Judith Vanistendael

  • « Je m'appelle Pénélope. Mais je n'attends pas. Je ne tisse pas. Je sauve des vies ».
    Chirurgienne pour une organisation humanitaire, Pénélope passe la plupart de son temps en mission dans des pays en guerre. Quand elle revient chez elle, elle retrouve un mari aimant, une fille adorable et un foyer rassurant. Et pourtant ces retours à la maison lui sont de plus en plus pesants. Comment s'intéresser à la vie de tous les jours quand on pense sans cesse aux morts qu'on a laissés derrière soi ? Chez elle, Pénélope se sent inadaptée, pas à sa place.

  • Au moment où nait sa petite-fille Louise, David apprend qu'il a un cancer.
    Mais la parole n'a jamais été son fort, et il préfère taire la maladie, la douleur, et la fin qui se profile.
    Au grand dam des femmes de sa vie - sa femme Paula, ses filles Miriam et Tamar. Impuissantes, elles assistent à ce délitement silencieux, mais inexorable.

  • Sophie, une jeune femme bruxelloise, tombe amoureuse d'Abou, un demandeur d'asile togolais. Le couple aménage dans la maison des parents de la demoiselle, qui réagissent à cette idylle avec une certaine circonspection. Mais quand Abou se trouve menacé d'expulsion, le mariage apparaît comme l'unique moyen légal qui lui permettra de rester en Belgique... Premier volet d'un diptyque, cet album passionnant, largement autobiographique, relate les événements du point de vue du père de Sophie, un journaliste spécialisé dans les affaires internationales. Le deuxième tome, à paraître dans quelques mois, reviendra sur les mêmes faits du point de vue de Sophie elle-même.

  • Paru en 2008, le premier volet de La Jeune Fille et le nègre, de Judith Vanistendael, avait été nominé dans la présélection des « Essentiels » d'Angoulême.
    Voici la deuxième partie de ce diptyque ; un album plus long, aussi fort et émouvant que le premier.
    L'amour. L'amour d'une fille blanche, de nationalité belge, pour un réfugié politique togolais. Un amour pur, passionnel, mais en même temps hésitant, oppressant, terrifiant. La première partie de La Jeune Fille et le nègre s'achevait par un mariage imposé par les circonstances. Dans ce second volume, situé quelques années plus tard, Sophie raconte à sa fille Babette - et au lecteur - ce qu'il est advenu de son amour pour Abou. Elle nous prend par la main pour un voyage dans son passé qu'elle a tant caché, tant voulu oublier.
    Tandis que le dessin de l'auteur continue de s'affirmer, on retrouve la justesse de ton, le sens de l'observation, le mélange de réalisme social et d'humour qui caractérisaient la première partie de cette oeuvre forte et originale, sur les sans-papiers et demandeurs d'asile.

  • Quelque part entre les eaux du roman graphique et celles du livre jeunesse, Zidrou et Judith Vanistandael nous entraînent dans le ventre d'une baleine qui abrite une bibliothèque. Et nous narrent sa rencontre avec un postier maritime qui aime les histoires qui finissent bien. Une ode à la lecture sensible et poétique qui nous raconte la vie, la mort et l'éternité. Et touchera tous les amoureux des belles lettres. Lesquelles finissent toujours par arriver à bon port.

  • Dans son petit village d'Andalousie, Marco a tout pour être heureux : une famille aimante et un travail de vendeur de bonbons qui le rend très populaire parmi les enfants de la région. Mais Marco a un rêve. Il veut devenir écrivain. Or, il en est persuadé, on ne peut écrire que si on a vécu une vie passionnante. Il décide de changer de vie et postule pour devenir un garde du corps au service de l'Etat. Sa première affectation l'envoie au Pays Basque, où les membres du gouvernement doivent tous être protégés en permanence. Une nouvelle vie commence, partagée entre l'angoisse, l'ennui et la camaraderie. Jusqu'au jour où tout bascule.

empty