Albiana

  • Sargasses t.1

    ,

    • Albiana
    • 11 Juillet 2014

    Paul Dampierre et Morrisson dérivent à bord d'un yacht à la suite d'un choc en mer. Ils ne tardent pas à se trouver englués dans une mer d'algues où les épaves du passé, arrimées entre elles, constituent comme une terre inconnue. Une civilisation s'est développée dans ce nulle part... inquiétante et violente : ils n'ont qu'une idée s'évader. Mais... s'évade-t-on de la Cité des Sargasses ?

  • Dans cette adaptation du célèbre conte d'Andersen, La petite fille aux allumettes, les personnages représentent le bien et le mal. Ces forces s'opposent et se rejettent dans un violent éclat. Il y a ceux qui tendent la main, et les dédaigneux. Au fil de ses rencontres, Kirsten part à la rencontre de la nature humaine, dans sa diversité. C'est au cours de ce périple « initiatique » que l'angoisse s'installe et devient omniprésente, grimpant crescendo au fil des pages et fait se rejoindre au final, merveilleux et réalité.

  • Le Horla

    Frédéric Bertocchini

    • Albiana
    • 6 Novembre 2015

    Avec Le Horla, Guy de Maupassant a marqué les esprits de son siècle Il ouvre définitivement la voie aux récits fantastiques et à l'horreur en littérature. Pourtant, il ne se passe quasiment rien, ou presque, dans cette longue nouvelle dérangeante. Mettre la folie en images et donner corps à la paranoïa d'un auteur de génie qui sombre dans un autre monde, tel est le pari de deux auteurs de bande dessinée, Frédéric Bertocchini et Éric Puech.
    Pour ce faire, les auteurs ont créé un véritable environnement, des décors réalistes, faisant ainsi des personnages secondaires, les prin-cipaux témoins des délires de Guy de Maupassant. Car c'est bien le célèbre écrivain qui est mis en scène, sur les bords de la Seine à Rouen, sous les murs du Mont Saint-Michel où, terrifié, il va se réfu-gier. Ou encore à Paris, lors des fêtes du 14 juillet, où une séance d'hypnose ramène une fois encore le fantastique dans le quotidien du fuyard. Le cocher, le médecin, la cousine, la femme de chambre, la cuisinière... ce sont eux qui font l'histoire, le socle réaliste du récit, le reste étant livré au seul fantastique.
    Ce one shot est constitué de planches en couleurs directes et est mené tambour battant, au rythme des angoisses d'un auteur dépas-sé par la force de son imagination et la maladie mentale qui le dévo-re. La terreur est ainsi mise en images et gagne en intensité au fi l des pages, avant un dénouement sombre et tragique.
    Une adaptation fidèle au récit de Maupassant, mais aussi moderne par le ton employé par le scénariste Frédéric Bertocchini (Jim Morri-son, poète du Chaos) et le dynamisme du cadrage d'Eric Puech, maî-tre en la matière (Les enfants d'Eve sur un texte de Bernard Werber).

    Ados et adultes (Le Horla est au programme des classes de troisième).

  • Pour un grand nombre de soldats, celle-ci fut effectivement la dernière... Huit récits parfois malheureux, mais aussi parfois plus heureux - car pour-quoi faire la guerre si l'on a pas l'espoir de jours meilleurs ? - retracent le quotidien et les faits d'armes de poilus corses.
    La guerre de 14-18, hier faite de sang, est aujourd'hui faite d'encre, pour rappeler que la mort, la souffrance, la peur, tous les sentiments humains n'ont jamais été et ne seront jamais de simples abstractions. Ils s'incarnent au plus profond des histoires individuelles. Et c'est pourquoi lire des BD sur la Guerre, c'est avoir plus de chances de comprendre le XXe siècle et notre pro-pre société.
    La lettre de Laurine à son mari, celle de Jacques à son frère, l'histoire des taupes corses, etc. sont autant de moment à partager avec les pauvres poi-lus...

  • Sortie de cauchemar...
    « ... Peut-on s'évader de la cité des Sargasses ? » Telle était la question posées aux héros du premier tome, Dampierre et Morrisson, les deux naufragés de l'Ulysse ayant eu le malheur de s'échouer sur les « côtes » inhospitalières de la cité des Sargasses.
    Question d'autant plus pressante désormais que le sacrifice traditionnel du premier marin ayant mis pied à terre met bientôt en danger ce pauvre Morrisson.
    Agir, c'est le nerf de l'aventure : aidés par la sublime Queen, souveraine mélancolique devenue amoureuse, une solution se profile malgré le danger. Alors, avec du courage, de l'énergie et un brin de chance, le miracle pourrait peut-être s'accomplir...
    Mais un miracle cache aussi parfois un mirage... Et il faudra au lecteur attendre les dernières pages pour connaître toute la vérité sur les Sargasses de Rodolphe et Coutelis...
    Un second tome totalement inédit !
    Publiée dans le Charlie Mensuel de l'« âge d'or » (au début des années quatre-vingt), une toute première version de cette histoire, titrée Le Cimetière des Fous avait rencontré alors un très fort succès. Des circonstances indépendantes de la volonté de l'éditeur avaient, à cette époque, empêché la mise en route d'une suite.
    C'est près de trente ans plus tard (comme le temps passe vite!) qu'Al Coutelis et Rodolphe ont décidé de donner une seconde vie à Dampierre et Morrisson, ce couple de personnages flamboyants.
    Réécrite, en grande part redessinée et développée désor-mais sur deux albums de 44 pages, cette ode à la « grande aventure » et aux mystères de la mer peut-être lue comme une sorte d'Aventuriers de l'Arche perdue version maritime.
    Petits et grands (de 7 à 77 ans !) trouveront là le souffle conjugué du rêve et du frisson propre aux grands classiques de la BD.

  • Compte-rendus des débats suscités par le Conseil économique social et culturel de Corse sur la notion d'économie identitaire, notion lancée en 1992 qui a bénéficié d'un large intérêt dans les débats insulaires, mais d'interprétations très différentes. Ce livre propose une synthèse qui fait ressortir le caractère opératoire de ce concept et définit une stratégie de développement multidimensionnel.

  • Jeudi matin, à l'aube, une épicerie a brûlé dans le quartier de Lupino. La police arrivée rapidement sur les lieux, a interrogé un jeune garçon. Grâce à son témoignage, on a le signalement de l'incendiaire. Le propriétaire de l'épicerie ne comprend pas pourquoi il a été victime de cet odieux attentat. La police continue son enquête. C. A.

  • Dans Le double, Iakov Petrovitch Goliadkine est un simple fonctionnaire sans grand relief. Jouissant d'une très bonne situation, il mène une vie paisible et anonyme dans le Saint-Pétersbourg du milieu du XIXe siè-cle. Un jour, pourtant, fait irruption dans sa vie un certain... Goliadkine !
    Dans Le rêve d'un homme ridicule, le « héros » est décidé à mettre fin à une vie qui ne le satisfait plus. Il est désabusé et pressé d'en finir. Sur le chemin qui le mène à sa demeure, il rencontre une petite fille qui l'exhorte à l'aider à sauver sa mère. Mais il décide de passer outre et de ne pas agir. Chez lui pourtant, le remords et la culpabilité l'assaillent et l'empêchent momentanément de mettre fin à ses jours. Il s'endort alors et fait un rêve fantastique.

empty