• Petit, grand, gros, moche, maigre, femme, homme, riche, pauvre, intelligent ou très bête, tout le monde rêve d'amour. Et même d'un torrent d'amour qui renverse et emporte tout sur son passage. Quitte parfois à prendre un ruisseau pour un torrent. Voire, en désespoir de cause, à prendre n'importe quoi pour de l'amour. Torrents d'amour est le livre des desperados de l'Amour, qui fait enfin rimer amour et humour.

  • Qui n'a jamais claironné sur les réseaux sociaux qu'il déteste tel film ou tel livre qu'il n'a ni vu, ni lu ? Mazurie propose d'en faire un livre, où il décortique, avec justesse et un soupçon de mauvaise foi, des oeuvres marquantes qu'il n'a ni vues, ni lues. Cela permet pour briller en société, de critiquer, arguments à l'appui, les films et livres dont tout le monde parle et qu'ils n'auront ni vus, ni lus.

  • Prosper ou encore les frères Lasserre : tous les garçons sont amoureux de Philomène ! Mais elle, qui fait battre son petit coeur ? Vers qui file-t-elle sur son vélo, l'air mystérieux ? L'amour et ses secrets, Philomène connaît !

  • Tuer, un boulot comme un autre ? Dans l'univers frappé de Mazurie, pourquoi pas ! Tueurs imbéciles, massacreurs (du français), assassins de seconde zone, ce sont de véritables Shadocks au vitriol. Servies par un trait élégant aux limites de l'abstraction, ces histoires frappadingues baignées d'absurde sont un régal de « non-sense » anglais. Les Tueurs est une série de strips en 4 cases dans la grande tradition de la bande dessinée comme l'éditait la presse quotidienne autrefois. Renouvelant celle-ci, c'est d'abord dans la presse numérique que sont parus les strips des Tueurs chez Mauvais Esprit puis Professeur Cyclope : nous en éditons aujourd'hui un recueil carré, en hommage aux « Poches ». Un humour noir et abstrait.

  • - C'est toi ma fille, Princesse Moche, qui a mangé ma brioche ? Approche ! Mais ...
    Je vois des miettes dans ta poche ! Puisque tu fauches et que tu râloches ;privée de tétoche ! -Si c'est ainsi, je vais mes valoches !...

  • Ainsi débuta cette histoire, de façon peu enthousiasmante il faut bien le reconnaître.
    Mes parents étaient repartis, m'abandonnant chez mes grand-parents que je connaissais à peine. Et le peu entrevu de ma grand-mère ne me donnait pas particulièrement envie d'en connaître davantage. Mais voilà, j'allais passer l'été avec eux, perdue au milieu de nulle part...

    Son grand père, doux jardinier un brin fantaisiste, est plus chaleureux. Il l'emmène faire de grandes promenades afin de la soustraire à sa stricte mère-grand. Au cours de celles-ci, ils apprennent à se connaître et rencontrent les étranges personnages qui peuplent le monde du grand-père.

    Six chapitres nous emmènent donc avec Sacha dans la campagne de son grand-père. Dans chaque "balade", Sacha rencontre un univers où la réalité et l'imaginaire se côtoient étrangement.

    Ainsi, après les champignons, à la recherche des têtards, à la pêche, à la cueillette des mûres, Sacha se rapproche un peu plus de la nature qui le lui rend bien, par le dialogue. Ce qui donne des discussions cocasses avec les animaux et plantes rencontrées...
    Plus Sacha s'ouvre à ce qui l'entoure, plus sa relation avec son grand-père et sa grand-mère devient tendre et bienveillante... Ce sera bien difficile de partir...

empty