Edune

  • D

    Rascal

    Rascal est devenu célèbre grâce à son talent d'auteur plus qu'à son talent d'illustrateur. Pourtant il s'est dirigé vers le livre par goût des images, de la peinture, du graphisme. Il a beaucoup dessiné avant d'écrire.

    Il a été sérigraphe, graphiste, affichiste lors d'une autre vie. Rascal est belge, francophone. Cela peut sembler sans intérêt lorsqu'il s'agit d'art, mais dans son cas, son appartenance à la culture belge est de son âme, de sa manière de penser, de son humour et surtout de sa sensibilité. L'univers ouvrier, les petites gens, son enfance, le gris du ciel et les bleus du coeur, les petites choses du quotidien et l'immense imagination inventée vers soi-même pour tout engranger afin de tout restituer, plus tard, avec poésie et nostalgie.

    Si on regarde d'un peu plus près le travail d'illustrateur de Rascal, on remarque tout de suite l'aspect rétro de ses codes graphiques. Cette volonté lui est propre, mais renvoie aussi vers une tradition très belge (...)

  • Dieux

    ,

    C'est l'histoire de tous les Dieux de la terre, qui se jalousent pour une parcelle de pouvoir, aussi minime soit-il, et qui, dans leurs querelles, détruisent tout sur la Terre, hommes compris. Qu'un petit Dieu fasse de l'ombre à un plus grand, et c'est aussitôt des conflits entre eux, sans qu'ils tiennent compte des désastres occasionnés. Et ceux qui en subiront les conséquences sont les hommes qui, après tout, les ont créés...

  • C'est l'histoire de deux amis, deux amis de longue date. Christophe et Jean-François, Merlin et Martin, deux grands artistes qui ont usé les bancs des mêmes écoles d'art, rêvant tous deux alors de devenir illustrateurs.

    Deux amis que beaucoup de choses rassemblent, outre ce rêve devenu réalité, et qui pourtant ont des tempéraments bien opposés : Jean-François est un paisible père de famille, calme et appliqué alors que Christophe court le monde, les filles et les voitures de collection. Christophe est instinctif et spontané alors que Jean-François est réfléchi et posé. Tous deux travaillent indifféremment pour la presse, la communication et comptent un grand nombre de publications chez un grand nombre d'éditeurs. Tous deux sont extrêmement talentueux et nourrissent depuis une quinzaine d'années le monde de la littérature jeunesse de leurs prouesses artistiques. Alors que Jean-François est un illustrateur pur jus, Christophe aime écrire de temps à autre ses propres textes. C'est l'histoire de deux amis aux caractères opposés mais qui finalement se ressemblent.

  • P

    Blexbolex

    Blex Bolex est passé comme beaucoup d'autres, par une formation aux Beaux-Arts. Il a consécutivement travaillé comme vendeur de sandwiches, imprimeur de sérigraphies, il a été éditeur chez Cornélius, puis est devenu illustrateur pour la presse et l'édition . Parallèlement, et de façon continue, Blex Bolex a toujours fabriqué des livres, véritables supports artistiques pour lui. Il dessine, peint, écrit ou réfléchit pour ça. À l'origine, son père lui a transmis l'envie de dessiner. Il reproduisait à sa demande des couvertures de Tintin ou de Mickey. Le petit Bernard, encore loin d'être né sous son nom d'artiste, s'endormait en y pensant, et le lendemain, un dessin était là sur la table comme par magie ! C'est pour cette raison que Blex Bolex aime tant l'imprimerie : « Une machine fait le dessin pour toi, et c'est beau ! » Par la suite, il lit Hergé, puis plus tard, découvre Gary Panter, Charles Burns, David Sandlin, Richard McGuire, Willem, Franz Masereel, Georg Grosz, Basquiat, les constructivistes russes, Dada... du beau monde, en somme ! Blex Bolex aime l'art pariétal par-dessus tout et avoue un goût immodéré pour les boîtes d'allumettes du XIXe et début XXe siècle (surtout japonaises), les estampes populaires chinoises, ou encore l'Art Déco. Blex Bolex est un artiste cultivé, pointu, qui sait adapter son art aux lecteurs auxquels il s'adresse sans jamais altérer sa singularité.

  • M

    Martin Jarrie

    Martin Jarrie est un illustrateur qui n'en est pas vraiment un. Sa volonté artistique le porte vers la peinture, comme une évidence.

    Il a été formé aux Beaux-Arts d'Angers, y a acquis une bonne technique de dessin qui l'a mené vers l'hyperréalisme alors à la mode. Puis il prend un virage artistique radical, choisit le pseudonyme de Martin Jarrie et se plonge dans la représentation plus sensible et personnelle qu'on lui connaît aujourd'hui. Il a débuté par l'image documentaire, la publicité et s'est naturellement imposé en tant qu'illustrateur. Il a publié par la suite, avec son nouveau style, de nombreux livres chez Nathan, Rue du monde, Thierry Magnier, Gallimard et beaucoup d'autres... Il réalise toujours des images publicitaires, des affiches, illustre des articles, des premières pages ou des dossiers pour Libération, Le Monde ou Télérama. On connaît bien son travail pour l'avoir forcément croisé ici ou là depuis plus de 15 ans. Malgré tout, on se trompe sur le cas de Martin Jarrie : ce n'est pas un illustrateur, c'est un peintre. Il suffit de pénétrer dans son univers pour s'en convaincre...

    (...)

  • N

    Marc Boutavant

    Marc Boutavant est un auteur référent du monde de la littérature jeunesse. Son travail fait l'unanimité depuis une bonne quinzaine d'années et influence nombre d'autres illustrateurs.

    Il conjugue à la fois la reconnaissance de ses pairs et le succès commercial, ce qui est extrêmement rare ! Il faut dire qu'il ne manque ni de talent, ni de goût dans ses choix éditoriaux. Il est passé par l'apprentissage du graphisme, de la communication visuelle où il s'est forgé une excellente technique et un sens pointu de la narration par l'image. Par la suite, il a publié une quarantaine d'ouvrages chez une bonne dizaine d'éditeurs ( Mila, Albin Michel, Bayard, Nathan, Actes Sud ou encore le Seuil...). Il continue de travailler pour la publicité et la presse aussi bien en France qu'aux États-Unis, en Angleterre ou au Japon. En tout état de cause, son succès n'est certainement pas le fruit du hasard.
    (...)

  • Le journal de maxime

    V. Cheneau

    • Edune
    • 8 Février 2007

    Maxime est en classe de CE1. Il est solitaire, timide et se sent souvent rejeté par ses camarades. Grâce à son maître, il va peu à peu prendre confiance en lui et trouver sa place dans ce microcosme que représente l'école.
    Une découverte majeure va l'y aider : la musique.
    Cette passion va forger sa personnalité et faire de lui un enfant apprécié et aimé de tous ses camarades.
    Derrière cette histoire, les lecteurs découvriront en filigrane les notions d'intégration et de reconnaissance par le groupe. Ils comprendront aussi qu'une histoire peut être racontée sous forme d'un journal intime en employant la première personne du singulier.

  • Les aventures potagères d'un intrépide membre de la famille des Brassicacées !

    Bien qu'installé confortablement dans sa botte avec ses amis, Henri s'ennuie ! Il décide de partir à l'aventure, loin du potager, et d'explorer le monde, au-delà de la basse-cour. Il rencontrera des personnages bizarres et des contrées inattendues. Et surtout, il trouvera l'amour !

    (Cet album a été réalisé par les membres de l'atelier Croc en Jambe)

empty