• Ouvrage des éditions Classiques ivoiriens en coédition avec NENA
    Fuyant, à l'aube, son quartier détruit par des bulldozers, Adjaba Amandine Takorady, une jeune élève surdouée, tombe sur le cortège présidentiel. Elle va passer une journée entière en compagnie du président de la République. Adjaoba vivra des heures intenses de peur, de joie. La rencontre, inattendue, du chef de l'Etat et du fou Zakouani lui fera comprendre la fragilité des êtres et des choses. Un petit roman qui va plaire à toute la jeunesse et même aux adultes.

  • Ouvrage de Frat Mat Éditions en coédition avec NENA
    À l'annonce du décès de son ex-épouse, la sulfureuse Blandine Govias, Bob Williams, abbé retourné à la vie civile, rentre au pays pour assister aux funérailles. Là, son âme généreuse est à nouveau tourmentée par la misère ambiante - financière et morale. À travers l'association Talkatrey Ban, il s'efforce de soulager les populations tout en repoussant les avances du monde politique que sa cote de popularité vertigineuse affole. Objet de convoitise des femmes, sujet d'adoration des fidèles de Saint-Habib-des-Collines, Bob s'interroge sur le chemin de son salut. Et quand deux femmes, l'une, sublime élève en terminale et l'autre, religieuse passionnée s'affrontent pour gagner son coeur, l'enfer n'est pas loin ...
    Retrouver le héros de Et pourtant, elle pleurait dans sa quête de Dieu ..

  • Ouvrage de Frat Mat Éditions en coédition avec NENA
    « Et pourtant, elle pleurait » est une histoire d'amour entre un ancien prêtre devenu directeur des ressources humaines d'une banque et une femme divorcée. cette fiction, infidélité, trahison et fourberie se tendent la main pour former un univers impitoyable, une jungle où tous les coups sont permis, où les honnêtes g ans n'ont pas droit de cité. Robert Williams, fils d'un diplomate, décide, contre la volonté de son père, de devenir prêtre afin de sauver l'humanité à l'image du Seigneur Jésus-Christ. Cette aventure le mettra au cour de la méchanceté des humains, de ses confrères et même de son évêque. De la tentation à l'espièglerie des femmes en passant par le mensonge, le dénigrement et la jalousie, l'abbé Robert Williams, alias Bob, n'en peut plus. Il donne sa démission, au grand désarroi de ses paroissiens... L'ouvre est un ensemble de tableaux faisant la satire instantanée de la vie sociale, politique, économique des pays africains.
    Au-delà de cette satire, c'est l'Église qui, à travers le personnage atypique de Bob, est au banc des accusés. Celui-ci est symbole. Il symbolise l'esprit absolu dont parlait Hegel : « L'esprit se nie dans ce qui est autre que lui et s'affirme, il se dépassé en se conservant... ».

  • Ouvrage de Frat Mat Éditions en coédition avec NENA
    Auteur de nombreux best-sellers, dont : Et pourtant, Elle pleurait et La bête noire, Isaïe Biton Koulibaly a été classé, en 2002, par le magazine français L'Express, parmi les 100 personnes qui font bouger la Côte d'Ivoire. Il a obtenu de nombreux prix littéraires. Correspondant permanent du magazine international féminin Amina, IBK est également chroniqueur à Go Magazine, hebdomadaires édités à Abidjan, et au quotidien L'Intelligent d'Abidjan. Dans ce nouveau recueil de nouvelles, l'auteur reste fidèle à ses quatre principes esthétiques littéraires hérités de son modèle, le célèbre écrivain russe, Alexandre Pouchkine. À savoir :simplicité, clarté, concision et rapidité.
    IBK a intuitivement compris que de nombreux lecteurs ont envie de se retrouver dans les histoires qu'ils lisent, d'y entendre parler de leur environnement, de leur quotidien, de leur vie de tous les jours. Aussi, peut-on, à juste titre, considérer ses oeuvres comme de véritables sésames permettant d'accéder à une meilleure compréhension de la société ivoirienne et africaine.
    De petits joyaux d'humour et de verve où l'on sent poindre, derrière la trame du récit, la joie enfantine et l'impatience gourmande d'écrire, encore et encore, pour le plus grand bonheur de tous.

  • Ouvrage des éditions Classiques ivoiriens en coédition avec NENA
    Plus que de simples nouvelles, ces textes sont de véritables fresques destinées à projeter à nos yeux et à nos oreilles le monde actuel dans sa marche quotidienne. Et puis, il y a ce souffle puissant d'optimisme qui parcourt tout le recueil comme pour dire qu'aucune situation ne semble tout à fait inextricable. Il existe toujours une issue à portée de main pour qui sait croire et lire les signes des temps.
    Isaïe Biton Koulibaly montre une fois de plus la maturité de sa plume, de son aise à simplifier la langue de Molière pour l'adapter à tous et surtout de la précision de son observation.

  • Ouvrage des éditions Classiques ivoiriens en coédition avec NENA
    Christine, taraudée par les désirs de son âge, le rendra-t-elle heureux ? La passion peut-elle survivre quand la différence d'âge est trop grande dans le couple ? D'ailleurs, pourquoi les hommes mûrs recherchent-ils la compagnie de très jeunes filles ? Les aventures et mésaventures du couple s'imbriquent tout naturellement dans le contexte social. Isaïe Biton Koulibaly poursuit sa réflexion et nous offre une fresque de la société africaine. Il fustige sans pitié, fonctionnaires et politiques. Il explore les confusions, les défaillances de l'homme. Christine prend toute sa place dans l'oeuvre d'Isaïe Biton Koulibaly traversée par des questions toujours d'actualité.

  • Ouvrage des éditions Classiques ivoiriens en coédition avec NENA
    Après son recueil de nouvelles intitulé « Ah ! les femmes... » consacré à la mauvaise conduite des femmes, à leurs défauts : l'infidélité, la trahison, la cupidité, et qui a fait couler beaucoup d'encre et de salive, Isaïe Biton Koulibaly récidive, il s'attaque cette fois-ci aux hommes. De quoi s'agit-il dans ce nouveau recueil de dix-huit nouvelles ? De la mauvaise conduite des hommes. En effet, ils apparaissent ici pleins de défauts, menteurs, infidèles, cruels. Ils sont inconscients, irresponsables.

  • Ouvrage des éditions Classiques ivoiriens en coédition avec NENA
    En ouvrant le présent recueil de nouvelles, vous accomplissez un acte peut-être automatique, mais sachez que cet acte vous plonge au cour de la vie, dans la connaissance de l'homme, c'est-à-dire de l'homme en rapport avec la femme. Ce à quoi vous devez vous attendre est essentiellement le plaisir de la découverte et de la redécouverte de la personnalité de la femme. Peut-on véritablement la cerner ? Elle est si complexe, à la fois proche et lointaine, gouvernable et ingouvernable, attrayante et révoltante, elle se situe au carrefour des contraires. Oui, parcourez ce recueil : Isaïe Biton Koulibaly, l'auteur, nous en apprend beaucoup sur cette réalité quotidienne, cette « école de la femme » qui ne décerne ni diplômes ni lauriers si ce n'est l'expérience de joies, très passagères et de regrets très profonds.

  • Ouvrage des éditions Classiques ivoiriens en coédition avec NENA
    Ce n'est un secret pour personne, l'art d'aimer se conjugue difficilement avec les Africains, tradition oblige. L'homme africain, fidèle à ses us et coutumes, continue de prendre la femme pour une gardienne de foyer, une servante et une « pondeuse ». Quant à la femme, elle considère dans ce cas de figure, l'homme comme un bailleur de fonds. Elle ne l'aime qu'en fonction de son revenu, de ce qu'il peut lui donner. Dans mes articles, dans mes livres, je n'ai cessé de dénoncer les travers des uns et des autres. L'erreur des hommes est de se lier à une belle femme callipyge qu'ils croient aimer. A peine deux ans plus tard, après avoir assouvi ses instincts sexuels, l 'homme ne voit plus la beauté de cette femme. Il reprendra sa chasse sous l'autres cieux. Quant à la femme, sa faute est de croire que celui qui lui offre de grandes richesses est digne de confiance et qu'elle doit l'aimer. Comme on le constate, l'Africaine et l'Africain aiment à partir de critères artificiels et superficiels : l'argent et la beauté. La crise entre les deux partenaires ne peut qu'éclater à plus où moins long terme.
    Les Africains ont un regard différent sur l'art d'aimer. Au regard de ce qui précède, il m'a paru nécessaire d'écrire un ouvrage sur l'art d'aimer, spécifique aux Africains.

  • Ouvrage des éditions Classiques ivoiriens en coédition avec NENA
    D'une plume alerte ne s'embarrassant guère de toutes ces fioritures stylistiques et langagières, et à travers un style fortement érotique frisant, par endroits, la pornographie, Isaïe Biton Koulibaly avec cette oeuvre Encore les femmes... Toujours les femmes ! réussit un double pari : sortir la nouvelle, comme genre, de sa cloison trop restrictive par un permanent renouvellement de la forme, ensuite peindre le réel vulgaire avec un art qui en fait un grand thème. L'éventail thématique construit autour du sexe s'élargit rapidement par un jeu subtil de suggestions et d'allusions à tous les autres domaines de la vie tels l'argent, le tribalisme, le chômage, la fonction de l'écrivain, Dieu et la politique.
    Et s'il est vrai que le génie est celui qui donne aux problèmes galvaudés de la vie élévation et noblesse, Isaïe Biton Koulibaly en est bien un. Avec lui naissent deux nouvelles religions : l'argent et le sexe qui conduisent au paradis ou en enfer, selon la foi qu'on leur accorde.

  • Ouvrage des éditions Classiques ivoiriens en coédition avec NENA
    Les Africains ne lisent pas » telle est la ritournelle qui semble confirmer la réalité. Ce peu d'engouement pour la lecture est d'autant plus alarmant que l'écrivain Isaïe Biton Koulibaly en est meurtri. Voici donc LA PUISSANCE DE LA LECTURE qui, sans doute, répond à vos interrogations: Comment lire? Que lire? Pourquoi lire? Ce livre vous propose de découvrir combien la lecture est une puissance qui enrichit. Le Président Abdou Diouf ne dira jamais assez sur l'importance de la lecture. Ce goût lui étant venu de la traduction des lettres que Léopold Sédar Senghor envoyait à sa tante et de la traduction des journaux qu'il lisait pour cette même tante. Son destin va se jouer à cause de la lecture. Et pourquoi pas vous? Lisez donc par plaisir et par profit.

  • Ouvrage des éditions Classiques ivoiriens en coédition avec NENA
    Finalement, plus que de simples nouvelles, ces textes sont de véritables fresques destinées à projeter à nos yeux et à nos oreilles le monde actuel dans sa marche quotidienne. Et puis, il y a ce souffle puissant d'optimisme qui parcourt tout le recueil comme pour dire qu'aucune situation ne semble tout à fait inextricable. Il existe toujours une issue à portée de main pour qui sait croire et lire les signes des temps.
    Isaïe Biton Koulibaly montre une fois de plus la maturité de sa plume, de son aise à simplifier la langue de Molière pour l'adapter à tous et surtout de la précision de son observation.

  • Ouvrage des éditions Classiques ivoiriens en coédition avec NENA
    A Dakar comme à Libreville, à Kinshasa comme à Ouagadougou, nombreux sont les lecteurs qui ont découvert l'ouvre de Biton grâce à ses nouvelles publiées dans le magasine féminin « AMlNA ». Et presque partout, les nouvelles de Biton ont suscité le même engouement, surtout de la part de certain public féminin, qui leur a réservé un accueil enthousiaste. D'autant plus enthousiaste qu'à l'instar de Plutarque, historien et moraliste de l'antiquité grecque, Isaïe Biton Koulibaly s'évertue à ne pas écrire des histoires mais des vies. Conscient de cette vérité que « ce n'est pas dans les actes les plus éclatants que réside essentiellement la manifestation d'une vertu ou d'un vice. Souvent, un petit fait, un mot, une plaisanterie montrent mieux un caractère que des batailles où sont tombés de milliers de morts. ». « Que Dieu protège les femmes » apparaît comme un cocktail détonnant où se retrouvent tous les ingrédients qui ont toujours fait figurer Biton dans le cercle « des écrivains qui dérangent ». En observateur averti d'une société en perdition, l'auteur s'autorise, sous une forme attachante, attrayante, de tout dire des hommes et des femmes, de leurs détresses et de leurs joies. Il dresse le tableau de moeurs, la frasque qui montre la vie en mouvement, qui fait pénétrer à l'intérieur d'êtres peut-être différents de vous ou de moi, mais dans lesquels tant d'autres se cherchent et doivent se retrouver. ..»

  • Ouvrage des éditions Classiques ivoiriens en coédition avec NENA
    Ici, les nouvelles, à l'origine destinées aux femmes, sont sentimentales. Mais elles n'ont pas que les femmes comme lectrices. Les hommes aussi restent fidèles à l'esthétique littéraire de Biton : simplicité, clarté, concision, rapidité. Pour preuve, l'abondant courrier reçu par l'auteur après la publication de la nouvelle « j'ai 34 ans et je suis encore célibataire ». Les hommes qui l'ont lue voulaient tous épouser la célibataire et lui faire un enfant. L'auteur a une très grande imagination. Et c'est une erreur de vouloir le retrouver dans ses nouvelles. Il faut savoir qu'une nouvelle n'est pas la réalité. Jean- Paul Sartre avait raison d'affirmer que l'homme vit entouré de ses images. Ici, nous vous proposons avant tout le plaisir de lire. Ceux qui sont friands de littérature de recherche devraient choisir un autre livre. Faulkner William disait:« Si c'est la technique qui l'intéresse, que l'écrivain se fasse chirurgien ou maçon ». Quant à ceux qui veulent goûter au plaisir de lire, nous les invitons à monter avec nous dans le taxi de ce chauffeur.

  • Ouvrage des éditions Classiques ivoiriens en coédition avec NENA
    Ce n'est un secret pour personne, l'art d'aimer se conjugue difficilement avec les Africains, tradition oblige, L'homme africain, fidèle à ses us et coutumes, continue de prendre la femme pour une gardienne de foyer, une servante et une « pondeuse » Quant à la femme, elle considère dans ce cas de figure, l'homme, comme un bailleur de fonds. Elle ne l'aime qu'en fonction de son revenu, de ce qu'il peut lui donner. Dans mes articles, dans mes livres, je n'ai cessé de dénoncer les travers des uns et des autres, L'erreur des hommes est de se lier à une belle femme callipyge qu'ils croient aimer, A peine deux ans plus tard, après avoir assouvi ses instincts sexuels, l'homme ne voit plus la beauté de cette femme. Il reprendra sa chasse sous d'autres cieux. Quant à la femme, sa faute est de croire que celui qui lui offre de grandes richesses est digne de confiance et qu'elle doit l'aimer. Comme on le constate, l'Africaine et l'Africain aiment à partir de critères artificiels et superficiels : l'argent et la beauté. La crise entre les deux partenaires ne peut qu'éclater à plus où moins long terme.
    Les Africains ont un regard différent sur Fart d'aimer. Au regard de ce qui précède, il m'a paru nécessaire d'écrire un ouvrage sur l'art d'aimer, spécifique aux Africains.

  • Ouvrage de Frat Mat Éditions en coédition avec NENA
    Frédéric Darco Yantala, le personnage principal du roman, n'a qu'un rêve : devenir riche et puissant. Pour assouvir ce rêve de puissance démesurée, il n'hésite pas à consulter les marabouts, à rejoindre un groupe mystique. Tous les moyens sont bons pour accéder au sommet de la gloire. Il apprend qu'un chat noir dans la maison est censé apporter la prospérité. Superstition ? Toujours est-il que depuis qu'il possède un chat noir, l'avenir lui sourit. Son ascension est rapide. Il épouse, par intérêt, la fille obèse et laide d'un riche ministre.
    Mais, saura-t-il profiter honorablement de sa fortune et du pouvoir qui l'accompagne? La bête noire le protégera-t-elle toujours?

  • Le parcours d'enfants courageux grandissant dans un monde hostile
    Les désoeuvrés du crépuscule est un roman de jeunesse. C'est la présentation de la vie difficile dans un bidonville à travers un frère et sa soeur. Comment la pauvreté crée la délinquance et la prostitution et comment un homme imprégné de la parole de Dieu se met au service des plus démunis.
    Un roman saisissant et émouvant
    EXTRAIT
    IL était minuit passé. Tout le quartier WAGOMAN dormait dans un profond sommeil sauf NOUHARA. Sa femme LAMI venait de mettre au monde un joli petit garçon. NOUHARA et son frère ZAKARI réveillent alors leur voisin MADOUA BOLKA. MATOU, l'épouse de BOLKA apportait toujours son concours lors des accouchements aux femmes de la concession ou du voisinage. MATOU se réveilla et pénétra brusquement dans la chambre ou LAMI venait d'accoucher
    - Comment se fait-il que tu ne m'aies pas réveillé dès les premiers signes ? Tu sais très bien que les sages-femmes n'admettent pas cela. Elles nous lanceront des insolences dès notre arrivée à la maternité.
    - Ce qui doit arriver arrive forcément. J'ai accouché immédiatement après les premières douleurs. Dieu a voulu que cet enfant naisse à la maison.
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Isaïe Biton Koulibaly est né le 7 juin 1949, à Abidjan, marié et père de 3 enfants. IBK est l'écrivain le plus populaire de la Côte d'Ivoire, auteur de nombreux romans et nouvelles, il fait partie des 50 qui marquent la Cote d'Ivoire, selon le magazine Jeune Afrique et classé comme l'écrivain qui a marqué les 50 ans du pays selon Life Magazine.
    Premier lauréat du prix Yambo Oueloguem avec « Et pourtant, elle pleurait. » ; Prix Nyonda des lycées du Gabon 2001 avec « Merci l'artiste » ; meilleure vente en librairie avec le roman « La bête noire » ; son recueil de nouvelles « Ah les femmes » est l'une des plus grandes ventes en Afrique francophone, traduit en espagnol et bientôt en anglais. Il est également chroniqueur dans deux journaux ivoiriens et correspondant permanent du magazine Amina édité à Paris.

empty