• "La vie de Winston Churchill, homme d'État et homme de guerre exceptionnel, est un roman ; elle est ici racontée comme tel, sans un mot de fiction.

    Se fondant sur des recherches dans les archives de huit pays, la consultation de quelque quatre cents ouvrages et l'interview de nombreux acteurs e témoins, ce récit épique mené brillamment par François Kersaudy montre comment un homme solitaire, longuement façonné par d'exceptionnels talents et de singulières faiblesses, a pu infléchir le cours de notre siècle."

  • Tout le monde en France connaît l'histoire d'Oskar Schindler, qui a sauvé un millier de juifs durant la Seconde Guerre mondiale. Mais on connaît beaucoup moins l'exploit de Felix Kersten, et pourtant, un mémorandum du Congrès juif mondial établissait dès 1947 que cet homme avait sauvé en Allemagne «  100  000 personnes de diverses nationalités, dont environ 60  000 juifs, [...] au péril de sa propre vie  ». Encore, à l'issue du récit qui va suivre, de tels chiffres sembleront-t-il passablement sous-évalués.
    Un des ouvrages les moins connus et les plus émouvants de Joseph Kessel s'intitule Les mains du miracle. Ce roman retraçait déjà l'exploit du thérapeute d'Himmler qui se faisait rémunérer en libérations de juifs et de résistants   sans que le lecteur puisse toujours distinguer la part de Kessel de celle de Kersten. Pour reconstituer la véritable histoire au travers des archives, des mémoires, des journaux, des notes et des dépositions des principaux protagonistes, il fallait un historien spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, qui connaisse également l'allemand, l'anglais, le suédois, le norvégien, le danois et le néerlandais. Le résultat est un récit de terreur, de lâcheté, de générosité, de fanatisme et d'héroïsme qui tiendra jusqu'au bout le lecteur en haleine. Combien de fois dans l'existence rencontre-t-on un périple de cette envergure -  sans un mot de fiction  ?
     
      Le professeur François Kersaudy, qui a enseigné aux universités d'Oxford et de Paris I, est connu en France pour ses ouvrages sur Winston Churchill et sur le général de Gaulle. Mais il est également l'auteur d'une biographie du maréchal Goering qui fait autorité, ainsi que du best-seller Les secrets du Troisième Reich. Historien polyglotte, il parle neuf langues et a reçu douze prix littéraires français et étrangers.

  • Brillant politicien, excellent écrivain, orateur hors pair, Winston Churchill est l'un des plus grands hommes d'État du XXe siècle. Son secret ? Un quart de volonté, un quart d'imagination, un quart d'humour et un quart de whisky - sans oublier l'essentiel : une conception très personnelle de l'ordre du monde. François Kersaudy a rassemblé ici ses propos les plus mémorables et les plus percutants. Comment résister aux considérations de Churchill sur le destin, la politique, la guerre, de Gaulle, la France, le communisme, Hitler, les États-Unis, mais aussi sur l'humour, l'alcool, les femmes, l'histoire et la mort ?

  • Il y a dans le monde presque autant d'ouvrages sur Charles de Gaulle que sur Napoléon ; et pourtant, le Général reste une énigme pour la plupart de ses compatriotes. Quel meilleur moyen de le redécouvrir que de le laisser parler ?
    Bien sûr, comme pour la plupart des grands personnages de l'histoire contemporaine, le flot des paroles et des écrits du général de Gaulle est si abondant qu'un voyage accompagné s'impose. Il permet de séparer l'essentiel de l'accessoire, de replacer ses propos dans leur contexte, puis d'en commenter la pertinence et la portée. Les citations sont ordonnées par thèmes, et l'ordre chronologique dans chaque chapitre donnera au lecteur la possibilité de suivre l'évolution des réflexions gaulliennes sur plusieurs décennies.
    /> Qu'il s'agisse de son autoportrait, de ses prophéties, de l'État, de la France libre, de Vichy, de Churchill, de Staline, de Roosevelt, de l'Allemagne, de l'Union soviétique, de l'Angleterre, des États-Unis, du parti communiste, de l'Algérie, des politiciens ou de l'humour, les déclarations publiques et les confidences privées de ce personnage d'exception ménageront bien des surprises...
    « Le plus difficile est de rester réaliste quand on a un idéal, et de garder son idéal quand on voit les réalités. »
    « Savez-vous qu'au fond, je suis un timide ? »
    « Au début, je n'étais pas très gaulliste. Mais petit à petit, en me regardant faire, je le suis devenu... »
    « Il arrive souvent que les intérêts des Français, ou ce qu'ils croient tel, ne coïncident pas avec ceux de la France. »

  • C'est un voyage guidé dans l'univers de la pensée gaullienne que propose François Kersaudy, qui s'emploie à replacer les propos du Général dans leur contexte et à révéler les enjeux qui les sous-tendent. Qu'il s'agisse de l'Europe, de l'armée, de l'OTAN, de la force de frappe, de l'ONU, de l'Afrique, de l'Asie, de l'économie, des médias, des écrivains ou de la mort, ces réflexions montrent une fois encore leur extraordinaire dimension prophétique. Mais les commentaires abondamment sourcés de l'historien mettent également en évidence les desseins secrets, les contradictions, les faux-semblants et les nondits qui ont émaillé la carrière de ce personnage d'exception : « Il ne faut jamais mentir, disait-il, mais il n'est pas interdit de se montrer astucieux... »
    />
    Sous la plume brillante de François Kersaudy surgit un de Gaulle surprenant et inédit.

    « Vous croyez que je ne le sais pas, que la décolonisation est désastreuse pour l'Afrique ? C'est encore une chance si, ensuite, ils ne quittent pas leurs pays pour venir s'installer en France... »

    « Rémy ! Mettez-vous bien dans la tête qu'un militaire de carrière n'est jamais intelligent ! »

    « Il n'est pas exclu que la Chine redevienne au siècle prochain la plus grande puissance de l'univers. »

    « CECA, CED, Euratom, Marché commun, tous ces organismes internationaux sont bons pour attraper la vérole. »

  • « Nous sommes tous des vers », avait modestement confié le jeune Winston à une amie, « mais je crois que moi, je suis un ver luisant ! » Le mot n’est pas trop fort : Alexandre Dumas aurait pu inventer un personnage de ce genre, mais dans le cas de Winston Leonard Spencer-Churchill, la stricte réalité dépasse de très loin la fiction.
    Jusqu’à ses 26 ans, les aventures du jeune officier et du reporter évoquent immanquablement celles de Tintin, puis le personnage devient une synthèse de Clemenceau et de de Gaulle, l’humour et l’alcool en plus… ainsi qu’une imagination sans limites : « Winston, disait le président Roosevelt, a cent idées par jour, dont quatre seulement sont bonnes… mais il ne sait jamais lesquelles ! » C’est pourtant le général de Gaulle qui l’a le mieux jugé : « Il fut le grand artiste d’une grande histoire. »
    Cette vie a été un roman ; elle est racontée comme tel, sans un mot de fiction. Se fondant sur des recherches dans les archives de huit pays, la consultation de quelque quatre cents ouvrages et l’interview de nombreux acteurs et témoins, ce récit épique montre comment un homme solitaire, longuement façonné par d’exceptionnels talents et de singulières faiblesses, a pu infléchir le cours de notre siècle.
    François Kersaudy, professeur à la Sorbonne, est spécialiste de Winston Churchill dont il a notamment retraduit et commenté les Mémoires de Guerre. La biographie Winston Churchill : Le Pouvoir de l’imagination a obtenu le Grand Prix d’Histoire 2001 de la Société des gens de lettres et le Grand Prix de la biographie politique. Nous proposons ici l’enregistrement de l’édition revue et augmentée (2015).
    Personnage romanesque en diable, Churchill, un des dirigeants les plus importants du monde libre, prend vie sous la plume claire et concise de François Kersaudy, avec ses bons côtés comme ses mauvais. Passionnante, une biographie à dévorer pour (re)découvrir ce personnage hors normes.
    Une biographie époustouflante qui se lit comme un roman, à la hauteur du destin spectaculaire de Churchill.
    © Éditions Tallandier, 2000, 2015
    (C) et (P) Audiolib, 2019
    Durée : 25h58

  • La première bataille qui a opposé la Wehrmacht aux troupes alliées, en Norvège d'avril à juin 1940, est peut-être la plus étonnante de la Seconde Guerre mondiale. Pour Hitler, c'est "l'entreprise. la plus culottée de l'histoire militaire moderne" ; pour Winston Churchill et Paul Raynaud, c'est l'occasion de tenter de priver l'Allemagne de ses approvisionnements en fer, Le général de Gaulle parlera d'« un drame inconnu de la guerre ». La Norvège est d'ailleurs si mal connue des belligérants que Lord Halifax, le ministre des Affaires étrangères britannique prend le tracé de la frontière norvégienne pour une ligne de chemin de fer et que le général allemand von Falkenhorst doit se servir d'un guide Baedecker pour préparer son débarquement. François Kersaudy raconte l'événement à l'aide de nombreux documents diplomatiques et militaires inédits, de témoignages de personnalités de premier plan, Lord Mountbatten, le général Béthouart, l'amiral von Puttkamer, aide de camp d'Hitler. Il suit l'enchaînement des événements au niveau des instances suprêmes de décision tant en France qu'en Grande-Bretagne, en Allemagne et en Norvège. On comprend pourquoi Churchill accède au pouvoir en mai 1940 ; on voit Hitler, en proie à la panique, sur le point d'abandonner la partie. C'est la première fois que les deux hommes s'affrontent en un combat singulier, aux conséquences décisives sur le déroulement ultérieur de la guerre. « La route du fer est coupée ! », annonce Paul Raynaud. Pourquoi ? Comment ? Et surtout, pour qui ?

  • « L'Histoire me sera indulgente, car j'ai l'intention de l'écrire ».

    1880. Descendant d'une famille aristocratique de seconde classe, le jeune Winston Churchill grandit dans l'ombre de son père, le député conservateur Randolph Churchill. Passionné de stratégie militaire, Winston entame une carrière dans l'armée pour y briller et, un jour, siéger au Parlement aux côtés de son père. Ses exploits en campagne et sa personnalité très marquée lui valent autant d'éloges que d'inimitiés. Alors que son père décède prématurément, le fils Churchill, lui, devient un personnage aussi incontournable qu'insaisissable de la classe politique anglaise. Nommé Premier lord de l'amirauté aux prémices de la Grande Guerre, il s'apprête à montrer au reste du monde l'étendue de ses talents...

    Aussi célèbre pour ses bons mots que pour son action décisive en tant qu'homme d'état au Royaume-Uni et en Europe, Winston Churchill est l'une des figures politiques les plus importantes du XXe siècle. Découvrez son destin en BD dans le premier volume d'un diptyque se concluant en 1939, alors que Churchill est rappelé au gouvernement à l'orée de la Seconde Guerre mondiale.

  • « Vous avez eu à choisir entre la guerre et le déshonneur ; vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre ».

    Septembre 1939. Le monde entier entre en guerre. En quelques mois à peine, ce sont la Belgique et la France qui capitulent... L'Angleterre perd deux de ses principaux alliés. Mais alors que des voix s'élèvent pour entamer des négociations avec l'Allemagne, Winston Churchill, revenu au poste de Premier Ministre, reste ferme. La bataille de l'Angleterre ne fait que commencer. Et c'est sans doute le destin du monde entier qui est en train de se jouer.

    Aussi célèbre pour ses bons mots que pour son action décisive en tant qu'homme d'état au Royaume-Uni et en Europe, Winston Churchill est l'une des figures politiques les plus importantes du XXe siècle. Ce second volume de son récit en bande dessinée est centré sur les actions de Churchill pendant la Seconde Guerre mondiale.

  • « C'était quelques minutes avant la onzième heure du onzième jour du onzième mois de l'année 1918. Je me tenais à la fenêtre de mon bureau en attendant que Big Ben nous annonce la fin de la guerre. Mon esprit vagabond se reportait, par-delà ces années de souffrances, à la nuit de tension à l'Amirauté où j'attendais le même carillon pour donner le signal des hostilités aux flottes et aux escadres répandues sur le monde. Et maintenant, tout était fini ! »
    Ce second volume des Mémoires de la Grande Guerre s'ouvre sur l'année 1915, pour s'achever avec la victoire de 1918. Rendu responsable du sanglant échec de l'opération des Dardanelles, Winston Churchill, alors Premier lord de l'Amirauté, doit démissionner du gouvernement en novembre 1915. Mais il n'en reste pas moins actif et rejoint le front de France. C'est en tant que chef de bataillon réserviste qu'il participe aux combats dans les tranchées des Flandres jusqu'en mai 1916. Député à la Chambre des Communes, il porte un regard acéré sur cette Europe devenue un immense champ de batailles, et analyse avec justesse les batailles de Verdun et de la Somme. Nommé ministre de l'Armement en juillet 1917, il devient le Carnot de la Grande Guerre, tout en suivant le déroulement des opérations sur le terrain jusqu'à l'armistice final.
    Churchill se fait le chroniqueur des événements qui ont bouleversé l'Europe et dont il a été le témoin autant que l'acteur. On y retrouve des jugements bien tranchés sur les hommes politiques et les militaires de l'époque, un ton épique, un style admirable et un humour omniprésent.
    Un document irremplaçable sur l'histoire de la Première Guerre mondiale.

    Préface de François Kersaudy
    Traduction de l'anglais révisée et annotée par Antoine Capet

empty