Roymodus

  • Le 1er février 1918, un soldat amnésique est interné à l'asile psychiatrique du Rhône.
    Tous les moyens sont employés pour l'identifier et le rendre à sa famille. Son portrait s'étale à la une des journaux et est affiché sur les portes de toutes les mairies. Plusieurs centaines de familles reconnaissent en lui un père, un fils ou un frère disparu à la guerre. Comment départager ces familles qui n'arrivent pas à faire le deuil de leur proche disparu ? Une longue et douloureuse enquête débute.
    Elle durera tout l'entredeux-guerres et s'achèvera sur un procès à rebondissements où s'opposent tous ceux et celles qui ont reconnu en l'amnésique un de leurs parents. Les contemporains sont fascinés par cet homme sans passé : Jean Anouilh s'empare du fait divers pour écrire son Voyageur sans bagage et la presse baptise rapidement l'amnésique " le Soldat inconnu vivant". Cette histoire singulière révèle en réalité une profonde souffrance née de la Grande Guerre, une douleur intime et collective : celle du deuil impossible à faire pour les familles des soldats disparus.
    Dans une société qui voudrait tant oublier et qui n'en finit pas de se souvenir, il n'y a pas plus de certitudes que de corps à pleurer.

  • Jim Morrison a passé les trois derniers mois de sa vie à Paris. J'ai eu la chance de le rencontrer plusieurs fois au Rock'n'roll Circus. Une discothèque de Saint-Germain des Prés que j'avais créé et que j'animais. Jim appréciait particulièrement cet endroit où toute la faune musicienne internationale de l'époque aimait à se retrouver. Nous bavardions souvent ensemble au cours de ces soirées lorsque son état le permettait. Jim Morrison buvait énormément et se défonçait sans limite. De sorte que certaines conversations étaient surréalistes comme d'autres étaient brillantes. Je vous propose donc, en lisant cette bande dessinée de retrouver le florilège incomplet de quelques unes de nos conversations. J'ai souhaité en écrivant cette histoire vous transmettre mon émotion. Jim se confiait avec beaucoup de pudeur et de sincérité. Il me parlait de son écriture, de son oeuvre, de ses mots qui remplissaient des cahiers d'écolier. Souvent Jim était difficile à comprendre mais les mots étaient toujours justes. Jim Morrison était une personnalité complexe, splendide et insondable. Il luttait en permanence contre de nombreux démons intimes. En venant à Paris, Jim Morrison choisit de ne plus s'adresser aux foules pour n'écrire qu'à un seul individu : «Toi, lecteur !» Dès lors plus de concert, plus de grande messe, plus de provocation. Seule la puissance créatrice, ballotée entre la vacuité du monde et son gouffre. Pamela Courson, sa compagne jusqu'au dernier jour, fut une ancre et un démon de plus. Plus que personne, elle favorisa l'émergence du poète. Mais une ancre trop lourde, entraînant au fond l'esprit de Jim sans jamais trouver de rocher pour s'y arrimer. Jim Morrison mourut d'une dose d'héroïne dans la nuit du 2 au 3 juillet 1971. Je l'ai retrouvé mort dans les toilettes du Rock'n'Roll Circus, mort d'un arrêt cardiaque foudroyant provoqué par la drogue. Son entourage a préféré le «faire mourir» chez lui, dans sa baignoire. Un fragment de l'histoire véritable est donc par nature un véritable mystère. Mais rien ne préfigurait l'immortalité du chanteur et l'immortalité du poète.

  • Transylvanie, se dresse à proximité du village de Werst, le château des Carpathes.
    Depuis le départ du dernier de ses seigneurs, le Baron Rodolphe de Gortz, le château est à l'abandon. Il ne reste que d'étranges rumeurs et de folles légendes qui retiennent la population du village à l'écart. Mais un jour, la fumée s'élève à nouveau du donjon. Lors d'une reconnaissance le garde forestier Nic Deck et le Docteur Patak font face à des événements surnaturels qui plongent les villageois dans la terreur ! Arrive au village de Werst, le comte Franz de Télek, mais est-ce un hasard ? Depuis la perte de son amour, la cantatrice Stilla, Franz de Télek, désoeuvré voyage, inconsolable...
    Informé des péripéties de Nic Deck et du Docteur Patak, il décide de visiter le château et apprend que le propriétaire du Burg n'est autre que le Baron Rodolphe, son ancien rival auprès de la Stilla !.. Voilà l'entrée en matière de la seule oeuvre de Jules Verne qui soit d'anticipation. Dans "le château des Carpathes", Jules Verne ne fait pas que vulgariser une technique déjà présente en son temps. Il crée la télévision, qui n'est pas encore ce qu'est devenue la TV, mais qui est déjà très proche de ce qu'elle sera dans l'avenir : une virtualité.

  • Cette BD est tirée d'une histoire vraie que beaucoup ignorent :
    La Joconde a bien été volée en août 1911 et, durant deux années, la police se cassera les dents sur toutes les pistes pour tenter de la retrouver.
    Ce n'est que la maladresse du voleur qui la fera réapparaître en décembre 1913 à Florence.
    En s'inspirant de l'histoire vraie (le scénariste est historien), cette BD s'inscrit dans un cadre comique en montrant comment la Police s'est embourbée dans des pistes toutes plus ridicules les unes que les autres.
    L'Allemagne, la Belgique, La Hollande, ont été accusées, les millionnaires américains surveillés, le journaliste Roland Dorgelès suspecté, Picasso inquiété et Guillaume Apollinaire a passé sept jours en prison.
    Enfin une fiction historique qui n'est ni tragique ni dramatique mais franchement hystérique !

  • Tyara est un Bassari, du moins c'est comme cela que les Européens nomment son peuple, établi aux confins du Sénégal oriental et du nord de la Guinée.
    Mais Tyara se nomme lui-même un Beliyan, c'est à dire un "être humain". C'est important car en quittant son village, Tyara n'aura plus beaucoup d'occasion de rencontrer des êtres humains. L'aventure tragique de la traversée du désert et de la mer , la clandestinité, ne suffisent pas à le décourager... S'il a pu survivre à ces épreuves, il pourra travailler au pays des blancs !.. Mais c'est sans compter avec les fauves de la jungle urbaine.
    La solidarité des émigrés et l'amitié d'un collègue ouvrier ne suffiront pas... Le caméléon, l'animal sacré des Beliyan, ouvrira les yeux de Tyara...

  • C'est Ana qui a parlé de moi à Mme Ronsillac pour ce petit boulot. C'est vrai que mes finances personnelles ne me permettent pas de refuser le travail de restauration de son album de photographies. Un gros album de deux cents pages mais qui ne contenait en fait que vingt-deux photos ! Pas de quoi redorer son blason d'autant que l'assassinat de Mme Ronsillac met un terme à notre accord commercial. Tout aurait pu s'arrêter là, si l'une des photos ne reliait Mme Ronsillac à la prestigieuse famille des van Basteren.
    Des marchands d'ar(t)mes influents pendant toute la première moitié du XXe siècle. Le travail que m'avait confié la pauvre Mme Ronsillac ressemblait plus à un travail de restauration du passé qu'a celui d'un infographiste. Elle désirait me lancer sur les traces de la mort de Paul Ronsillac, son père, artiste-peintre sous contrat, en son temps avec les van Basteren. L'actualité semblait donner raison à vieille dame, avec la découverte du cadavre de Théo van Basteren assassiné dans les toilettes de la gare de Lyon.
    Il a tout juste une quinzaine de jours...

  • Timothy baxters, l'industriel, roi de la lingerie haut de gamme a disparu, émincé, avalé, digéré par son concurrent le plus venimeux, la " balestéros continental air bonnet ".
    Le talent de son secrétaire, l'amour d'une comtesse ou la passion dévorante de son ex-femme, suffiront-ils à le sauver du terrible hiver bavarois ?.

empty