Points

  • Petit piment

    Alain Mabanckou

    Petit Piment est un orphelin de Pointe-Noire comme il en court les rues. Il passe sa scolarité dans une institution religieuse dirigée d'une main de fer par Dieudonné Ngoulmoumako, représentant d'une autorité corrompue et abusive. À l'approche de la révolution socialiste, Petit Piment fuit et l'aventure commence. Dans les bas-fonds de la ville congolaise, il intègre une bande de rue jusqu'à sa rencontre avec Maman Fiat 500, une maquerelle qui tient un bordel de tôle isolé, et ses dix filles. Alors que tout semble enfin lui sourire, la maison close est rasée et Petit Piment épouse une vie de démence et de folie, avec pour seul compagnon, son désir de vengeance.

  • Mythe du chevalier se battant contre les moulins à vent, dessin de gustave doré, de picasso, de dali, tel est le don quichotte qui survit aujourd'hui dans nos mémoires.
    Pourtant, ce fou de littérature, ce dévoreur de romans de chevalerie, qui part à l'aventure pour voir si ce que disent les livres est vrai, est le héros du premier roman moderne.
    Retraduire don quichotte, c'est tenter de redonner au lecteur d'aujourd'hui le même plaisir et la même passion qu'éprouvèrent les lecteurs contemporains de cervantes. en restituant l'originalité des dialogues et des jeux de mots, en faisant rebondir l'aventure qui va et vient entre réalité et fiction, en rendant à sancho sa dimension de personnage, aline schulman fait tout à coup surgir la merveilleuse modernité du quichotte enfouie sous un palimpseste de traductions archaïques.

  • Génie indétrônable et consacré, Michel-Ange est au faîte de sa gloire. Mais derrière le maître se cache un homme qui doute.
    Hanté par la mort d'un jeune moine à la beauté fascinante, Michel-Ange se réfugie à Carrare, au creux d'une carrière, où il s'attelle à l'exécution du futur tombeau du pape Jules II. À la recherche des blocs de marbre les plus parfaits, c'est une nouvelle part de lui-même qu'il va découvrir.

  • Ce volume est constitué de la version définitive de Soleil cou coupé et de Corps perdu, réunis sous le titre général de Cadastre, auquel s'ajoute le dernier recueil d'Aimé Césaire, Moi, laminaire...

  • Pour tuer ceux qui se dressent sur son chemin, Kibandi fait appel à son double animal : un porc-épic. La petite bête, philosophe, malicieuse, armée de ses redoutables piquants, exécute les souhaits macabres de son maître. Le couple meurtrier sillonne l'Afrique jusqu'au jour où Kibandi rencontre bien plus redoutable que lui...

  • Elle aime la photo, il est passionné par les mathématiques. Elle se sent exclue du monde, il refuse d'en faire partie. Chacun se reconnaît dans la solitude de l'autre. Ils se croisent, se rapprochent puis s'éloignent, avant de se frôler à nouveau. Leurs camarades de lycée sont les premiers à voir ce qu'Alice et Mattia ne comprendront que bien des années plus tard : le lien qui les unit est indestructible.

  • À la lueur du feu crépitant, Sal est songeuse. Voilà plusieurs jours que l'adolescente a commis l'irréparable : tuer son beau-père avant qu'il ne s'en prenne à Peppa, sa petite soeur adorée. Armées d'un barda de robinsons, les deux gamines se réfugient dans la forêt. Échapperont-elles indéfiniment au monde ? Pas d'inquiétude, jeunes filles. D'une survie démunie, une richesse pourrait se faire jour.

  • Places royales et faubourgs brumeux, enceintes, barricades et passages, c'est la trame serrée des quartiers parisiens qui organise cette déambulation proposée aux flâneurs des rues et des livres. On y voit naître, au rythme des enceintes successives, l'éclairage public, l'enfermement des pauvres et des fous, le numérotage des maisons, les terrasses de cafés et la police de proximité. Du Marais des Précieuses au XIe arrondissement des « branchés », on assiste aux migrations de la mode, à l'apparition de microvilles dans la ville, celles de Scarron, de Des Grieux, de Desmoulins, de Rubempré et de l'autre Lucien, le polytechnicien Leuwen, celles de Gavroche, de Baudelaire et de Manet, d'Apollinaire, celles encore de Nadja, de Doisneau ou d'Anna Karina.
    Mais les vrais héros du livre, ce sont des anonymes, les architectes du désordre qui, de génération en génération, se sont transmis l'art d'empiler les magiques pavés, au faubourg Saint-Antoine en prairial an III, au cloître Saint-Merry en juin 1832, au clos Saint-Lazare en juin 1848, à Belleville en mai 1871, au Quartier Latin en mai 1968, démontrant à chaque fois et plaignons ceux qui croient la série close la force de rupture de Paris.

  • 1605 - 1615 : dix ans séparent la publication des deux tomes de Don Quichotte. Entre temps, Cervantes a fait du Chevalier à la Triste Figure un homme bien réel, fou à ses heures, sage dès qu'on ne lui parle pas d'ouvrages de chevalerie, qui croise sur le chemin de ses aventures des personnages qui ont lu la première partie du livre et le reconnaissent comme ce qu'il est : un héros de roman. A l'imagination débridée de l'écrivain s'ajoute alors la lucidité critique de l'humaniste.

    Les personnages de Don Quichotte, dans leur réalité quotidienne et humaine, se regardent, se jugent, se pensent et mettent en lumière l'universalité de Don Quichotte, plus que jamais un roman d'aujourd'hui.

  • Le meilleur, le plus lyrique, le plus poignant de ses recueils de poèmes, voire de ses livres. C'est ce que nombre d'amateurs de Bukowski pensent de ce recueil de 90 poèmes. Hantés par la figure de Jane Conney Baker, sa première compagne décédée en 1962, ces poèmes se penchent aussi dans un style poignant et incisif sur le sort des laissés-pour-compte de la société - loosers, marginaux, clochards, prisonniers.

  • À partir d'un remarquable travail dans les archives de toute la France, pour beaucoup inédites, Ludivine Bantigny restitue l'énergie des luttes, des débats, des émotions et des espoirs portés par les protagonistes de 68 : toutes celles et tous ceux - ouvriers, étudiants, militants mais aussi danseurs, médecins, paysans, artisans, poètes d'un jour, et les femmes à parts égales avec les hommes - qui ont participé au mouvement. Elle s'intéresse aussi à « l'autre côté » : la police, le pouvoir et les oppositions à la contestation.

    À travers la diversité des pratiques, les événements sont ici restitués au vif, dans toute leur intensité : il s'agit de revenir précisément aux faits, aux projets, à l'inventivité, à tout ce qui a été imaginé, de grand et de petit, pour réellement « changer la vie ».

  • Je me suis tue

    Mathieu Ménégaux

    Un dîner en ville. Au menu, nourriture bio, affaires et éducation des enfants. Claire s'ennuie et décide de rentrer seule à vélo. Elle ne le sait pas encore mais sa vie vient de basculer. Tour à tour victime puis criminelle, Claire échoue en prison et refuse obstinément de s'expliquer. À la veille de son jugement, elle se décide enfin à sortir de son mutisme...

  • Fondé sur une enquête conduite pendant près de deux ans auprès de la brigade anti-criminalité d'une banlieue parisienne, cet ouvrage met en lumière l'exception sécuritaire à laquelle sont soumises les « cités ». À l'opposé des épisodes spectaculaires qui nourrissent nos imaginaires, il montre l'ennui et l'inactivité des patrouilles, la pression du chiffre et les doutes sur le métier, les formes invisibles de violence et les relations ambiguës avec le monde politique, la banalité du racisme et des discriminations.
    Loin d'une posture confortable de dénonciation, cette anthropologie critique s'efforce d'approfondir un nécessaire débat sur la manière dont on police aujourd'hui les milieux populaires et, singulièrement, les jeunes de familles immigrées.

  • Les cyber-citoyens ont frappé : ils mènent une impitoyable chasse à l'homme contre Zhou, un haut dignitaire du Parti, pris en flagrant délit de corruption. Lorsqu'il est retrouvé mort, la blogosphère se déchaîne et affole les autorités. Secondé par la troublante journaliste Lianping, l'inspecteur Chen doit agir au plus vite avant que la cyber-révolution embrase le pays. Chen est pris dans la Toile...

  • Ce volume rassemble les deux principaux recueils de Dylan Thomas, 18 poèmes (1934) et 25 poèmes (1936). Son univers vif et fantastique est un rejet des conventions de son siècle. Thomas exprime ses émotions avec passion, dans un style très étudié mêlant l'hermétisme à l'obscénité. Une poésie à la fois intime et lyrique, fougueuse et brillante.

  • Bou et les 3 zours

    ,

    lu par Elsa Valentin

    La voix d'Elsa Valentin, l'auteure, et le piano de Nicolas Mialocq se sont donnés rendez-vous sur ce CD pour le plaisir des petites oreilles. Ils interprètent ensemble ces histoires dans lesquelles on joue avec les mots.

  • Parcours libre, vif et allègre, ce livre se nourrit de la double expérience de l'auteur comme historien de la vie politique et culturelle et comme praticien des médias, investi de plusieurs responsabilités importantes.
    Il raconte comment les sociétés occidentales ont organisé, au cours des âges, leur connaissance d'elles-mêmes et des autres. Il retrace l'essor de la liberté de la presse si difficilement conquise, décrit la diversité des efforts déployés de tout temps par les acteurs, publics ou privés, pour influencer les journaux d'abord, puis la radio et la télévision - jusqu'à Internet. Il offre, enfin, à partir du passé proche ou lointain, une riche matière à la réflexion des citoyens soucieux d'affronter les révolutions qui sont en passe de bouleverser la communication planétaire.

    Quatrième édition revue et augmentée

  • De légende héroïque ou noire en travestissement idéologique, sparte a souffert de ne devenir que difficilement objet d'histoire.
    Edmond lévy offre aujourd'hui au lecteur français une belle synthèse de ce que la recherche la plus scrupuleuse sait sur l'etat lacédémonien. quelle forme de pouvoir s'exerçait ? devant quel type de société sommes-nous ? qu'en était il vraiment de la mystérieuse kryptie et de la vie des femmes ? sparte, cité refermée sur elle-même ou impérialiste, malgré toutes les tensions, connaîtra une véritable stabilité, mais ne réformera pas ses institutions.
    Prisonnière de son passé, sparte aura été la première victime de son mythe.

  • * Cette anthologie bilingue fait découvrir des poétesses classiques ou contemporaines, passées maître dans l'art du haïku. Un volume qui donne à lire une large palette de ces poèmes brefs où transparaissent la richesse et la sensibilité propre à ce genre. * Les compositeurs et préfaciers de l'anthologie : Makoto Kemmoku est né en 1952, il enseigne à des lycéens la littérature japonaise. Il a traduit en japonais, entre autres livres, Le Roman de la rose.
    Dominique Chipot, auteur du guide Tout sur les haïkus, est cofondateur de Gong, première revue francophone de haïku, et fondateur de l'Association pour la promotion du haïku francophone.

  • Fun home

    Alison Bechdel

    Le jour où Alison Bechdel annonce à sa mère qu'elle est lesbienne, elle apprend que son père est lui aussi homosexuel. Bruce Bechdel, marié, trois enfants, cache une autre vie à sa famille depuis 20 ans. Quelques semaines plus tard, il se suicide, laissant sa fille seule avec ses interrogations. Qui était-il vraiment ? Dans cette bande-dessinée autobiographique, l'auteure se plonge dans ses souvenirs d'enfance et nous raconte sa relation avec ce père rigide et énigmatique.

    Traduit de l'anglais (États-Unis) par Lili Sztajn et Corinne Julve.

  • Ce livre tente de montrer que la « crise des religions », visible à travers la poussée fondamentaliste, vient d'une disjonction croissante entre religion et culture(s).
    Le religieux demeure pour ainsi dire isolé, sorti des cultures traditionnelles où il est né, écarté des nouvelles cultures où il est censé s'intégrer. De cette schizophrénie naissent, selon O. Roy, la plupart des phénomènes religieux « déviants » qu'on peut observer aujourd'hui. Il en résulte une approche très neuve du phénomène religieux, avec des questions essentielles reposées par notre actualité : quel rapport entre religion et culture, religion et civilisation ? Mais d'abord : qu'est-ce qu'une culture, une civilisation ? La culture doit-elle être en opposition ou en accord avec le fait religieux ? Que fait-on de la culture de celui qu'on veut convertir ? Que devient la religion de celui qui est déraciné de sa culture d'origine ? Comment la culture mondialisée transforme-t-elle le religieux ? De nombreux exemples, pris dans l'islam et le christianisme contemporain, illustrent une réflexion qui explique la conjoncture religieuse étrange de notre temps.

  • La France doit-elle vraiment continuer de maltraiter sa jeunesse, rejeter à la périphérie de ses villes les enfants d'immigrés, reléguer au fond de ses départements ses classes populaires, diaboliser l'islam, nourrir un antisémitisme de plus en plus menaçant ?
    Identifier les forces religieuses, familiales, économiques et politiques qui nous ont menés au bord du gouffre, indiquer les voies difficiles, incertaines, mais possibles d'un retour à la véritable République, telle est l'ambition qui anime ce livre.

  • Sévère

    Régis Jauffret

    Ils se sont rencontrés un soir de printemps. Elle est devenue sa maîtresse. Il l'a initiée au maniement des armes. Il lui a fait cadeau d'un revolver. Elle lui a tiré une balle entre les deux yeux. On n'a jamais vraiment su quel était son mobile. Après avoir tué l'objet de son amour, on ne sait jamais pourquoi on a fait le contraire d'aimer.

empty