• L'économie sociale et solidaire fait aujourd'hui figure de nouvelle alternative au capitalisme. De fait, son objectif premier n'est pas de dégager du profit, mais de produire des biens et services utiles à tous. Issue d'initiatives citoyennes, elle apporte la preuve que la recherche de l'enrichissement personnel n'est pas l'unique motif qui puisse donner envie d'entreprendre. Constitue-t-elle pour autant une force politique, un mouvement susceptible de transformer profondément notre économie et notre société ? Sa gouvernance, qui se veut démocratique, est-elle vraiment exemplaire ? A-t-elle vocation à s'étendre, se généraliser ? Enfin, cette généralisation est-elle souhaitable ? Autant de questions auxquelles l'auteur répond dans ce livre, nourri de nombreux exemples. Pour lui, il est temps de regarder " l'ESS " telle qu'elle est, et non dans sa version idéalisée : c'est à cette condition qu'on pourra apprécier dans quelle mesure et à quelles conditions elle peut contribuer à rendre l'économie plus démocratique, plus juste et plus soutenable.

  • Quels seront les métiers porteurs dans dix ans ? L'économie verte va-t-elle vraiment créer des emplois ? Allons-nous devoir changer cinq fois de travail dans notre vie ? Sommes-nous tous condamnés à la précarité ? Faudra-t-il travailler plus demain ? Le chômage est-il la faute de l'école ? Autant de questions sur les métiers et l'emploi auxquelles Philippe Frémeaux répond de façon claire et concrète dans ce livre qui décortique les idées reçues et pointe les vraies évolutions comme les alternatives possibles. Un tour d'horizon sans angélisme ni catastrophisme pour comprendre le monde du travail d'aujourd'hui et se préparer à celui de demain.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Après vingt ans de lente dérive libérale, la société française a du mal à croire encore au progrès. La mondialisation lui fait peur. L'Europe lui paraît être un problème autant qu'une solution. La politique lui semble impuissante à résoudre les problèmes de notre société : chômage, montée des inégalités... Faut-il pour autant se résigner ? Non, nous dit Philippe Frémeaux dans cet essai alerte et documenté qui met en évidence les contraintes mais aussi les opportunités créées par les mutations de l'économie mondiale. Il nous montre ainsi que nous ne sommes ni condamnés à l'enfer ni promis au paradis, que la plupart des problèmes auxquels nous sommes confrontés, à commencer par le chômage, peuvent trouver une solution en France et en Europe. Et que la mondialisation peut aussi être synonyme d'espoir et de progrès, si nous parvenons à la civiliser. Il n'y a jamais de fatalité en économie. Contre la dérive libérale, contre le repli nationaliste, Philippe Frémeaux cherche les voies d'un projet adapté au monde actuel, qui puisse redonner du sens à la politique.

  • Totalitarisme politique et culturel, inefficacité économique, le modèle soviétique n'a rien de bien engageant : la cause est entendue. Mais sait-on réellement, au-delà des principes officiels et du désordre apparent, comment ça marche ? Planification, salariat, répartition, organisation politique et sociale : ce petit livre explique le système économique soviétique de façon accessible, sans sacrifier la dimension d'analyse indispensable pour comprendre.

  • L'école primaire est aujourd'hui accusée de tous les maux, au point de nourrir la nostalgie des bonnes vieilles méthodes d'antan. Plutôt que de fantasmer sur une institution idéale qui n'a jamais existé, ce livre s'efforce de dégager des pistes permettant d'affronter les difficultés bien réelles que connaît l'école primaire, afin qu'aucun élève ne sorte demain du système éducatif sans qualification. Ce résultat ne sera pas atteint en un jour. Raison de plus pour définir des priorités claires, et s'y tenir. Au-delà des programmes et des contenus d'enseignement, ce sont aussi le fonctionnement et l'organisation des écoles, les relations avec les parents et les partenaires de l'école qu'il faut revoir, la formation des maîtres et les conditions d'exercice du métier qu'il faut transformer. Il importe de redonner confiance aux enseignants, un préalable pour changer l'école !

  • La crise, ce n'est pas marrant. Les faillites et le chômage engendrés par l'irresponsabilité des dirigeants du système financier mondial ne donnent guère envie de rire. Il ne faut donc pas s'y tromper : ce petit dictionnaire ironique des mots de la crise est tout à fait sérieux. Plus que les discours de ceux qui nous dirigent, de ceux qui prétendent nous informer, de ceux qui nous expliquent comment on en est arrivé là après nous avoir affirmé si longtemps que tout était sous contrôle. En décryptant un par un les mots de la crise, des bonus aux subprime en passant par les parachutes dorés, Philippe Frémeaux et Gérard Mathieu nous montrent qu'il est temps de dire que le roi est nu, et d'être entendu.

empty