Drac

  • Une histoire, haute en couleurs, autour d'une passion pour le jazz, d'amours contrariées et de goût pour la liberté.

    États-Unis, années 30. Georges Rainette, une grenouille au teint clair, rêve de devenir un grand jazzman. Son nom d'artiste... GEORGES FROG.
    Composer implique de longs tête-à-tête avec son piano, mais tout finit par s'accorder en lui lorsque son regard croise, un jour, celui de sa nouvelle voisine, Cora,la fille de M. Cat. Malheureusement, ce dernier - hostile à cette idylle - décide de déménager... Soutenu par ses amis, Georges reprend, peu à peu, goût à la vie : il accepte de donner des cours de musique, et même de monter un jazz band !
    Il découvre alors la difficulté d'un milieu, d'un sytème social et finit par retrouver Cora. Mais pour elle, acceptera-t-il d'oublier son rêve, au risque de s'oublier lui-même ? La survivance d'un artiste au sein d'un monde codifié dans lequel il lui sera difficile de choisir entre deux passions...

    Sous l'aspect léger et humoristique de ce récit animalier anthropomorphique, se dissimulent plusieurs sujets culturels, tel que l'Amérique en dépression, le jazz des années Swing, les « Rent parties »...

  • Le récit se déroule dans l'Amérique des années 30, durant l'âge d'or du jazz, l'ère du swing et des grands orchestres de danse. Georges Rainette, se fait désormais appeler George Frog, un nom qui sonne comme un vrai musicien de jazz. S'il a abandonné le conservatoire pour se consacrer uniquement à cette musique qui le dévore... il n'en reste pas moins qu'il lui faut trouver de quoi se nourrir. Et notre grenouille n'est pas prête à entendre le discours d'un producteur qui lui demande de jouer à la manière d'un Beef Basie. Et puis quoi encore !! Le coeur encore lourd du départ de Cora, George est incapable de voir ce qui se passe sous son nez, ni le manège de cette jeune fille à qui il enseigne la musique, le groove, la note, bleue, évidemment. Phicil continue d'explorer, dans ce second couplet, à rythmes chaloupés la condition d'artiste et les rêveries sentimentales d'une grenouille pianiste au caractère bien trempé. Phicil après un premier solo fort remarqué sur le premier tome de George Frog, entame son second couplet sur un rythme encore plus endiablé, avec toujours Drac aux couleurs. Dans le même tempo, et dans un registre plus rock, il a sorti deux tomes dans la collection 32, London Calling. Et n'oublions pas cette petite balade enfantine, Waterloo, dans les petits chats carrés !

  • Ce ne furent pas exactement les vacances promises par Bronzage Magazine :
    "Méditation & Bien-être, apprenez à vous détendre pour revitaliser votre poil".
    Ou plumes, dans le cas de Jean Plumo, un canard bougon que les grosses bagnoles font rêver.
    Cette première rencontre avec Anatole, un véritable âne ce gars, aurait dû le mettre sur la piste. Ainsi que Maître Bernard qui ne ressemble pas du tout aux photos du magazine...
    Au final, il n'y aura que les trois premières minutes de la première méditation qui se seront passées comme prévu.
    Phicil nous emmène à la découverte du Zen et de la méditation. À travers les mésaventures de ce canard bougon, il nous fait partager ses expériences, sa rencontre avec le Zen et nous raconte trois mythes du Bouddhisme, celui du Prince Siddarta Gotama qui devint un "éveillé", un "bouddha", celui de Bodhidarma et celui de Asanga et l'humain.
    L'apprentissage est aussi que long que diffificile pour Jean, et quand il s'agit d'arracher les mauvaises herbes du jardin à la main, il sort la tondeuse à gazon...

  • A la veille de la rentrée, Helga reçoit de sa grand-mère un bijou népalais : un dragon ciselé sur un caillou.Ce pendentif, loin d'être une babiole, est un trésor antique qui permet de libérer un petit dragon, le Druk", fils du seigneur des eaux.« Seul un coeur sage libère le dragon de la pierre.» disait la prophétie.Pourtant, à première vue, on ne peut pas dire que Helga soit sage ..."

empty