La Boite A Bulles

  • Nancy recrée une Angleterre plus victorienne que nature, empreinte d'Art Nouveau et d'influences japonisantes.

    Cet univers bien entendu peuplé de chats, elle le fait vivre également hors des bulles et des cases, au travers d'objets et d'images...

    Sa complice, Céline Badaroux Denizon, lui donne même un prolongement presque théâtral avec la création de costumes issus des livres et leur mise en scène soignée, qui permettent de mettre sur photo des Alice Barnes et Victor Neville plus vrais que nature...

    Un ouvrage étonnant, un régal pour les yeux...

  • Suite à un nouveau pari lancé par deux lords, Victor Neville est envoyé en Écosse, à Montrose Castle. Sa mission ? Retrouver la recette des succulents « black shortbreads » inventée par feue Moira Grantham, Duchesse de Montrose.
    Face à lui, la très jolie, mais non moins dangereuse Alice Barnes (rencontrée dans Tea Party), mais aussi son propre frère, Percy, mandaté par Sir Barnes pour prêter main forte à sa fille. Les retrouvailles entre les deux frères ne manquent pas de sel...
    Sans compter que leur père, Lawrence Neville, fut lui aussi employé à Montrose Castle. Conseiller culinaire de génie et espion de talent, il chercha en vain cette fameuse recette avant de trépasser dans d'étranges circonstances...

  • Dans le cadre d'une Tea Party organisée entre deux lords prestigieux, Victor Neville, conseil-ler culinaire, est engagé pour dénicher le meilleur thé possible afin de mener son employeur, Lord MacDale, à la victoire.
    Mais Victor va connaitre bien des difficultés face au conseiller commissionné par Clifford Barnes, l'adversaire de MacDale. Sans parler de sa fâcheuse tendance à la narcolepsie qui l'accable toujours du même rêve obsessionnel : un cauchemar peuplé d'oiseaux médecins qui le harcèlent.
    Par chance, Victor rencontre la propre fille de Barnes, Alice (cette même Alice du Chat du kimono). Et celle-ci semble bien décidée à l'aider afin de contrer l'arrivisme de son père.
    Dans ce match « culinaire » de prestige, Victor n'est pas au bout de ses surprises...

  • Le saviez-vous ? L'appartement d'une artiste est le lieu idéal pour expérimenter mille et une bêtises. Et ça, Madame, chaton de son état, l'a bien compris.

    Non contente de pouvoir exprimer à loisir sa créativité féline, Madame évolue dans l'univers de sa propriétaire, entre encre de chine et suite Adobe.

    Au fil des saisons, elle découvre le monde alentour, virevolte dans les jambes de Nancy et atterrit dans ce petit recueil plein d'humour qui raconte avec tendresse la relation d'un maître et de son chat.

  • Toujours en pleine forme pour partager ses réflexions félines et ses expérimentations diaboliques, Madame revient dans un second tome plein d'esprit.
    Au grand dam de Nancy Peña, l'espiègle minette n'en a pas terminé avec les bêtises. Tour à tour styliste (grunge), paysagiste (cataclysmique) et même lave-vaiselle (turbo et cycle court !), Madame ne compte pas brider ses compétences et expériences.
    Qui a dit que les chats se prélassaient dans l'oisiveté ?

  • L'appartement de Nancy, c'est bien, mais Le Monde c'est mieux ! Après avoir exprimé sa créativité féline dans les pattes de sa maîtresse, Madame revient dans un troisième tome en lien avec l'actualité, tout en humour et en jeux de mots.
    La verve toujours aussi vive, Madame décrypte et commente les grands titres avec lucidité, poésie et une logique aussi implacable que désopilante.
    Grève des cheminots, affaire du lait contaminé, réchauffement climatique, rien n'échappe à son oeil aguerri ni à ses griffes affûtées ! Toute l'actualité, même la rubrique des chiens écrasés !

  • Le Cabinet chinois est une des pièces qui composent Verzegeldhuis, la maison labyrinthique d'un riche négociant en soie de la Hanse. Il a une propriété singulière : lorsqu'on s'y enferme, on est propice à toutes sortes de rêveries, comme s'il émanait des lampas qui tendent les murs un peu de la Chine. Nous sommes en Hollande, au XVIème siècle, au tournant du moyen âge et de la renaissance. Le cabinet chinois n'est pas une bande dessinée historique, c'est plutôt un conte qui parle de cette époque confuse, partagée entre magie et science. On y trouve des alchimistes, des fantômes chinois, des personnages devenus monstrueux. Un choix d'univers iconographique et historique en totale adéquation avec le graphisme et les goûts picturaux de Nancy. Un roman graphique qui vous entraînera, vous aussi, dans une rêverie sans retour par sa grâce et sa fraîcheur. Un nouveau talent, plein de sensibilité, est né.

  • Dans un archipel de terres où chaque race animale (Murides, Sinois, Tigrisses.
    ) contrôle jalousement sa propre île, seule la Guilde de la mer, consortium de marchands et d'aventuriers, préserve un lien économique entre les peuples et un certain universalisme en ses murs. Une série d'aventure alliant mondes merveilleux, chasse au trésor, flibuste à ce charme si particulier qui fait de Nancy Peña un des auteurs les plus attachants de la jeune génération.

  • Le Chat du kimono n'est pas une série comme les autres : plus que l'intrigue de ses albums, ce qui captive ses lecteurs, c'est son ambiance, ses personnages, son graphisme.
    Nancy recrée une Angleterre plus victorienne que nature, empreinte d'Art nouveau et d'influences japonisante.
    Cet univers bien entendu peuplé de chats, elle le fait vivre également hors des bulles et des cases, au travers d'objets et d'images.
    Sa complice, Céline Badaroux Denizon, lui donne même un prolongement presque théâtral avec la création de costumes issus des livres et leur mise en scène soignée, qui permettent de mettre sur photo des Alice Barnes et Percy Neuville plus vrai que nature.
    Un ouvrage étonnant, un régal pour les yeux.

  • Dans un archipel de terres où chaque race animale (Murides, Sinois, Tigrisses, etc.) contrôle jalousement une île, la Guilde de la mer, consortium de marchands et d'aventuriers, préserve un lien économique entre les peuples et un certain universalisme en ses murs.

empty