Alter Comics

  • Trans t.1

    Tom Kaczynski

    Un témoignage dessiné d'un migrant polonais au pays du capitalisme, les Etats-Unis, à travers la philosophie, la pop culture et la politique.
    Trans a été retenu parmi les 25 meilleurs mini-comics par The Comics Journal. Nominé aux Ignats Awards 2011 dans la catégorie. meilleur minicomics. Trans se lit comme un essai sur les abus du capitalisme et le refus du système. Tom K retrace son parcours, il a grandi sous le giron de la Pologne communiste et il arrive aux Etats-Unis avant la chute du rideau de fer. Tom Kaczynski est un vrai trait d'union entre le communisme et le capitalisme.
    Il a vécu le premier dans sa jeunesse et a rêvé du second au même moment. Année après année, son rêve américain se fissure et fait resurgir sur lui, la désillusion. Dans les pages, le lecteur retrouve le récit d'une jeunesse désabusée, sans repères. abusée et jamais satisfaite par les objets qu'elle achète ou la position professionnelle qu'elle occupe. Comme chaque citoyen, Tom K réfléchit et se questionne sur sa contribution à la société.
    Reprenant d'une manière habile les propos de Richard Flordia, Breton, Marx, Tom K nous offre une radioscopie de ce qu'est d'être un migrant aux Etats-Unis dans les années 2000. Tom K se situe à la croisée de plusieurs mondes de la littérature avec Don Dellilo, des philosphes et penseurs avec Breton. Le Trans-Kaczynski est à la croisée de Marzi, Philippe Squarzoni et du meilleur de la scène nord américaine.

  • Dans un futur proche, la technologie a remplacé les dieux, morts dans l'oubli général. Une femme réincarnée par son mari et devenue immortelle rejette ce statut. L'entreprise qui emploie le chercheur voit dans cette expérience l'ouverture d'un tout nouveau marché très lucratif, le commerce de l'immortalité.

  • Couvrait de façon partielle leurs courbes plus que généreuses, et elles ont lâchement abandonné sur un parking d'autoroute le coeur des peintres qui leur ont donné leur immortalité. Elles sont entrées à coups de poing dans les années 2010. Elles sont ces mannequins de lingerie fine à la poitrine débordante de couleurs, elles sont ces actrices made in Hollywood qui incarnent nos téléchargements compulsifs, ces chanteuses pop vox populi qui se trémoussent comme des strip-teaseuses entourées de tranches de jambons ou bien comme ces playmates plastifiées qui inondent sites et autres forums enclins à la testostérone.
    Mais derrière ces images issues du mass média ou du dernier catalogue de Taschen, se promènent dans nos villes les dernières représentantes de la nymphe originelle, la nympha moderna. Plus sensible, elle se cache de la lumière des projecteurs, à la recherche de sa personnalité, de son soi caché.

  • L'abbé

    Edmond Baudouin

    Qu'est ce qui se passe quand vous êtes ainsi...
    En prière ? Je suis en adoration. Je ne comprends pas. C'est comme un éblouissement supportable. Je ne comprends toujours pas. Vous avez déjà vu le regard d'un enfant ? Oui. Je me mets devant le regard d'un enfant. L'abbé Pierre a été, est et sera probablement l'une des icônes préférées des français. Ses valeurs d'humilité, de partage, et surtout ses combats pour protéger les plus démunis d'entre nous représentent ce que la France a enfanté de plus beau et l'image de nous que nous souhaiterions continuer de véhiculer.

  • Serge

    Ed

    "Ratoon est une souris alcoholique, voleuse, et franchement antipathique, capable du pire pour arriver à ses fins. Faire la manche et soutirer les portefeuilles de ses malheureux donateurs n´affectent aucunement ses états d´âme, peu lui importe de brûler une maison si celle-ci se trouve sur le chemin de son prochain repas. Mieux vaut ne pas croiser sa route, vous l´aurez compris!

    L´auteur nous offre avec ce tout premier roman graphique une fable décapante à l´humour très noir, servi par un dessin naïf qui prend sa source évidente dans le cartoon américain et le revisite en le transposant à un schéma violent, cliché de nos travers les plus communs tels que l´égoïsme ou la cupidité." "Ratoon es un ratón borracho, ladrón, y con muy mala leche capaz de hacer las cosas más terribles con tal de salirse con la suya. Capaz de pedir limosna y robar carteras para comer, no le importa tampoco incendiar casas si eso se interpone entre él y su próxima comida. Vigila no te vayas a cruzar con él porque lo tienes crudo. Un relato de humor negro y mucha, mucha mala leche." bande dessinée muette / cómic mudo L'auteur: Jano (Alejandro Viñuela Agra, A Coruña (1979) Editeur et collaborateur de nombreux fanzines depuis son adolescence, il fonde le collectif Polaqia après ses études des beaux arts de la faculté de Pontevedra (Galice, Espagne). Il a reçu, entre autres, les prix Injuve en 2002, et celui de Certame Ourense en 2003. Sa biographie est thématiquement très diverse et dispersée en quelques monographies et autres collectifs (Layka, Centoloman, Cabezabajo, Tapa roja, ETT, Carne Liquida...). D´autre part, il développe des activitées parallèles à la création de bandes dessinées, illustrant des livres de texte, créant des affiches ou des jaquettes de CD, mais également des scénographies comme celle du court-métrage Macho Alfa en el Gabinete del Dr. Tirano.

    Licenciado en Bellas Artes por la facultad de Pontevedra.Editor y colaborador de numerosos fanzines desde su adolescencia. Miembro fundador del colectivo Polaqia. Entre otros galardones, ha recibido los premios Injuve en el 2002 y el Certame Ourense en el 2003. Su bibliografia es diversa temáticamente y esta dispersa entre monografias (Layka, Centoloman...) y colecivas (Cabezabajo, Tapa Roja, ETT, Carne Liquida...). Además intenta desarrollar actividades paralelas a la creación de tebeos, ilustrando libros de texto, diseñando carteles o portadas de discos y escenografíascomo la del cortometraje Macho Alfa en el Gabinete del Dr. Tirano.

  • Workman contre la crise

    Lionel Serre

    Sous forme d'un guide d'aide aux employeurs et aux employés en mal de productivité, L. Serre détourne le vocabulaire du monde économique en utilisant celui de la médecine et de la psychologie.

  • Combien d'entre nous connaissent Raoul Villain (1885-1936) ? Une personne sur cent, sur mille ? Et quand bien même il y en aurait moins, ce ne serait pas grave. Illustre méconnu, peut-être doit-il le rester, tant son manque de charisme, de personnalité, et plus encore son incapacité à affronter la réalité le rendent inintéressant. Oui, mais voilà, il a tué Jaurès ! Faut-il pour autant s'attarder sur ce figurant de l'Histoire, cet assassin, rouvrir le dossier qui l'accable ? "Citoyens, je veux vous dire ce soir que jamais nous n'avons été, que jamais depuis quarante ans l'Europe n'a été dans une situation plus menaçante et plus tragique que celle où nous sommes à l'heure où j'ai la responsabilité de vous adresser la parole" Lors de son dernier discours, le 25 juillet 1914, 6 jours avant son assassinat, Jean Jaurès exprime son angoisse devant la guerre qui s'avance inéluctablement. Il est le dernier rempart contre elle, contre le désastre et la folie des hommes, folie qui réduira Reims à l'état de cendres, Reims, joyau de la chrétienté et ville natale de Raoul Villain.

empty