Langue française

  • Balloté entre un père juif et une mère catholique, Benjamin a du mal à définir qui il est... Enfant, il adule sa famille paternelle et est fier d'être juif, " comme Superman ". Tellement fier, qu'il le clame partout à l'école...

    Mais le jour où il fait le lien entre son zizi circoncis et la religion juive, tout s'écroule ! Désormais décidé à cacher sa religion, Benjamin va tout mettre en oeuvre pour éviter que ses copains de classe ne découvrent la vérité sur son " zizi coupé "...

    La fierté laisse alors place à la honte et à des questions sans fin : comment garder la face à l'école, puis au collège, face aux préjugés de ses camarades ? Peut-il vraiment être juif si sa mère ne l'est pas ? Pourquoi ses potes pensent que tous les Juifs sont riches, alors que lui mange tous les soirs des raviolis Buitoni ?!!

    Par-dessus tout, en remettant en cause sa judéité, Benjamin va devoir affronter le regard de son père... et ainsi défier 5000 ans de tradition religieuse ! Parviendra-t-il à s'affirmer face à ce dernier et à trouver enfin sa place.

  • Pour l'instant connu sous le sobriquet de Wolferl, le petit Wolgang Amadeus Mozart ne vit que pour la musique. Et il sait déjà l'apprécier sous toutes ses formes, même les plus inattendues !

    Le jeune virtuose cherche - et trouve ! - l'inspiration partout où elle se cache, jusque dans les cris de Nannerl, sa soeur, ou les crottes de son chien. Qu'elles proviennent des oiseaux, des grillons ou des grenouilles, toute note est bonne à prendre, car pour ce génie en herbe, tout n'est que musique !

    De l'Autriche à l'Angleterre, en passant par la France et l'Italie, notre petit Wolgang, bien que promis à la postérité, n'est pas encore assez mûr pour garder ses reflexions pour lui et ce, pour notre plus grand plaisir !

    Une bande dessinée tout public, à l'humour bon enfant et non dénué de poésie, pour tous les amoureux de la musique !

  • Nadir Oualou, détective privé en banlieue parisienne, est français, « comme Zidane ». Très France black blanc beur, il donnerait tout pour éviter de devoir retourner au bled... jusqu'à ce qu'une cliente se présente avec une demande qu'il ne peut refuser : Nicole Benamou, exépouse de Said Benamou, un ancien membre du Front Islamique du Salut qui sévissait lors des guerres civiles de 1990, cherche à retrouver sa fille dont on l'a séparée il y a plusieurs années.
    Et pour cela, elle est prête à payer cher... Mais pour ce faire, Oualou devra retourner au pays, et affronter ses peurs... et sa famille !

    Commence alors une enquête en « territoire hostile » : Oualou a pour tout indice une adresse et beaucoup d'incertitudes. D'autant qu'il lui faudra reconstituer le parcours de Saïd, durant la « guerre civile » et ses excès de tout bord. Et affronter les sinistres frères Batata, version algérienne des frères Dalton.

  • Un jour, François a une révélation : et si son célibat était dû aux chats ? Et si c'était à cause d'eux que les hommes n'arrivaient pas à construire une relation durable avec les femmes ?

    Mais si, voyons ! Avec ces félins à disposition, fini les compromis, la patience... à la moindre difficulté rencontrée par le couple, elle préférent rentrer chez elles et caresser leur chat... à ce dérèglement mental, François avait donné un nom : Le félinisme !

    Alors, pour sauver la société de ce fléau, quoi de mieux que des virées nocturnes pour éradiquer les chats du quartier ? La preuve : dans les rues, l'amour semblait reprendre ses droits, et une idylle voir le jour entre François et Roxane.

    Mais c'était sans compter sur l'arrivée de Topaze - ou plutôt Igor - un chat Russe doté de la parole, bien décidé à aider François à exterminer ses congénères... dans une première étape !

  • Le saviez-vous ? L'appartement d'une artiste est le lieu idéal pour expérimenter mille et une bêtises. Et ça, Madame, chaton de son état, l'a bien compris.

    Non contente de pouvoir exprimer à loisir sa créativité féline, Madame évolue dans l'univers de sa propriétaire, entre encre de chine et suite Adobe.

    Au fil des saisons, elle découvre le monde alentour, virevolte dans les jambes de Nancy et atterrit dans ce petit recueil plein d'humour qui raconte avec tendresse la relation d'un maître et de son chat.

  • Toujours en pleine forme pour partager ses réflexions félines et ses expérimentations diaboliques, Madame revient dans un second tome plein d'esprit.
    Au grand dam de Nancy Peña, l'espiègle minette n'en a pas terminé avec les bêtises. Tour à tour styliste (grunge), paysagiste (cataclysmique) et même lave-vaiselle (turbo et cycle court !), Madame ne compte pas brider ses compétences et expériences.
    Qui a dit que les chats se prélassaient dans l'oisiveté ?

  • L'appartement de Nancy, c'est bien, mais Le Monde c'est mieux ! Après avoir exprimé sa créativité féline dans les pattes de sa maîtresse, Madame revient dans un troisième tome en lien avec l'actualité, tout en humour et en jeux de mots.
    La verve toujours aussi vive, Madame décrypte et commente les grands titres avec lucidité, poésie et une logique aussi implacable que désopilante.
    Grève des cheminots, affaire du lait contaminé, réchauffement climatique, rien n'échappe à son oeil aguerri ni à ses griffes affûtées ! Toute l'actualité, même la rubrique des chiens écrasés !

  • Mauvaise passe pour Etienne : non seulement il est sans travail, mais sa femme Béatrice vient de le virer de chez lui. Qu'on se calme, ils ne divorcent pas... puisqu'ils ne sont pas mariés. Rude coup tout de même pour les enfants... Enfin surtout pour Steph. Car son grand frère, Clément, lui, voit surtout les avantages qu'il peut y avoir à mettre ses parents en concurrence ! Etienne emménage donc chez son frère Sylvain. Ensemble ils vont pouvoir écumer les bars à défaut d'écumer les petites annonces... Sylvain entraîne même son frangin dans un groupe de parole pour « pères indignes anonymes ». Ils s'y font plein de copains... mais pas trop recommandables !
    Et comme un malheur n'arrive jamais seul, les deux frères apprennent la mort de leur père. Lui aussi, un père indigne, agile du ceinturon...
    Une sorte de sitcom... mais complètement déjantée et drôlissime !

  • En 1757, dans la jolie ville de Paris, Charles-Henri Masson est effondré : bourreau de son état, il ne se remet pas du cauchemar qu'il a vécu la veille. Alors qu'il devait torturer et mettre à mort Damiens, un présumé régicide, les événements se sont ligués contre lui : son oncle intoxiqué par la fumée lui cède la peu enviable place pour officier aux tenailles et surtout l'écartèlement par les chevaux tourne à la catastrophe, le corps refusant de céder.

    Sur la place, le bon peuple, assiste, enthousiaste pour la plupart, à cette exécution pleine de sang et de rebondissements. Les nobles, du haut de leur appartement, marient le plaisir du libertinage à celui de contempler ce spectacle des plus gores.

    Une histoire d'autant plus édifiante qu'elle est historique. Et que Damiens deviendra quelques années plus tard le véritable régicide, celui qui guillotinera Louis XVI et Marie-Antoinette.

  • Aux débuts de la Boîte à bulles, en 2003, son éditeur avait l'ambition de créer une planche dessinée pour présenter chacune de ses publications. Le principe : se mettre en scène avec humour pour présenter le livre aux journalistes, en faisant dessiner ladite page par un auteur différent de celui de l'album. L'initiative a tourné court à la 10e fiche. 10 ans plus tard, il se lance le défi de prolonger les planches déjà existantes pour raconter les heures radieuses et orageuses traversées par cette petite maison d'édition : les festivals, les prix, les désillusions, les rumeurs internet, les tentations de tout plaquer. Entrez dans les coulisses d'une maison d'édition au travers de la présentation de 46 ouvrages, présentations qui constituent autant d'occasions de raconter un bout de l'histoire de La Boîte à bulles.

  • Témoignage humoristique d'un homme en fauteuil roulant sur la façon dont les valides perçoivent les personnes handicapées, le quotidien des personnes handicapées : accès aux lieux publics, sexualité, transports, etc.

  • Après les ours, les manchots, et les primates, c'est au tour des extraterrestres de passer sous le regard toujours aussi décalé des frères Coudray... et c'est toujours aussi réussi !

    Les ovnis arrivent sur terre et, avec Jean-Luc et Philippe, ce ne sont évidemment pas de simples soucoupes volantes, mais bien plutôt des cocottes minutes, fers à repasser ou pots de fleur !

    Un recueil de gags en une page, extrêmement lucides sur notre société, notre mode de vie, et notre rapport aux autres.
    C'est tout à la fois, drôle, incisif, et perspicace.

    Mêlant dessins, et incrustation d'objets, ce livre est un OVNI à lui tout seul !

  • Doit-on encore présenter Ray Banana ?!
    Apparemment figé dans les années 1950-60, Ray Banana est décalé, mais n'en porte pas moins un regard philosophique sur le monde qui l'entoure, en 2013 ! Un verre de martini à la main et une cigarette entre les lèvres, il est un Clark Gable dont l'esprit regorge de réflexions, elles aussi décalées.
    Et c'est pour notre plus grand plaisir que ce personnage « so fifties » raccroche cette fois son manteau de James Bond pour nous dévoiler avec flegme ses importantes méditations sous forme de métaphores improbables !

  • Parce que c'est quand même beaucoup plus classe de faire Saint-Etienne Lyon en avion plutôt qu'en train, un père stéphanois emmène ses 3 enfants et sa femme en vacances à la capitale des Gaules.
    Quoique non, car il a oublié sa femme sur le chemin !
    Ce qui est dommage car, comme l'avion est tour à tour détourné par des indépendantistes savoyards puis par des sauveurs de baleines, il aurait bien aimé bénéficier des conseils de sa femme en direct live. Il lui reste heureusement le téléphone portable mais c'est bien moins pratique, force est de le reconnaître.
    De son coté, la mère ne perd pas son temps, entreprenant de rééduquer un cambrioleur maladroit, puis prenant la route du Sud (l'avion est finalement détourné sur Ibiza par le pilote qui réclame des vacances), flanquée d'un autostoppeur à petite vessie.

  • Super-héros des temps modernes, Space Kariboo tombe par hasard sur Flower Power, une ancienne camarade de classe. Quelques années auparavant, ils faisaient partie de la bande des " Ultimes ", un quatuor de choc formé le temps de leurs études à l'école des super-héros. Avec ces retrouvailles, c'est tout un passé qui ressurgit !

    Que reste-t-il de ces années étudiantes où nos 2 héros usaient leur fond de costumes moulants dans des amphithéâtres animés par Bide-and-Home (prof de stratégie dont le crédo était " coup pour coup ") ou encore la Dame Smith (prof d'économie dont le crédo était " La liberté avant tout ! ") ? Mise à mal par des opinions divergentes, l'unité des Ultimes s'était fortement émoussée lors des travaux pratiques. La jalouse Erika (et son pouvoir à base de pétrole) et Cap'tain Pétard développaient une conception de la justice et de leurs pouvoirs qui rendait chaque mission des Ultimes plus difficile à coordonner.

    Quelques années plus tard, cette rencontre est l'occasion pour nos héros de faire le point sur leur parcours et l'évolution de leurs idéaux.

  • Bienvenue dans la pub ! Bienvenue dans un univers où les chefs de groupe, concepteurs et autres créatifs donnent chaque jour, invariablement, le meilleur d'eux-mêmes !

    Car il en faut, de l'énergie, pour survivre à ces défis quotidiens : soigner son image, répandre des horreurs sur ses collègues, supporter avec le sourire les névroses des autres, savonner la planche des plus ambitieux, mettre la pression sur les subalternes tout en flagornant la hiérarchie, intriguer pour obtenir une promotion, draguer à la photocopieuse...

    Et dire qu'en plus, il faudrait travailler pour les clients.

  • Le président américain est contacté par des martiens qui veulent manger leur planète. Celui-ci accepte contre remise d'or. Mais ceci finit par inquiéter les grandes entreprises : n'est-ce pas leur privilège exclusif de faire des profits en mettant à mal la planète ?
    Deux jeunes filles dissertent sur la manière d'endiguer la destruction de la planète. L'une pense qu'il faut appliquer les préceptes des livres et émissions de télé tandis que l'autre pense que toutes ces conseils sont juste faits pour endormir les gens et leur donner bonne conscience. Pendant ce temps, un lapin borgne décide de passer à l'attaque et fait sauter un barrage, détruit un centre d'expérimentation sur les animaux.
    Une fable burlesque, irrespectueuse et totalement déjantée qui force à réfléchir sur le devenir de notre planète et sur les solutions mises en avant.

  • Le terrible tigre (jadis surnommé "La Bête qui mangeait tout le monde") s'est évadé de sa prison. Le boucher, première victime de l'appétit de l'animal, appelle Machin et son cheval Maurice à la rescousse. Les voici donc tous deux repartis dans le Massif Central, région où se produit à cette période le célèbre cirque Patate. C'est de ce cirque, précisément, que s'était initialement enfui le tigre. Il désire d'ailleurs le réintégrer afin de mettre fin à sa vie de fuyard, à ses nuits passées entre les murs froids de la prison. Mais le cirque a bien changé et le patron ne veut plus de lui, l'ayant remplacé par un numéro bien plus novateur intitulé La Nuit du mystérieux Chien-Garou. Alors le tigre décide de semer le pataquès durant le spectacle, avec une férocité particulière contre ce "Chien-Garou" qui l'a remplacé.

    On retrouve avec bonheur les personnages loufoques de La Bête qui mangeait tout le monde et l'univers malicieux de Sylvain-Moizie, enrichi d'un cirque plus fou que nature et d'une romance naissante entre Machin et. Machine.

    Sur 78 pages (une histoire en 2 actes), l'auteur prend plaisir à développer les caractères et les relations entre ses personnages dans cet univers plein de verve, de fraîcheur et de dynamisme.

  • Albin a la prose facile lorsqu'il s'agit de Mathilde. Ha, Mathilde ! Le jeune amoureux n'a d'yeux que pour elle ! Peut-être même un peu trop. Si bien qu'un jour, crac, Albin tombe de haut : Mathilde ne l'aime plus !.

    Sentimental désoeuvré, ce brave Albin se retrouve errant dans les cruels méandres du désamour et de l'abstinence. Romantique à sa manière, il se morfond la main dans le pantalon et, entre guimauve et préservatif, se demande quel chemin prendre pour retrouver le bonheur. Celui de Paris peut-être ? Après tout, c'est là-bas que Mathilde est partie.

  • Sur un radeau, cinq naufragés discutent âprement de ce qui a pu transformer la Terre en un vaste océan. Ce sont Loïc le dauphin, L?ïza la lapine, Yann l'hippopotame, Nolwenn la crocodile et Morwenna la mésange. Plus loin, à bord de son cargo, Jamie la vache prêtresse exhorte ses troupes au combat et défend à quiconque de poser un pied sur la terre ferme, sous peine de finir à la casserole (et ce n'est pas qu'une image !)...
    Sur fond de film catastrophe, dialogues corrosifs et situations rocambolesques s'enchaînent, faisant de Passer l'hiver un huis-clos acerbe, sanglant et empreint d'un humour noir en prise directe avec les dérives de notre monde actuel.
    Réalisés en gravure sur bois - avec pour décors des gravures extraites d'une vieille édition de Robinson Crusoé - les dessins de Passer l'hiver possèdent toutefois un dynamisme et une truculence réjouissants. Entre Masse et Mic Delinx...

  • Mimi Stinguette, c'est une petite héroïne blondinette glamour, décalée et rock'n'roll, un peu looseuse sur les bords, qui affronte le quotidien avec féminité, quelques gros mots et beaucoup d'autodérision. Au fond, c'est un peu notre histoire à tou(te)s : nos ratés, tellement savoureux que l'on préfère en rire et nos subtiles retouches de la vérité, tellement séduisantes que l'on préfère y croire. Bref, toutes ces petites choses "qui n'arrivent qu'à elle" et qui finalement nous sont arrivés à tous. Mimi Stinguette est une jeune femme résolument moderne, qui ment allégrement sur son poids et n'a aucune idée du montant de son hors-forfait ou de ce qu'il y a sur son compte en banque ! Le caractère du personnage est un subtil équilibre entre son côté très girly, glamour, et sa tendance râleuse, gaffeuse, maladroite, parfois emportée et un brin grossière - mais toujours dans l'élégance et la féminité !

  • Pour avoir prêté sa voiture au malicieux lièvre Bakamé, la hyène Mpyisi se voit poursuivie par une bande de parieurs qui crient vengeance!
    Ces parieurs avaient misé sur l'équipe nationale pour la prochaine coupe des nations. Mais toute l'équipe a péri dans un terrible accident d'avion, en raison d'un moteur défectueux: le moteur même de la voiture de Mpyisi, revendu par cet énergumène de Bakamé...
    Pour se venger de ce maudit lièvre, Mpyisi décide de se payer les services d'un puissant sorcier... Mais il semblerait que dans ces basses latitudes, il y ait un bon Dieu pour les mangeurs de carotte...
    Une fable haute en couleurs!

empty