Littérature traduite

  • Les quatre histoires de Corto rassemblées dans ce recueil (Au nom d'Allah le miséricordieux, Le coup de grâce, Et d'autres Roméos et d'autres Juliettes. Les hommes-léopards du Rufiji), toutes enracinées dans cette vieille terre de légendes qu'est la Corne de l'Afrique, sont peut-être parmi les plus mythiques de la saga du marin maltais. C'est là, en effet, que les fidèles de Corto font la connaissance de son ami Cush, le sauvage guerrier Danakil, l'un des personnages les plus complexes et les plus fascinants de toute la série. Là aussi qu'Hugo Pratt, émotionnellement et esthétiquement, renoue avec les années d'apprentissage de son adolescence africaine en Ethiopie.

    Un album pour l'Histoire, incontestablement.

  • Fable de Venise a pour point de départ un pari entre l'apôtre Simon Pierre et Simon le magicien dont l'enjeu est une superbe émeraude appelée "Clavicule de Salomon". Pour retrouver ce joyau, Corto n'a qu'une seule piste, une lettre énigmatique que lui a adressée le Baron Corvo avant sa mort. Mais il n'est pas le seul à s'intéresser à cet enjeu... Dans une Venise mystérieuse, aux sombres ruelles, se croiseront dans l'ombre profonde des vieux palais, fascistes aux chemises noires et aristocrates déchus, mélange de cultures de l'Orient et de l'Occident. Sur son chemin, Corto rencontrera Hipazia la philosophe que tous respectent pour sa beauté et son savoir, la bande de fainéants de Petit Pied d'argent dont le fils, Böeke, est amoureux d'Hipazia, Stevani, la chemise noire et Bepi, le franc-maçon. La fable se terminera dans un des trois lieux magiques et secrets de Venise, dans une de ces petites cours où les portes closes donnent, pour ceux qui savent les ouvrir, sur des ailleurs, des pays merveilleux, d'autres histoires.

  • La Première Guerre mondiale fait rage au cours des années 1917 et 1918, et c'est précisément cette période que choisit Corto Maltese pour faire un long périple en Europe, qui le verra successivement passer à Venise, en Irlande, dans le sud de l'Angleterre et enfin en France, parfois tout près du coeur des combats.

    Les Celtiques, en six histoires intenses où s'entremêlent aventure, onirisme et discrète ironie, retrace ces épisodes de la vie du marin. C'est aussi l'un de ces moments magiques où Pratt, adossé à une fantastique érudition, laisse libre cours à son imaginaire païen, et à son goût de toujours pour les légendes des pays du nord.

  • Fêlure, débauche, amour, jeu et mort... Le tango est une pensée triste qui se danse.  Corto Maltese est de retour à Buenos Aires, après quinze années d'absence. Un retour qui semble bien mystérieux pour son ami Fosforito. Corto se renseigne sur une association du nom de Warsavia qui n'est en fait qu'un ramassis d'entremetteurs. Il doit régler une affaire sordide, retrouver les traces d'une amie et de sa fille, une dénommée Louise Brookszowyc morte accidentellement. Le premier maillon est un homme, Butch Cassidy, qui l'amène à retrouver une vieille connaissance en la personne de Habban, homme redouté et puissant en Patagonie... Tout est si bizarre et les rencontres fortuites dans ce pays où certains soirs deux lunes éclairent la nuit.

  • Ce long récit nous entraîne, à la suite de Corto Maltese, de Rhodes au Pakistan à la recherche du trésor d'Alexandre le Grand. Cette quête n'est-elle cependant pas un prétexte ? En effet, il apparaît vite que Corto a un autre motif pour se lancer dans l'aventure: libérer Raspoutine, emprisonné dans la Maison dorée de Samarkand. Raspoutine serait ainsi, d'après Pratt, le personnage principal de cette histoire. Cette aventure est également jalonnée de multiples rencontres: Venexiana Stevenson (déjà rencontrée dans Corto toujours un peu plus loin), Marianne (actrice pour les déserteurs turcs), Chevket (le double de Corto), le général turc Enver Bey (un des organisateurs du génocide arménien), .. Tous ont leur importance et leur rôle dans cette histoire car "ce qui frappe aussi c'est la dimension quasi-poétique des personnages, bons ou mauvais, qui les rend attachants en dépit de leurs actes sauvages et sanglants. Chacun y est lucide et de ce fait étrangement maître de son destin."

  • Dernier album de la série Corto Maltese publié de son vivant, Pratt désirait que Mû soit, selon ses propres termes, "le retour de l'aventure aventureuse" (Voir magazine, juin 1988). D'après Dominique Petitfaux (De l'autre côté de Corto), "il voulait à la fois donner sa propre interprétation du mythe du continent englouti, utiliser la statuaire mystérieuse de l'île de Pâques (..) et participer à sa façon au cinquième centenaire de la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb." Nous sommes dès lors entraînés, à la suite de Corto, à la recherche du continent perdu, mais surtout "dans une aventure qui est non seulement plus onirique que réaliste, mais aussi plus ironique qu'onirique." (Dominique Petitfaux, De l'autre côté de Corto). Ainsi, nous retrouvons une galerie de personnages déjà rencontrés dans les albums précédents : Tristan Bantam, le professeur Steiner, Bouche Dorée, Raspoutine, Soledad, Levi Columbia, .. Ce dernier album, par son inspiration et son imagination, se rapproche des Helvétiques, mais surtout "n'est que mystère et poésie. Poésie d'une quête qui dépasse l'homme. Poésie aussi d'un dessin d'une épure sublime." (Michèle Marchal, La Wallonie, 20/11/1992)

  • Début du XIXe siècle, sur le Rio de la Plata, devant Buenos Aires. La marine britannique est sur le point d'envahir la ville, tenue par les espagnols. Objectif : susciter l'indépendance de cette colonie du bout du monde. pour le plus grand profit de l'Angleterre.

    L'un des navires de la flotte, l'Encounter, transporte un groupe de jeunes prostituées irlandaises, d'anciennes prisonnières achetées à la prison de Dublin pour distraire les officiers supérieurs. Parmi elles, la belle Molly Malone, la préférée de Sir Home, commandant suprême de la flotte - Molly après laquelle soupire en vain le jeune Tom Browne, simple tambour du 71e Chasseurs écossais.

    Ce sont leurs aventures, âpres et violentes, que retrace El Gaucho, sur fond de grandes manoeuvres géopolitiques, de rébellion des esclaves et de loges maçonniques. Tom Browne, manipulé par les uns et les autres, jouet d'évènements qui le dépassent et victime de l'injustice chronique de ces temps troublés, y perdra brutalement son innocence et toutes ses illusions.



    Porté par l'érudition et le sens de l'épopée d'Hugo Pratt (qui connaît très bien l'Argentine y ayant vécût plusieurs années), un grand récit d'aventure ouvert à tous les vents de l'histoire, magnifié par la virtuosité sensuelle de Milo Manara.

  • Créé à l'orée des années 60, Fort Wheeling explore et met en scène la fascination d'Hugo Pratt pour l'Amérique coloniale à l'époque de la « frontière », à la veille de la naissance des Etats-Unis. Une époque et une terre de pionniers, de violence, mais aussi de liberté : là, dans les boucles du fleuve Ohio, dans les plaines et forêts sillonnées en tous sens par les tribus Shawnee et Delaware, souffle pour toujours l'esprit de la grande aventure.
    Généreuse et mouvementée, la saga de Fort Wheeling est proposée ici sous la forme d'une intégrale noir et blanc, en format compact. À cette création majeure de l'oeuvre de Pratt s'ajoute une série de courts récits en noir et blanc rarement publiés en français, Les légendes indiennes. Conçues dans les années soixante pour un magazine jeunesse, ces histoires en quatre pages mettent en scène, parfois avec humour, les mythes et les contes de ce monde indien qui fascinait tant l'auteur de Corto Maltese.

  • Yoko recroise l'homme qui l'a sequestrée quelques jours auparavant. S'attendant au pire, elle le suit, pour assister de loin à un rendez-vous déchirant entre la sangsue et sa fille dans un jardin public. Yoko prend alor la décision de retourner une dernière fois dans la maison familiale afin de s'assurer que tirer un trait sur sa vie d'avant était le bon choix. Une fois dans son ancien "chez elle", elle obseve à la dérobée sa famille, vieillie, continuer à vivre sans elle. Grave erreur, car sa nouvelle existence va la rattraper et entraîner sa famille dans une spirale de violence.

  • 1905, Corto Maltese, à 17 ans, s'est lié d'amitié avec Jack London, correspondant de guerre américain envoyé pour couvrir le conflit russo-japonais. C'est là, dans la Mandchourie du début du XXème siècle, alors que la fureur des combats retombe à peine, qu'il rencontrera également un certain Raspoutine...

  • « Ici se donnent rendez-vous l'alchimie, la magie, l'astrologie, la légende - sans parler des traditions religieuses et ésotériques... » Ainsi Jeremiah Steiner parle-t-il de la Suisse et de ses villages secrets à son ami Corto Maltese, alors qu'ils s'en vont rejoindre le grand écrivain Hermann Hesse, installé dans le canton du Tessin. Les Helvétiques, une aventure littéraire ? Pas seulement. Car bientôt, entre érudition, fantaisie, mystère et onirisme, Corto va vivre l'une de ses plus étranges aventures - et pas la moins trépidante.

  • Dans les années 60, alors qu'il n'est pas encore devenu le légendaire auteur des aventures de Corto, Hugo Pratt a quitté l'Argentine, où il réalisait la série ERNIE PIKE avec Hector Oesterheld, et s'est installé en Angleterre. C'est là qu'il signe en solo, chez l'éditeur Fleetway, une série assez longue de récits de guerre, sans véritable personnage principal, mettant en scène des combats héroïques ou des histoires de combattants sur la plupart des fronts de la Seconde Guerre mondiale. La tonalité est populaire, mais de qualité, et le travail graphique décline une trame simple : une, deux ou trois images par page, pas davantage, sur des formats d'une soixantaine de planches.

    Ce sont les douze histoires de cette série qui sont proposées ici, dans une version intégrale et une présentation strictement conforme à ce qu'était l'édition originale. C'est une première, car ces récits, par la suite, avaient été pour partie remontés par Pratt pour les besoins de parutions ultérieures qui rendaient rarement justice à leur inspiration initiale.

    Résultat, une redécouverte sur près de 700 pages au format compact, pour un bel objet à l'unisson du talent du maître.

    La tonalité est populaire, mais de qualité, et le travail graphique décline une trame simple : une, deux ou trois images par page, pas davantage, sur des formats d'une soixantaine de planches.

  • Rhodes, sur la foi d'un vieux document, Corto trouve mention d'un « grand or» caché quelque part à Samarkand, là-bas, très loin vers l'est, qui n'attendrait que l'entrée en scène d'un homme assez déterminé pour s'en emparer.  Samarkand ? Un trésor ? Il n'en faut pas davantage pour que Corto prenne la route, sur les chemins qu'avait déjà empruntés, plusieurs siècles auparavant, Alexandre de Macédoine. D'autant qu'à Samarkand, quelle belle coïncidence, l'attend son vieux complice Raspoutine, qui croupit dans une prison sordide dont on ne s'échappe, dit-on, que grâce aux rêves dorés du haschisch... C'est le début d'une fabuleuse odyssée en direction de cette « maison dorée de Samarkand », à travers un continent eurasiatique en pleine recomposition politique, en proie à d'innombrables conflits frontaliers, nationalistes, ethniques ou crapuleux - quand ce n'est pas un peu tout cela à la fois.  Cent quarante et quelques planches de pur bonheur narratif et graphique, portées de bout en bout par le souffle épique de la très grande aventure.

  • Venise « La Sérénissime », ville des cours cachées et des sociétés secrètes, cité aux mille mystères, où depuis la nuit des temps se croisent les marins, les philosophes et les mages... Et où Corto revient toujours, attiré par quelque rébus et son goût incurable, immodéré de l'aventure. À lui de résoudre l'énigme qui lui permettra de mettre la main sur « La clavicule de Salomon », cachée au coeur d'une fable séculaire et convoitée par des francs-maçons, des assassins et des fous...

  • Quatre aventures de Corto, initialement publiées en France au cours des années 70, sont au sommaire de ce recueil, proposé dans une nouvelle édition: La lagune des beaux songes, Fables et grands-pères, L'Ange à la fenêtre d'Orient et Sous le drapeau de l'argent. Les deux premières se déroulent dans le delta de l'Orénoque, puis au Pérou, sur ce continent latino-américain qui a vu la saga du marin prendre son essor. Les deux suivantes se déroulent à Venise et dans sa région, rapprochant ainsi Corto de ses origines européennes... et Pratt de ses racines vénitiennes.

  • Recueil de l'ensemble des travaux en couleurs, sauf les aquarelles, réalisés par l'auteur hors du champ de la bande dessinée : illustrations, images rares ou oubliées à la gouache, à l'encre de Chine ou au fusain

  • Fêlure, débauche, amour, jeu et mort...Le tango est une pensée triste qui se danse. Corto Maltese est de retour à Buenos Aires, après quinze années d'absence. Un retour qui semble bien mystérieux pour son ami Fosforito. Corto se renseigne sur une association du nom de Warsavia qui n'est en fait qu'un ramassis d'entremetteurs. Il doit régler une affaire sordide, retrouver les traces d'une amie et de sa fille, une dénommée Louise Brookszowyc morte accidentellement. Le premier maillon est un homme, Butch Cassidy, qui l'amène à retrouver une vieille connaissance en la personne de Habban, homme redouté et puissant en Patagonie... Tout est si bizarre et les rencontres fortuites dans ce pays où certains soirs deux lunes éclairent la nuit.

  • Vous savez ce que je redoute le plus au monde ? me retrouver par hasard dans un rêve si profond et si documenté que je me croirais dans une vraie vie.
    Puis m'endormir dans ce rêve, en faire un autre, ainsi qu'une autre sieste dans cet autre rêve. et ainsi de suite un paquet de fois, au point de ne plus m'y retrouver et de ne plus savoir distinguer, quand je me réveille, le vrai de l'inventé.

  • Cet album reprend les trois premiers épisodes parus dans Sous le signe du Capricorne. A Paramaribo, en Guyane hollandaise, Corto Maltese rencontre le professeur Jeremiah Steiner de l'université de Prague et Tristan Bantam, un jeune adolescent anglais. Ce dernier, à la recherche de sa demi-soeur Morgana, entraîne Corto dans une sombre histoire de vaudou et d'héritage familial, au cours de laquelle apparaît Bouche Dorée, la célèbre prêtresse vaudou, qui reviendra ultérieurement dans l'oeuvre de Pratt.

empty