Hazan

  • Ce catalogue accompagne l'exposition « UDERZO. Comme une potion magique »,présentée au musée Maillol de Paris du 17 avril au 30 septembre 2021,sous la direction de la famille Uderzo.COMME UNE POTION MAGIQUE par Ada & Sylvie Uderzo : Nous avions cru que, pour une fois, le destin lui avait joué un mauvais tour. Alors que toute la Gaule était entrée en confinement depuis une semaine à peine, au petit matin du 24 mars 2020, Albert Uderzo s'est endormi pour toujours, nous laissant seules, incapables de saisir la signification de son départ. Car personne n'est jamais vraiment préparé à cette mise en abîme, jamais. Avec le recul, nous avons compris que le destin lui avait offert, en réalité, ce qu'il désirait : s'en aller le plus discrètement possible, comme il avait tenté de vivre toute sa vie. Lui ne percevait pas la réalité de son parcours, l'arc incroyable qui lui avait permis de partir d'un point zéro pour atteindre les étoiles. Nous retrouvant avec ses dessins, avec ses personnages et avec sa célèbre signature, nous nous sommes interrogées sur ce qu'il aurait aimé que nous fassions. Rendre un hommage à sa carrière sans équivalent nous a très vite paru être une obligation, un besoin, une nécessité. Comme une potion magique. Une exposition devait en être le point d'orgue. La bande dessinée, longtemps considérée comme un art mineur, mérite aujourd'hui d'entrer dans les musées. Le musée Maillol, au coeur de Paris, était le parfait écrin pour accueillir ses planches, ses dessins, ses couvertures, qui, pour la plupart, n'étaient jamais sortis de son bureau. Nous souhaitions que, comme nous, les lecteurs des albums découvrent l'envers du décor, les coulisses du travail acharné auquel il s'était astreint toute sa vie. En soixante ans de carrière, de 1945 à 2005, il a tant crayonné, encré, souvent colorisé, que de Zartan à Astérix, en passant par Clopinard, Arys Buck, Jehan Pistolet, Luc Junior, Oumpah-Pah, Tanguy et Laverdure et tant d'autres jusqu'à Astérix, Obélix, Idéfix, nous voulions que le public puisse saisir la vraie dimension de son travail. Offrir à ses lecteurs de six à quatre-vingt-dix ans la possibilité de partager un moment privilégié avec lui. Car il nous répétait qu'il devait tout à son public. De la Vénétie à Lutèce, « Uderzo. Comme une potion magique » vous fera voyager au coeur de ses bulles...

  • Par Toutatis, Astérix est à la BnF !  Été 1959, Albert Uderzo et René Goscinny, attablés à la terrasse d'un café, cherchent une idée pour le premier numéro de l'hebdomadaire de bandes dessinées Pilote. Après avoir d'abord songé au Roman de Renart et à la préhistoire, Goscinny et Uderzo fixent finalement leur choix sur les Gaulois. La suite est connue : les aventures d'Astérix et Obélix connaissent un succès immédiat, qui ne s'est jamais démenti depuis. Les 33 aventures (bientôt 34) ont été traduites en 107 langues et dialectes et vendues à plus de 350 millions d'exemplaires à travers le monde.  En mars 2011, le dessinateur Albert Uderzo a fait don à la Bibliothèque nationale de France de cent vingt planches originales de la série. La BnF lui rend aujourd'hui hommage en organisant une exposition événement.  Le catalogue de cette grande rétrospective est construit en forme d'abécédaire. D'« Amitié » à « Wouhouhou ! » de « Châtaigne » à « Running gag », d'« Idéfix » à « Tour du monde », en passant par « Mythe gaulois », « Résistance » ou « Sanglier », les meilleurs spécialistes et les plus proches témoins de cette incroyable aventure éditoriale livrent tous les secrets de cette bande dessinée extraordinairement populaire.  Sont notamment analysés le parcours des deux créateurs, l'évolution graphique et les traits de caractère des personnages, le succès planétaire ou ses ingrédients, tels que les célèbres jeux de mots - « Il ne faut jamais parler sèchement à un Numide », « Passe-moi le Celte », « Tous les étés, les Ibères. », etc. L'ouvrage reproduit également des passages d'entretiens vidéo avec des célébrités, réalisés pour l'exposition, qui racontent comment elles aussi sont tombées dedans quand elles étaient petites !

  • Version numérique de l'album de l'exposition De l'Allemagne au musée du Louvre. L'ambition de cette exposition (riche de plus de deux cents oeuvres), est d'abord de proposer une réflexion autour des grands thèmes qui structurent la pensée allemande de 1800 à 1939. Nous est ainsi offert, pour la première fois en France, un panorama de la création artistique allemande sur une durée relativement longue - plus d'un siècle. Les courants artistiques, du classicisme weimarien, des Nazaréens à Otto Dix, en passant par Hans von Marées, Adolf von Hildebrand ou Franz von Stuck, mais aussi du romantisme d'un Caspar David Friedrich à la « nouvelle objectivité », seront ainsi replacées dans le contexte intellectuel de leur création et confrontés aux écrits des grands penseurs au premier rang desquels Goethe. Cette approche est importante pour le public français à qui l'art allemand dans ses différents développements a été peu montré. Elle permet de saisir comment l'art a joué un rôle déterminant dans le développement du concept allemand de « Kultur », à un moment historique capital où l'Allemagne cherche à construire son unité et son identité nationale. La notion de « Kultur », concept hérité de la philosophie des Lumières, est apparue comme la plus susceptible de constituer le terreau sur lequel inventer une tradition allemande moderne. Si l'occupation napoléonienne a pu favoriser la prise de conscience de cette unité, fournissant l'arrière-plan politique aux premières expérimentations romantiques, la montée du nazisme, à l'autre bout du parcours chronologique, a mis en évidence la dimension tragique de ce concept, sans pour autant réussir à l'anéantir.

  • Version numérique de l'album officiel de l'exposition Raphaël à Rome : les années de maturité (1512-1520) au musée du Prado de Madrid du 12 juin 2012 au 16 septembre 2012 et au Musée du Louvre, du 8 octobre 2012 au 14 janvier 2013. Une exposition majeure consacrée aux dernières oeuvres de Raphaël (1483 -1520), peintre et architecte italien de la Renaissance, et ses disciples les plus proches, en particulier Giulio Romano et Giovanni Francesco Penni. En coédition avec le musée du Louvre. Le Musée du Prado et le Musée du Louvre organisent conjointement une exposition majeure consacrée aux dernières oeuvres de Raphaël (1483-1520) et ses disciples les plus proches, en particulier Giulio Romano et Giovanni Francesco Penni. L'exposition offre un parcours chronologique à travers l'activité de Raphaël depuis le début du pontificat de Léon X (1513) jusqu'à la mort de l'artiste en 1520. Soit une époque qui correspond à la seconde période de maturité de l'artiste qui voit se poursuivre la définition des grandes formules classicisantes qui vont asseoir durablement sa renommée et l'idéal d'harmonie de la Renaissance classique, à travers les siècles, fondé sur la fusion heureuse de la leçon de l'Antiquité et du message universel de l'Eglise catholique (L'incendie du Borgo, La Chambre de Constantin, la Transfiguration). L`exposition et l'album qui l'accompagne permettent d'examiner les questions d'influence et de développement artistique, et de clarifier dans la mesure du possible les processus créatifs qui ont conduit à des résultats que nous voyons dans les peintures ; elle déterminera dans quelle mesure Raphaël et ses assistants ont été impliqués dans des tâches à la fois créatives et d'exécution. Des dessins seront inclus dans la présentation. En coédition avec le musée du Louvre.

  • Catalogue officiel de l'exposition "Frida Kahlo et Diego Rivera, L'art en fusion" au musée de l'Orangerie du 9 octobre au 13 janvier 2014. Si Frida Kahlo (1907-1954) est aujourd'hui l'une des artistes les plus connues et les plus populaires de l'art mexicain du XXe siècle, c'est bien sûr grâce à sa personnalité et à l'originalité d'une oeuvre qui échappe à toute tentative de classification. L'oeuvre est ici avant tout l'expression du récit d'une vie. Vie tragique et tumultueuse, échappant à son tour à toute convention, connue dans le moindre détail et récemment portée à l'écran, faisant d'elle une véritable icône. La seule évocation de son nom soulève enthousiasme et admiration, pourtant son oeuvre est peu montrée. Sa production artistique, quelque 200 oeuvres, n'a fait l'objet que de quelques rares expositions en Europe. Exposée pour la première fois en France, dans l'un de ses musées les plus prestigieux, la sélection proposée par le musée Olmedo, d'environ 38 oeuvres, inclut des oeuvres qui ont contribué à la renommée internationale de l'artiste, comme les autoportraits, parmi lesquels le très célèbre Autoportrait à la colonne brisée. La vie et l'oeuvre de Frida Kahlo sont indissociables de celles de son compagnon Diego Rivera (1886-1957). Ils sont entrés ensemble dans la légende et figurent tous deux au panthéon des artistes mexicains du XXe siècle. Célèbre pour ses grandes peintures murales, les peintures de chevalet, dessins, lithographies, qui constituent une part importante de sa production, sont moins connues du grand public en Europe. Le propos de l'exposition est de retracer son cheminement artistique, depuis les premières oeuvres cubistes, témoignages de ses liens avec le milieu artistique parisien, jusqu'à celles qui firent de lui le fondateur de l'école mexicaine du XXe siècle. L'exposition est une invitation à découvrir les multiples facettes de l'art de Rivera dont les voyages à travers l'Europe, ont nourri sa vision et son répertoire sans l'éloigner de ses racines. Il s'inscrira ainsi dans l'histoire comme le fondateur de l'école nationaliste. L'originalité de l'exposition consacrée au couple mythique incarné par Diego Rivera et Frida Kahlo consiste à présenter leurs oeuvres ensemble, comme pour confirmer leur divorce impossible, effectif dans les faits mais aussitôt remis en question après une seule année de séparation. Elle permettra aussi de mieux entrevoir leurs univers artistiques, si différents, mais également si complémentaires, par cet attachement commun et viscéral à leur terre mexicaine : cycle de la vie et de la mort, révolution et religion, réalisme et mysticisme, ouvriers et paysans. Version bilingue français/anglais.

  • A l'occasion de l'exposition « Bonnard, peindre l'Arcadie » (16 mars-19 juillet 2015), le musée d'Orsay a demandé à Joann Sfar de réaliser une planche ou texte témoignant de son amour pour le peintre. C'est devenu une aventure en dessins et peintures, librement inspirés de l'oeuvre de Pierre Bonnard, à paraître le 1er avril prochain aux éditions Hazan, en coédition avec le musée d'Orsay.

  • ENGLISH VERSION. The Louvre's collection shows the wealth and diversity of artistic creation in the Islamic world. In 2012, this collection, one of the richest and most beautiful in the world, was shown for the first time in the department's new rooms, designed by the architects Rudy Ricciotti and Mario Bellini. This project was the most ambitious undertaken since the creation of the Grand Louvre. On two levels of the museum, these new spaces now enable a comprehensive deployment of artworks spanning the 1,300-year history of lands spread over three continents, from Spain to northern India. To mark the department's reopening, this album offers an overview through the masterworks of the collection. In coedition with musée du Louvre.

empty