La Boite A Bulles

  • Un portrait de femme au graphisme et aux textes d'une grande poésie... Une véritable ode à la féminité et au temps qui passe...

    "De ma naissance, je n'ai aucun souvenir. Je n'étais plus poisson, j'avais des bras, des jambes, un dos." Un jour, Pilar naît, puis elle grandit, se questionne, découvre, ressent, rencontre, aime, vieillit... Ainsi, sa vie, elle nous la conte en toute simplicité, délicatesse et sensualité.
    Avec douceur et poésie, Paulina Silva livre un portrait intime de femme, en toute sobriété et finesse à travers cet album évoquant le temps qui passe, marque les visages, les corps, l'esprit...
    Le texte français est signé par Véronique Massenot, dont les textes sont reconnus pour leur grande sensibilité.
    Un ouvrage somptueux, aux illustrations d'une grâce puissante, accompagnées d'un texte à la fois subtil et onirique...

  • Les Himbas constituent un peuple premier qui, bien qu'en contact avec la civilisation occidentale, a décidé de conserver son mode de vie.
    Solenn Bardet les connaît très bien, puisqu'à peine majeure, il y a 20 ans, elle est allée vivre avec eux, se faisant même adopter par une famille himba.
    En 2015, elle convainc Simon Hureau de la suivre dans son prochain périple en Namibie. Pour Solenn, les objectifs de ce voyage sont multiples : se rendre sur la tombe de son défunt père, présenter sa fille Zélie à sa famille himba et à ses amies et résoudre des conflits entre clans qui paralysent l'avancement des projets de l'association Kovahimba...
    Sur cette terre aride où rien n'est simple, organiser une simple réunion demande patience et persévérance. Aux côtés de Solenn, Simon Hureau et le lecteur découvrent la beauté, l'étrangeté de ce pays et de ses habitants.
    Dépaysant, instructif, magique...

  • Ce " livre-carnet " raconte le voyage que les auteurs (un écrivain, un dessinateur et un photographe) ont entrepris en octobre 2009, dans le cadre d'un échange artistique franco-palestinien entre les Centres Culturels Français sur place et le Rendez-Vous du Carnet de Voyage de Clermont-Ferrand.

    Ils sont partis dans l'idée de faire le portrait d'une Palestine méconnue, vécue et racontée par les Palestiniens eux-mêmes. Pour cela, ils ont apporté avec eux une exposition de leurs travaux qui voyageait de CCF en CCF, depuis Hébron jusqu'à Naplouse en passant par Ramallah. Les vernissages furent l'occasion de premières rencontres et ensuite, les choses se sont vite enchaînées : " Les Palestiniens se sentent si peu reconnus, ont tant besoin d'être écoutés, qu'il nous fut très facile de les aborder. Entretiens, portraits sur le vif, reportages photographiques... Nous n'avons pas chômé ! ".

    Un carnet de route à trois voix qui fait la part belle à l'humain.

  • Elsie Heberstein est carnettiste et le thème des sans abri lui tient à coeur, elle a publié deux ouvrages sur le thème.

    Elsie est originaire d'Autriche. Et il se trouve que sa tante, Cécily Corti a ouvert en 2004 un foyer d'accueil pour les sans-abris à Vienne. Celui-ci intègre en 2013 un bâtiment conçu sur mesure, le Mittendrin.

    Et suite à la crise migratoire de ces dernières années, le foyer héberge une population désormais mélangée de SDF autrichiens et de migrants.

    A l'occasion de plusieurs séjours en 2016 et 2017, Elsie s'immerge, crayon en main, dans la réalité de ses exclus de la société.

    Elle raconte le fonctionnement de la structure, sa vie au quotidien, ses rencontres, les parcours de vie de ses interlocuteurs.

    Une immersion dans la réalité des exclus de la société.

  • Un automne à Hanoï puise son inspiration dans un séjour de deux mois que Clément Baloup a effectué à Hanoï, en 2001. Cet ouvrage, il l'a conçu comme un intermédiaire entre reportage et témoignage : ses histoires courtes nous font partager des rencontres, des moments touchants, des ambiances et une autre vision du monde. S'inspirant de la peinture vietnamienne, Clément nous entraîne dans un univers coloré et envoûtant, véritable mosaïque d'images et de sensations.

    Publiée une première fois en 2004, cette série de tranches de vie se trouve enrichie d'un somptueux carnet de voyage qui dessine le portrait d'un Vietnam pris sur le vif .

    Un ouvrage pictural et sensible, dépaysant et enchanteur : un régal pour les yeux !

  • Construit sous la forme d'un journal, Ennedi, la beauté du monde raconte douze jours de périple à travers cette région désertique du nord est du Tchad, mettant en exergue ses paysages - parmi les plus beaux de l'Afrique Saharienne - et la diversité de ses populations. Ce carnet de voyage dessiné nous emmène de Fada aux lacs Ounianga Kébir et Ounianga Sérir en passant par la Guelta d'Arché, dévoilant au passage les splendides peintures rupestres de cette région.

    La nature et les hommes sont décrits avec la sobriété qui convient lorsque l'on est plongé dans un monde désertique caractérisé par ses intemporalité, virginité et immuabilité.

    Les auteurs croisent leur ressenti avec ceux des premiers aventuriers qui ont parcouru et décrit ces espaces : les géographes allemands du 19e siècle (Heinrich Barth, Gustav Nathingal.) mais aussi les méharistes français du début du 20e siècle.

    Un carnet qui constitue une invitation au voyage et présente pour cela, en fin d'ouvrage, quelques informations pratiques.

  • Du 25 avril au 12 mai 2008, Gildas Chasseboeuf et Emmanuel Lepage se sont rendus dans la région de Tchernobyl en Ukraine. Ils ont découvert le sarcophage de béton, des lieux de désolation mais également le retour de la vie, celle des plantes, celles des hommes (même si la leucémie frappe toujours.).
    L'objectif de ce voyage était de créer au retour un livre et une exposition au profit de l'association Les Enfants de Tchernobyl. Les Fleurs de Tchernobyl a ainsi été initialement publié par l'association militante " Les Dessin'acteurs de bandes destinées ", fin 2008. L'ouvrage est désormais épuisé et l'association ne comptait pas le rééditer.
    La Boîte à Bulles en présente donc une seconde version, revue et enrichie, à l'occasion de la sortie chez Futuropolis, du même récit mais sous forme de bande dessinée signée par le seul Emmanuel Lepage.

  • Du décalage horaire à la barrière de la langue, de la découverte insolite de décors somptueux à la rencontre de talents émergents de la bande dessinée indonésienne, cet ouvrage emporte le lecteur dans l'immersion totale qu'ont vécu quatre talentueux auteurs de la Boîte à Bulles (J. Alessandra, C. Baloup, S. Hureau et S.-Moizie).
    Avec l'humour et le style qui leur est propre, chacun dévoile une facette de son séjour, loin du chemin touristique.
    Un album vivant et coloré qui invite à découvrir ce pays lointain qu'est l'Indonésie.

  • A travers des aquarelles et des portraits réalistes magnifiés, A.Dan retrace son périple de presque deux mois au Congo Brazzaville aux côtés de primatologues du CNRS.

    Une aventure scientifique exceptionnelle qui permet de découvrir ces grands singes menacés par le braconnage et le virus ebola, ainsi que les efforts continus des chercheurs pour étudier leur comportement et assurer leur sauvegarde.

    Une aventure humaine où il est nécessaire de composer avec les hommes, les cultures et les problèmes sociaux-économiques.

  • À la fin des années 1990, Maëlle Joly et des amies partent pour un périple de huit mois au Népal. Dans l'Himalaya, à 2 000 mètres d'altitude, elles se prennent d'amitié pour les villages de Golphu Banjyang et Barati. Dans ce dernier, elles décident de créer une école primaire : l'association Kalam est née.

    Au fil des années l'association et l'école se structurent. Maëlle et d'autres membres de l'association - telles Sophie Raynal à compter de 2003 - se rendent régulièrement sur place pour suivre l'évolution de l'école et du village.

    En 2015, un violent séisme secoue le Népal et l'école s'écroule. L'association Kalam récolte des fonds pour mettre en place une aide d'urgence. Mais la reconstruction de l'école semble poser problème. Sophie et Maëlle décident donc de repartir à Barati afin de mieux appréhender la situation.

    Une immersion dépaysante, documentée dans le quotidien de villageois népalais.

  • Créé à l'initiative du festival de bande dessinée et de musique « Les Courants » à Amboise et Saint-Ouen-les-Vignes, Au gré des courants rassemble plus d'une centaine de dessins croqués à Amboise et ses environs. Divisé en quatre parties distinctes (Amboise, Le Clos Lucé, Saint-Ouen-les-vignes et l'Île d'Or), ce carnet de pérégrination permet de découvrir - ou redécouvrir - ces lieux, leurs trésors cachés et un peu de ce qui fait leur âme.
    Au fusain ou à l'aquarelle, à la craie ou à l'encre de Chine, les dessins de Simon Hureau donnent vie aux bâtiments et aux statues et fourmillent de détails et d'annotations poétiques.
    Un bel album généreux qui nous permet d'ouvrir les yeux sur les beautés du patrimoine français.

  • Fruit de plusieurs séjours - mais plus spécifiquement de celui de février 2012 - en terre israélo-palestinienne, cet ouvrage donne la parole à des "Palestiniens du quotidien " sur leur vision du devenir de leur région. Privilégiant le témoignage individuel - plutôt que la fresque historique ou les prises de position officielles - ce carnet de route espère proposer des éléments de réflexion complémentaires sur l'organisation politique qui pourrait prendre place sur cette terre (en particulier suite à la demande de reconnaissance d'un Etat palestinien à l'ONU en 2011, et aux controverses qu'elle a suscitées).

    Un État ? Deux états ? Qu'est-ce qui est souhaitable ? Envisageable ? Crédible ?

    Pour mettre en perspective cette question, les auteurs ont également donné la parole à trois spécialistes du conflit, Michel Warschawski, Frank Barat et Dominique Vidal.

    Avec ses somptueux dessins, ce carnet de route présente la Terre Sainte sous un aspect bien plus politique et journalistique que touristique.

  • Le 18 décembre 2013, le quotidien officiel cubain Granma annonce l'autorisation de l'importation de véhicules à Cuba, après 50 ans d'interdiction et d'embargo : l'un des signes d'une lente ouverture du régime communiste. Par hasard, c'est le jour que choisit Lapin pour le lancement de son livre Oldies But Goldies, une compilation d'illustrations de voitures d'un autre âge, glanées au fil de ses voyages.
    Il n'en faut pas plus à Lapin pour décider de se rendre à Cuba, afin d'expérimenter cette machine à voyager dans le temps où circulent les vieilles américaines trafiquées au milieu de vestiges d'architecture coloniale et art déco.
    Lapin croque durant 3 semaines les visages, les rues et le quotidien de La Havane et de Trinidad, et nous raconte les rencontres qu'il a faites là-bas, cet ailleurs en autarcie, dont le principal charme réside dans l'esprit de dérision et le fatalisme des Cubains, modelés ou écoeurés par 56 ans de Révolution castriste. Et presque autant d'embargo américain...

  • En compagnie de Nicolas Le Roy, Damien Roudeau a exploré les quais de Brest et y a croqué la vie, le travail, les gens : pêcheurs, dockers, grutiers, remorqueurs, pilotes... autant d'hommes et de femmes qui font vivre ce port du Finistère. La parole est ici donnée à chacun et à chacune et, sous la plume de Nicolas et le dessin de Damien, le quotidien de plus de 100 métiers différents s'éclaire, s'anime et se dévoile...

  • Novembre 2007, le quartier de la Cerisaie, à Villiers-Le-Bel, s'embrase pendant trois nuits d'émeutes.
    De novembre 2010 à novembre 2013, un dessinateur, Damien Roudeau, s'installe chaque mois quelques jours dans cette copropriété en rénovation pour animer des ateliers, croquer ses temps faibles et écouter la voix d'un quartier, qui, s'il incarne galère et relégation dans les médias, rêve, avance, construit... Et refuse la fatalité. De tous ces moments passés sur place, il tire un carnet de reportage d'une grande beauté plastique qui restitue l'histoire du lieu et, surtout, donne une voix et un visage aux habitants de ces banlieues craintes et stigmatisées...

  • Onze artistes issus du collectif des Carnettistes Tribulants ont été invités par le Musée de l'histoire de l'immigration, à réaliser des carnets à partir des ressources du musée, notamment les parcours de vies de la Galerie des dons.
    Les carnettistes n'ont pas cherché à illustrer un récit ou un parcours mais à créer une fiction autour de la diversité du parcours migratoire, en le magnifiant. Leur objectif dans cette démarche est de transcender Au final, voici donc un ouvrage redonnant vie à onze itinéraires d'immigrants, par le truchement de sensibilités graphiques multiples.

  • En décembre 2013, Emmanuel Prost et Vincent Henry se sont rendus dans le sud du Nigéria - principalement dans les zones de Port Harcourt et Lagos - dans le but d'effectuer un reportage sur trois cas d'urgence portés par Amnesty International :
    - la pollution de la baie de Bodo (pays Ogoni) ;
    - les évictions forcées de Port Harcourt ;
    - les évictions forcées de Lagos.
    Avec la complicité de différentes ONG présentes sur place, ils se sont rendus sur les différents sites en question et ont rencontré de nombreuses personnes impactées par ces drames.
    La zone est réputée peu sûre, même si Boka Haram sévit plus au Nord... Pourtant, après quelques hésitations, les deux globetrotters blancs ont décidé de délaisser les taxis officiels et de se mêler davantage à la population locale. Une immersion qui leur a permis de faire d'autres rencontres, plus inattendues et d'apprécier pleinement la culture locale.
    Dans un pays surtout connu pour ses champs de pétrole, sa corruption, la pollution, la violence, les entraves aux droits de l'Homme, Vincent et Emmanuel ont découvert et ont été conquis par la richesse humaine et culturelle, la tolérance et l'hospitalité de ceux qu'ils ont rencontrés...

empty