La Boite A Bulles

  • D'un côté, il y a Luisa, 30 ans, photographe culinaire célibataire et incapable de vivre plus de quelques semaines avec un homme. De l'autre, Luisa, 15 ans, des rêves plein son sac à dos, une folle envie de trouver l'amour et de vivre de la photographie... Mais aussi des sentiments inassumés pour Lucie, sa copine lesbienne. Un jour, aussi invraisemblable que cela puisse lui paraître, la Luisa adulte voit débarquer sur le pas de sa porte l'ado qu'elle était ! Cette rencontre sera décisive pour la jeune femme car elle fera remonter à la surface des frustrations trop longtemps enfouies. Un récit initiatique à rebours, qui entraîne le lecteur dans une quête intime de réalisation personnelle, porté par le trait joueur et les couleurs pleines de vie de Carole Maurel.

  • Dans la mythologie grecque, les Dryades sont des nymphes, douces et bienveillantes, habitantes et protectrices des forêts. Mais que se passerait-il si elle vivaient en ville ?

    Retenue prisonnière par un ogre dans un chêne, Rudica réussit enfin à s'échapper après trois tentatives infructueuses, grâce à une infusion magique. C'est du moins ce qu'elle raconte...

    Fraîchement débarquée à Bruxelles, le hasard mettra sur son chemin Yacha, une jeune libraire à la vie un peu morne, délaissée par son colocataire Igor. Ensemble, elle se rendent compte de leur force créatrice hors du commun et décident de l'exploiter pour décorer les rues de Bruxelles, et soigner les gens qui les entourent. Mais l'ogre n'est pas loin, et surtout la ville est semée d'embûches et leurs bonnes intentions pas forcement du goût de tout le monde...

    Une ballade sensible et poétique au fil des rues colorées de Bruxelles.

  • Au commencement était une lettre... une lettre mystérieuse de Agathe à son père, priant ce dernier de ne surtout pas la rechercher.

    Convaincu que sa fille n'est pas partie de son plein gré, monsieur K part à sa recherche dans les rues de Paris.

    S'ensuit une longue descente aux enfers, un chemin qui va l'amener à rencontrer puis à passer outre les conseils de personnages énigmatiques tels W. le pragmatique détective, N. le musicien balayeur, Bashô le chat poète, l'araignée sur l'épaule, le petit joueur de bille et... Enfin Libre, eux-mêmes. Ces personnages ne seraient-ils pas, au final, que des parts de lui-même qu'il lui faudra assimiler ?

    Pendant ce temps, Agathe, en plein monde onirique, semble oeuvrer à retrouver les couleurs et les dimensions d'un monde devenu trop plat pour elle.

    L'un et l'autre vont devoir travailler sur eux-mêmes, chacun de leur coté, afin de pouvoir (mieux) se retrouver. Nettoyer son passé, se faire de la place, accepter ses erreurs et avancer.

    La musique des sphères leur permettra-t-elle de se retrouver ?

  • Holywood, le « Bois Sacré », est une sombre forêt de conifères, peuplée de monstres de foire et de vieilles caravanes ; c'est là-bas que naissent les stars de cinéma qui font tant rêver les spectateurs. Dans l'espoir d'en devenir une à son tour, la fragile Norma vient s'installer dans cette étrange ville-fantôme qui lui permet, malgré l'obscurité ambiante, de se retrouver sous le feu des projecteurs. Passé les premiers échecs, la frêle jeune femme se retrouve au coeur de l'attention du couple Wilcox, énigmatique fondateur de Holywood. Grâce à eux, Norma Jeane Baker devient Marilyn. LA Marilyn. Une femme très différente de la véritable Norma. Trop, peut-être ?

  • Qui ne connait pas le conte du Petit Poucet ? Sept frères abandonnés dans les bois qui trouvent refuge chez un ogre un peu trop affamé. Dupé par une ruse de Poucet, l'ogre égorge ses sept filles.Depuis des siècles, les conteurs présentent cette histoire comme l'aventure glorieuse d'un enfant malin, mais personne ne s'intéresse à la douleur de la femme de l'ogre : elle qui, au petit matin, retrouve ses filles assassinées.Son parcours reste énigmatique : comment a-telle bien pu en arriver à épouser un ogre, elle que le conte décrit comme douce et attentionnée, tout le contraire d'une ogresse. Et surtout, qu'adevient-il d'elle après le drame ? Est-ce pour elle aussi la fin de l'histoire. ou au contraire son début ?

  • Simon travaille dans un centre médical. Poursuivant une jeune patiente fugueuse dans les sous-sols, il tombe bien malgré lui sur le génie radin de la lampe de poche, qui n'exauce qu'un voeu. Décontenancé, il formule celui de pouvoir (ainsi que son équipe) soulager les patients de leurs maux, pour rendre leur calvaire plus supportable.

    Ce pouvoir généreux et désintéressé va se révéler exigeant pour ses bénéficiaires : afin de soulager leurs patients, ils leur faut en effet prendre sur eux tous les maux de ces derniers. Avec toutefois la possibilité de les leur rendre. Ils décident donc de proposer à leurs patients d'être libéré de leurs douleurs le temps d'une journée. Mais quelqu'un qui se trouve soulagé de ces maux pour la journée peut-il être aussi honnête que Simon et ses collègues ?

  • Dans une sorte de Moyen-Âge fantasmagorique, Martin erre entre le monde des vivants et celui des morts. Pendu pour avoir tué son père à coups de hache et avoir donné ses restes aux cochons, il est renvoyé sur terre pour élucider si son cas était pendable ou non. Lui ne se souvient de rien.

    Recueilli par une vieille sorcière aux moeurs décousues et passablement lubriques, il parvient à s'échapper. Mais ce n'est que la première d'une série de rencontres plus effrayantes les unes que les autres, mêlant fantômes, mercenaires, pèlerins, Belzébuth et autres créatures infernales.

    Au fil du récit, Martin va vivre une sorte de psychanalyse sauvage, mais aussi finir par découvrir les causes de son acte.

  • De part et d'autre d'une grande bande d'encre noire, le Fluink, deux peuples que tout oppose vivent dans l'ignorance l'un de l'autre.

    En bas, les Pâals, en blanc sur fond noir, sont désormais dirigés par un Préfectal à l'ambition démesurée qui souhaite construire une nation forte et conquérante basée sur un urbanisme galopant.

    En haut, les Schwarzs, en noir sur fond blanc, vivent dans une tranquillité presque passive laissant le temps s'écouler au rythme du Fluink protecteur. Mais voilà que d'étranges objets se mettent à arriver dans leur monde et à déranger leurs habitudes...

    Les Schwarzs, sous l'impulsion d'un savant extatique, vont donc partir à l'exploration du Fluink et à la rencontre d'un peuple aux antipodes de leur mode de vie. Choc salutaire ou risque d'explosion ?

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Dans un bout de rue quelconque, un immeuble pimpant et arrogant défie la vieille façade lépreuse d'en face ; c'est dans ce bâtiment croûteux que crèche Mélusine.
    Hasard, elle rentre ce jour là pile au moment où Justine, délicate oie blanche du 92, emménage face à chez elle.
    Bizarrement, Mélu lui propose son aide (pourtant c'est pas son genre) ; l'occasion de faire connaissance...
    Il est manifeste qu'un monstrueux gouffre sépare les deux jeunes femmes (ça crève les yeux), et pourtant... Quelque chose fait que ces deux opposées s'attirent. Et pas qu'un peu !

    Et si Justine n'a pas connaissance de toutes les horreurs auxquelles Mélusine se trouve mêlée (mais le lecteur, lui, si !), elle entre tout de même progressivement dans l'univers de sa comparse.

    Un ouvrage fort, dérangeant, érotique, mêlant amours lesbiens et faits divers.
    A ne pas mettre dans de trop jeunes mains ! Du grand art, mais à sa façon !

  • Simon travaille dans un centre médical. Poursuivant une jeune patiente fugueuse (Séverine du Voeu de Marc) dans les sous-sols, il tombe bien malgré lui sur le génie radin de la lampe de poche, qui n'exhausse qu'un voeu. Décontenancé, il formule celui de pouvoir (ainsi que son équipe) soulager les patients de leurs maux, pour rendre leur calvaire plus supportable.

    Ce pouvoir généreux et désintéressé va se révéler exigeant pour ses bénéficiaires : afin de soulager leurs patients, ils leur faut en effet prendre sur eux tous les maux de ces derniers. Avec toutefois la possibilité de les leur rendre. Ils décident donc de proposer à leurs patients d'être libéré de leurs douleurs le temps d'une journée.

    Mais quelqu'un qui se trouve soulagé de ces maux pour la journée peut-il être aussi honnête que Simon et ses collègues ?

  • Dans un archipel de terres où chaque race animale (Murides, Sinois, Tigrisses.
    ) contrôle jalousement sa propre île, seule la Guilde de la mer, consortium de marchands et d'aventuriers, préserve un lien économique entre les peuples et un certain universalisme en ses murs. Une série d'aventure alliant mondes merveilleux, chasse au trésor, flibuste à ce charme si particulier qui fait de Nancy Peña un des auteurs les plus attachants de la jeune génération.

  • Au temps du Moyen-Âge, le diable veut tuer un démon. (Déjà, le démon, il s'appelle Vauvert, qu'est ce que c'est que ce nom là ?) Comme Vauvert est pas un dégonflé, il convoque des tas de monstres, lève une armée, et décide de faire la guerre au diable.

  • Dans un archipel de terres où chaque race animale (Murides, Sinois, Tigrisses, etc.) contrôle jalousement une île, la Guilde de la mer, consortium de marchands et d'aventuriers, préserve un lien économique entre les peuples et un certain universalisme en ses murs.

empty