La Boite A Bulles

  • « Dites aussi aux Français qu'il reste un homme en Autriche qui ne leur est pas soumis et qu'il ne porte aucun titre ! ».
    1806, Beethoven a 36 ans et réside au palais du prince Alois von Lichnowsky, son ami et mécène, où il va nouer une amitié avec le jeune fils du prince, Eduard. C'est le temps des grandes conquêtes napoléoniennes et l'Autriche est désormais occupée par les troupes françaises. Pour montrer aux officiers français qu'il reçoit à dîner, « ce que reste un prince d'Autriche », von Lichnowsky met un point d'honneur à ce que le compositeur joue devant ses hôtes. Mais Beethoven refuse de faire montre de son talent. Par insoumission, non seulement à l'égard des vainqueurs, ces « serviteurs de la tyrannie » mais également à l'égard de son protecteur qui veut l'exhiber. Il est et restera un homme libre !
    À travers le récit de cette journée particulière, Régis Penet fait oeuvre biographique et dresse un portrait saisissant de « l'ours des salons » : un génie sûr de son talent, indomptable et épris de liberté. Instructif, émouvant... tout simplement magnifique !

  • Qui peut bien se laisser aller à croire aux extraterrestres ? Ou pire à penser en avoir déjà aperçus ! Eh bien, Sandrine Kerion, elle, y a cru.Tout a commencé le jour où elle s'est imaginée avoir vu des soucoupes volantes. C'était dans les années 90, elle était une adolescente nerd un peu paumée, grandissant dans une famille déchirée, un terreau particulièrement fertile pour que la jeune fille sombre dans ces croyances et illusions. Persuadée d'être une « contactée », une élue chargée par les aliens d'une mission envers l'humanité, elle sombre peu à peu dans les théories du complot et autres thèses révisionnistes. D'après l'autrice - qui a pris énormément de recul et s'est beaucoup documenté sur le sujet - pour en venir à croire à tout et n'importe quoi, il suffit... d'en avoir besoin.J'ai vu les soucoupes est le récit d'une plongée dans la folie douce et l'évocation du contexte tant familial que sociétal qui y a contribué. Mais c'est aussi celui d'une reconstruction et d'un lent retour à la réalité à laquelle l'auteure porte forcément un regard un peu décalé !

  • Avant d'être la célèbre écrivaine que l'on connaît, Agatha Christie a, elle aussi, été une enfant. Et pas n'importe quelle enfant ! Chez elle, tout est matière à mener l'enquête, à déchiffrer des énigmes et rien n'est plus amusant qu'une scène de crime nimbée de mystères !Ainsi, elle réécrit à sa manière les contes les plus célèbres (l'histoire de Boucles d'or n'était-elle pas une machination de Petit Ours pour avoir plus de soupe ? La Sorcière de Blanche Neige est-elle la vraie méchante de l'histoire ?), transforme un thé entre poupées en scène de crime, et invente même le Cluedo à partir de sa maison de poupée !Nous apprenons également qui était Miss Marple avant de devenir la célèbre détective des romans d'Agatha Christie, et c'est d'ailleurs elle qui nous révèle les solutions des enquêtes dissiminées tout au long du livre...
    Une fois encore, William Augel offre une bande dessinée à la fois enrichissante et amusante, emplie d'humour et de tendresse !

  • « Si les Allemands nous arrêtent, moi, je survivrai parce que je suis fort mais pas vous ». Ces paroles, prononcées prononcées par son père avant sa déportation, Serge Klarsfeld ne les oubliera jamais.

    Après la guerre, il se marie à Beate, une jeune allemande installée à Paris.
    Ensemble, ils se font la promesse d'obtenir la mise à l'écart de la vie politique allemande de tous les anciens nazis, puis d'obtenir le jugement et la condamnation des principaux responsables nazis de la déportation, notamment ceux ayant sévi en France. Distribution de tracts, manifestations, tentatives d'enlèvements, la « méthode Klarsfeld » prouve leur obstination à débusquer les criminels de guerre qui vivent paisiblement en toute impunité alors que, durant la guerre, ils occupaient des postes officiels, qu'ils soient anciens nazis comme Lischka, Hagen, ou Barbie ou collaborateurs français comme Papon, Bousquet ou Touvier...

    Dans ce roman graphique, Pascal Bresson revient sur les combats de la vie de Beate et Serge Klarsfeld pour que justice soit rendue et que nul n'oublie. Un ouvrage marquant pour l'histoire, la mémoire et la justice, brillamment mis en image par Sylvain Dorange.

  • Bruxelles, 2012.
    Billie reçoit un appel de sa mère l'informant que la juge aux familles a décidé de rendre Soledad, sa soeur d'accueil, à sa mère biologique. Pour la famille, c'est tout à la fois un désaveu cinglant et surtout un drame car ils craignent pour la stabilité émotionnelle de Soledad.
    Sans hésitation aucune, la jeune femme abandonne la capitale belge et ses études de médecine pour revenir au sein du cocon familial, au beau milieu de la forêt, retrouver ses parents et ses 4 autres frères et soeurs. Son retour auprès de sa tribu sera bientôt suivi par celui de Soledad, déçue et traumatisée - une fois de plus - par le rejet de sa mère biologique.
    Si cette famille originale ne manque ni de charme ni de solidarité, ni d'originalité, chacun de ses membres se retrouve face à ses propres difficultés, que ce soit pour définir des choix de vie, pour se trouver une profession, ou pour continuer à croire en son rôle de parent d'accueil face aux aberrations d'une administration bornée...
    Car le mal-être de Soledad, jeune adolescente tourmentée, se trouve amplifié par les événements récents, avec un sentiment d'abandon décuplé et l'impression de n'avoir sa place nulle part, pas même dans sa famille d'accueil. Autour d'elle, la tribu tente de faire front et de l'apaiser.
    Mais c'est sans compter sur l'obstination et l'aveuglement d'un trio d'assistantes sociales au rôle de quasi sorcières maléfiques...
    S'inspirant de son expérience en tant que soeur d'accueil, Tiffanie Vande Ghinste livre ici un récit intimiste empreint d'émotion et de poésie sur le quotidien des familles d'accueil, marqué autant par les défis à relever que par la richesse des relations et l'intensité des moments de joie...

  • Hugo, un collégien des années 1990, se sent différent des autres garçons de son âge. En fait, il se demande même s'il ne serait pas homo... Mais comment en être sûr ?
    De quelles ressources un jeune de 14 ans qui grandit à la fin du 20e siècle dispose-t-il pour trouver la réponse à ses questions ? Vers qui se tourner ? Il est en proie aux doutes, et son environnement ne semble pas tout à fait prêt à accepter sa spécificité.
    Alors quand Augustin, 14 ans lui aussi, débarque dans sa vie, tout droit arrivé de 2021, c'est le choc. Les deux adolescents comparent leurs vies respectives, et c'est Augustin qui rassure Hugo et l'aide à comprendre son orientation sexuelle. Petit à petit, à grand renfort de recherches, d'expériences et surtout de discussions avec son nouvel ami du futur, Hugo va parvenir à s'accepter tel qu'il est.Augustin lui fera ainsi découvrir la conception de l'homosexualité qui sera celle des années à venir...
    En attendant, Hugo doit traverser des étapes délicates : son coming-out auprès de ses parents, ses premiers émois amoureux, des tentatives de « guérison ».Il réalisera également qu'Augustin, en 2021, n'échappe pas non plus complétement à ces questionnements et difficultés, en dépit des progrès majeurs effectués en termes de droits LGBT.

  • Les péripéties homologuées de Paul et Tom Nouv.

    Au fil de leur péripéties quotidiennes, les deux hommes livrent avec dérision leur vision de la société tout en portant un regard acerbe sur le monde et les gens qui les entourent. Tout y passe : réseaux sociaux, codes du genre, stéréotypes. Avec une verve décapante et un ton des plus grinçants, ces deux roublards se moquent des codes et dépoussièrent les vieux clichés. Car oui, Paul et Tom sont homosexuels, et cela ne change absolument rien. Comme tous les couples, ils s'aiment, s'engueulent, passent leur temps à se vanner, et à se moquer des autres... surtout à se moquer des autres... Loin des clichés habituels et avec un humour décapant, Jacq dresse le quotidien d'un couple des plus ordinaires tout en portant un regard caustique sur notre société.

    Ajouter au panier
    En stock
  • L'Ours Barnabé revient pour un 21e tome ! L'occasion de fêter avec lui son 1000e gag ! Au programme de ce Joyeux anniversaire : création d'oeuvres d'arts étranges, visites de musées en tous genres et rencontre avec de drôle d'individus comme Bigfoot ou les extra-terrestres ! Créé en 1980, L'Ours Barnabé traverse les âges et fait le bonheur des petits comme des grands. Mu par une douceur de vivre communicative, notre valeureux plantigrade fait preuve d'une spiritualité pleine d'humour qui fait mouche.
    Philippe Coudray ne finit pas d'amuser et faire rire petits et grands tout en gardant un sens aigu de la réflexion. Les mille et une aventures du célèbre plantigrade représentent autant de gags savoureux qui donnent, pour la plupart, l'occasion s'interroger sur le monde qui nous entoure...

    Ajouter au panier
    En stock
  • Ce second volume traite des opérations d'envergures visant à mettre en pratique leurs idéaux. Makhno raconte ses combats menés à la tête d'une armée insurrectionnelle, pour établir une zone révolutionnaire libertaire puis pour la défendre face aux impérialistes et aux bolcheviks.
    De son côté, Durruti détaille les actions qu'il a commis dans l'espoir d'affaiblir le pouvoir en place et le patronat, tant en Espagne et en Amérique Centrale.
    Une suite et fin aussi passionnante qu'instructive sur un pan de l'Histoire européenne souvent oublié...

  • Lucha est l'histoire du mouvement du même nom, créé par de jeunes Congolais de tous milieux, origines et religions qui ont choisi de mener un combat pacifique dans un pays où les choses se règlent souvent par les armes, le clientélisme ou la corruption.
    C'est en Janvier 2012 que ce mouvement citoyen voit le jour à Goma, dans l'Est de la République démocratique du Congo (Kivu), une région soumise aux nombreuses exactions de groupes armés.
    Animé par le désir d'un pays nouveau, véritablement indépendant et démocratique, La Lucha milite, à travers des actions non violentes pour l'accès à l'eau, à l'éducation, la fin de l'impunité des groupes armés et la tenue d'élections présidentielles. Le mouvement a très vite attiré l'attention des autorités qui répriment régulièrement leurs actions.

  • Le cinquième volume de l'intégrale des aventures de l'Ours Barnabé, regroupe les gags parus dans les tomes 16 à 19 : Trucs et astuces, Un pour tous, tous pour un !, Un nouveau monde et Vive la nature ! ainsi que 6 planches supplémentaires qui constituent autant de gags inédits !
    Créé en 1980, L'Ours Barnabé traverse les âges et fait le bonheur des petits comme des grands. Mu par une douceur de vivre communicative, notre ours fait preuve d'une spiritualité pleine d'humour qui fait mouche. Toujours en faisant preuve d'humour et d'intelligence, Philippe Coudray ne finit pas d'amuser et faire rire petits et grands tout en gardant un sens aigu de la réflexion. Les mille et une aventures du célèbre plantigrade représentent autant de gags savoureux qui donnent, pour la plupart, l'occasion s'interroger sur le monde qui nous entoure...

  • C'est l'aventure éminemment humaine de la complicité d'une infirmière avec une de ses patientes atteinte de dégénérescence sénile, que Valérie a demandé à Raphaël Sarfati de mettre en images, pour témoigner de son vécu et surtout du peu d'attention trop souvent portée aux personnes âgées.« Je suis comme un bout de bois, je regarde le ciel, les nuages, et je ne sens rien » m'a dit un jour Joséphine.
    J'ai eu la chance de la rencontrer, elle, qui se disait la fille d'Arsène Lupin ! L'humour était notre langage, notre terrain de jeu et notre lien. Elle était drôle et étonnamment vivante malgré les troubles dont elle souffrait. Joséphine a questionné des choses essentielles pour moi, m'a aidée à mieux penser mon travail pour ne pas me perdre dans la passivité, l'indifférence.Par ce récit, je voudrais dire qu'il ne faut jamais capituler face à ces troubles du comportement si déstabilisants pour nous bien portants. Il faut toujours chercher le lien, la porte qui nous permet d'accéder à l'autre. Et là, on peut être prêt à se laisser bouleverser par « la demoiselle aux yeux verts ».
    Émouvant et riche de questionnements.

  • Dans ce nouvel album, Bruno Loth retrace les principaux événements qui ont marqué la vie des deux anarchistes Buenaventura Durruti et Nestor Makhno qui ont en commun d'avoir réussi à mettre en pratique l'anarchie sur tout un territoire (Catalogne - Ukraine).
    En 1927, après une tentative de coup d'État contre le roi d'Espagne Alphonse XIII, Durutti est emprisonné en France. Finalement libéré, il échappera à l'extradition vers l'Argentine, mais aura 10 jours pour quitter la France. C'est à Paris, dans la clandestinité, que Durrutti rencontre Nestor Makhno, figure de l'anarchisme ukrainien, communiste libertaire et fondateur de l'armée révolutionnaire insurrectionnelle Makhnovchtchina.
    Cette rencontre sera pour eux l'occasion de confronter leurs expériences et leurs idéaux...

  • Heureusement pour elle, elle trouve un précieux allié en la personne de Dimas, un gros ours un peu ronchon qui, malgré ses tendances pantouflardes, n'a pas le coeur de la laisser seule. Sac à dos chargé sur les épaules, ils s'engagent donc tous les deux dans une folle recherche.

    Leur point de départ ? Un portrait - pas vraiment ressemblant - des parents de Raven, dessiné au crayon de couleur sur du papier machine. Leur chemin les mènera jusqu'aux portes d'une étrange ville fortifiée où chaque question posée implique une énigme à résoudre. Comme s'ils n'avaient pas déjà assez d'un problème à régler !

    Par chance, Raven et Dimas ont plus d'un tour dans leur sac et ne comptent pas se laisser duper par les absurdités de la ville. Leurs trépidantes aventures ne font que commencer !

    Une aventure pleine d'humour, où l'extravagance côtoie le bon-sens et l'intelligence.

  • Oscar se voit comme un dominateur-né qui aime être entouré de courtisans ou plutôt de souffre-douleur. Accompagné de sa bande de suiveurs, il prépare l'exposition qui imposera à tous l'ampleur de son talent.
    Oscar est sans pitié. Il a aimé sa voisine, Anna, abusé quelques temps de sa naïveté avant de rompre. Point final de l'histoire, pensait-il. Mais Oscar se trompait, Anna lui réservait quelques surprises.
    Initialement, "Anna" s'appelait "Hôtel Particulier" et seul le premier tome de ce thriller psychologique était paru aux éditions Soleil. En 2004, La Boîte à Bulles en avait proposé une version intégrale déjà intitulée "Anna", mais celle-ci ne rendait pas grâce au travail d'encrage de Chistophe Bec.
    En voici donc une version grand format entièrement retravaillée, du lettrage aux scans...
    L'occasion de découvrir tout le charme et le venin jubilatoire de cet album, le plus intimiste de l'oeuvre de Christophe Bec, entièrement réalisé d'après des images tournées pour l'occasion.
    Une peinture de moeurs aussi saisissante que cruelle et ironique et une plongée dans le milieu de l'art contemporain caustique à souhait. Un microcosme que Stéphane Betbeder connaît bien pour l'avoir fréquenté quelques temps.

  • Le nouveau vestiaire des collégiens ouvre ses portes. Vitres floutées et toilettes roses, les garçons découvrent les locaux rénovés avec un mélange de gêne et de moquerie.
    D'autant plus que les douches sont désormais collectives !

    Ainsi deviennent-elles un centre d'intérêt particulier, dans cet espace clos où le principe fondamental de l'autorité adulte disparaît et où peuvent s'exprimer les instincts primaires à l'état le plus brut : agressivité, sexualité ado, moqueries, harcèlement de la tête de turc...

    Est recréée au sein même du vestiaire une microsociété sans limites et à l'équilibre incertain, avec ses chefs craints et ses moutons noirs. Affranchis, les garçons du vestiaire affichent leur cruauté naturelle dans un récit à la fois captivant et étouffant qui n'est pas sans rappeler Sa Majesté des mouches.

    Loin du feuilleton adolescent, cet album est un authentique témoignage sur la puberté.

  • Après une rupture, Johan part au Brésil pour se déconnecter de sa vie en France et des réseaux sociaux, qui occupent une grande place dans sa vie de militant. Sur place, il découvre Rio et son carnaval, la fête, les costumes mais aussi un aspect plus sombre du quotidien brésilien : les lynchages. Pris dans l'euphorie de la foule, il assiste au passage à tabac d'un homme que les "justiciers" présentent comme un voleur.
    Tous deux seront secourus par Marcela, militante contre les lynchages publics. Johan se lie d'amitié avec elle et découvre à ses côtés la terrible réalité d'un pays où, par manque de confiance à l'égard des autorités, certains ont choisi de faire justice eux-mêmes... A travers ce récit coup de poing, les auteurs questionnent notre perception des notions de justice, de présomption de culpabilité, et la mettant en perspective à l'heure des réseaux sociaux et des pratiques déviantes qu'ils favorisent.

  • En 1860, l'explorateur périgourdin Antoine de Tounens quitte la France pour s'établir en Araucanie et Patagonie, territoires à l'extrémité australe de l'Amérique du Sud. Son rêve est ambitieux : il souhaite régner sur ces régions et unifier le peuple Mapuche pour le libérer du joug du gouvernement chilien. Malgré un premier échec, il tentera par trois fois de soulever ce peuple face à l'oppresseur.
    Chaque tentative se soldera par un échec et une amertume cuisante... Ainsi, l'explorateur livre le récit de cette épopée dans lequel la frontière entre réalité et fiction est de plus en plus floue. Et de fait, à l'instar de Don Quichotte, Tounens ne voit que l'aspect romanesque de son entreprise et non toute la folie et la démesure qui entourent son projet. Retour sur le parcours d'un homme qui, à défaut de régner sur un territoire, ne réussit qu'à être roi du vent...

  • En 2005, Nicolas Wild, dessinateur de bande dessinée, trouve à la fois un plan squat et un boulot. Seulement c'est un peu loin : à Kaboul, dans un Afghanistan encore instable après la guerre. Voilà donc ce jeune insouciant transporté dans une capitale en crise, chargé de dessiner une adaptation de la constitution afghane, puis d'oeuvrer à une campagne de communication pour la lutte contre l'opium. Un véritable succès pour cette série portée par l'engouement de ses lecteurs.

  • Quels sont les revenus des agents économiques ? comment se financent-t-ils ? Autant de questions pointues auxquelles la formatrice en économie, Claire Fumat et un collectif d'illustrateurs, répondent minutieusement chapitre par chapitre !

    Jargon et grandes théories économiques et sociales passent à la moulinette de la pédagogie et de l'humour pour être exposées en illustrations claires et ludiques facilitant la compréhension et la mémorisation.

    Au travers d'exemples humoristiques et décalés, ce livre vous donnera les clés pour comprendre les fondamentaux de la discipline, décrypter l'actualité économique et sociale et saisir les enjeux de notre époque.

    Tout le programme de sciences économiques et sociales de Première dans une série de bandes dessinées à mettre entre toutes les mains !

    Ajouter au panier
    En stock
  • Comment se forme et s'exprime l'opinion publique ? Voter est-il une affaire individuelle ou collective ? Autant de questions pointues auxquelles la formatrice en économie, Claire Fumat et un collectif d'illustrateurs, répondent minutieusement chapitre par chapitre !

    Jargon et grandes théories économiques et sociales passent à la moulinette de la pédagogie et de l'humour pour être exposées en illustrations claires et ludiques facilitant la compréhension et la mémorisation.

    Au travers d'exemples humoristiques et décalés, ce livre vous donnera les clés pour comprendre les fondamentaux de la discipline, décrypter l'actualité économique et sociale et saisir les enjeux de notre époque.

    Tout le programme de sciences économiques et sociales de Première dans une série de bandes dessinées à mettre entre toutes les mains !

    Ajouter au panier
    En stock
  • Alice est une jeune fille de la petite bourgeoisie strasbourgeoise. En septembre 1939, à 21 ans, guide de France, anticonformiste et francophile s'engage comme infirmière dans l'armée française. Après la débâcle, elle rentre chez ses parents à Strasbourg, alors que les Allemands s'emploient à nazifier la province.
    Très vite, Alice s'insurge contre la situation, et avec une amie, met sur pied une équipe clandestine qui vient en aide aux prisonniers de guerre français et étrangers enfermés dans les casernes de la ville.
    Pendant deux ans, elle recueillent, nourrissent, munissent de faux papiers et exfiltrent d'Alsace près de 500 détenus fuyant l'incorporation de force dans l'armée allemande.
    Mais suite à une imprudence, le réseau est repéré, les filles arrêtées, et enfermées dans la forteresse de Ziegenhain (près de Bonn). Lucienne, la cheffe d'équipe est condamnée à mort. En septembre 1944, Strasbourg est libéré, Alice n'a alors plus qu'une idée en tête, s'évader, et retrouver sa famille.

  • Téhéran, de nos jours. A la mort de leur femme et mère, Amir et ses trois enfants - Shirin, Reza et Mohammad - découvrent que celle-ci leur a légué une terre agricole de trois hectares dont nul ne connaissait l'existence. Si les garçons héritent de la plus grosse part du gâteau, comme le veut la loi iranienne, Shirin découvre quant à elle que sa part contient un trésor inestimable : un noyer. S'ensuit une querelle entre la soeur et les deux frères jaloux qui n'auront de cesse d'essayer de récupérer cette parcelle de terrain et son arbre tant convoités.
    Amir, lui, se retrouve désemparé face à des enfants qu'il ne reconnait plus. L'orgueil et la cupidité font rage... Avec Azizam, Gelsomino et Valeria Guffanti nous proposent une comédie "à l'italienne" au croisement des cultures et à la portée universelle.

  • En 1978, alors qu'il est encore un tout jeune peintre, Vann Nath est arrêté par les Khmers rouges. Accusé de violation du code moral, il est enfermé à la tristement célèbre prison de Tuol Sleng, plus connue sous le nom de S-21.
    Dès lors, la peinture deviendra pour lui synonyme de survie puisqu'il sera réquisitionné, comme bon nombre d'artistes et artisans cambodgiens, afin de mettre son talent au service de la dictature.
    À travers ce récit, l'on découvre les racines de l'art de Vann Nath, pour qui peindre est devenu, à sa libération, un devoir de mémoire et d'hommage aux victimes du régime de Pol Pot.
    Au-delà de sa portée biographique, cet ouvrage présente le combat mené par le peintre pour que les crimes de ses bourreaux ne demeurent pas inconnus de tous.
    Un album aussi passionnant que percutant...

empty