• Près de dix ans après son émergence, la crise de la dette internationale n'en finit pas de déterminer le devenir latino-américain. Contrainte de transférer aux banques internationales une trop lourde fraction de ses richesses, l'Amérique latine s'est trouvée brutalement confinée au chaos économique et financier. La récession a gagné le continent, l'inflation s'est enracinée et l'insécurité, désormais, règne en maître. Cette décennie de régression sociale et économique a pourtant laissé une véritable révolution de la pensée voir le jour. Traditionnellement protectionniste et repliée sur elle-même, l'Amérique latine a décidé de se libéraliser et de s'ouvrir au monde extérieur, consciente que la sortie de crise passe par une intégration plus poussée dans la sphère internationale. Un rôle de tout premier plan échoit à la communauté des créanciers si la crise de la dette internationale doit être surmontée. Alors que le système bancaire occidental s'est largement prémuni contre le risque de défaut de paiement, un effacement substantiel des obligations de paiement du continent latino-américain s'impose comme le point de passage obligé en vue du redressement économique de la région. Si l'idée n'est plus guère aujourd'hui contestée, son application traîne en longueur. L'équivoque et le flou qui prédominent entretiennent dans les pays endettés une incertitude chronique éminemment nuisible à leur développement. À l'heure où les bouleversements en Europe de l'Est conduisent la communauté internationale à en appeler à une solidarité renouvelée, il serait souhaitable que l'Amérique latine ne soit pas la laissée-pour-compte du remodelage en cours de l'espace mondial.

  • Dès la grande section de Maternelle, Milan Poche Poussin accompagne les apprentis lecteurs avec une formule inédite de livre en 3 parties : 1. L'échauffement, avec des jeux pour prendre confiance - 2. Le récit, avec une histoire simple à lire - 3. La récréation, avec une comptine pour se détendre. Une nouvelle collection conçue avec un conseiller pédagogique pour entrer dans la lecture en douceur.
    Gontran a une passion. le foot ? Gontran adore... les livres ! Lire tout le temps, voilà ce que veut Gontran. Quelle drôle d'idée !

  • Depuis que sa mère a disparu, Gus, 11 ans, a le pouvoir de prévoir son avenir dans un délai de 55 minutes. Cette faculté suscite bien des convoitises et le met en danger, lui et sa soeur Alice.

  • Franck, 25 ans, squatte le canapé de son grand frère. Il vient tout juste de trouver un emploi dans un centre aéré où il rencontre Bernadette, une jolie blonde rapidement séduite par son humour particulier. Auprès d'elle il se console du départ de Kim, une amie dont il est amoureux.
    Mais l'effet placebo est de courte durée... Kim rentre de Paris et Franck sombre en pleine confusion amoureuse.
    Ajoutons à cela son frère qui l'exhorte à trouver un logement et son père atteint d'un cancer qui s'aggrave... Franck doit-il vraiment écouter ce que Kim lui certifie ?
    Que cette année, celle du Dragon en astrologie chinoise, est « son année » ?
    Plongée tout en délicatesse dans l'intimité d'un jeune homme au coeur éprouvé, cet album précédemment paru chez Carabas, est dorénavant réédité par la Boîte à Bulles. Un préambule à L'Année de la Chèvre, deuxième tome inédit à paraître en 2016 !

  • Installée dans une routine qui semble lui convenir, Bernadette - celle que Franck avait rencontré 15 ans plus tôt dans L'Année du Dragon - a maintenant 36 ans. Mariée et mère de deux enfants, elle mène une vie rythmée par sa famille et son travail d'enseignante, sans se douter que l'année qui débute marquera un tournant décisif.
    Car cette année est celle de la Chèvre, le signe de Bernadette dans l'astrologie chinoise, ainsi que celui de sa fille, Anaïs. Mais les astres n'ont pas prévu d'être cléments envers elles et, petit à petit, le ciel s'obscurcit.
    Tandis qu'Anaïs, rêveuse et mal dans sa peau, entre dans l'adolescence, Bernadette se heurte à la lâcheté de son mari et se laisse dangereusement approcher par Samuel, son coach sportif. Sa vie paisible s'effrite : Anaïs se renferme, son couple bat de l'aile, les non-dits persistent dans sa famille, sa mère se remet à boire...
    Le doute et le désir de liberté la bousculent. L'herbe ne serait-elle pas plus verte ailleurs ?

  • Dévitalisée par son existence citadine, la narratrice se demande si l'aventure est encore possible. La réponse prendra la forme d'un retour aux sources par le premier train en direction d'O. La quête se découpe en trois temps : la traversée, à bord du train Corail, de la Beauce, grande plaine céréalière ; l'arrivée à Orléans, ville fantôme métamorphosée par le temps, et, enfin, l'expédition en Sologne, forêt dense et inquiétante. Un dialogue de sourds s'engage entre les deux personnages et une nature muette à leurs idéaux, représentée entre autres par les fantômes du passé, les décors synthétiques, les ranchs entrevus de la fenêtre du train... « Regardez fixement une pelouse. Au bout des 25 secondes, elle se mettra à onduler spontanément sous vos yeux ». Ce livre pourrait servir de soutien manifeste à toutes les actions qui semblent provenir volontairement des éléments inanimés. Retour à O. est le premier livre de Delphine Duprat.

  • Max déprime ; il s'est fait larguer par Aurélie. Son vieux copain Phil vient lui remonter le moral : « Hors de question de rester à déprimer tout seul chez toi un samedi soir ! » Les deux amis partent écumer les troquets. Très vite, les verres (nombreux) et les rencontres (diverses) se succèdent.
    Sorte de Very Bad Trip en bande dessinée, cet album ravira les jeunes et les moins jeunes qui aiment ou ont aimé faire la fête entre copains !

  • Léo Cassebonbons porte bien son nom. Ce n'est pourtant pas un enfant difficile ou partculièrement turbulent, mais voilà, il en pose, des questions !

    Mais comment ne pas s'en poser lorsqu'on vous annonce qu'une petite soeur va compléter la famille ? Lorsqu'on voit ses parents se disputer ou sa cousine supporter la présence d'un homme qui n'est pas son père ? Les adultes sont-ils vraiment sérieux ? Parfois, Léo en doute !

    Et puis ce n'est pas évident de grandir. D'autant qu'il y a les filles, différentes mais attirantes, et qu'il n'est pas facile de leur montrer qu'elles vous plaisent !

    Regroupés en un seul volume, voici 3 tomes délicieux de la série Léo Cassebonbons, initialement publiée aux éditions Petit à Petit : Chou blanc pour les roses, Demandez la permission aux enfants et Mon trésor.

  • Une tempête terrible s'abat en ce mois de Descendre sur les terres de l'Amakna, où se prépare l'un des événements les plus importants pour le peuple wabbit : le bal de la Gwande Cawotte, qui marque la fin de la saison des récoltes. Le grand Wa-wabbit, qui guidera le peuple vers la terre promise, sera désigné cette année selon la prophétie. Si le destin semble choisir Lulé, le wabbit le plus apprécié de la tribu, c'est sans compter sur Bourfe, vil et ambitieux, qui fera tout pour réécrire l'Histoire à sa sauce... Mensonges, trahisons et coups fourrés en tous genres... Retournez aux origines du mythe en découvrant la véritable histoire du légendaire Wa-wabbit !

  • Il fera beau demain

    Duprat-F

    • Carabas
    • 13 Février 2008

    Pas facile d'être un super-héros quand son seul pouvoir n'arrête que la pluie. Enfin, "arrêter" c'est un bien grand mot. Disons, la pluie ne le mouille pas. Peu de chance de sauver le monde avec un tel pouvoir... À part narguer les gens en terrasse les jours de pluie et porter les courses des vieilles dames, ce pouvoir se révèle finalement d'une utilité assez limité. Parfois, il peut même devenir une calamité si, comme moi, vous tombez amoureux d'une fille qui aime danser sous la pluie ou croisez un énergumène aux idées farfelues...
    Du coup, je ne peux pas danser avec elle, et je me retrouve accroché à un zodiac tirant des jeunes filles en ski nautique sur la Seine. Oui, comme ça elles ne sont pas mouillées. "Et on va se faire un max de blé !" qu'il m'a dit...
    Avec Il fera beau demain François Duprat nous offre une petite fable burlesque et tendre, un quotidien mâtiné de fantastique et du plus improbable des super héros : le bien nommé ANTI-PLUIE MAN...
    Sans oublier une grenouille qui, elle aussi, aime la pluie...

  • Dans les années 60, dans un village du Sud de la France, il y a d'abord Lucien, dont le grand-père vient de décéder. Puis il y a Maurice, jeune garçon algérien éloigné de la guerre d'Algérie par ses parents qui, d'abord rejeté, prend vite la tête d'une bande d'écoliers.
    Maurice, c'est aussi le petit-fils de l'amour de jeunesse du grand-père de Lucien, enterrée juste à côté de lui. Maurice et Lucien sont donc, en quelque sorte, « cousins dans la mort » !
    Mais il y a aussi Lili, le bouc émissaire, excentrique gamine dont le père est le fossoyeur alcoolique du village et qui se trouve capable de converser avec les défunts par le biais de Madame Henriette, la concierge des morts...
    Un album qui sonne juste, brillant de réflexion et d'une grande force scénaristique.

  • Super-héros des temps modernes, Space Kariboo tombe par hasard sur Flower Power, une ancienne camarade de classe. Quelques années auparavant, ils faisaient partie de la bande des " Ultimes ", un quatuor de choc formé le temps de leurs études à l'école des super-héros. Avec ces retrouvailles, c'est tout un passé qui ressurgit !

    Que reste-t-il de ces années étudiantes où nos 2 héros usaient leur fond de costumes moulants dans des amphithéâtres animés par Bide-and-Home (prof de stratégie dont le crédo était " coup pour coup ") ou encore la Dame Smith (prof d'économie dont le crédo était " La liberté avant tout ! ") ? Mise à mal par des opinions divergentes, l'unité des Ultimes s'était fortement émoussée lors des travaux pratiques. La jalouse Erika (et son pouvoir à base de pétrole) et Cap'tain Pétard développaient une conception de la justice et de leurs pouvoirs qui rendait chaque mission des Ultimes plus difficile à coordonner.

    Quelques années plus tard, cette rencontre est l'occasion pour nos héros de faire le point sur leur parcours et l'évolution de leurs idéaux.

  • Rosalie Jullien, née le 9 septembre 1745 dans une famille de la bourgeoisie marchande, est une femme de culture et de convictions. Épouse d'un député de la Drôme à la Convention, Marc-Antoine Jullien, elle observe, s'informe, lit et écrit des lettres si nombreuses, élégantes et longues qu'elles finissent par constituer un journal de la Révolution française. Femme des Lumières, inspirée par le souffle révolutionnaire, elle ose cette phrase, le 10 août 1792, jour de la prise des Tuileries par les Parisiens : « Jour de sang, jour de carnage, et pourtant jour de victoire qui est arrosé de nos larmes. Écoutez et frémissez. ».
    Témoin, auteure et citoyenne engagée, elle constate que «l'exaspération est un des plus énormes péchés dans la Révolution. Fougue n'est pas force. Il faut de la sagesse, puis de la sagesse, et encore de la sagesse » et forme le voeu, le 1er janvier 1800, « que le XIXe siècle répare les crimes et les sottises du XVIIIe. »

  • Ok, je suis parfois un peu pénible.
    Ok, je pose tout le temps des questions embarrassantes. ok, je suis un "casse-bonbons". mais j'ai six ans. et pour moi, le mystère plane toujours sur les grandes questions de la vie (les choux et les roses, entre autres). ajoutez à cela : ma tante qui a mangé mon ballon, mon père qui entend des petites voix et ma mère qui devient ventriloque... il y a de quoi être perturbé, non ?

  • - Tu sais JPF, le problème dans notre vie, c'est ce bureau.
    - Là, je veux bien te croire Robert.

  • Une malédiction s'est abattue sur la terre ! Le monde entier est mal luné. Un monstre, le croqueur de lune, mange la lune. Heureusement pour le monde, un groupe de super-héros est parti pour le sauver.

  • Après l'Analyse de l'idéologie (1980 et 1983), le Centre d'étude de la pensée politique (Institut d'études politiques de Strasbourg, Université Robert-Schuman) a consacré son travail à l'épistémologie de la politique. Quelles relations la connaissance du politique entretient-elle avec la psychanalyse, la philosophie, la logique, la rhétorique ? Quelles modifications les pratiques sociales apportent-elles aux concepts traditionnels de la pensée : paradigmes, système, analogies ? Les questions fondamentales étudiées ici montrent combien la connaissance du politique a débordé le champ classique de la science politique, et a permis d'élargir et de reformuler le problème de la connaissance.


  • "de l'influence de la lune sur l'humeur générale" léo pourrait en faire une rédaction de trois pages ! depuis que son père est au chômage et que sa petite soeur est née, tout le monde est mal-luné dans cette famille ! sans parler des copains de l'école qui balancent des pointards au foot ! tout ça c'est la faute au croqueur de lune, ce monstre nocturne qui vient grignoter l'astre par morceaux.
    il faut absolument que léo réduise cette patate de monstre en purée avant que tout le monde ne finisse par craquer !.

  • ras le bol des parents qui s'aiment puis qui se disputent, qui se marient et qui se séparent ! heureusement que ma cousine lola est là ! (lolala tralala lol !) en fait c'est pas drôle : lola a du mal à supporter son beau-père.
    il est sympa pourtant mais voilà : c'est-pas-son-père ! alors lola a décidé qu'on leur en ferait voir de toutes les couleurs aux parents, beaux-parents et compagnie... à partir de maintenant, ils vont devoir : demander la permission aux enfants !



  • pas marrant de grandir.
    ça change dans la tête et tout partout. les parents s'en rendent compte et les filles s'en amusent. tiens les filles, parlons-en justement.

  • Jean, mon ami, mon amour, mon dieu, le théâtre nous a rapprochés, le cinéma nous a unis. Certes, nos amours ont été orageuses. En revanche, nos talents respectifs se sont aimantés pour éclater dans quelques oeuvres majeures où le merveilleux et le tragique s'entremêlent. Ainsi, c'est avec la même fougue que tu as aimé la femme de ton oncle jusqu'à en mourir ; que tu as effrayé Belle sous le masque hideux de la Bête. ; que tu as poignardé une reine qui te prenait, jeune anarchiste, pour le roi tant la ressemblance était frappante. Durant des années, toi et moi avons été un aigle à deux têtes. Or, avec l'arrivée de Paul, notre aigle est devenu tricéphale. Il y avait une tête de trop. Elle devait tomber : ce fut la mienne.

empty