Editions Flblb

  • Après avoir ramené à Alexandrie la tête de Ramsès II, Giambattista Belzoni retourne en Nubie pour terminer les travaux de désensablement du temple d'Abou Simbel et, peut-être, avoir la chance d'y pénétrer.
    Mais sa rivalité avec le consul de France Bernardino Drovetti tourne à la guerre ouverte...
    Pendant ce temps, Sarah Belzoni entreprend un grand voyage à Jérusalem, accompagnée de son serviteur James.
    Adaptation en bande dessinée du journal d'un géant de 2 mètres que rien ne prédisposait à devenir le pionnier de l'égyptologie.
    Comme dans le 1er tome (sélection officielle FIBD 2018), Grégory Jarry adapte le journal de Giambattista Belzoni, Nicole Augereau celui de Sarah, et Lucie Castel dessine le tout sur fond de gravures d'époque.

  • En 1815, Giambattista Belzoni, sa femme Sarah et leur domestique James débarquent en Égypte pour présenter une machine qui révolutionnerait l'arrosage en bordure du Nil. Mais le Pacha refuse de la financer et Belzoni échoue chez le consul d'Angleterre, qui le missionne pour ramener au British Museum un gigantesque buste de Ramsès II - défi déjà relevé, sans succès, par le consul de France.

  • A Louxor près de la vallée des Rois, Giambattista Belzoni retrouve son ancien commanditaire Henri Salt et son éternel rival Bernardino Drovetti, qui se sont répartis les moindres terrains de fouille. Il parvient pourtant à mettre à jour une magnifique statue d'Aménophis III dans une zone pourtant déjà explorée par ses rivaux. Pendant ce temps à Jérusalem, son épouse Sarah Belzoni, déguisée en homme, entre au péril de sa vie dans le temple de Salomon, interdit aux femmes et aux chrétiens. Plutôt que de la rejoindre en Terre Sainte, Giambattista traverse le désert oriental, en direction de la Mer Rouge, à la recherche de l'antique cité de Bérénice, port enfoui qu'aurait découvert le français Frédéric Cailliaud mais dont tout à porte à croire qu'il s'agit d'un immense bluff...

  • Quand on met le monde actuel en équation, toutes les courbes qui désignent des trucs horribles s'accélèrent et rien ne peut stopper l'emballement. Notre civilisation va-t-elle s'effondrer ? Pour le savoir, nous réfléchirons aux 190 000 ans durant lesquels nous avons été chasseurs-cueilleurs et aux 10 000 ans depuis lesquels nous sommes agriculteurs. Et si cette invention avait été un gros accident rétroactif, comme la météorite qui a fait disparaître les dinosaures ? Et si les castes gouvernantes avaient inventé une religion appelée « sciences économiques » pour empêcher tout retour en arrière ? Et si un système nécessitant de grandes quantités d'énergie était toujours voué à l'effondrement ?
    Dit comme ça, tout semble foutu. Mais peut-être pas.
    Vous aurez la surprise en lisant ce livre.

  • Une lecture contemporaine de la Révolution (Petite histoire de la Révolution française), une lutte contre un site d'enfouissement de déchets nucléaires (Village toxique), une uchronie spatiale (La Conquête de Mars), Grégory Jarry et Otto T. racontent trois autres mondes possibles avec les méchants qui perdent à la fin.

  • Ce qui devait arriver arriva : des quatre coins du pays, le peuple se soulève, les structures de dominations s'e ondrent, la France est à feu et à sang ! Après avoir traversé Paris en pleine Révolution, un homme pénètre dans l'Assemblée Nationale. Les députés barricadés l'accueillent en héros. Cet homme qui prétend sauver la République n'est autre que Louis XX, héritier légitime du trône de France ! Il raconte alors la Révolution Française de 1789, dans l'espoir de conjurer celle qui se lève... Après Petite histoire des colonies françaises , Grégory Jarry et Otto T. proposent une relecture à deux voix en texte et en image de la Révolution Française, l'un racontant celle de 1789, l'autre anticipant la Révolution qui vient.

  • Des quatre coins du pays, le peuple se soulève, les structures de dominations s'effondrent, la France est à feu et à sang ! Après avoir traversé Paris en pleine Révolution, un homme pénètre dans l'Assemblée nationale. Les députés barricadés l'accueillent en héros.
    Cet homme qui prétend sauver la République n'est autre que Louis XX, héritier légitime du trône de France !
    Après Petite histoire des colonies françaises, Grégory Jarry et Otto T. proposent une relecture à deux voix de la Révolution Française, l'une racontant celle de 1789, l'autre anticipant la révolution qui vient.

  • La lutte est le sport le plus populaire au Sénégal, bien avant le football. Ce livre raconte le combat entre trois lutteurs de génie qui se disputent le titre de « roi des arènes » :
    Tyson, Yékini et Balla Gaye 2. Chacun incarne une facette bien particulière de la lutte.
    Originaire d'une petite île où la lutte puise ses racines, Yékini représente la tradition pure et résiste au système médiatique, politique et financier, au grand dam de ses sponsors.

  • Dans le premier tome de Petite histoire des colonies françaises, (récompensé par le prix Tournesol au festival d'Angoulême 2007), Grégory Jarry et Otto T dépoussiéraient les livres d'histoire pour nous raconter les débuts de l'aventure coloniale française en Amérique, de la découverte du Canada au XVIème siècle jusqu'à l'indépendance d'Haïti en 1804.
    Le deuxième tome s'attaque avec la même verve à la constitution de l'Empire colonial français en Afrique, en Asie et en Océanie, sur une période s'étendant de la conquête de l'Algérie en 1830 jusqu'à la guerre de 14.
    Une saga historique décalée, véridique et présentée par le Général de Gaulle.

  • Le nucléaire, tout le monde a compris que c'était une vieille énergie du passé, ultra dangereuse et qui coûte un bras. Depuis Tchernobyl et Fukushima, la clique qui contrôle tout ça s'ac croche déses pé ré ment, elle sursaute d'un rien, prend du prozac et fait des crises d'an goisse pas possible. Il est bon de lui rappeler qu'à la fi n des années 80, l'État a voulu enfouir des déchets nucléaires dans le granit des Deux-Sèvres et que les habi tants se sont mobi li sés pour tout faire capo ter. Les auteurs de Petite histoire des colonies françaises délaissent un temps la vulgarisation historique pour la reconstitution d'une lutte victorieuse où les habitants ont mis des pieds aux fesses aux représentants de l'état. S'ils l'ont fait à l'époque, pourquoi on le referait pas aujourd'hui ?

  • Chaque année au début du printemps, on voit arriver dans le ciel de France de nombreux immigrés qui ont fait de longues distances pour venir se reproduire chez nous. Ils ont pris leur envol en vastes groupes et, poussés par la misère et par le manque de nourriture, ils viennent se poser sur les fils électriques de la banlieue parisienne ou dans les quartiers chauds de Marseille. Là, ils construisent leur nid dans les tours de béton réservés à cet usage puis, pour nourrir leurs petits, ils font plein de sales boulots dans le bâtiment, la restauration ou le retraitement des déchets. Ce phénomène d'immigration n'est pas nouveau : jadis les italiens, les portugais, les polonais, aujourd'hui les maghrébins et les africains de nos anciennes colonies. Connaître leur histoire nous apprend à mieux nous connaître, car l'homme civilisé descend de l'immigré.

  • Joséphine, grand-mère centenaire de l'auteur, nous raconte l'histoire vraie de Pauline, qu'elle a bien connue : bonne dans le Paris 1900, fi lle-mère contrainte d'abandonner son enfant, puis d'épouser un veuf de trente ans son aîné fan de Victor Hugo, la guerre de 14, celle de 39-45 et le débarquement, enfi n à sa mort dans les années 50. En faisant le choix du roman-photo, Benoît Vidal dresse un portrait de sa grand-mère, et s'interroge sur la mémoire orale : Pauline racontée par Joséphine, c'est en fi ligrane l'histoire de France telle que nous l'ont racontée nos aïeux. L'auteur ouvre pour nous son album de famille et, par une riche iconographie tirée de la presse et la peinture de l'époque, fait ressurgir un monde disparu dont nous sommes tous issus.

  • Monsieur Oh, technicien de la Compagnie sud-coréenne d'électricité, est envoyé en Corée du Nord dans le cadre d'accords de coopération. Sur place, le manque de moyens et l'organisation rigide de la vie quotidienne compliquent le travail. Dans les discussions, les questions politiques sont abordées, souvent avec humour, mais les contradictions surgissent car rien ne peut remettre en cause l'idéologie d'État.

  • En Haïti dans les années 80, les chansons de Manno Charlemagne ont défié la dictature Duvalier. Ses albums circulaient sous le manteau, ses refrains étaient repris dans les manifestations d'opposition. Exilé à deux reprises pour échapper au châtiment des tontons macoutes, Manno Charlemagne revient en Haïti au moment de l'élection d'Aristide.
    En 1995, il est élu maire de Port-au-Prince après un concert mémorable. Il se confronte alors à la difficulté d'être un chanteur adulé qui lutte pour des idées progressistes et un homme politique qui doit administrer une capitale en proie à la misère et au chaos...

  • "La Françafrique n'existe pas, elle n'a jamais existé.
    D'abord qu'est-ce que ça voudrait dire que la Françafrique ? Ça voudrait dire qu'après la décolonisation, dans le dos du peuple français, nos élites auraient conservé des liens de sujétions avec nos anciennes colonies d'Afrique en plaçant à leur tête des chefs d'États dévoués ? Il aurait fallu plus que des bases militaires dans ces pays, plus que des Monsieur Afrique de l'Élysée, plus que des Total, des Cogema et des Bob Denard pour faire la Françafrique. Il aurait fallu un silence total sur ces activités et l'assentiment de toute la classe politique. En France, tout se sait, car les journalistes et les universitaires, les juges et les artistes sont de contre-pouvoir qui empêche toute dérive népotique.
    La Françafrique n'a pas existé et elle n'existera jamais." François Mitterrand

  • Pamphlet politique à l'usage des gros capitalistes, Petite Histoire du Grand Texas explique comment s'est constitué le plus fameux des États d'Amérique. Ce livre fait le point sur les guerres indiennes et Fort Alamo, sur la République du Texas et l'invasion du Mexique, sur les derricks et les dollars, sur le Vietnam et sur l'Irak, sur l'assassinat de Kennedy et sur le 11 septembre, sur l'élection d'Obama et sur l'invasion de la France en 2021.
    Petite histoire du grand Texas était épuisée depuis plusieurs années. Cette nouvelle édition grand format revue et actualisée ravira les va-t-en-guerres de tous poils et les fera patienter en attendant la future guerre mondiale contre l'Iran.

  • Petite histoire des colonies françaises passe en revue cinq siècles de colonisation en rentrant bien dans les détails, pour qu'on ne loupe pas un seul aspect positif. Dans ce premier tome, le lecteur sera surpris de découvrir les bienfaits que nos ancêtres ont apportés en Amérique et dans les Antilles : nous suivrons, haletants, l'épopée de Jean Ribaud qui s'est fait massacrer en Floride par les Espagnols ; nous serons mis hors de nous-mêmes par la débâcle des Acadiens, déportés en masse par les Anglais ; nous serons émus par les beaux chants des noirs, dignes face à des conditions de vie inhumaines ; nous mordrons dans un bâton pour ne pas de crier lors de la révolte des esclaves d'Haïti, vainqueurs des troupes napoléoniennes et fondateurs de la première république noire.

  • Le 5 juillet 2029, le Vespucci se pose sur Mars avec à son bord des repré sen tants de chaque conti nent, tous vainqueurs d'un jeu télé visé plané taire qui bat des records d'au dience. Au chinois Maké lélé Chow revient l'hon neur de faire le premier pas sur Mars. Tandis que nous vivons ce moment histo rique, le vais seau explose en direct à la télévision et l'humanité se pétri fi e : en face de Makélélé Chow, dans un scaphandre rouge, se tient Adolph Hitler en personne ! La Conquête de Mars , fresque d'an ti ci pa tion qui brasse le temps, l'es pace et des personnalités aussi célèbres que Werner Von Braun, Stanley Kubrick, Neil Armstrong, Léni Riefenstahl ou Albert Speer, pose une question cruciale : les descendants des nazis sont-ils des nazis ?

  • Le livre : Le journal 2004-2010 en textes et en dessins de Lénon : enthousiasmes littéraires, cinématographiques et musicaux, colères révolutionnaires et recettes de cuisine.

  • Réalisateur du célèbre " Crichrist ", vu 5 millions de fois sur internet, Bart O' Poil tourne un film de trois minutes par semaine, de petits pornos brûlants d'actualités et brûlants tout court. De cette abondante filmographie, on retiendra " Sans-papiers sans-pantalons ", dans lequel les policiers de France régularisent à tour de bras tout en faisant l'amour avec des immigrés, " la femme sandwich ", un plaidoyer féministe où une femme se fait littéralement dévorer par ses compagnons bien membrés, " Braquemarrage ", un porno-gay réjouissant où des braqueurs de banque utilisent leur pénis à la place de pistolets.
    Les films de Bart O'Poil, drôles et décalés, mêlent l'histoire, la politique et le sexe pour porter un regard impertinent sur le monde.

  • Si l'art a d'innombrables buts, il n'a que deux moyens : représenter la nature et capter le flux de la pensée. Dans ce livre, Otto T. nous invite dans sa tête pour voir comment ça marche là-dedans. S'il est obligé de partir de sa vie pour penser, il s'en sert pour aller voir ce qu'il y a au-delà des apparences, au-delà du contexte. Capter le flux de la pensée, c'est déployer une gigantesque antenne parabolique sur le monde, et voir comment on réagit par rapport aux informations qu'on reçoit. Finalement c'est comme aller au bistrot avec des copains et refaire le monde. En tout cas c'est aussi agréable. Mais en textes et en dessins.

  • Si la France occupe aujourd'hui un rang de première catégorie parmi les nations du monde, c'est qu'elle a su, par le passé, prendre part à la plus belle des entreprises humaines : la Colonisation.
    Cette histoire, que vous connaissez peut-être mal, nous a permis de manger des citrons et des bananes en toutes saisons depuis des générations. Aujourd'hui l'empire colonial n'est plus, mais la France est une terre d'accueil pour les immigrés de nos anciennes colonies, pour les immigrés des colonies des autres pays, et même pour les immigrés des pays qui n'ont jamais eu de colonies.
    Et tous nos immigrés, qu'ils soient noirs, jaunes ou beiges, ont trouvé du travail, et ne font l'objet d'aucune discrimination de la part des vrais Français.

empty