Paris-musees

  • Auteur prolifique, Robert Crumb est une figure de la culture underground américaine, et probablement l'un des plus grands dessinateurs de ces cinquante dernières années. Son oeuvre a profondément marqué le monde de la BD américaine et française, et tous s'accordent à voir en Crumb celui a changé le dessin par son trait, d'une énergie et d'une densité sans égales. Il est le premier Américain à avoir reçu le Grand prix d'Angoulême en 1999, et le seul à avoir bénéficié d'expositions dans les musées du monde entier, à San Francisco, Cologne et Vienne.

    Né à Philadelphie en 1943, il commence très tôt à dessiner avec ses deux frères des albums de bandes dessinées inspirés de comics animaliers.
    Lors du "Summer of Love" de San Francisco en 1967, il invente toute une série de personnages devenus cultes : Fritz the Cat, Mister Natural, Snoid. Ses sujets favoris sont les mythes américains tels que la famille, le sexe, la vie urbaine, les hippies, l'argent, etc. Mais son sujet de prédilection reste sa vie. En effet, dès les années 70 il entreprend une production plus autobiographique dans laquelle il raconte sans pudeur ses obsessions, ses angoisses, ses relations avec les femmes, ou encore sa passion pour le jazz des années 20.

    Le catalogue retrace le parcours graphique de Crumb depuis ses premiers dessins dans les revues Help !, Zap et Weirdo, jusqu'aux planches de son dernier album La Genèse, une adaptation littérale du premier livre de la Bible, en passant par ses carnets de dessins jamais publiés.
    Avec les textes français/anglais de Sébastien Gokalp, Joann Sfar, Jean-Pierre Mercier, Todd Hignite et Jean-Luc Fromental.

  • Zeng Fanzhi

    Collectif

    Premier catalogue retrospectif en langue française consacré à l'artiste chinois. Sélection de son oeuvre peint et sculpté de 1990 à nos jours.

  • La révolution française puis l'empire ont suscité en grande-bretagne une production iconographique considérable, en particulier dans le domaine original de la gravure satirique.
    Dès le milieu du xviiie siècle, la caricature devient une pratique courante de la vie publique anglaise, entretenue tout au long du siècle grâce au talent de quelques grands artistes - james gillray, thomas rowlandson, isaac cruikshank, entre autres - et de nombreux imagiers anonymes. cet arsenal de cruauté et de démesure, les anglais allaient tout naturellement le retourner contre les sans-culottes puis contre bonaparte.
    A travers ce recueil de caricatures issues des riches collections du musée carnavalet, c'est une vision combative et satirique qu'il nous est donné d'apprécier. mais au-delà du masque grotesque de la france en ébullition, c'est aussi l'avenir de leur propre nation qu'interrogent les caricaturistes anglais.

  • Akira Kurosawa

    Collectif

    Akira Kurosawa, (1910-1998) est universellement connu comme un des cinéastes les plus éminents de la seconde moitié du XXe siècle.
    Grâce à une rétrospective inédite en France, regroupant 87 dessins, conçus pour ses derniers films, le Petit Palais, souhaite révéler au public le fabuleux dessinateur qu'il a aussi été.
    Cette exposition révèle une facette méconnue du cinéaste, dessinateur exceptionnel, mettant le trait et la couleur au service d'une force émotionnelle rare.
    Ces dessins ne peuvent se résumer à un travail préparatoire à la réalisation de ses films. Conçus comme des oeuvres autonomes, ils sont accessibles à tous y compris à ceux qui n'auraient pas la chance d'avoir vu ses films. Synthèse originale des cultures orientales et occidentales, par leur force expressionniste, ces dessins reflètent la personnalité de Kurosawa, son enracinement dans le patrimoine japonais comme son admiration pour l'art de Van Gogh, Cézanne, Chagall ou Rouault et la lecture de Shakespeare, Dostoïevski ou Tolstoï.
    Descendant de samouraïs, Kurosawa est né dans le Japon de l'ère Meiji. C'est indéniablement cette atmosphère particulière, son environnement qui le poussent très tôt à assouvir sa soif pour l'art occidental.
    Les dessins ici rassemblés contiennent la même charge émotionnelle que les films de l'artiste. Le choix savant des coloris, mettant l'accent sur les psychologies ou dramatisant certaines scènes, est sans doute le secret de l'admiration qu'il a réussi à susciter.

  • KIRAZ est né au Caire en 1923, mais c'est à Paris qu'il a commencé sa carrière de dessinateur de presse. À la demande de Marcel Dassault, en 1959, Kiraz quitte définitivement le dessin politique et crée " Les Parisiennes " pour le magazine Jours de France.
    Kiraz a toujours considéré son oeuvre comme une forme de journalisme. De fait, " Les Parisiennes " sont un miroir de comportements féminins depuis les années cinquante. À partir des années soixante-dix, leur notoriété gagne de nombreux pays et s'impose dans le monde de la publicité.
    Il fait toujours bon de retrouver les Parisiennes de Kiraz. "Ce sont elles, les maîtresses du monde", disait leur fameux auteur. Qui n'a jamais succombé à leur esprit cocasse - parfait reflet de la société de leur époque - leurs facéties, leurs mimiques oe
    Gouaches originales, peintures inédites, dessins, reportages, croquis, photographies, coupures de presse, affiches publicitaires : l'ouvrage présente le travail de l'artiste Kiraz et ces célèbres Parsiennes, jeunes filles déluréeset piquantes, qui ont illustrés nombre de magazines français dès les années 1960.

  • Une nuit, un homme vêtu de noir s'introduit dans le musée Bourdelle. Il arpente les salles à la recherche du sculpteur et de son oeuvre. Avec suspens, il nous entraine dans une visite des lieux inquiétante et magique.

  • Près de deux siècles après sa mort, William Blake, est sans doute en France le plus célèbre mais aussi le plus secret des génies d'outre Manche. Dans l'Angleterre des Lumières, difficile d'imaginer esprit plus singulier. Tout à la fois poète, graveur et peintre, « Blake le fou » a choqué nombre de ses contemporains, à commencer par Reynolds ou Turner, tant ses livres prophétiques (Les Noces du ciel et de l'enfer, 1790-1793) ont heurté les sensibilités et bouleversé les canons académiques du temps. A lui seul, il incarne l'inspiration hallucinée propre au romantisme anglais. Déterminante sur ses contemporains, son influence est également indéniable chez les préraphaélites mais aussi sur la modernité avec André Gide, André Breton et les surréalistes.

  • Catalogue de l'exposition du musée Bourdelle qui réunira 11 artistes de la scène française et européenne parmi lesquels Elisabeth Ballet, Christian Boltanski, Richard Deacon, Hans-Peter Feldmann, Claude Lévêque, Jean-Luc Moulène, Orlan... Chacun présentera une oeuvre inédite conçue en résonance avec le musée, ses collections et ses archives.

empty