Eco

  • Yeu yeu Saigon

    Eco

    En 2007, après quelques séjours au Vietnam, Eco, décide de quitter sa Belgique natale.
    Il s'installe à Saigon avec en tête l'idée d'y travailler en tant qu'illustrateur. Entretiens chez les éditeurs, rapports de voisinage, il ne vit plus comme un touriste. Le quotidien devient bien moins évident... De ses anecdotes vécues, Eco décide de faire un recueil de chroniques urbaines. Après Waterloo, réalisé avec Patrick Pirlot et publié en 2008 aux éditions Les Enfants Rouges, Eco se lance dans le récit autobiographique.

  • Stan

    Eco

    • Carabas
    • 20 Juin 2007

    Stan est un ado un peu branleur, mais finalement pas tellement plus que les autres. Un peu con aussi, mais pas tant que ça au-dessus de la moyenne. Il serait même assez sympa. Des conneries, il en fait... Il en a fait une grosse, genre celle qui vous pourrit l'existence un certain temps... Pour arrondir ses fins de mois, il s'est mis à revendre du shit et forcément il a dépensé tout le blé qu'il a ramassé... Maintenant va falloir rembourser les dealers ! Il n'a pas grand monde sur qui compter, son père s'enfonce dans la connerie et la déprime, sa femme se tire quelque temps pour "réfléchir". Et Stan n'a aucune idée de comment parler de la merde dans laquelle il s'est foutu à sa copine Alicia. Du coup, ça craque aussi de ce côté-là. Il ne reste que ce vieux un peu barge, casquette et grandes lunettes, qui récolte des morceaux de verre, de céramiques, de pots, pour faire des statues bizarres dans son jardin. À travers elles, il peut parler à sa femme, morte il y a plusieurs années. À son contact, Stan redécouvre la vie. La simplicité d'un regard, l'échange, les sentiments qui font qu'un homme n'est pas une poterie. Avec beaucoup de douceur et de justesse, Eco nous livre avec cette nouvelle histoire, un conte plein de vie et d'envie... et pas mal de conneries ! Merci Stan !

  • Dragone t.1 ; l'elite

    ,

    2042, la terre vit tranquillement au rythme des catastrophe naturelles, des émeutes et autres petites guerres, le tout organisé par quelques multinationales extrêmement riches et avides. Quelques super-héros, solidement épaulés par une communication en béton armé, suffisent à conforter les habitants de notre bonne vieille planète, qui en a vu d'autres, que tout va bien dans le meilleur de mondes. Sauf que Dragoñe, le chef de l'Elite, le super-groupe le plus à la mode, a disparu...

  • Waterloo

    ,

    Plus rien n'avait d'importance, l'armée, la france, l'empereur, mathilde.
    J'étais éteint et j'obéissais aux ordres sans me poser de questions.

empty