• Cet album sans texte fonctionne comme un véritable éveil à la bande dessinée. Monsieur Rouge s'échappe régulièrement des cases de bande dessinée pour se promener dans le monde réel. Bien que très maladroit, il ne peut s'empêcher de se mettre en avant : ça se solde inévitablement par un échec cuisant. Ouch !

    Ce premier opus de la série permet au lecteur de faire connaissance avec ce personnage vraiment pas commun.

  • Un voyage délirant avec l'un des personnages les plus absurdes de la bande-dessinée. Après avoir fait connaissance avec Monsieur Rouge dans le premier Opus, on le retrouve dans une série de gags sur le thème du voyage. Le personnage se promène dans différents lieux : à la neige, à la plage, dans le désert, utilisant différents moyens de transport plus ou moins conventionnels. Evidemment, chacune de ces expéditions, qu'elle l'emmène sur la lune ou au coin de la rue, se solde inévitablement par un « ouch » retentissant ! Quel que soit le lieu ou le support de ses aventures, Monsieur Rouge reste le même : drôle, grotesque et attachant à la fois, absurde et malchanceux.

    Ces histoires sans texte utilisant la narration BD offrent un véritable éveil à la bande dessinée pour les plus jeunes. Le jeu entre le personnage, le fond papier et l'action font simplement appel au sens de l'observation du lecteur tandis que l'incongruité des apparitions de M. Rouge sollicite l'imagination des enfants. Cette bande-dessinée séduira aussi les adultes amateurs d'univers décalés.

  • En ville, toutes les enseignes arborent le nom de Jabot. La librairie d'Ernesto et Fabiola tente difficilement de résister. Le père de Fabiola, le fameux capitaine Fripouille, redresseur de torts invétéré, informé de la situation, débarque sans prévenir. Malgré les protestations de sa fille, qui craint le pire, le vieil aventurier élabore un plan pour empêcher Jabot de réaliser son rêve...

  • Dans le village de Pieter, cela fait longtemps que les oiseaux ont disparu à cause des Lokken. Les larves de ces êtres fantastiques sont charmantes et pourtant, c'est à cette étape de leur vie qu'il faut les tuer, avant qu'elles ne se transforment en monstres destructeurs. Mais Pieter tombe sous le charme de l'une des chimères, qui lui procure d'incroyables et dangereux pouvoirs...

  • Le scénariste Olivier Ka explore avec finesse la jalousie, le manque d'amour et ses conséquences dans les rapports humains. Un récit sensible porté par le trait musical et coloré de la talentueuse Marion Duclos.
    La Crabe fait peur, ses mains ressemblent plus à des pinces qu'à autre chose, à peine deux doigts comme des antennes collées sur des boursoufflures. Mais cela n'a pas toujours été le cas. Il fut une époque où on l'appelait encore Ginette, une époque où elle était la femme de Marcelin le droguiste, une époque où Marcelin était fou amoureux de ses mains...

  • Olivier, élevé dans une ambiance baba cool, est sans histoires et peu farouche. A 12 ans, il part en colonie de vacances où il se lie d'amitié avec Pierre, un curé. Celui-ci lui demande de toucher son corps. Olivier ne sera pas abusé, mais cet événement marquera à jamais son existence... Récit autobiographique d'une enfance trahie et ses conséquences. Prix du public Festival BD d'Angoulême 2007.

  • Depuis dix générations, la célèbre maison Tuvache vend des kits suicide pour clients désespérés. La petite boutique familiale prospère dans la tristesse et l'humeur sombre jusqu'au jour abominable où surgit un adversaire impitoyable, la joie de vivre, en la personne d'Alan, fils cadet et éternel optimiste. Pas facile de trouver sa place en famille ! Et puis, c'est mauvais pour les affaires !

  • Un enfant qui s'imagine vieux, très vieux, pour enfin pouvoir faire tout ce qu'il veut, braver tous les interdits, éprouver ce sentiment d'impunité dont jouissent les vieillards, protégés par leur âge vénérable, leur position d'autori-té - du moins le croit-il. Oui, se réjouir d'être vieux pour con-naître la liberté absolue ! Ce monologue intérieur, qu'Olivier Ka place dans la perspective d'un garçon impatient de croquer le monde, exprime avec une audace jubilatoire l'urgence de se faire une place, de balayer les obstacles (surtout ceux que représentent « les autres ») qu'on voit surgir de toute part lorsqu'on est le petit de l'homme. Un rêve d'enfant, certes, mais qui peut se prolonger encore longtemps.
    L'expressivité et la précision du trait au stylo bille dans les des-sins de Carole Chaix accentuent la force avec laquelle l'enfant se projette dans des situations qui ont pour lui autant de réalité que le monde environnant.

empty