La Boite A Bulles

  • « Si les Allemands nous arrêtent, moi, je survivrai parce que je suis fort mais pas vous ». Ces paroles, prononcées prononcées par son père avant sa déportation, Serge Klarsfeld ne les oubliera jamais.

    Après la guerre, il se marie à Beate, une jeune allemande installée à Paris.
    Ensemble, ils se font la promesse d'obtenir la mise à l'écart de la vie politique allemande de tous les anciens nazis, puis d'obtenir le jugement et la condamnation des principaux responsables nazis de la déportation, notamment ceux ayant sévi en France. Distribution de tracts, manifestations, tentatives d'enlèvements, la « méthode Klarsfeld » prouve leur obstination à débusquer les criminels de guerre qui vivent paisiblement en toute impunité alors que, durant la guerre, ils occupaient des postes officiels, qu'ils soient anciens nazis comme Lischka, Hagen, ou Barbie ou collaborateurs français comme Papon, Bousquet ou Touvier...

    Dans ce roman graphique, Pascal Bresson revient sur les combats de la vie de Beate et Serge Klarsfeld pour que justice soit rendue et que nul n'oublie. Un ouvrage marquant pour l'histoire, la mémoire et la justice, brillamment mis en image par Sylvain Dorange.

  • Ce second volume traite des opérations d'envergures visant à mettre en pratique leurs idéaux. Makhno raconte ses combats menés à la tête d'une armée insurrectionnelle, pour établir une zone révolutionnaire libertaire puis pour la défendre face aux impérialistes et aux bolcheviks.
    De son côté, Durruti détaille les actions qu'il a commis dans l'espoir d'affaiblir le pouvoir en place et le patronat, tant en Espagne et en Amérique Centrale.
    Une suite et fin aussi passionnante qu'instructive sur un pan de l'Histoire européenne souvent oublié...

  • Dans ce nouvel album, Bruno Loth retrace les principaux événements qui ont marqué la vie des deux anarchistes Buenaventura Durruti et Nestor Makhno qui ont en commun d'avoir réussi à mettre en pratique l'anarchie sur tout un territoire (Catalogne - Ukraine).
    En 1927, après une tentative de coup d'État contre le roi d'Espagne Alphonse XIII, Durutti est emprisonné en France. Finalement libéré, il échappera à l'extradition vers l'Argentine, mais aura 10 jours pour quitter la France. C'est à Paris, dans la clandestinité, que Durrutti rencontre Nestor Makhno, figure de l'anarchisme ukrainien, communiste libertaire et fondateur de l'armée révolutionnaire insurrectionnelle Makhnovchtchina.
    Cette rencontre sera pour eux l'occasion de confronter leurs expériences et leurs idéaux...

  • Le nouveau vestiaire des collégiens ouvre ses portes. Vitres floutées et toilettes roses, les garçons découvrent les locaux rénovés avec un mélange de gêne et de moquerie.
    D'autant plus que les douches sont désormais collectives !

    Ainsi deviennent-elles un centre d'intérêt particulier, dans cet espace clos où le principe fondamental de l'autorité adulte disparaît et où peuvent s'exprimer les instincts primaires à l'état le plus brut : agressivité, sexualité ado, moqueries, harcèlement de la tête de turc...

    Est recréée au sein même du vestiaire une microsociété sans limites et à l'équilibre incertain, avec ses chefs craints et ses moutons noirs. Affranchis, les garçons du vestiaire affichent leur cruauté naturelle dans un récit à la fois captivant et étouffant qui n'est pas sans rappeler Sa Majesté des mouches.

    Loin du feuilleton adolescent, cet album est un authentique témoignage sur la puberté.

  • Après une rupture, Johan part au Brésil pour se déconnecter de sa vie en France et des réseaux sociaux, qui occupent une grande place dans sa vie de militant. Sur place, il découvre Rio et son carnaval, la fête, les costumes mais aussi un aspect plus sombre du quotidien brésilien : les lynchages. Pris dans l'euphorie de la foule, il assiste au passage à tabac d'un homme que les "justiciers" présentent comme un voleur.
    Tous deux seront secourus par Marcela, militante contre les lynchages publics. Johan se lie d'amitié avec elle et découvre à ses côtés la terrible réalité d'un pays où, par manque de confiance à l'égard des autorités, certains ont choisi de faire justice eux-mêmes... A travers ce récit coup de poing, les auteurs questionnent notre perception des notions de justice, de présomption de culpabilité, et la mettant en perspective à l'heure des réseaux sociaux et des pratiques déviantes qu'ils favorisent.

  • En 1860, l'explorateur périgourdin Antoine de Tounens quitte la France pour s'établir en Araucanie et Patagonie, territoires à l'extrémité australe de l'Amérique du Sud. Son rêve est ambitieux : il souhaite régner sur ces régions et unifier le peuple Mapuche pour le libérer du joug du gouvernement chilien. Malgré un premier échec, il tentera par trois fois de soulever ce peuple face à l'oppresseur.
    Chaque tentative se soldera par un échec et une amertume cuisante... Ainsi, l'explorateur livre le récit de cette épopée dans lequel la frontière entre réalité et fiction est de plus en plus floue. Et de fait, à l'instar de Don Quichotte, Tounens ne voit que l'aspect romanesque de son entreprise et non toute la folie et la démesure qui entourent son projet. Retour sur le parcours d'un homme qui, à défaut de régner sur un territoire, ne réussit qu'à être roi du vent...

  • Alice est une jeune fille de la petite bourgeoisie strasbourgeoise. En septembre 1939, à 21 ans, guide de France, anticonformiste et francophile s'engage comme infirmière dans l'armée française. Après la débâcle, elle rentre chez ses parents à Strasbourg, alors que les Allemands s'emploient à nazifier la province.
    Très vite, Alice s'insurge contre la situation, et avec une amie, met sur pied une équipe clandestine qui vient en aide aux prisonniers de guerre français et étrangers enfermés dans les casernes de la ville.
    Pendant deux ans, elle recueillent, nourrissent, munissent de faux papiers et exfiltrent d'Alsace près de 500 détenus fuyant l'incorporation de force dans l'armée allemande.
    Mais suite à une imprudence, le réseau est repéré, les filles arrêtées, et enfermées dans la forteresse de Ziegenhain (près de Bonn). Lucienne, la cheffe d'équipe est condamnée à mort. En septembre 1944, Strasbourg est libéré, Alice n'a alors plus qu'une idée en tête, s'évader, et retrouver sa famille.

  • En 1978, alors qu'il est encore un tout jeune peintre, Vann Nath est arrêté par les Khmers rouges. Accusé de violation du code moral, il est enfermé à la tristement célèbre prison de Tuol Sleng, plus connue sous le nom de S-21.
    Dès lors, la peinture deviendra pour lui synonyme de survie puisqu'il sera réquisitionné, comme bon nombre d'artistes et artisans cambodgiens, afin de mettre son talent au service de la dictature.
    À travers ce récit, l'on découvre les racines de l'art de Vann Nath, pour qui peindre est devenu, à sa libération, un devoir de mémoire et d'hommage aux victimes du régime de Pol Pot.
    Au-delà de sa portée biographique, cet ouvrage présente le combat mené par le peintre pour que les crimes de ses bourreaux ne demeurent pas inconnus de tous.
    Un album aussi passionnant que percutant...

  • En août 2014, L'Etat islamique s'empare de la région montagneuse de Shingal, dans le nord-ouest de l'Irak, où il perpétue un véritable massacre à l'encontre du peuple yézidi. Asmail, son frère Mazlum et leur famille sont des leurs. Comme nombre d'autres Yézidis, ils vont devoir fuir vers ce refuge ancestral que constituent les montagnes de Shingal et lutter pour la survie de leur peuple... Si la crise humanitaire qui a découlé de cette tragédie est relativement connue de tous, de nombreuses zones d'ombre persistent quant aux éléments qui ont conduit au génocide et à l'exode de toute une population.
    Tout au long de cet album, Tore Rorbaek et Mikkel Sommer donnent corps à un peuple méconnu, victime de la barbarie humaine, et tentent de faire la lumière sur ces éléments d'histoire souvent passés sous silence...

  • Guernica

    Bruno Loth

    Espagne, 1937, la ville de Guernica est ravagée par une attaque aérienne sans précédent. Ce crime de guerre entrera dans l'histoire comme le premier bombardement aérien de civils et comme la source d'inspiration pour Pablo Picasso d'un de ses tableaux les plus célèbres.

    Guernica de Bruno Loth, est une fenêtre ouverte sur l'histoire qu'on ne raconte pas : la destinée de ceux dont la vie fut anéantie, en même temps que leur ville. Il met ce récit en parallèle avec le cheminement artistique de Pablo Picasso, qui voudrait exprimer sa rage de voir son pays ravagé par la guerre, menacé par le fascisme mais qui peine à trouver l'inspiration pour ce faire.

    Dans cet album, Bruno Loth nous plonge dans l'intimité des habitants et de l'artiste pour donner les clés d'une oeuvre majeure de l'art.

  • Un soir de janvier 1945 à Haarlem, alors que les Pays-Bas sont encore occupés, Anton Steenwijk, douze ans, voit sa vie s'effondrer.
    Fake Ploeg, un collaborateur nazi tristement célèbre pour sa cruauté est abattu dans la rue par des résistants hollandais. Le corps est retrouvé devant la porte de la maison familiale des Steenwijk.
    En représailles les Allemands brûlent la maison et assassinent les parents et le frère aîné. Des années plus tard, Anton devenu médecin offre l'image d'une tranquille réussite. Et pourtant, dans l'apparente quiétude de sa vie, des rencontres fortuites, des moments de crise font revivre le drame... jusqu'à ce qu'Anton apprenne finalement ce qui s'est réellement passé cette nuit-là, en 1945 - et pourquoi.

  • Comment imaginer que voici 150 ans, il a fallu toute la détermination de Pierre de Nohlac pour sortir de l'oubli le Château de Versailles ?

    Comme toute sa famille, Henri mène une vie de château... Et pas dans n'importe lequel ! Au château de Versailles où son père travaille. Mais grandir dans un palais ne rend pas la vie forcément plus belle, surtout lorsque votre père a décidé de dédier la sienne à cet édifice.

    En 1887, Pierre de Nolhac est nommé attaché au Château de Versailles afin de veiller sur ses collections, derniers trésors d'une royauté désormais abolie. Le jeune homme a de l'ambition : rapidement promu conservateur, il veut que le palais du Roi-Soleil retrouve une place de choix dans le coeur des politiciens, des artistes, des Français tout simplement. Il mettra toute son énergie pour redonner au lieu ses lettres de noblesse... Mais à quel prix pour sa vie personnelle et celle de ses proches ?

    Son fils Henri nous conte sa vie de famille et de château, un récit mêlant joies et drames, petite et grande histoire...

  • Famille d'Egyptiens, expatriée au Liban depuis près de 10 ans, façonnée par la culture occidentale, les Naggar coulent des jours heureux. Entre une mère baba cool amoureuse de son meilleur ami gay, un père libraire, coureur de jupons fan de l'Echo des savanes et trois ados mordus de cinéma, cette véritable "famille formidable" se tient à l'écart des conflits politico-religieux qui minent le pays. Au cocktail explosif formé par les oppositions entre sunnites, chiites, druzes, maronites, catholique et arméniens, vont venir s'ajouter les tensions entre réfugiés palestiniens et Etat d'Israël. En avril 1975, la guerre éclate. Une guerre qui n'est pas celle des Naggar mais qui tardera pas à les rattraper.

  • "La plus belle femme du monde..." ! Surnommée ainsi par son producteur, Hedy Lamarr se voit ouvrir les portes d'Hollywood après avoir fui l'Autriche nazie et un premier mari marchand d'armes.
    Femme de caractère, séduisante et croqueuse d'hommes (6 maris et de nombreux amants célèbres), Hedy aura du mal à exister pour autre chose que sa beauté... dans une industrie cinématographique régie exclusivement par des hommes, dans l'Amérique des années 1940-50.
    Et pourtant Hedy n'est pas juste belle, elle est aussi curieuse, intelligente, et adore imaginer des inventions, sérieuses ou farfelues !
    En collaboration avec le compositeur et écrivain George Antheil, la jeune actrice imagine un système de communication cryptée, qui sera plus tard utilisé pour le guidage des missiles mais aussi pour le WIFI.
    Un nouveau regard porté en bande dessinée sur une femme au destin exceptionnel.

  • La suite et fin d'une épopée familiale dans un Liban déchiré. Au pays des cèdres, la guerre s'installe à coups de règlements de compte, de cessez-le-feu et de reprise des hostilités. Les ordures ne sont plus ramassées, le magasin de meubles en face de l'immeuble est plastiqué. Et Serge qui fait son service dans le sud du pays, son régiment est-il concerné par les attaques israéliennes ? Les amis de la famille commencent à déserter.Finie la dolce vita ! Tout cela n'empêche pas Yasmine de passer son bac, Kamel de préparer son nouveau film amateur ni Alex de tomber amoureux pour la première fois de sa vie... Mais peut-on vraiment envisager de rester dans un pays miné par les tensions interconfessionnelles, la présence des milices palestiniennes et les incursions de l'arméee israélienne, quand on n'est d'aucun parti, si ce n'est celui de la douceur de vivre ?

  • Au Burkina Faso, de nos jours : Hippolyte sirote tranquillement une bière en compagnie de sa troupe de comédiens fauchés, quand débarque la merveilleuse Adjaratou. Il tente une approche vers cette divine créature qui, entre deux plaisanteries sur l'incompatibilité de leurs ethnies respectives (elles sont dites "parentes à plaisanterie"), lui lance un défi pour calmer ses ardeurs : s'il arrive à réunir un million de francs CFA sous une semaine, elle l'épousera.

    Hippo accepte sans hésiter, et se met aussitôt en quête de cette somme.
    Dans ce but, il élabore différents stratagèmes des plus farfelus aux plus astucieux.
    Heureusement, il peut compter sur le soutien de sa famille et de ses amis bluffés par sa débrouillardise.

    Parviendra-t-il à conquérir la belle demoiselle ? Ting Tang Sap Sap est une ode teintée d'humour à l'art de la débrouille et à la solidarité.
    Un beau voyage, dépaysant et drôle, servi par un trait d'une rare finesse.

  • C'est sous le crayon de Sylvain Dorange que Jacques Mathis conte sa propre histoire, celle d'un homme mégalomane coincé dans un corps étriqué en comparaison de ses idées. Son enfance, passée dans une petite bourgade lugubre de Lorraine, s'est arrêté à 14 ans, l'année où il fait sa première vraie crise. Et puis les femmes, l'adolescence, le théâtre, la littérature ont eu raison de ses doutes.

    Jacques Mathis nous livre avec Psychotique un témoignage touchant et sincère de son quotidien, depuis la découverte de sa pathologie en passant par ses multiples passages en hôpitaux psychiatriques, ses séances chez la psy, ses hauts et ses bas.

  • Septembre 2013, Bangui renaît petit à petit de ses cendres. Les déluges de feu des rebelles Séléka - au pouvoir depuis quelques mois - ont enfin cédé la place à la cacophonie des moteurs et aux harangues des marchands ambulants. Le tout sous l'oeil protecteur des soldats français de l'opération Sangaris. Dans les sphères du pouvoir, tout semble rentrer dans l'ordre : la Séléka n'existe plus depuis sa dissolution par le nouveau chef d'Etat autoproclamé Djotodia. Pourtant personne n'a été désarmé et les tensions demeurent vives, notamment entre chrétiens et musulmans. Dans ce deuxième volume de Tempête sur Bangui, Didier Kassaï reprend brillamment le pinceau pour témoigner de son quotidien en République centrafricaine.

  • Lorenzo da Ponte, né juif en Vénétie puis devenu prêtre catholique, a marqué l'Histoire, tout en restant dans l'ombre, en écrivant le livret d'opéras célèbres tels que Don Giovanni ou Les noces de Figaro et en ouvrant le premier opéra permanent à New York. Entre Venise, Vienne, Londres et New York, la destinée extraordinaire de celui qui fut tour à tour le complice du libertin Casanova, le librettiste du génial Mozart, et l'ami du créateur du Père Noël, Clement C.Moore...

  • Orphelin des rues rêvant d'aventures et d'horizons lointains, Ermo rejoint, à l'été 1936, la troupe du magicien Sidi Oadin qui parcourt l'Espagne en roulotte. Le jeune garçon ne se doute pas que ce voyage s'avèrera plus mouvementé et dangereux que prévu car le pays bascule peu à peu dans la guerre civile.
    À peine arrivés dans une première ville en Andalousie, Ermo et ses compagnons se retrouvent confrontés à la montée en puissance du fascisme qui cherche à renverser le pouvoir en place. Il faudra à Ermo du courage, de l'inventivité et l'aide - effective ou fantasmée ? - de ses défunts parents pour tirer la troupe de ce mauvais pas. Malgré tout, l'Histoire s'est mise en marche avec ses sanglants dégâts collatéraux.
    Bien vite, le petit groupe rejoint les factions anarchistes et la colonne du célèbre Durruti pour défendre la cause du peuple espagnol. Ainsi, de Barcelone à Saragosse, hommes et femmes espagnols s'entraident et résistent tant bien que mal, tandis que le jeune Ermo tente de conserver son innocence...

  • Avec grâce, poésie, simplicité et érudition, Etienne Appert conte l'origine du dessin, sa signification, sa raison d'être.

    « Pourquoi tu dessines ? » demande un jour un enfant à Étienne.

    Pour répondre à son questionnement, l'auteur choisit d'emprunter ce qu'il nomme la rivière d'encre : celle qui coule depuis le tout premier trait tracé par un homme et contient chaque histoire personnelle et universelle du dessin.

    La légende veut que le premier dessin ait été tracé en Grèce bien avant l'antiquité, par la main d'une femme qui voulu accrocher sur le mur de sa maison l'ombre de son aimé. C'est son histoire que nous suivons, mêlée aux souvenirs de l'auteur et à ceux de l'enfant qui l'accompagne. Et, pour un bout de chemin, François Boucq et Edmond Baudouin leur serviront de guides.

    Dessiner, mais pour quoi alors ? Pour laisser quelque chose dans l'au-delà, nous qui sommes mortels ? Pour donner forme à l'innommable ? Pour accrocher l'ombre d'un être aimé sur le mur de sa maison ?

  • De nos jours, pas évident de lire Le Cid, quand on a treize ans ! Et pourtant, malgré les 382 ans qui les séparent, Chimène, Rodrigue et Don Diègue ne sont pas si éloignés de Naomy, Sarah-Lou, Brandon, Amine et de leurs acolytes !
    Bienvenue dans le huis-clos de la salle de classe de 4e B. Entre frictions, moments de grâce, inepties et traits d'esprit, les élèves vont peu à peu apprivoiser la pièce et son langage suranné, à l'image de Lou qui s'exclame désormais "M'dame, quel outrage infâme, on m'a pris mon quatre couleurs !".
    L'auteure, enseignante de Français au collège, livre ici le récit d'un apprentissage ardu mais non sans piquant, où les plus classiques ne sont pas forcément ceux que l'on croit !
    Une bande dessinée tout public, plein d'humour et d'enseignements !

  • Nous sommes en 1936 et un vent d'espoir souffle sur le monde ouvrier avec la victoire du Front Populaire aux élections. Apprenti dans les ateliers de construction navale de Bordeaux, Jacques ne profite pas moins de son adolescence, croquant avec insouciance la vie - à pleines dents et en dessins sur son carnet - en ces temps de premiers congés payés...

    Mais bientôt, c'est la mobilisation générale puis la guerre. Réformé, Jacques n'y prend pas part.

    La débâcle de 1940 ramène à Bordeaux les troupes allemandes. Commence alors le temps de l'Occupation, du couvre-feu, des rationnements, des dilemmes et des premiers amis disparus... Mais faut-il pour autant cesser de vivre pleinement ?

  • Franck est considéré comme un des plus grands architectes de son temps. Rongé par la culpabilité suite à un terrible accident sur l'un de ses chantiers, il rêve de tout plaquer.
    Devant l'insistance de ses partenaires et commanditaires, il se rend tout de même au Japon pour participer à un important concours dont il se sait déjà le vainqueur programmé...
    A peine a-t-il posé le pied au Pays du soleil levant que le voici pris en charge, dorloté voire manipulé...
    Franck ne croit plus en ce projet pour lequel on l'a fait venir ni à plus rien de ce qu'il a fait jusqu'ici.
    Dans un Japon qu'il découvre pas à pas, Franck suit une sorte de voyage initiatique... Mais on ne se dérobe pas impunément à la gloire qui vous est promise...
    Quand un architecte est Lost in translation...

empty