• Des histoires d'Afrique(s) comme autant de voyages sur ce continent. Du théâtre en forme de poésie car la poésie vaut bien un coup de poing. Exil. Exit. L'histoire d'un homme qui raconte son histoire, et l'histoire d'Abdou. Une histoire de frontières, de cartes IGN, de papiers et de droit de circuler. Une histoire pour questionner le regard qu'une culture porte sur l'autre, et dénoncer les politiques de l'absurde.

  • Pour qu'une société se forge il faut du temps et des mythes. La scène se déroule au fin fond d'un désert, un père et sa fille s'affrontent pour une liberté de parler. jusqu'où peut-on dénoncer quand notre vie est en danger ? A partir de quand l'engagement individuel fait-il sens dans son affrontement à une norme collective ? A quel moment une société est-elle prête au changement ? Dans une écriture teintée de réalisme absurde, cette pièce fait se rencontrer la tragédie grecque et le conte oriental. Elle rend hommage à une poétesse saoudienne qui a su défier le pouvoir - machiste -, grâce à sa poésie.

  • Wolfgang a soixante-douze ans et des problèmes de mémoire. Pour ne pas s'oublier, il se met un jour à classer ses photos. Sur l'une d'elles, il tient, enfant, la main d'un cosmonaute : une scène surréaliste qui l'emmène voyager jusqu'au lieu où elle a été prise, pour comprendre si ce sont ses rêves ou sa mémoire qui lui jouent des tours. En chemin, il croise Anouk, vingt ans, qui est partie de Guinée depuis trop longtemps. Elle se défoule sur la vie, à cheval entre le désir et la folie. Lui n'a jamais eu d'enfants, elle refuse toute attache. Lui veut aller sur la lune, elle ne vit que dans les désillusions d'un monde qui souffre. Un récit tendre, drôle, absurde et émouvant. Une mosaïque d'histoires qui s'entrelacent pour brasser les cultures, réfléchir sur les débordements de nos sociétés et la part de poésie qu'on laisse à la vie.

  • L'histoire d'un blanc coincé à une frontière africaine. De cinq personnages qui portent chacun leurs cicatrices. D'éclats de rire qui se croisent, de feuilletons à l'eau de rose et d'absurdités politiques, d'envie de croire et de raisons d'espérer. L'histoire d'une quête aussi sans doute... Au fait je voulais vous demander : qui décide du sort du monde si tout le monde croit au hasard ?

  • Entre le pamphlet et les propos échangés dans les cours d'école à la récré quand il est l'heure de s'amuser. De s'amuser avant de rentrer en cours d'histoire... enfin si le prof est là, vu qu'il passe sont temps ailleurs, à la réécrire, l'Histoire. Ça parle du génocide rwandais et de l'implication de la France, de la guerre d'Algérie et des révolutions arabes, de la traite négrière et de la Françafrique. Ça parle foot aussi. Et de Bob Marley.

empty