Bandes dessinées / Comics / Mangas

  • Pensées secrètes

    Tomi Ungerer

    Tout le monde connaît les livres pour la jeunesse de Tomi Ungerer. En France, on connaît moins ses dessins «pour adultes» - dessins d'humour noir, dessins érotiques ou dessins politiques -, pourtant largement diffusés, notamment aux Etats-Unis, en Angleterre, en Allemagne et au Japon. Il était temps de rendre justice à cet immense dessinateur. C'est pourquoi les Cahiers dessinés ont décidé de publier ses principaux ouvrages.
    Cet automne, c'est donc avec Pensées secrètes que s'ouvre la série. Dessins cruels, dessins surgis du fond de l'inconscient et du non-dit, astuces graphiques : tout est bon pour Tomi Ungerer qui laisse ici se déployer son insatiable imagination. Publié à l'origine aux USA sous le titre The Underground Sketchbook, repris partiellement en 1964 par Denoël, ce livre est un ouvrage majeur du dessin d'humour noir.

  • L'inconnu

    Anna Sommer

    Hélène, séduisante quadragénaire propriétaire d'une boutique de mode, découvre un nourrisson dans la cabine d'essayage, et le recueille dans son arrière-boutique, sans en souffler mot à Antoine, son mari. Vicky et Wanda, deux adolescentes désinhibées, partagent une chambre d'internat et la plupart de leurs secrets, dont la grossesse de Vicky, fruit de sa relation amoureuse avec Antoine, qui n'est autre que leur professeur d'histoire. Pour compenser les inexplicables élans maternels de sa femme, Antoine lui offre un chien. Sous couvert de promenades, Hélène et le chien rendent clandestinement visite à l'enfant, jusqu'au jour où...
    Avec cette histoire tendre et grinçante, Anna Sommer revient à la bande dessinée, pour notre plus grand plaisir... et frisson. L'innocence, comme le diable, se cachent dans les détails de son dessin indiciblement subversif.
    Doux et acide, dénué de toute mièvrerie, son univers résolument féminin fait rimer légèreté et cruauté, et ne cesse de s'enrichir de nouvelles trouvailles.

  • Les politiciens étaient venus de la capitale pour diffuser des paroles malveillantes, et les premiers miliciens étaient apparus sur la colline.
    Le régime en place avait décidé l'extermination de la minorité. Il jugeait cette "mauvaise ethnie" acquise à la rébellion armée du Front patriotique. Décidé à garder le pouvoir coûte que coûte, il avait su convaincre la population que l'éradication de ces "ennemis de l'intérieur" était une nécessité. Entre huit cent mille et un million de personnes avaient péri en trois mois. Sur sa colline, elle était la seule survivante du génocide, la seule à conserver le souvenir des siens.
    Sa famille, ses amis, son village : tout semblait à jamais effacé. Les caméras de télévision étaient pourtant venues, mais trop tard, après les massacres. Les journalistes cherchaient-ils à témoigner du drame ou juste à saluer l'abnégation des soldats du "seul pays de la communauté internationale à avoir tenté quelque chose"? Cette histoire, c'est aussi l'histoire d'une rescapée.

  • Berck

    Gébé

    Au début des années 1960, dans Hara-Kiri, Gébé donne vie à une drôle de créature, ni homme ni ani- mal, grotesque et angoissante, qui évolue dans des situations à la fois inquiétantes et loufoques. Berck apparaît comme un nouveau fléau de la société, indestructible sous son apparence bonhomme. Il sème la panique dans la population qui, néanmoins, se résigne à l'accepter comme une fatalité. L'univers décalé de Gébé met en scène un Berck qui se joue de toutes les situations de la vie quotidienne, se gavant d'éther et de mercurochrome pour coucher à l'hô- pital, tuant son ennui en crachant dans une bassine jusqu'à la faire déborder. En matérialisant d'image en image une véritable bombe à retardement, Gébé imagine un type unique de personnage de bande dessinée : le héros purement négatif, absurde, anar- chiste et poétique.

  • Tout peut arriver

    Anna Sommer

    Après avoir publié Amourettes en 2002, un recueil de ses premières gravures sur zinc, dans la collection Les Cahiers dessinés, Anna Sommer présente aujourd'hui Tout peut arriver, son autobiographie en bandes dessinées.
    Sur un ton humoristique et tendre, Anna Sommer révèle les détails intimes et toujours déconcertants de son enfance, de son adolescence et de sa vie professionnelle et conjugale.
    Elle évoque ses premiers souvenirs dans une famille ordinaire d'un petit village de Suisse alémanique, son premier baiser, ses premières expériences professionnelles, notamment comme modèle dans un cours de dessin académique, et nous dévoile, derrière la façade d'une existence apparemment sans histoire, un monde secret et fantasmatique.

  • Longtemps ses dessins furent jugés impubliables par les rédactions parisiennes.
    Jusqu'au jour où Pierre Fournier poussa la porte de , Hara-Kiri, qui lui offrit sa première tribune. Il rêvait alors de devenir un grand dessinateur, mais " pas humoristique ". Il voulait aussi retourner dans la montagne de sa Savoie natale pour y élever des vaches. Dans Charlie Hebdo, il fut le premier à hurler contre tous les pollueurs, des pétroliers du Torrey Canyon aux chimistes de l'agroalimentaire, des bétonneurs aux promoteurs du 100% nucléaire.
    Sa résistance ne s'appelait pas encore écologique, il devint pourtant le porte-parole de nombreux contestataires d'après 1968. Bientôt à l'étroit dans les pages de Charlie Hebdo, il dirigea son propre mensuel en novembre 1972 : La Gueule ouverte, sous-titré " le journal qui annonce la fin du monde ". Tandis que les manifestations anti-atomiques se succédaient en réunissant des milliers de personnes dans toute la France, Fournier mourut subitement d'une crise cardiaque.
    Il avait trente-six ans. Peu avant, entraîné dans ce combat militant harassant, il avait songé à revenir à sa véritable passion: le dessin. Pendant cinq ans il avait accumulé des carnets de toute taille. Pris sur le vif dans le métro, dans les bars, dans sa famille ou en pleine nature, les dessins de cette époque restèrent enfermés trente ans dans des caisses. Les voici donc enfin visibles. Dans la première partie de ce Cahier, Danielle Fournier, son épouse, retrace la vie de ce visionnaire inspiré et véhément qui cachait un dessinateur intimiste, a l'inspiration déroutante.

empty