Nina Jacqmin

  • George Sand ; ma vie à Nohant Nouv.

    Un refuge pour vivre et créer.

    Les frasques de George Sand sont fameuses : ses liaisons hors mariages, son rejet de la bienséance hypocrite, son accoutrement masculin, son retentissant et passionné combat en faveur de l'émancipation et des droits de la femme... L'autrice fait parler d'elle, résonner sa voix et, en s'adressant par l'écriture au monde, elle est aussi et avant tout célébrée pour son oeuvre prolifique. Dans ses textes, la campagne berrichonne a une place primordiale. Ses livres décrivent l'atmosphère campagnarde d'un monde qui n'existe plus mais qui fut le sien. George Sand, si elle a fréquenté Paris, a passé la majorité de son existence dans sa demeure de Nohant. Ce domaine familial, où elle a grandi et vécu à partir de ses quatre ans, lui a donné l'amour des grands espaces et de la liberté. C'est dans cette maison qu'elle s'est passionnée pour les histoires, c'est dans cette maison qu'elle a fait son éducation mondaine et paysanne. C'est là-bas qu'elle a vu mourir tant de ses proches, et c'est là-bas qu'elle-même, elle mourra. Lieu isolé, paradis rupestre, cette bâtisse accueillera Liszt, Balzac, Delacroix, Flaubert ou même Chopin pendant presque dix ans. Nohant est, pour George Sand et ses invités, un lieu où peut fleurir la créativité.

    Dans un album qui revient sur l'existence de la célèbre autrice, Chantal Van den Heuvel et Nina Jacqmin insèrent en toute subtilité un second personnage principal : le domaine de Nohant. Témoin essentiel de l'existence de tant d'artistes, ses murs contiennent l'écho de voix qui continuent à passionner les esprits du monde entier.

    Un album réalisé en partenariat avec Le Centre des Monuments Nationaux.

  • La vie c'est des étapes... La plus douce c'est l'amour... La plus dure c'est la séparation... La plus pénible c'est les adieux... La plus belle c'est les retrouvailles.

  • Une romancière de légende se raconte...

    Décembre 1926. Agatha Christie, alors écrivaine à succès, disparaît sans laisser de traces. Toute la presse britannique s'empare du drame et une véritable enquête, digne de ses meilleurs romans, est menée pour la retrouver. Suicide d'une femme délaissée, meurtre commandité par son époux infidèle ou coup de publicité d'une romancière voulant renforcer le succès de ses livres ? Les hypothèses ne manquent pas pour élucider l'affaire et surtout tenter de résoudre l'énigme Agatha Christie...

    Romancière de génie, femme libre et indépendante, le personnage d'Agatha Christie n'a cessé de fasciner, tant par son oeuvre que par ce qu'elle a incarné pour la société anglaise et pour son époque. Réalisé par Chantal van den Heuvel et Nina Jacqmin, ce bel ouvrage, construit comme une enquête de la romancière, nous raconte autant le destin d'une femme d'exception qu' il est une ode à l'écriture et à la capacité de créer. Les autrices se sont davantage attachées à l'Agatha intime plutôt qu'à la fabuleuse production littéraire de la reine du crime. Une Agatha dont le riche imaginaire, qui puise ses racines dans une enfance pleine de fantaisie, lui a permis d'affronter le réel, les pertes qu'inflige la vie, les amours trahies. Car derrière l'image « so british » d'une respectable lady se cachait sans doute une petite fille qui n'a pas voulu grandir. Et s'il était là, le mystère de Dame Agatha Christie et de sa prodigieuse créativité ?

  • De retour de la guerre d'Afghanistan, Damien est sous l'emprise d'un terrible souvenir. Les fantômes de sa mémoire hantent son quotidien et l'isolent de sa femme et de son fils. Sa rencontre avec François, le prêtre du village, va lui permettre de se libérer du passé et de renouer avec les siens. Au coeur des Ruines de Tagab, il y a la métamorphose identitaire d'un homme victime de l'horreur. Comment vivre avec soi-même quand le miroir nous renvoie un reflet abject ? Damien ne sait plus qui il est et s'il peut continuer à être. Ce malaise qu'il porte, à la manière d'un virus, menace de se transmettre sous la forme du tabou, à toutes les générations qui le suivent. C'est par l'art et la parole que François conjure le mauvais sort.

empty