• Un auteur de bande dessinée, alors qu'il fait ses courses, réalise qu'il n'a pas sa carte de fidélité sur lui. La caissière appelle le vigile, mais quand celui-ci arrive, l'auteur le menace et parvient à s'enfuir. La police est alertée, s'engage alors une traque sans merci, le fugitif traversant la région, en stop, battant la campagne, partagé entre remord et questions existentielles.
    Assez vite les médias s'emparent de l'affaire et le pays est en émoi. L'histoire du fugitif est sur toutes les lèvres et divise la société, entre psychose et volonté d'engagement, entre compassion et idées fascisantes. Car finalement on connaît mal l'auteur de BD, il pourrait très bien constituer une menace pour l'ensemble de la société.
    Voici le nouveau récit choral de l'imparable Fabcaro, entre road-movie et fait-divers, l'auteur fait surgir autour de son personnage en fuite, toutes les figures marquantes -et concernées- de la société (famille, médias, police, voisinage...) et l'on reste sans voix face à ce déferlement de réactions improbables ou, au contraire, bien trop prévisibles.

  • Moon river

    Fabcaro

    Hollywood, années 50. Au coeur de l'usine à rêves du cinéma, l'immense actrice Betty Pennyway est victime d'un crime sans précédent et particulièrement abominable. L'affaire fait la Une de toute la presse et l'Amérique entière est en émoi. La police de l'état fait appel au peu orthodoxe inspecteur Hernie Baxter pour mener cette délicate enquête qui secoue tout le petit monde du 7ème Art.
    Moon River est un polar noir, poisseux et angoissant, au suspense insoutenable, dont on découvre seulement à la page 12 que le coupable est l'acteur qui joue avec Betty Pennyway.

  • Chicago, fin des années 1960. Karen Reyes, dix ans, est une fan absolue des fantômes, vampires et autres morts-vivants. Elle se voit d'ailleurs comme un petit loupgarou : d'après elle, dans ce monde, il est plus facile d'être un monstre que d'être une femme. Un jour de Saint Valentin, au retour de l'école, Karen apprend la mort de sa belle voisine, Anka Silverberg, une survivante de l'Holocauste. Elle décide alors de mener l'enquête et va vite découvrir qu'entre le passé d'Anka au coeur de l'Allemagne nazie, son quartier en pleine ébullition et les drames qui, tapis dans l'ombre de son quotidien, la guettent, les monstres bons ou « pourris » sont des êtres comme les autres, complexes, torturés, fascinants. Conçu comme le journal intime d'une artiste surdouée, c'est un livre époustouflant.

  • Flic : l'histoire vraie du journaliste qui a infiltré la police Nouv.

  • Simone et moi

    Simone F. Baumann

    Simone et moi, c'est une découverte sur 350 pages d'une introspection rare et précieuse. Un récit d'une sensibilité extrême, témoignage d'une jeunesse d'aujourd'hui souvent désorientée et qui doit vivre coûte que coûte et se construire dans un monde en plein bouleversement.
    Avec son langage visuel net et sans fioritures, on ne peut s'empêcher d'inscrire son dessin dans la lignée de George Grosz ou d'Otto Dix qui décrivaient la ville et ses habitants sans compassion aucune, « au scalpel ». L'introspection à laquelle elle nous invite rappelle également Mars de son compatriote Fritz Zorn qui écrivait avec la même honnêteté son chemin intérieur.
    Un roman graphique "grand format", reliure cousue avec deux rabats intérieurs et fer à chaud argenté sur les titres de couverture.

  • Deux soeurs, leurs maris respectifs et leurs enfants, vont chez leurs parents pour le sacro-saint repas dominical. Tous sont heureux de se retrouver jusqu'à ce que tombe la question qui va les plonger dans une funeste tragédie : "De quoi pourrait-on parler ?" Formica, le nouveau livre de Fabcaro (l'auteur de Zaï Zaï Zaï Zaï) est construit comme une pièce de théâtre, avec une unité de lieu et de temps, et découpé en trois actes.
    Formica rassemble, au delà de la famille protagoniste du récit, tout ce qu'on a jamais osé faire et dire lors de nos repas de famille.

  • Dans ce petit restaurant situé au fond d'une ruelle du quartier de Shinjuku, le patron vous accueille de minuit à sept heures du matin pour servir des petits plats typiques du Japon qui réveilleront les papilles et les souvenirs du temps passé. Car ici, chaque plat est lié aux souvenirs d'un personnage : yakuza, stripteaseuse, boxer...
    Avec son trait fin et épuré, son style très personnei, Yarô Abe, qui cite parmi ses références Yoshiharu Tsuge, brosse des portraits drôles et émouvants de personnages touchants, chacun à leur manière, dans un manga qui a quelque chose d'apaisant et de réconfortant.
    La Cantine de minuit, c'est un petit restaurant qui vous remplit le coeur et l'estomac, et une agréable manière de découvrir que la cuisine japonaise est trèsb loin de se limiter aux sushis.

  • Awa a sept ans. Elle vit à Liège avec ses parents et sa grande soeur, mais se sent à la fois belge, guinéenne, française, marseillaise, sicilienne-italienne... et gauchère. Elle adore le chocolat, les livres, et embêter sa soeur Maïa. Elle a horreur des robes, du racisme, d'être gentille avec tout le monde, et elle déteste les aubergines. Plus tard, elle veut devenir reine-capitaine-pirate de la mer.
    Elle est curieuse, drôle, têtue, et a un sacré sens de la répartie.
    Et elle a beaucoup de choses à vous dire...

  • La grande histoire de l'écriture de Vitali Konstantinov n'a pas son pareil. Humour grinçant et créativité débordante servent ce projet de vulgarisation scientifique : retracer l'histoire de l'écriture sous (presque) toutes ses formes, des premiers signes esquissés par les nomades du néolithique jusqu'à l'ère des emojis en passant par les langues elfiques de Tolkien. Loin des séries documentaires traditionnelles, cet album grand format est un saisissant contraste entre bande dessinée et contenu instructif de grande qualité, à la fois extrêmement précis et détaillé, appuyé sur de solides recherches bibliographiques. Une superbe invitation au voyage à travers le temps et les langues !

  • Maurice vit à Bruxelles. Il a 12 ans lorsque les Nazis envahissent la Belgique, en mai 1940. En pleine nuit, la famille fuit pour la France. Mais là aussi, la traque des Juifs s'intensifie. Ils traversent alors l'Espagne franquiste et le Portugal pour embarquer sur un bateau à destination de la Jamaïque, une terre d'accueil pour de nombreux Juifs réfugiés.
    Malgré la clandestinité, la peur et le danger, Maurice, s'accroche à un rêve. Plus tard, il sera avocat. Et pour cela, même sans aller à l'école, il doit continuer à apprendre. Avec l'aide d'un dictionnaire d'anglais et de quelques personnes extraordinaires rencontrées sur sa route et dans le camp de réfugiés, il s'instruit. Il n'a pas 17 ans quand, à la fin de la guerre, il est accepté à l'université de Toronto.

  • #AccidentMajeur est un roman graphique anticipant une catastrophe nucléaire française sur la base de scénarios prévisionnels élaborés par des experts.
    (Regarder Envoyé Spécial consacré aux risques sur le barrage de Vouglans :
    Https://www.youtube.com/watch?v=23KfSrZWsoI).
    Laurine, ingénieure environnement à la centrale de Bugey dans l'Ain, constate la première les conséquences de la rupture du barrage de Vouglans dans le Jura et de la crue de l'Ain, qui inondera la centrale et ses diesels de secours.
    Elle va lancer l'alerte auprès des médias, tandis que les autorités de la centrale et les politiques tenteront de minimiser l'accident.
    #AccidentMajeur est une histoire fictive mais terrifiante de réalisme de ce qui pourrait se produire en France, pays le plus nucléarisé de la planète.

  • Dans le Japon des années 1960, Kyoji est libéré de prison pour bonne conduite. Sans famille ni attache, il est déterminé à devenir le disciple de Yakumo, un grand maître du théâtre Rakugo, depuis qu'il a assisté à son impressionnante prestation au bagne. Étrangement le sensei choisit de prendre le jeune homme sous son aile, alors qu'il n'avait jusque-là accepté aucun apprenti, et lui donne même un nom de scène : "Yotaro". Une nouvelle vie s'ouvre dès lors pour Yotaro qui tentera de faire perdurer cet art l'ayant tant aidé durant ses heures les plus sombres, avec le soutien du domestique Matsuda et de la jeune Konatsu, fille d'un célèbre Rakugo-ka, décédé de façon tragique, qui fut autrefois l'ami et le rival de Yakumo...

  • Il était une fois deux crapauds qui étaient très bons amis. Pourtant, ils étaient très différents : Crapaud blanc était joyeux et sociable, quand Crapaud rouge était solitaire et casanier. Il n'appréciait pas que Crapaud blanc lui parle de ses nombreux amis, qu'il semblait les préférer à lui. Un jour, la situation s'envenima tant que Crapaud rouge lança une pierre à Crapaud blanc en hurlant : « Va-t'en ! ». Alors que Crapaud blanc, blessé, est emmené à l'hôpital, Crapaud rouge est rongé par la culpabilité...
    Rares sont les albums pour les petits qui racontent avec tant de tact cet amour exclusif qui va jusqu'à faire franchir la ligne rouge, celle qui fait commettre l'irréparable, et la terrible culpabilité qui s'ensuit... Crapaud rouge pourra-t-il être pardonné et se pardonner à luimême ?

  • La cantine de minuit t.2

    Yarô Abe

    Dans ce petit restaurant situé au fond d'une ruelle du quartier de Shinjuku, le patron vous accueille de minuit à sept heures du matin pour servir des petits plats typiques du Japon qui réveilleront les papilles et les souvenirs du temps passé. Car ici, chaque plat est lié aux souvenirs d'un personnage : yakuza, stripteaseuse, boxer... Avec son trait fin et épuré, son style très personnel, Yarô Abe, qui cite parmi ses références Yoshiharu Tsuge, brosse des portraits drôles et émouvants de personnages touchants, chacun à leur manière, dans un manga qui a quelque chose d'apaisant et de réconfortant. La Cantine de minuit, c'est un petit restaurant qui vous remplit le coeur et l'estomac, et une agréable manière de découvrir que la cuisine japonaise est très loin de se limiter aux sushis.

  • Sandrine et Henri coulent des jours paisibles dans leur villa luxueuse. Henri est un patron de startup épanoui et dynamique et Sandrine l'admire. Mais hélas la vie n'est pas un long fleuve tranquille... Un beau jour, Sandrine tombe sous le charme de Michel, un brun ténébreux livreur à domicile et chanteur de rock à ses heures perdues. Une idylle merveilleuse va alors se nouer entre eux. Mais la vie est-elle toujours du côté de l'amour ? Les sentiments purs et absolus ne sont-ils pas qu'une feuille morte emportée par le vent ? Un arc-en-ciel ne finit-il pas toujours par disparaître derrière les nuages ?

    Un hommage appuyé aux romans-photos et à tout ce que l'amour a pu inspirer pour vendre du papier aux amateurs et amatrices de roman à l'eau de rose. Si vous pensiez avoir fait le tour de la question sur ce genre de littérature, laissez-nous vous soumettre l'idée qu'on peut aller encore un peu plus loin, grace à Fabcaro.

  • Dans cette petite gargote située au fond d'une ruelle du quartier de Shinjuku, les clients se croisent, les histoires se dévoilent. La carte ne propose que du tonjiru, soupe miso au porc, ainsi que du saké, mais selon vos envies, on vous préparera à la demande tout ce qu'on est en mesure de vous servir.

  • La danse des flammes Nouv.

    Braise, Incendie et leur fille Flamme vivent paisiblement dans la forêt. Tous les trois partagent un secret brûlant : celui de la danse des flammes ! Lors de ce rituel nocturne, ils habillent la nuit d'étincelles, d'éclairs et de feux follets... Mais attention, un tel spectacle ne doit pas être vu par les habitants du village de pêcheurs, qui redoutent le feu et se méfient des cheveux roux de la petite famille. Un jour, Flamme tombe nez-à-nez avec une petite fille blessée à la cheville, pleurant à chaudes larmes sur sa robe bleue nuit. Le hasard de cette chaleureuse rencontre suffira-t-elle à briser la glace entre les deux peuples ?

  • Les fleurs du mal Nouv.

    Les fleurs du mal fleurissent aussi au XXIe siecle !
    Découvrez ou re découvrez, à l'occasion du bicentenaire de la naissance de Charles Baudelaire, son recueil légendaire : Les Fleurs du mal.

    Poète de la modernité, Charles Baudelaire ouvre une ère nouvelle de la création artistique et littéraire au XIXe siècle. Écrivain de génie mais aussi critique littéraire et artistique, sa plume signe l'esthétique de tout un siècle.
    Nous publions aujourd'hui une édition exceptionnelle dans laquelle sont mis en correspondance les célèbres poèmes avec les illustrations de grands artistes de l'époque : ceux qu'il a admirés (Delacroix, Hugo...) ou inspirés (Rodin, Klimt, Khnopff...). La grande originalité de ce livre réside également dans la création d'images inédites d'artistes contemporains.

    /> 50 artistes, peintres, dessinateurs, morts ou vivants établissent des liens et créent un nouveau dialogue entre image et texte tout en offrant de nouvelles interprétations. En confiant à différents artistes d'aujourd'hui le soin d'illustrer un poème, nous proposons aux lecteurs une expérience réellement inédite de sa lecture, tout en offrant un regard contemporain sur le texte.
    Delacroix, Degas, Hugo, Goya, Klimt, Schiele côtoient ainsi Tomi Ungerer, Betty Bone, Isabelle Simler, Benjamin Chaud, Blutch, Winshluss, Charlotte Gastaut ou encore Lou Doillon.
    Chaque artiste se voit confier un thème proche de sa sensibilité ou de ses thèmes de prédilection, transcrivant ainsi son univers et ses spécificités. Isabelle Simler se penchera par exemple sur un poème traitant de la nature et Benjamin chaud de l'érotisme.

  • Dans ce petit restaurant situé au fond d'une ruelle du quartier de Shinjuku, le patron vous accueille de minuit à sept heures du matin pour servir des petits plats typiques du Japon qui réveilleront les papilles et les souvenirs du temps passé. Car ici, chaque plat est lié aux souvenirs d'un personnage : yakuza, stripteaseuse, boxer...
    Avec son trait fin et épuré, son style très personnel, Yarô Abe, qui cite parmi ses références Yoshiharu Tsuge, brosse des portraits drôles et émouvants de personnages touchants, chacun à leur manière, dans un manga qui a quelque chose d'apaisant et de réconfortant. La Cantine de minuit, c'est un petit restaurant qui vous remplit le coeur et l'estomac, et une agréable manière de découvrir que la cuisine japonaise est très loin de se limiter aux sushis.

  • Une maman, c'est comme un nid, une maman, c'est comme un véhicule, une maman c'est comme une fontaine... A la manière d'une comptine, ces phrases courtes accompagnent chaque étape du quotidien d'un bébé. Au fil des pages l'enfant grandit et passe par différents apprentissages. Le lecteur suit l'enfant au fil de ces petits pas qui sont de grandes étapes pour lui. La maman qui était un nid, un refuge pour le nouveau-né devient une route, une histoire ou un spectacle pour l'enfant qui joue.
    En même temps que l'enfant grandit, la distance qui le sépare de sa mère dans l'image s'agrandit aussi.
    Jusqu'à la dernière image, celle des premiers pas de l'enfant.
    Car une maman c'est comme une maison qu'on porte en soi pour toujours.

  • Mémoires effondrées

    Baya

    "2044. Antoine Donelli, naguère comédien en vue, vient de s'éteindre. Fin d'une vie d'homme dans un monde incertain et chaotique. Mais comment en est-on arrivé là ? "

  • Dans ce petit restaurant situé au fond d'une ruelle du quartier de Shinjuku, le patron vous accueille de minuit à sept heures du matin pour servir des petits plats typiques du Japon qui réveilleront les papilles et les souvenirs du temps passé. Car ici, chaque plat est lié aux souvenirs d'un personnage : yakuza, stripteaseuse, boxer...
    Avec son trait fin et épuré, son style très personnel, Yarô Abe, qui cite parmi ses références Yoshiharu Tsuge, brosse des portraits drôles et émouvants de personnages touchants, chacun à leur manière, dans un manga qui a quelque chose d'apaisant et de réconfortant.
    La Cantine de minuit, c'est un petit restaurant qui vous remplit le coeur et l'estomac, et une agréable manière de découvrir que la cuisine japonaise est très loin de se limiter aux sushis.

  • Dans ce petit restaurant situé au fond d'une ruelle du quartier de Shinjuku, le patron vous accueille de minuit à sept heures du matin pour servir des petits plats typiques du Japon qui réveilleront les papilles et les souvenirs du temps passé. Car ici, chaque plat est lié aux souvenirs d'un personnage : yakuza, stripteaseuse, boxer...
    Avec son trait fin et épuré, son style très personnei, Yarô Abe, qui cite parmi ses références Yoshiharu Tsuge, brosse des portraits drôles et émouvants de personnages touchants, chacun à leur manière, dans un manga qui a quelque chose d'apaisant et de réconfortant. La Cantine de minuit, c'est un petit restaurant qui vous remplit le coeur et l'estomac, et une agréable manière de découvrir que la cuisine japonaise est très loin de se limiter aux sushis.

empty