Efix

  • Revivez toutes les péripéties de Liv, la petite provinciale qui débarque à Paris au mois de mai 68. Remémorez-vous avec elle ces années passées dans la drogue, l'alcool, la prostitution avec ses acolytes, Moorad, Pablo, Monique, Emile et Ivan, amis qui partagent avec elle un bout de leur existence.
    Un graphisme énergique, un noir et blanc soigné.
    Une série devenue culte par le dessinateur de Putain d'usine.

  • Irénée, brave garçon un peu naïf, rêve de faire du cinéma. La chance lui sourit enfin quand une équipe de cinéma fait des repérages dans la région. Il leur propose de leur faire découvrir le pays. Tout se déroule comme dans un rêve : les techniciens semblent l'avoir adopté. On lui propose même un contrat mirifique pour aller tourner un film à Paris. Ivre de joie et de vanité, celui qui se voit déjà en haut de l'affiche n'est en réalité qu'un schpountz, c'est-à-dire le dindon d'une farce pas très fine. Pourtant il a plus de ressources qu'on semble le croire, peut-être même un certain génie... comique.

  • Putain d'usine dresse le portrait d'une classe ouvrière à la fois résignée et révoltée.

    Version intégrale en 432 pages de la trilogie (Putain d'usine, Les fantômes du vieux bourg, Tue ton patron). Cette adaptation des romans à succès de Jean-Pierre Levaray par Efix fait surgir la force du propos, aussi sombre soit-il ; l'énergie collective, les petites victoires, la résistance face au mépris, les liens d'amitiés, l'humain malgré tout.

    Un livre plus que jamais d'actualité !

    Une intégrale qui donne toute la mesure à un récit fort et touchant, non sans écho aux mouvements sociaux actuellement en France.

  • Devenir le sosie de soi-même.

    Rochielle a eu du succès au cinéma, il y a 30 ans, avec la trilogie des Copains d'alors. À tel point qu'un producteur a l'idée de reformer l'équipe pour une nouvelle aventure. Oui mais voilà, Rochielle s'est fâché avec tous ses partenaires de l'époque et a quitté le métier. Pourtant la tentation des caméras est forte. L'ancien acteur se rase la moustache et passe le casting en tant que sosie. Fascinée par la ressemblance entre le comédien et Rochielle (et pour cause), l'équipe va se laisser aller à un déballage en règle de tout ce qui s'est dit derrière son dos.

  • La case vide

    ,

    • Feles
    • 2 Septembre 2020

    Par le plus grand des hasards, une éditrice découvre l'existence d'une bande dessinée en train d'être lue, alors même qu'elle reste encore à inventer. Elle prend la décision de s'en emparer, avec la complicité de son Directeur Artistique. Le temps presse : il faut trouver un sujet, un scénariste et un dessinateur. Ces derniers, pas trop gourmands en droits d'auteur, dans la mesure du possible. Cet album expérimental et loufoque interroge les codes narratifs de la BD et, plus généralement, les genres du divertissement : Mangas, Comics, Heroïc Fantasy, Thriller animalier, Science-Fiction...

  • Un chef cuisinier utilise son art de la cuisine pour relever un défi. Peut-on, par les seuls pouvoirs de la gastronomie, relever des challenges aussi fous qu'aider un convive atteint d'Alzheimer à retrouver la mémoire ou rendre amoureux deux êtres que tout oppose ? Tel est le défi que Mathieu Viannay, chef du célèbre restaurant lyonnais « La Mère Brazier », vient d'accepter. Plus qu'une mélodie, un hymne au sens et aux plaisirs de la table, servi par une galerie de personnages savoureux !

  • Voilà deux ans que le personnage principal - anonyme - est au chômage. Après vingt-cinq ans de boîte, notre homme est parti avec un chèque de vingt mille euros en poche en guise de prime pour " départ volontaire ". Une humiliation qui laisse des traces.Le licencié va mûrir son plan pour éliminer sa cible : Pelletier-Raillac, le big boss de FFI. C'est dans la tour qui abrite le siège social de l'entreprise, dans le quartier de La Défense, véritable réplique de Gotham City, que différents projets de meurtres vont être patiemment élaborés. Grâce à des dons certains de camouflage, l'ancien prolo enfile plusieurs costumes pour repérer les lieux. Vigile sous le nom de Guy Debord (l'un des fondateurs de l'Internationale situationniste), larbin sous le nom de Marius Jacob (génial cambrioleur anarchiste) ou faux chargé de communication sous le nom de Paul Lafargue (l'auteur du Droit à la paresse ), il va tout découvrir des luttes de pouvoir, du jeu des courtisans, du fonctionnement des services et des travers de ses ex-collègues." Déguisé en arme ", le vengeur anonyme attend son heure : " En haut de cette tour, du haut de mon mirador, j'observe et je réfléchis à comment faire. Je suis le ver dans le fruit. Patrons, décideurs, entrepreneurs, boss, crapules, tremblez, je vais faire un exemple. "

  • Je ne me suis rendu compte de son existence que lorsque je l'ai vu, un midi, au milieu du carrefour près de l'usine, alors que je m'apprêtais à aller bosser. Il était au centre du trafic, frôlé de près par des camions plus ou moins gros, plus ou moins rapides, en train de s'escrimer à soulever une plaque de taule et à la replacer dans un Caddie duquel elle était tombée. (...) Je ne sais pas pourquoi je ne l'avais jamais vu auparavant. Peut-être a-t-il toujours fait partie des fantômes que nous croisons sans voir lorsque nous quittons rapidement l'usine et traversons ce qui s'appelle le Vieux Bourg, quartier situé en lisière de nos barbelés. Depuis, c'est comme si je ne voyais plus que lui. Sans doute parce que sa pauvreté et les galères qu'il doit supporter, accentuent ma culpabilité à ne rien faire pour lui. Mais aussi parce que sa présence me montre du doigt ce Vieux Bourg qui jouxte l'usine et que je ne voyais plus. Je n'y prêtais plus attention, parce qu'il faisait partie du quotidien et de l'usine même. Pourtant, le Vieux Bourg est là, et encore là.

  • C'est sans fioritures que Jean-Pierre Levaray narre avec force le quotidien d'une classe ouvrière qui, loin d'être allée au paradis, se morfond dans un purgatoire oublié. Englués dans la grisaille, confrontés au mépris et à la morgue des décideurs et gestionnaires, les prisonniers du boulot oscillent entre les tentations de la révolte et les affres de la résignation, l'ensemble sous le trait sans concession d'Efix qui est entré dans ce texte comme on entre en résistance : le poing levé.

  • Grand Angle met les petits plats dans les grands ! Retrouvez dans un écrin exclusif les BD Un grand Bourgogne oublié et 12 rue royale. Aussi savoureuses qu'un plat étoilé !

  • Putain d'usine t.1

    ,

    • Physalis
    • 1 Novembre 2012

    Cette BD réalisée par J-P Levaray au scénario (qui adapte là son roman du même nom aux éditions L'Insomniaque) et par Efix aux dessins est d'un genre très particulier. Particulier, parce qu'elle raconte le quotidien d'un ouvrier d'une usine de produits chimiques, classée Seveso 2.
    J-P Levaray est, à l'époque où il écrit son livre, ouvrier dans cette usine. Ce n'est pas gai tous les jours : les ouvriers n'ont pas envie de venir bosser ; le livre commence par ces phrases : « Tous les jours pareils. J'arrive au boulot. Et ça me tombe dessus comme un vague de désespoir.
    Comme un suicide. Comme une petite mort. Comme la brûlure de la balle sur la tempe. On en arrive à rêver que la boîte ferme. Qu'elle restructure. » . Le travail est pénible, dangereux et pas du tout motivant. Beaucoup de salariés sont entrés dans cette boîte croyant y faire un bref séjour. Et puis, ça dure. La vie fait qu'il n'est pas toujours facile ou possible de changer. On se réveille 20 ans plus tard en se disant qu'on est toujours là, dans cette usine.

  • Obama t.1 ; l'espoir

    Efix/Nappez

    Dans un hôpital de Chicago, un couple afro-américain met au monde une petite Rosa. Son prénom est un hommage à Rosa Parks, « la mère du mouvement des droits civiques ». Le couple vient d'être expulsé de sa maison « subprime ».
    Au même moment, un jeune Yuppi, ancien employé de la banque d'investissement Lehman Brothers, rend une dernière visite à sa grand-mère mourante, à Montgomery, Alabama. Cette vieille dame est une ancienne militante blanche pour les droits civiques des Noirs. Une exception dans le Deep South.
    Le décor est posé. Le bébé Rosa et la vieille dame mourante, ainsi que leurs entourages, permettent de mettre en situation l'immense espoir suscité par cette élection « historique ».

    Le programme du président Obama est mis en perspective à travers la vie de ces gens simples. Ces « héros silencieux » comme disait Barack Obama, parlant de sa grand-mère décédée la veille de son élection.
    On découvrira ainsi l'enfance de Barack, son ascencion politique jusqu'à ce jour historique !
    Arrivera t-il à répondre aux nombreuses attentes du peuple américain.

  • Music box

    ,

    Moi, Nevermore, corbeau d'Iowa O' le terroriste irlandais, je te le dis : tu peux toujours te planquer dans un ranch...
    Les habits crottés n'y feront rien, TS Rowell ! L'empire de tes crimes prend fin ici-bas. Car ta fille est venue prendre ce qui lui revient. Amen !

  • Lena, Kim et Emy sont les Styl'Miss!
    Amies depuis l'enfance, elles fréquentent le même lycée et, bien que différentes physiquement et intellectuellement, elles sont inséparables. Comme leurs copines, elles aiment le lycée, la famille , la mode, la musique...
    Sauf que ces trois-là ne font pas partie de celles qui se font manipuler par la télé et la pub . Elles en consomment bien sûr , mais leur esprit critique fait merveille.
    Un sens critique qui les amène à envisager un autre monde. Un monde à leur image, un monde de désirs et de création, un monde où tout est possible quand on a des idées et de l'énergie...
    Et ça , il suffit de les regarder et de les écouter pour se rendre immédiatement compte qu'elles en ont à revendre.

    C'est ainsi que ces trois gamines vont devenir au fil de leurs aventures... De véritables créatrices « tendance » ...

  • Vie scolaire

    ,

    • Physalis
    • 25 Septembre 2014

    30 personnages emblématiques des collèges et lycées se donnent la réplique avec plus de 250 phrases et répliques tellement entendues qu'elles sont devenues cultes.
    On a tous appris au collège «Les Caractères « de La Bruyère, voici maintenant ceux de la «Vie Scolaire «

  • Putain d'usine

    ,

    Une usine où rode la mort et où les instants sont tissés d'ennui, d'angoisse et de fatigue... Une usine où les jeux vidéo remplacent peu à peu la belote pour tuer le temps... Une usine où l'on attend le grand licenciement, sous la menace de la grande explosion... Une usine de produits chimiques, similaire à celle d'AZF - dont la désintégration ensanglanta et dévasta Toulouse en 2001 - et appartenant
    à la même sinistre multinationale...
    C'est sans fioritures que Jean-Pierre Levaray raconte avec force le quotidien d'une classe ouvrière qui, loin d'être allée au paradis, se morfond dans un purgatoire oublié. Englués dans la grisaille, confrontés au mépris et à la morgue des décideurs et gestionnaires, les prisonniers du boulot oscillent entre les tentations de la révolte et les affres de la résignation...
    ... l'ensemble sous le trait sans concession d'Efix qui est entré dans ce texte comme on entre en résistance : le poing levé !

empty