Matthias Lehmann

  • La favorite Nouv.

    La favorite

    Matthias Lehmann

    Une grand-mère habille son petit-fils en petite-fille. Outre une réflexion sur la définition de soi à travers son corps et sa sexualité, l'occasion de confronter trois époques : des années 1930 aux années 2000 en passant par les années 1970. (Nouvelle édition) Prix du scénario - 2016 Prix littéraire des Lycéens et Apprentis de la région PACA - 2017

  • Raymond le grand-père dépressif, accroc aux cigares, Pénélope la petite fille prévenante et Frédéric l'amant un peu gauche prennent tranquillement le thé alors qu'un étrange brouillard entoure la maison. L'ambiance est lourde, la mort rôde.
    Personne ne sait que je vais mourir est un conte absurde et onirique réalise sous contrainte par Matthias Lehmann durant les 24 heures de la bande dessinée de Bruxelles en 2012.

  • Agora

    Matthias Lehmann

    Entre Europe, Amérique de sud et Afrique, Agora, recueil de dessins contemporains, dresse un portrait, entre réalité, symbolisme et imaginaire, de la rue, de la vie qui s'y déroule et des personnes qui la peuplent. Matthias Lehmann cartographie ainsi la faune et la flore de l'urbanité à travers des séries d'images composites, sortes de fausses photographies reconstituées à partir de croquis pris sur le vif, souvenirs, photos ratées (à moitié floues ou sous-exposées) et de bien d'autres sources. Il tente par le dessin, s'estimant piètre photographe, de raconter - ou d'évoquer - ce qu'est aujourd'hui le monde, du Brésil à la Guinée, de Saint-Denis (en bas de chez lui) aux monts Appalaches.

    Matthias Lehmann s'est balladé sous diverses latitudes tout autant qu'en bas de chez lui, aux coins des rues, avec l'envie de recenser tout ce qu'il y voyait : les gens, leurs habits, leurs gadgets, le mobilier urbain, l'architecture, ainsi que le "costume universel" des rues comme les logos, les tags, les ordures, etc... tout ce qui constitue l'espace public et ce qu'il raconte. Bercé par les dessins de rues de New-York de Reginald Marsh, Matthias Lhemann témoigne : «- Rejeton du multiculturalisme, je ne me sens pas forcément de quelque part, même si dans ce livre, les scènes sont principalement situées en France et au Brésil », ses deux pays de culture.
    Avec son dessin précis et élégant, l'auteur fait circuler le lecteur dans l'humanité d'aujourd'hui, celle de la vie vraie, loin de l'imaginaire publicitaire mondial qui se substitue de plus en plus à elle, en tant que représentation du monde.

    Les images sont commentées par l'auteur en trois langues : français, anglais et portugais.

    Pour soutenir les somptueux dessins de Matthias Lehmann, l'ouvrage dispose d'une reliure ouverte sans dos et est en très grand format.

  • La ruche et le mémorial

    Matthias Lehmann

    • Ion
    • 6 Novembre 2013

    Matthias Lehmann a publié plusieurs bandes dessinées, notamment Les larmes d'Ezéchiel et L'étouffeur de la RN115.
    Il collabore régulièrement avec la presse (Libération, Le Monde des Livres, Siné Mensuel, etc). C'est son travail de dessin libre, qu'il montre parfois dans les publications des United Dead Artists et les expositions d'Arts Factory ou du Dernier Cri que ION présente ici. Ses images hallucinées, sombres et fantastiques peuvent le rapprocher des grands visionnaires comme Goya, Jacques Callot, Alfred Kubin ou Max Klinger, que le Musée d'Orsay a célébré cette année dans l'exposition L'Ange du Bizarre. Elles sont sur la même frontière entre l'horreur et le surréalisme, noires et vénéneuses. Elles ont aussi un aspect grinçant, ce n'est pas par hasard qu'elles ont été rapprochées de celles de Roland Topor pendant une exposition exceptionnelle à Riom en 2013.

  • Une aventure au coeur de la Moselle entre trafic de drogue, meurtre et amour adolescent digne de Roméo & Juliette.

    En deux mots : Nic et Matt, deux musiciens itinérants un poil alcoolique, découvrent malgré eux les coupables d'un meurtre lors d'un concert dans la vallée de la Fensch, en Lorraine.
    Sur fond de fête foraine, d'alcool et de guerre de gangs, suivez les aventures rocambolesques de ce duo haut en couleur !
    Avec un dessin réalisé à quatre mains Moog et Lehmann vous propose de découvrir les bas-fonds de la vallée de la Fensch, bassin minier de Moselle.

  • Avec « Qu'importe la mitraille ! », opus tourmenté réalisé à quatre mains, Matthias Lehmann et Nicolas Moog nous montrent toute l'étendue de la complicité, dans l'adversité, de deux auteurs emblématiques de la bande dessinée alternative. Ils décryptent l'ensemble de leurs parcours artistique et le monde de l'édition dite alternative, des années 1990 à aujourd'hui, à travers des remémorations fragmentées en courts récits. Et c'est à la fois triste et pas triste. Dans la lignée du livre de Tanx, « Des croûtes aux coins des yeux », ils questionnent la réalité de façon outrancière et impudique, causent de la réalité sociale du travail et constatent leurs statuts de losers de l'art. L'humour est grinçant, les crocs-en-jambe fatals et le désespoir noyé dans des flots d'alcool.

empty