• Edition enrichie (Introduction, notes, dossier sur l'oeuvre et bibliographie)«Au centre de la pièce, fixé à un chevalet droit, se dressait le portrait en pied d'un jeune homme d'une extraordinaire beauté physique, devant lequel, à peu de distance, se tenait assis le peintre lui-même, Basil Hallward, celui dont, il y a quelques années, la disparition soudaine a, sur le moment, tant ému le public et donné lieu à d'étranges conjectures.»
    Or Dorian Gray, jeune dandy séducteur et mondain, a fait ce voeu insensé : garder toujours l'éclat de sa beauté, tandis que le visage peint sur la toile assumerait le fardeau de ses passions et de ses péchés. Et de fait, seul vieillit le portrait où se peint l'âme noire de Dorian qui, bien plus tard, dira au peintre : «Chacun de nous porte en soi le ciel et l'enfer.»
    Et ce livre lui-même est double : il nous conduit dans un Londres lugubre et louche, noyé dans le brouillard et les vapeurs d'opium, mais nous ouvre également la comédie de salon des beaux quartiers. Lorsqu'il parut, en 1890, il fut considéré comme immoral. Mais sa singularité, bien plutôt, est d'être un roman réaliste, tout ensemble, et un roman d'esthète - fascinants, l'un et l'autre, d'une étrangeté qui touche au fantastique. 

  • Le fantôme qui hante le manoir de Canterville depuis trois siècles est désespéré! Les nouveaux propriétaires, deriches américains, ne croient pas aux esprits. Vexé, le pauvre fantôme agite ses chaînes et laisse même une trace de sang dans le salon. Parviendra-t-il à prouver son existence en semant la terreur?

  • Né à Dublin en 1854, Oscar Wilde, esthète et dandy à l'esprit brillant, est l'auteur notamment du Portrait de Dorian Gray.
    Il meurt en 1900, déchu et ruiné, à Paris.
     
    Ses Aphorismes, joyeusement cyniques, disent tous les paradoxes d'un auteur de génie qui n'a rien perdu de son caractère scandaleux.
     
    « Une seule chose au monde est pire que de savoir qu'on parle de vous, savoir qu'on ne parle pas de vous. »

  • Plongez en VO dans cette  étonnante pièce d'Oscar Wilde. Pour vous aider, des traductions en marge  vous permettront de bien comprendre le texte original. Ces textes en VO font partie des lectures imposées pour les classes de Première dans le cadre du nouveau bac de 2020.

  • En 1895, Oscar Wilde fut condamné à deux ans de travaux forcés pour « actes grossièrement immoraux » accomplis avec une personne de son sexe. Il purgea sa peine principalement dans la prison de Reading. C'est là qu'en juillet 1896 fut pendu le cavalier Charles Thomas Wooldridge, condamné pour le meurtre de sa jeune femme. Wilde évoque dans ce recueil l'exécution qui attend le cavalier : « Cet homme avait tué la chose qu'il aimait / Et donc il lui fallait mourir ». Il raconte également l'expérience de la prison et les douleurs de l'enfermement. Dans cette édition bilingue, la traduction de Bernard Pautrat met en lumière un poète qui rompt avec toute préciosité et retrouve les accents de Villon pour dénoncer les conditions faites aux prisonniers.

    On ne présente plus Oscar Wilde (1854-1900), figure du monde littéraire anglais du XIXe siècle, célèbre tant pour ses oeuvres diverses (Poèmes, Portrait de Dorian Gray, Salomé, etc.) que pour son homosexualité affiché.

  • Dorian Gray is the subject of a full-length portrait by an artist who is impressed and infatuated by his beauty. Through him, Dorian meets Lord Henry Wotton, and he soon is enthralled by the aristocrat's hedonistic worldview: that beauty and sensual fulfillment are the only things worth pursuing in life. Understanding that his beauty will fade, Dorian expresses the desire to sell his soul, to ensure that the picture, rather than he, will age and fade. The wish is granted, and Dorian pursues a libertine...

  • Dans Le Fantôme de Canterville, un spectre pourtant roué échoue à effrayer une famille d'Américains matérialistes et rationnels venus s'installer dans une demeure anglaise hantée. Dans Le Modèle millionnaire, un jeune homme charmant et désargenté confond un peu vite le sujet d'un tableau et le modèle qui pose pour lui. Que ce soit dans la savoureuse parodie d'un récit fantastique ou dans le charmant conte moral, Oscar Wilde passe avec un même brio d'une ironie ravageuse à une extrême délicatesse des sentiments.

  • Salomé

    Oscar Wilde

    HÉRODE
    Salomé, Salomé, dansez pour moi. Je vous supplie de danser pour moi. Ce soir je suis triste. Oui, je suis très triste ce soir. Quand je suis entré ici, j'ai glissé dans le sang, ce qui est d'un mauvais présage, et j'ai entendu, je suis sûr que j'ai entendu un battement d'ailes dans l'air, un battement d'ailes gigantesques. Je ne sais pas ce que cela veut dire... Je suis triste ce soir. Ainsi
    dansez pour moi. Dansez pour moi, Salomé, je vous supplie. Si vous dansez pour moi, vous pourrez me demander tout ce que vous voudrez et je vous le donnerai. Oui, dansez pour moi, Salomé, je vous donnerai tout ce que vous me demanderez, fût-ce la moitié de mon royaume.
    SALOMÉ, se levant.
    Vous me donnerez tout ce que je vous demanderai, tétrarque ?

  • Dernière pièce d'Oscar Wilde, L'Importance d'être constant brille des feux d'un langage habité par la grâce : s'y manifestent la puissance et la modernité de la réflexion de l'auteur sur la fiction, mais aussi son inventivité subversive et satirique, son esprit généreux et étincelant d'élégance et de drôlerie.
    Dossier
    1. Le théâtre d'Oscar Wilde avant L'importance d'être constant
    2. Wilde et ses pairs
    3. Wilde et la postérité

  • Publié en 1891, Le Déclin du mensonge est l'un des plus célèbres essais de Wilde. Sous la forme d'un brillant dialogue entre deux esthètes, à coups de paradoxes et de mots d'esprit, il livre son credo esthétique et moral : l'art ne saurait être jugé d'après des critères extérieurs à lui-même. Loin d'imiter la vie, c'est bien plutôt la vie qui imite l'art. Cet éloge du mensonge, du faux, du voile traduit un effort pour échapper à la réalité sociale de son siècle.

  • Comment résister à la tentation lorsque même notre âme essaie de nous corrompre ? Pour rester auprès de la sirène qu'il aime éperdument, un pêcheur va devoir aller à l'encontre de l'éthique et affronter la noirceur de son âme.

    Trois contes emplis de poésie où l'on retrouve les thématiques du Portrait de Dorian Gray et l'ironie mordante de son auteur, qui démontre que tous les contes ne riment pas avec "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants".

  • Edition enrichie d'Alain Jumeau comportant une préface et un dossier sur l'oeuvre.

    Un mari idéal (1895) est la troisième des comédies d'Oscar Wilde. Créée quelques semaines avant L'Importance d'être constant, elle fut jouée au même moment, et l'auteur triompha sur deux scènes différentes de Londres.
    Sir Robert Chiltern semble disposer de tous les atouts : il est riche, sous-secrétaire d'État aux Affaires étrangères, et sa femme voit en lui un mari idéal. Mais son succès repose sur une grave malhonnêteté, dissimulée depuis sa jeunesse. Il sera victime d'un chantage.
    La comédie dénonce l'hypocrisie, le culte de l'or qui corrompt la société et l'affairisme qui gagne les milieux dirigeants. Cette visée politique n'empêche nullement Wilde, dans un festival de mots d'esprit, d'aphorismes et de paradoxes frisant l'absurde, de jouer avec le langage, avec l'intrigue et les conventions scéniques, comme pour mieux affirmer sa liberté et sa modernité.

  • "Autrefois, les livres étaient écrits par les hommes de lettres et lus par le public. Aujourd'hui ils sont écrits par le public et personne ne les lit."
    "L'ambition est le dernier refuge du raté."
    "La Vie imite l'art, bien plus que l'Art n'imite la vie."

    Le sens du paradoxe et la finesse d'analyse d'Oscar Wilde nous invitent à aiguiser, le sourire aux lèvres, notre esprit critique.

  • 25 mai 1895. Oscar Wilde, dramaturge admiré du Tout-Londres et amant de lord Alfred Douglas, est condamné à deux ans de travaux forcés pour «outrage aux moeurs».
    Début 1897, l'écrivain brisé, réduit au sinistre matricule «C.3.3.», obtient enfin du directeur de la prison de Reading l'autorisation d'écrire. La longue lettre qu'il rédige alors à l'intention de Douglas, à qui il reproche de l'avoir abandonné, ne sera publiée, partiellement, que cinq ans après sa mort : récit autobiographique et méditation existentielle sur l'art et la douleur, De profundis est aussi l'un des plus beaux témoignages qui soient sur la passion.
    Quant à La Ballade de la geôle de Reading (1898), inspirée d'une histoire vraie, elle retrace les derniers jours d'un soldat exécuté pour avoir égorgé sa femme par jalousie. Ce poème poignant est le chant du cygne de Wilde, qui mourut deux ans après sa publication.

  • Edition enrichie (Présentation, biographie, bibliographie et notes)
    Qui est l'énigmatique « Mr. W H. » à qui sont dédiés les Sonnets de Shakespeare parus en 1609 ? La mystérieuse dédicace écrite alors par l'imprimeur a fait couler beaucoup d'encre, et de multiples hypothèses sont encore de nos jours évoquées. Lorsqu'il publie cette première version du Portrait de Mr. W. H. en 1889, Oscar Wilde se fait l'écho de certaines théories existantes, et montre qu'il connaît parfaitement non seulement le contexte élisabéthain des Sonnets, mais le texte des étranges poèmes où le grand dramaturge exprime la flamme subtile et passionnée d'un amour complexe qui se cache et se déploie au détour d'un vers ou d'une rime.
      Reste qu'à travers ce petit drame à trois personnages noué autour de deux initiales, Wilde fait oeuvre de romancier en mettant lui-même en scène ses réflexions sur l'art du faux et du mensonge, qui préside, selon lui, à toute oeuvre d'art. Avec l'hypothèse de Willie Hughes, si séduisante qu'on pourrait la prendre pour argent comptant, voire mourir pour la défendre, c'est la fiction que constitue Le Portrait de Mr. W. H. qui devient alors manière de recréer la réalité historique, alors même qu'elle la crée de toutes pièces. Tant il est vrai que, pour Wilde, la beauté d'une théorie vaut à elle seule comme théorie de la beauté.

  • La vertueuse lady Windermere s'apprête à donner un bal pour son anniversaire. Elle est tout à ses préparatifs lorsqu'elle découvre que son époux entretient une femme à la réputation sulfureuse. Sa jalousie explose. Le mari dément. Mais, comble du déshonneur, il lui demande d'inviter cette mystérieuse inconnue le soir même...
    Premier grand succès théâtral d'Oscar Wilde, L'Éventail de lady Windermere tourne en dérision les travers d'une société gouvernée par l'hypocrisie et l'argent. Ironie, cruauté et amour se mêlent dans cette comédie parfaitement maîtrisée et d'une drôlerie exquise, où l'auteur, distillant paradoxes et mots d'esprit, questionne aussi le pouvoir et l'inanité du langage.

    Virginie Berthemet © Flammarion
    © Flammarion, Paris, 2012
    VO : Lady Windermere's Fan

  • "But it is a very unimaginative nature that only cares for people on their pedestals. A pedestal may be a very unreal thing. A pillory is a terrific reality." Thus wrote Oscar Wilde in a farewell letter to his lover Lord Alfred Douglas (Bosie) in 1897 while serving a two-year sentence for "gross indecency with other male persons". In it, he sorts out his life and his love for Bosie, who, he feels, abandoned him to his fate. It is an intensely personal letter that follows the stages of grief and interlaces the religious with art. It was published in 1905, five years after Wilde's death, and given the Latin title, `De Profundis' which translates to "from the depths". In 2016 Patti Smith went to Reading Prison, where Wilde was incarcerated, and read the letter out loud as part of an exhibition.

  • A Woman of No Importance Nouv.

    Literature loves a strong, protective mother. Whilst Molly Weasley, Catelyn Stark and Miss Honey might have had their own specific worries, none of these were fighting the prejudice facing Mrs Arbuthnot. A single, unwed mother in the Victorian times was not destined to have a good time.

    In this witty play we peruse the workings of upper class parties in the Victorian era, England. Mrs. Arbuthnot learns that her grown son has been offered a job with Lord Illingworth. Instead of her being thrilled, she does everything she can to stop him. Upon finally finding out why, well, let's just say, there's enough drama to fill a play. Mrs. Arbuthnot utters one of the most iconic lines in theatre when asked who's glove has been left on her floor. She replies "a man of no importance" - burn. A witty take on the lofty idealism of the British class system by Irishman Oscar Wilde.



    Oscar Wilde (1854-1900) was an Irish playwright, novelist, essayist, and poet, famous for `The Picture of Dorian Gray' and `The Importance of Being Earnest' to name a couple. He was believed to be gay and met a lot of resistance in his life on that account. He died in Paris at the age of 46.

  • Ici, le narrateur bavarde avec son vieil ami Erskine qui lui raconte l'histoire d'un de ses compagnons de jeunesse, Cyril Graham, convaincu d'avoir percé le mystère de l'identité de Mr. W.H. Et, d'après lui, il s'agirait d'un jeune acteur qui jouait des rôles féminins comme c'était la règle, autrefois, dans le théâtre élisabéthain, et dont Shakespeare, parait-il, était fol amoureux. Mais Cyril Graham décède avant d'avoir pu récolter toutes les preuves pour soutenir sa thèse. Intrigué par cette histoire, le narrateur va à son tour se plonger dans les Sonnets de Shakespeare pour tenter d'en découvrir la clé...

  • Un giorno, l'artista Basil Hallward dipinge un ritratto della sua musa Dorian Gray mentre l'amico Lord Henry li osserva. Dorian ascolta mentre Lord Henry presenta in modo confidenziale la sua visione edonistica del mondo, affermando che la bellezza è l'unica cosa che conta davvero nella vita. In Dorian inizia a farsi strada il desiderio che il ritratto invecchi al posto suo. Non molto tempo dopo, Dorian vede la sua ragazza recitare in Romeo e Giulietta di Shakespeare ed è talmente disgustato dalla sua cattiva interpretazione, che la rifiuta. Quando torna a casa, nota un certo crudele ghigno nel suo ritratto.
    Raccontato con un linguaggio fiorito e ricco di dialoghi incisivi alla Jane Austen, Il ritratto di Dorian Gray, storia di un giovane che vende la sua anima in cambio dell'eterna giovinezza, è senza ombra di dubbio l'opera più famosa di Oscar Wilde.



    Oscar Wilde (1854-1900) è stato un drammaturgo, romanziere, saggista e poeta irlandese. Tra le sue opere più celebri ricordiamo il romanzo "Il ritratto di Dorian Gray" e la commedia teatrale "L'importanza di chiamarsi Ernesto."

    Dandy raffinato, scrittore all'avanguardia, omosessuale in un'epoca e in un paese in cui l'omosessualità era ancora considerata un reato, Oscar Wilde è unanimemente riconosciuto come una delle voci più importanti della letteratura dell'Ottocento.

  • La Chouette enrhumée

    Oscar Wilde

    « La chouette enrhumée » d'Oscar Wilde, raconté par Jean Topart.
    Opéra pour petites et grandes personnes de Gérard Condé.Le classique de l'opéra pour enfants, chef d'oeuvre de poésie et d'humour enfin disponible dans une nouvelle édition. Imaginez le plus beau des jardins... doucement, vous décidez d'y pénétrer. Mais alors que vous contemplez ses mille merveilles, une main épaisse s'abat sur votre épaule ! Vous êtes grondé, et puis chassé, les fesses bottées, les oreilles presque arrachées. A partir de demain, un large mur défendra le jardin. Et nul ne s'avisera plus d'y entrer ! Seulement l'été et le printemps sont saisons timides, elles aussi resteront dehors. Sept années passent, de froid et de tristesse. Jusqu'à ce nouveau matin...

  • Oscar Wilde's comedy of the Canterville Ghost and his attempts to haunt his new residents.From its beginnings in 1956 to today, the Joint European Series (JES) of Classics Illustrated has provided youthful minds with beautifully-illustrated comic book adaptations of the world's most beloved stories by the world's greatest authors. These books encourage a love of reading and adventure.A collection of Classics Illustrated books is an inviting start to any young person's library.

  • Lo scrittore britannico Oscar Wilde (1854-1900), accanto alle sue celebri opere teatrali e al romanzo "The picture of Dorian Gray", autentico (o quasi) manifesto del movimento letterario decadentista, è autore di un pugno di raccolte di racconti, due dei quali, "La sfinge senza segreti" (The sphinx without a secret) e "Il milionario modello" (The model millionaire), vengono qui presentati. Questi due racconti apparvero entrambi per la prima volta su The World nel 1887 e furono poi raccolti nell'antologia "Lord Arthur Savile's crime and other stories", pubblicata nel 1891. In queste due brevi storie si trovano compendiate in maniera paradigmatica alcune delle caratteristiche tipiche della sua narrativa, quali il gusto per l'aforisma e per il paradosso, esemplificate nelle battute iniziali e soprattutto finali di entrambi i racconti, che in un certo qual modo ne racchiudono il senso stesso.

    Questa raccolta contiene : "La sfinge senza segreti" e "Il milionario nodello"

  • "La sfinge senza segreti" è un racconto apparso per la prima volta su The World nel 1887 e poi incluso nell'antologia "Lord Arthur Savile's crime and other stories", pubblicata nel 1891. In questa breve storia ritroviamo compendiate in maniera paradigmatica alcune delle caratteristiche tipiche della narrativa di Wilde, quali il gusto per l'aforisma e per il paradosso, esemplificate nelle battute iniziali e soprattutto finali, che in un certo qual modo ne racchiudono il senso stesso. La Sfinge senza segreti verte tutto su una donna che misteriosamente ogni settimana in un dato giorno e in una data ora si reca in un appartamento e vi esce solo dopo alcune ore. Il tutto viene fatto con tale segretezza e precisione, da far pensare al protagonista che la donna nasconda per l'appunto un segreto inconfessabile (è ricattata? ha un amante? vede un parente in difficoltà finanziarie e non può dirlo al marito?). Le ipotesi si sprecano, finché il protagonista non parla con un vicino che gli svela l'arcano. La donna non ha nessun amante o parente o ricattatore, siede per alcune ore vicino alla finestra e basta, per poi tornare a casa sua.

empty