra découvrir le commissaire principal Fleury, officier de police de la Sénéchaussée, aussitôt appelé pour mener l'enquête.
    L'affaire nous plonge dans le Guérande du XVIIIe siècle, ses rues, ses maisons, mais nous amène aussi sur la Loire pour un voyage pittoresque, sur les quais de Nantes et plus précisément dans la sinistre prison du Bouffay avec ses horribles conditions de détention puis dans le vignoble nantais. De retour dans la cité médiévale, le commissaire Fleury poursuit son enquête au couvent des Ursulines, à l'hôtel Dieu...
    À travers ce suspense haletant, c'est aussi un regard sur les pratiques d'instruction judiciaire, notamment sur le fameux supplice de la « question », qui est porté par l'auteure, dans cet Ancien Régime finissant où les mentalités évoluent grâce, en particulier, aux philosophes des Lumières.
    EXTRAIT
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Béatrice Verney est venue s'installer en Loire-Atlantique, à Batz-sur-Mer, en 1982. Educatrice spécialisée de formation, elle a travaillé pendant onze ans au Centre de Rééducation Fonctionnelle de Pen-Bron, à la Turballe. Puis, après avoir obtenu son diplôme de directrice d'établissement social et médico-social, elle a dirigé pendant onze autres années le Centre Saint Jean de Dieu du Croisic (établissement accueillant des adultes handicapés moteurs) jusqu'à son départ en retraite fin 2009.
    Elle a publié en 2012 un premier ouvrage intitulé : Le Croisic - L'établissement de bains de mer Silvain Deslandes - de 1844 à 1893 - Avant, pendant, après, puis elle a entrepris un autre chantier, celui du cheminement historique de la ville du Croisic, de la Préhistoire jusqu'à aujourd'hui, retraçant les étapes de la vie souvent mouvementée de cette petite cité de caractère.

  • Véritable encyclopédie technique des matières plastiques, cet ouvrage traite de tous les types de matériaux polymères : polymères de grande diffusion (polyéthylène, PVC, etc.), polymères techniques (polymères fluorés, alliages, etc.), élastomères, colles et adhésifs. Après une partie générale sur les propriétés et les techniques de mise en forme, il fournit, pour chaque matière, toutes les informations utiles à sa connaissance, son choix et son utilisation : propriétés d'usage, modes de mise en oeuvre, domaines d'application et perspectives, données et noms commerciaux. Cette quatrième édition fait la part belle aux matériaux bio-sourcés et et actualise notamment les questions relatives à la réglementation. Cet ouvrage est un outil de travail indispensable pour tous les ingénieurs (recherche, études, production, achats, etc.) amenés à travailler avec les matériaux polymères, quel que soit leur domaine d'activité.

  • Deux conflits majeurs ont ébranlé le monde dans la première moitié du XXe siècle. 1914-1918 : la Première Guerre mondiale met l'Europe à feu et à sang pendant quatre longues années, provoquant la mort de 10 millions de soldats. 1939-1945 : la Seconde Guerre mondiale embrase la planète entière, causant des millions de victimes. De la boue des tranchées de Verdun à l'horreur des camps de concentration, de la bataille de la Marne aux attaques de Stalingrad ou de Pearl Harbour, de la vie quotidienne au front au rationnement des populations civiles. deux chroniques vivantes qui nous entraînent sur les pas de ceux qui ont combattu, qui ont résisté, qui ont subi, qui sont morts au champ d'honneur ou dans la clandestinité.

  • Tardi renoue avec la mémoire de 14-18 à travers un ambitieux projet : une évocation en bande dessinée du premier conflit mondial, et de la place qu'y ont occupée, au quotidien, les hommes qui s'y sont affrontés et entretués. Un récit de fiction, mais où le souci de véracité et la rigueur de la reconstitution historique occupent une place primordiale. Ce nouveau projet, dans la forme, reprend le découpage en 3 strips par page déjà utilisé dans l'album C'était la guerre des tranchées. Le récit débute en couleurs, mais, au fil de sa progression chronologique, et à mesure que la guerre s'enkyste, s'étend et s'approfondit, adopte les tonalités de plus en plus monochromes de la boue et de la grisaille. Avant d'être proposé en librairie en album, fin octobre, ce nouveau grand récit de Tardi fait l'objet d'une publication sous la forme d'un journal grand format, à raison de trois numéros de vingt pages chacun. Chaque numéro du journal, centré par ordre chronologique sur l'une des années de la période 1914-1916, comporte d'une part quinze pages de bande dessinée et d'autre part cinq pages de textes et d'articles, consacrés à l'actualité non-militaire de la période. L'ensemble de ces textes, illustrés par Tardi, est signé de l'historien Jean-Pierre Verney, qui assure depuis des années, aux côtés du dessinateur, le travail de documentation historique auquel s'adossent l'ensemble de ses albums portant sur la Grande Guerre.

  • L'épidémie éclate au grand jour. La presse diffuse sur toutes les chaînes les images d'un mystérieux parasite. Dans le secret des laboratoires, scientifiques et militaires unissent leurs compétences pour tenter de circonscrire la menace. Au même moment, les activistes écologistes de Tatanka trouvent auprès de Jake, militant de la cause animale, un allié de poids...

  • 1/1914-1915-1615.
    Du fond de nos tombes, on a compris qu'on était là pour un long moment. Les Alboches n'étaient pas décidés à rentrer chez eux et on était encore assez loin de Berlin. Pour Noël, la trêve a tourné en fraternisation, surtout entre les Anglais et les Allemands. Ca partait d'un bon sentiment. Quelques heures à s'échanger des clopes et des bonbons, avant de retourner chacun dans son trou pour recommencer à s'entretuer.
    Moi, tout ce que je comprenais, c'est qu'on s'installait dans la guerre. 2/ 1917-1918-1919. La guerre nous broyait les boyaux et, dans la puanteur de nos existences dérisoires, je me cramponnais à un espoir : rentrer à la maison, qu'on la perde ou non cette guerre qui n'était pas la mienne ! Comment faire pour ne pas se retrouver dans une de ces fosses communes creusées par des corvées de Tonkinois ?

empty