Julien Frey

  • L'oeil du STO

    Julien Frey; Nadar

    Paris, 1943. Justin a vingt-deux ans. Il aime Renée et voudrait l'épouser. Mais le gouvernement de Vichy, pour fournir à l'occupant la main-d'oeuvre qu'il réclame, crée le STO, le Service du travail obligatoire. Comme des centaines de milliers de jeunes Français, Justin est alors contraint de partir en Allemagne. Comme eux, il ignore ce qui l'attend là-bas.
    Toute sa vie, Justin s'en voudra d'avoir obéi à Vichy. Avait-il le choix ?

  • Paris, juin 2000. Lisa, étudiante, loue une chambre chez le vieux Mohamed. Retraité veuf et bourru, Mohamed est un ancien harki, un supplétif de l'armée française en Algérie. Lisa et Mohamed ignorent encore que leur rencontre va faire ressurgir le passé. Celui des harkis. Ces hommes qui n'ont aujourd'hui toujours pas le droit de retourner en Algérie.

    Après L'oeil du STO, Julien Frey continue son travail de mémoire des zones sombres de notre passé en abordant avec sensibilité la question encore douloureuse des harkis. Le travail en couleur de Mayalen Goust en souligne toute l'humanité.

  • Alors qu'il fait des études de cinéma, Julien Frey rencontre Édouard Luntz. Le cinéaste prétend que sa carrière a été brisée par Darryl F. Zanuck, le dernier nabab d'Hollywood. Après un tournage épique au Brésil, en mai 1968, et un budget multiplié par vingt, le producteur aurait fait disparaître son film, Le Grabuge. Des années plus tard, Julien découvre que c'est l'oeuvre tout entière d'Édouard Luntz qui n'est plus visible. Des films fantômes ? Julien décide de les retrouver. Rencontrant de nombreux protagonistes - proches, techniciens et acteurs, dont Michel Bouquet - Julien Frey a mené une enquête minutieuse, souvent drôle, toujours marquée du sceau d'une profonde humanité et magnifiquement mise en images par Nadar.

  • Lorsque Julien débarque dans le Michigan pour y rencontrer la famille américaine de sa femme, il découvre l'Amérique du Midwest marquée par la crise des subprimes et des cousins pas ordinaires. Mais surtout, il rencontre Odette, la grand-tante française au caractère bien trempé. Cette parisienne qui, à la fin de la seconde guerre mondiale, s'est mariée avec un soldat américain. Comme elle, 200 000 européennes ont quitté leur famille et leur pays par amour pour un GI.

    200 000 femmes qu'on appelle des « War Brides ».

  • Un récit autobiographique de 300 pages qui évoque avec justesse et humour des sujets universels comme la paternité, la quête des origines et le devoir de mémoire. En 2007, Julien part à la rencontre d'un père qu'il ne connaît pas. Ce dernier lui livre un secret de famille. Alors qu'il tentait de s'échapper du ghetto de Varsovie, son propre père a dû faire un choix tragique. Suite à cette révélation, Julien décide d'en savoir plus sur le passé de ce grand-père. Une enquête qui durera six ans et l'entrainera, lui qui n'a rien d un grand voyageur, jusqu'à Jérusalem...

empty