La Musardine

  • "Je suis une "travailleuse du sexe", comme diraient mes consoeurs américaines. Et cela, beaucoup de journalistes qui ont écrit des articles sur moi ou m'ont invitée sur des plateaux de télévision semblent l'avoir oublié.
    Les médias ont beaucoup parlé de mon "discours intellectuel", de ma démarche, parfois de mon féminisme, et trop souvent de mes études de philosophie. Comme s'ils s'étaient raccrochés à des choses rassurantes qui leur permettaient d'oublier ce qui les gênaient vraiment et ce qu'ils ne parvenaient pas à comprendre : "j'étais, je suis, une femme qui fait des films porno devant et derrière la caméra.". Ovidie, réalisatrice, actrice dans plus de soixante films X, et dans plusieurs films "traditionnels". Auteur, Ovidie a été dès le début de sa carrière remarquée et sollicitée par les médias, intéressés par ce qu'ils considèrent être une "ovni" ou encore une "intello" dans le milieu du porno.


  • ces histoires de censure, ici remaniées et mises à jour, ont connu une première édition en 2001, sous le titre anthologie érotique de la censure.


  • Épouse d'un célèbre peintre français, la femme aujourd'hui disparue qui écrivit Éros zéro avait connu, on va le voir, une existence érotique des plus riche. Car ce n'est pas une révélation pour certains, les aventures rapportées ici ont toutes été vécues. L'intérêt du livre n'est d'ailleurs pas là. On le trouvera bien plutôt dans le récit d'expériences d'une grande audace traversées par une sensibilité féminine presque prude, et rapportées dans une langue qui tire sa puissance d'évocation de l'emploi de termes neutres et comme détachés de leur sujet. Ainsi, on ne perd rien d'une soirée dans un établissement « échangiste » bien connu, mais on pourrait en lire le récit à haute voix dans un sévère pensionnat de jeunes filles. Chaudement recommandé par l'auteur d'Histoire d'O elle-même à Jean-Jacques Pauvert, ce livre, méconnu du grand public et disparu des librairies, mérite bien de trouver une place privilégiée dans la bibliothèque amoureuse de tout véritable amateur.

  • Épouse d'un célèbre peintre français, la femme aujourd'hui disparue qui écrivit Éros zéro avait connu, on va le voir, une existence érotique des plus riche. Car ce n'est pas une révélation pour certains, les aventures rapportées ici ont toutes été vécues. L'intérêt du livre n'est d'ailleurs pas là. On le trouvera bien plutôt dans le récit d'expériences d'une grande audace traversées par une sensibilité féminine presque prude, et rapportées dans une langue qui tire sa puissance d'évocation de l'emploi de termes neutres et comme détachés de leur sujet. Ainsi, on ne perd rien d'une soirée dans un établissement « échangiste » bien connu, mais on pourrait en lire le récit à haute voix dans un sévère pensionnat de jeunes filles. Chaudement recommandé par l'auteur d'Histoire d'O elle-même à Jean-Jacques Pauvert, ce livre, méconnu du grand public et disparu des librairies, mérite bien de trouver une place privilégiée dans la bibliothèque amoureuse de tout véritable amateur.

empty