Jean Teulé

  • Entrez dans la danse

    Jean Teulé

    Une étrange épidémie a eu lieu dernièrement.
    Et s'est répandue dans Strasbourg.
    De telle sorte que, dans leur folie.
    Beaucoup se mirent à danser.
    Et ne cessèrent jour et nuit, pendant deux mois.
    Sans interruption.
    Jusqu'à tomber inconscients.
    Beaucoup sont morts.
    Chronique alsacienne, 1519.

  • Gare à Lou !

    Jean Teulé

    Comme le disaient Mozart et Shakespeare : « Il est très agréable de jouir d'un don exceptionnel, mais il ne faut pas oublier que c'est une source inépuisable d'embêtements. » À 12 ans, Lou partage absolument cette opinion. Au prétexte qu'elle est en mesure de faire tomber immédiatement les pires calamités sur la tête de tous ceux qui la contrarient, on l'enferme dans un endroit secret en compagnie de militaires haut gradés pour qu'elle devienne une arme absolue capable de mettre en échec les plans malveillants des ennemis du pays ou, pire, d'ourdir de méchantes et sournoises manoeuvres afin de causer des torts effroyables à d'autres nations. De telles occupations n'offrent pas à une adolescente les satisfactions que la vie aurait pu lui promettre. D'autant que son super pouvoir, aussi extraordinaire soit-il, ne fonctionne pas toujours comme prévu. Rien ne pouvait mieux inspirer Jean Teulé que d'imaginer les horreurs qu'un être humain bien disposé peut infliger à ses contemporains.

  • Charly 9

    Jean Teulé

    Il est vrai que Charles IX ne fut pas un roi comme les autres et qu'il n'aurait pas laissé un grand souvenir s'il n'avait ordonné, en août 1572, le massacre de la Saint-Barthélemy, carnage qui horrifia l'Europe, à l'exception du pape et des Espagnols qui y virent, eux, la bienheureuse volonté de Dieu.
    Cette décision n'était pas la sienne mais celle de sa mère, la redoutable Catherine de Médicis qui utilisa toute sa vie sa nombreuse progéniture pour assouvir son appétit dévorant de pouvoir : dès qu'un de ses fils mourait, elle poussait illico le suivant sur le trône de France. Charles IX avait 22 ans à l'époque, et il ne possédait ni la cruauté, ni la détermination, ni la force morale d'assumer un crime aussi horrible.
    Accablé par le poids de sa faute, il sombra dans une folie qui le conduisit en quelques mois à la maladie et à la mort


  • Rassemble les albums«Gens de France», prix du meilleur album Angoulême 1989, et«Gens d'ailleurs». Doué pour trouver en France ou au bout du monde de drôles d'allumés en proie à quelques drames, J. Teulé explore l'âme de ses contemporains tout en se mettant parfois personnellement à découvert.


  • Les derniers mois de la vie de Verlaine...
    Alcoolique phénoménal, amant frénétique, bigame maltraité, le poète génial oscille depuis toujours entre l'ignoble et le sublime. À 51 ans, son existence cataclysmique laisse de nombreuses traces : un nombre invraisemblable de maladies (syphilis, diabète, souffle au coeur, cirrhose du foie, pneumonie...), des admirateurs qui ne sont plus qu'une poignée et des contemporains qui l'accablent de leur mépris... C'est alors, qu'en quelques semaines, la jeunesse du Quartier latin en fait son idole. Ils admirent sa poésie, la force de ses anathèmes, le désordre de sa vie, se battent pour l'écouter dans les cabarets et se ruent à son chevet.
    Ainsi, encore une fois, le destin du poète le conduira de l'infamie au grandiose.

  • Une épouse et son mari voulaient une jolie petite fille à cajoler, ils ont eu un garçon tout vilain et cassé.
    L'enfant a grandi, cabossé, pour devenir charlie schlingo, improbable auteur de bandes dessinées décérébrées, de blagues foireuses et de chansons branques, mort à 49 ans en 2005. florence cestac et jean teulé, qui l'ont bien connu, ont décidé de réaliser sa bio : le portrait d'un poète déglingué, une vie incroyable entre tragédie et farce énorme, et surtout un époustouflant destin d'homme.

  • Sarcellopolis, c'est l'archétype de ces grands ensembles dans lesquels se côtoient les individualités malmenées, en un cocktail si explosif qu'on ne sait d'où vient l'étincelle. Il y a le jeune inspecteur Schneider, pour qui seul l'ordre compte.
    Il y a sa femme, qui ne sort pas de chez eux mais qui est assez tsoin-tsoin.
    Il y a le fou surinformé du 20ème étage.
    Il y a Emile Grandvallet, l'égoutier qui bricole sa pisciculture.
    Sa femme Victoire, au ventre chaud.
    Jean-Yves Grandvallet, énervé par la connerie humaine - celle du Sergent Reig, mais pas seulement.
    Il y a Locomotive Baba N'doula, laveur de carreaux, qui voit défiler ces vies, qui n'en est pas que témoin.
    Il y a Butch, pas froid aux yeux pour son âge.
    Bloody Mary n'existe peut-être pas, mais elle va faire des dégâts

  • Louis Henri de Montespan épouse le 18 janvier 1663 la somptueuse Françoise de Rochechouart. Quatre ans plus tard, elle devient la favorite de Louis XIV. Le Montespan fait alors repeindre son carrosse en noir et l'orne de ramures de cerf. La provocation fait scandale. Jusqu'à la fin de ses jours, le marquis n'aura de cesse de braver l'autorité du roi et d'exiger de lui qu'il lui rende sa femme.

  • Pères et mères, du haut de leur autorité parentale nous ont tous asséné de ces conneries à fendre l'âme : remarque désobligeante, conseil déplacé, allusion salace, vilenie sirupeuse, compliment venimeux, sentence mortifiante, prophétie de malheur, lapsus homicide, réplique bête et méchante.
    Autant de petites phrases faussement anodines sur le moment, assassines vingt ans après. C'est en s'inspirant de ces " brèves de mémoire ", collectées avec sa complice Véronique Ozanne, que Florence Cestac a conçu chaque dessin. Au fil des pages, on rira, parfois jaune, face à cette chronique toute en tendre dérision des petits et grands traumatismes familiaux. Chacun pourra se reconnaître dans cette galerie de portraits tragi-comiques : ex-enfants ou déjà parents.

empty