• Le jeune baron de Sigognac mène une existence solitaire dans son château délabré, au fin fond de la Gascogne... Un soir, une troupe de théâtre ambulant frappe à sa porte. Sigognac leur offre l'hospitalité, et le lendemain, séduit par la vivacité des comédiens et attiré par la délicate Isabelle, il part avec eux, direction Paris.

  • Edition enrichie (présentation, notes, annexes, chronologie et bibliographie)« Elle était brune et pâle ; ses cheveux ondés et crêpelés, noirs comme ceux de la Nuit, se relevaient légèrement vers les tempes à la mode grecque, et dans son visage d'un ton mat brillaient des yeux sombres et doux, chargés d'une indéfinissable expression de tristesse voluptueuse et d'ennui passionné ; sa bouche, dédaigneusement arquée à ses coins, protestait par l'ardeur vivace de sa pourpre enflammée contre la blancheur tranquille du masque ; son col présentait ces belles lignes pures qu'on ne retrouve à présent que dans les statues. Ses bras étaient nus jusqu'à l'épaule, et de la pointe de ses seins orgueilleux, soulevant sa tunique d'un rose mauve, partaient deux plis qu'on aurait pu croire fouillés dans le marbre par Phidias ou Cléomène. En regardant cette tête si calme et si passionnée, si froide et si ardente, si morte et si vivace, il comprit qu'il avait devant lui son premier et son dernier amour, sa coupe d'ivresse suprême. »
    Editions de Bernard Auzanneau. 

  • De belles mortes ressuscitent par amour : des portraits, des tapisseries, des momies s'animent soudain pour venir perturber - ou égayer - l'existence d'innocents jeunes gens ; les époques, les morts et les vivants communiquent mystérieusement... Rêve ou réalité ?

  • Édition enrichie (Préface, notes, chronologie et bibliographie)Fables de vampires, histoires de doubles et de sortilèges, ce recueil évoque par bien des traits une taverne allemande d'Hoffmann, avec ses monstres inquiétants et ses fantômes grinçants. On y retrouve, en effet, les thèmes chers à la première génération romantique, et notamment sa fascination pour le fantastique venu d'Ecosse ou de Rhénanie. A ceci près, cependant, que Théophile Gautier imprime sa marque propre à cet univers trouble de la rêverie humaine : chaque récit reçoit un supplément d'angoisse et de surnaturel qui renforce sa dimension fantastique et l'agrémente d'un surcroît de mystère.
    L'un des proches de Théophile Gautier avait affirmé que «c'était peu de dire qu'il était superstitieux, il était la superstition même...» Ces Contes et récits fantastiques en sont la parfaite illustration. Derrière le bon vivant se cache en fait un homme taraudé par les sombres figures de l'irrationnel. A sa manière, peut-être, un devancier du Breton de Nadja, lequel dénonce la vanité de «la conventionnelle opposition de la folie et de la raison qui se refuse à faire la part de l'irrationnel».
    Ce volume comprend : La Cafetière, Omphale, La Morte amoureuse, La Chaîne d'or ou l'Amant partagé, Une nuit de Cléopâtre, La Toison d'or, Le Pied de momie, Le Roi Candaule, Arria Marcella, Avatar, Jettatura.
    Edition établie par Alain Buisine. 

  • Recueil de 37 poèmes publié en 1852, Émaux et camées est le sommet de l'art poétique de Théophile Gautier.
    Poèmes
    Préface
    Affinités secrètes
    Le Poème de la Femme
    Études de mains
    Variations sur le Carnaval de Venise
    Symphonie en Blanc Majeur
    Coquetterie posthume
    Diamant du coeur
    Premier Sourire du Printemps
    Contralto
    Caerulei oculi
    Rondalla
    L'Aveugle
    Lied
    Fantaisies d'hiver
    La Source
    Bûchers et tombeaux
    Le Souper des armures
    La Montre
    Les Nereides
    Les Accroche-coeurs
    La Rose-thé
    Carmen
    Ce que disent les hirondelles. Chanson d'automne
    Noël
    Les Joujoux de la morte
    Après le feuilleton
    Le Château du Souvenir
    Camélia et Paquerette
    La Fellah
    La Mansarde
    La Nue
    Le Merle
    La Fleur qui fait le printemps
    Dernier Voeu
    Plaintive Tourterelle
    La Bonne Soirée
    /> L'Art
    Les Accroche-Coeurs

  • Non loin du Nil, dans la vallée de Biban-el-Molouk, un jeune artistocrate anglais, lord Evandale, et un savant allemand, le docteur Rumphius, découvrent une tombe inviolée. Depuis plus de trois mille ans, nul n'a foulé le sol de ces chambres funéraires où repose le sarcophage d'un pharaon. Mais quand s'ouvre le lourd couvercle de basalte noir, les deux hommes trouvent, à leur grande stupéfaction, la momie parfaitement conservée d'une jeune fille...

    Un roman captivant qui mêle histoire et amour, un voyage au coeur de la civilisation fabuleuse des pharaons. Un classique passionnant.

  • Ces contes fantastiques nous plongent dans des univers étranges et dérangeants, mais qui signalent tous la présence d'une autre dimension dans notre quotidien. On y entrevoit ainsi la possibilité d'un regard différent sur les choses. Tirant toutes ces ficelles, Gautier joue bien sûr à nous faire peur, mais il nous montre aussi que l'art est une fenêtre ouverte sur l'idéal... dans chacune de nos vies.

  • Première grande oeuvre de l'auteur, le roman raconte la vie de Madeleine de Maupin et ses aventures galantes.
    POUR UN PUBLIC AVERTI. Inspiré par la vie tumultueuse et la figure de la célèbre Julie d'Aubigny, une cantatrice française et duelliste du XVIIe siècle, Mademoiselle de Maupin est un roman épistolaire racontant la vie de la jeune Madeleine de Maupin qui, avant de succomber aux avances des hommes, se travestit pour percer leurs mystères. Sous le nom de Théodore, elle parcourt ainsi le monde en quête d'aventures galantes et se livre à des duels dans la plus pure tradition du roman de cape et d'épée. Vient le jour où elle entre dans l'entourage de M. d'Albert, un chevalier malheureux rêvant de la femme idéale, et qui s'éprend justement d'amour pour celui qu'il croit être un homme...
    Voici le second tome d'un grand classique du XIXe siècle, qui a popularisé Théophile Gautier et sa théorie de « L'art pour l'art ».
    EXTRAIT
    Cela est ainsi. J'aime un homme, Silvio. J'ai cherché longtemps à me faire illusion ; j'ai donné un nom différent au sentiment que j'éprouvais, je l'ai vêtu de l'habit d'une amitié pure et désintéressée ; j'ai cru que cela n'était que l'admiration que j'ai pour toutes les belles personnes et les belles choses ; je me suis promené plusieurs jours dans les sentiers perfides et riants qui errent autour de toute passion naissante ; mais je reconnais maintenant dans quelle profonde et terrible voie je me suis engagé. Il n'y a pas à se le cacher : je me suis bien examiné, j'ai pesé froidement toutes les circonstances ; je me suis rendu raison du plus mince détail ; j'ai fouillé mon âme dans tous les sens avec cette sûreté que donne l'habitude d'étudier sur soi-même ; je rougis d'y penser et de l'écrire ; mais la chose, hélas ! n'est que trop certaine, j'aime ce jeune homme, non d'amitié, mais d'amour ; oui, d'amour.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Théophile Gautier (1811-1872) est un poète, romancier et critique d'art français. Il rencontre Victor Hugo en 1829 et celui-ci lui donne le goût de la littérature. Gautier était un esthète, privilégiant d'une manière provocatrice l'esthétique au détriment des autres fonctions de l'oeuvre. Cet esthétisme est le principal point commun entre ses poèmes, Émaux et Camées (1852) et ses grands romans, Mademoiselle de Maupin (1835), Le Roman de la momie(1858), Le Capitaine Fracasse (1863). Cependant, même s'il proclame son refus de l'engagement, Gautier ne cesse de témoigner sur son époque de la manière la plus passionnée, dans des oeuvres comme Voyage en Espagne (1845), les Beaux-Arts en Europe (1855), Voyage en Russie (1867) ou Histoire du romantisme (1874).
    À PROPOS DE LA COLLECTION
    Retrouvez les plus grands noms de la littérature érotique dans notre collection Grands classiques érotiques.
    Autrefois poussés à la clandestinité et relégués dans « l'Enfer des bibliothèques », les auteurs de ces oeuvres incontournables du genre sont aujourd'hui reconnus mondialement.
    Du Marquis de Sade à Alphonse Momas et ses multiples pseudonymes, en passant par le lyrique Alfred de Musset ou la féministe Renée Dunan, les Grands classiques érotiques proposent un catalogue complet et varié qui contentera tant les novices que les connaisseurs.

  • On retient souvent de Théophile Gautier l'image d'un conteur chatoyant jouant avec une nonchalance sereine des prestiges du langage.
    Mais Beaudelaire avait su deviner chez ce poète un don pour décrire l'attitude mystérieuse que les objets de la création tiennent devant le regard de l'homme . Dans l'univers fantastique de Gautier, les mortes suscitent chez les vivants un désir très charnel (La morte amoureuse, Spirite), les objets s'animent (La cafetière), les personnages s'échappent des tapisseries pour se faire amants d'un soir (Omphale), et les hallucinations se succèdent jusqu'au vertige (La pipe d'Opium, le club des hachichins)...Inspirées des sciences occultes, à l'instar des contes d'Hoffman dont Gautier fut un fervent lecteur, ces récits, parus entre 1831 et 1856, consacrent le rêve comme seconde vie, et expriment, sous leur apparente légèreté, la hantise du temps et de la mort.

  • folio junior TEXTES CLASSIQUES
    De nouvelles éditions pour rendre clairs et accessibles les grands textes du passé. Et un Carnet de lecture pour connaître l'auteur et mieux comprendre son oeuvre.

  • Envoûté par une étrange courtisane, un curé vit en songe une existence débauchée dans la Venise des princes : telle est l'histoire de La Morte amoureuse. Rêve ou réalité encore dans La Cafetière, où les personnages d'une tapisserie sortent de leur cadre pour danser sous les yeux effarés du narrateur. Dans ces deux récits, Théophile Gautier nous emmène au coeur du fantastique, en maître du genre.
    Notions littéraires : un incipit réaliste, le fantastique, la temporalité du récit
    Histoire des arts : le "romantisme noir"
    Contextualisation : rêves, cauchemars, fantômes et démons au XIXe siècle

  • Extrait : "J'avais fait défendre ma porte ce jour-là ; ayant pris dès le matin la résolution formelle de ne rien faire, je ne voulais pas être dérangé dans cette importante occupation. Sûr de n'être inquiété par aucun fâcheux (ils ne sont pas tous dans la comédie de Molière), j'avais pris toutes mes mesures pour savourer à mon aise ma volupté favorite."
    À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN :
    Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants :
    o Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin.
    o Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.

  • Un jeune homme s'apprête à devenir prêtre. Sa vie, jusqu'ici, fut un modèle pour tous. Mais en pleine messe, son regard croise celui d'une femme à la beauté sans égale. Et c'en est fini des convictions inébranlables. Lui qui consacre sa vie à Dieu est prêt à vendre son âme au Diable. Que lui importe alors les avertissements de ses congénères ? Cette femme est un suppôt de Satan, un vampire. La preuve ? Même après sa mort, elle continue de tourmenter le jeune prêtre, qui ne sait plus distinguer le songe de la réalité. Gentilhomme à Venise ou curé de campagne ? Jusqu'où le sortilège le mènera-t-il ?

  • « De Montmartre au Quartier Latin » nous plonge au coeur du Paris littéraire et artistique d'avant la Grande Guerre : d'un côté, ceux de la Butte (Bruant, Lautrec, Degas, Picasso, Utrillo), de l'autre, les « Montparnos » (Apollinaire, Matisse, Derain, Paul Fort...). Ici comme là-haut, on paye ses consommations d'un croquis ou d'une chanson. Viennent les années vingt. Certaines voix se sont tues. Apollinaire, grièvement blessé à la guerre, a été emporté par la grippe espagnole et Modigliani est mort dans la misère. Francis Carco, comme ses amis Max Jacob, Blaise Cendrars, Dorgelès ou Mac Orlan, a eu plus de chance : son talent commence à être reconnu, et l'écrivain se souvient des beaux jours où, dans sa mansarde du quai aux Fleurs, il n'avait pour toute richesse que quelques toiles de Modigliani, dont personne ne voulait... Un savoureux recueil de souvenirs écrit en 1925 par Francis Carco, poète, romancier, et membre de l'Académie Goncourt dès 1937.

  • « Les Jeunes France », c'est le nom que l'on donnait, dans les années 1830, à la jeunesse extravagante et chevelue gagnée à l'art romantique et aux idées contestataires. Dans ce recueil paru en 1833, Théophile Gautier, qui fut l'un des leurs, dépeint avec humour et panache leurs excès de langage, de conduite et de parure. Dialogue de deux ivrognes sur les vertus de leurs maîtresses (Sous la table), vie d'un peintre basculant dans la démence (Onuphrius), portraits de romantiques excentriques (Daniel Jovard, Élias Wildmanstadius), récit déjanté d'une orgie (Le Bol de punch), étude des mérites respectifs de l'amour domestique et de la passion impossible (Celle-ci et celle-là) : ces six « romans goguenards », injustement méconnus, dénoncent la folie de toute folie et marquent, deux ans avant Mademoiselle de Maupin, la véritable entrée de Gautier en littérature.
    À la suite des Jeunes France, cette édition rassemble une série de chroniques parues dans la presse à la même époque, qui témoignent d'un même esprit de dérision : Gautier y évoque les travers du bourgeois parisien, la laideur des acteurs, ou encore l'embonpoint des écrivains...


    Illustration : Virginie Berthemet © Flammarion

  • Théophile Gautier rend un un magnifique hommage à l'un des plus grands maîtres de la poésie moderne et contemporaine.

  • Durant tout le mois d'octobre, achetez cet ebook à -50% ! 2.49EUR au lieu de 4.99EUR !
    Laissez-vous guider pour un merveilleux voyage dans la Russie du XIXe siècle
    Théophile Gautier, (1811-1872), le « fils du soleil », s'émerveille devant les prestiges de la capitale des neiges qu'il appelle « l'Athènes du Nord ». Ébloui par les palais et les cathédrales aux teintes pastel, il glisse en traîneau sur la Perspective Nevski, pénètre dans le Palais d'Hiver et assiste à la bénédiction de la Néva en présence du tsar.
    Texte extrait de Voyage en Russie, 1867.
    Un témoignage saisissant de la main d'un passionné qui nous laisse envoutés par les charmes de Saint-Pétersbourg
    EXTRAIT
    La Néva est un beau fleuve, large à peu près comme la Tamise au pont de Londres ; son cours n'est pas long : elle vient du lac Ladoga, tout voisin, qu'elle déverse dans le golfe de Finlande. Quelques tours de roue nous amenèrent le long d'un quai de granit près duquel était rangée une flottille de petits bateaux à vapeur, de goélettes, de schooners et de barques.
    De l'autre côté du fleuve, c'est-à-dire sur la droite en remontant le cours, s'élevaient les toits d'immenses hangars recouvrant des cales de construction ; sur la gauche, de grands bâtiments à façade de palais, qu'on nous dit être le corps des mines et l'école des cadets de la marine, développaient leurs lignes monumentales.
    A PROPOS DE LA COLLECTION
    Heureux qui comme... est une collection phare pour les Editions Magellan, avec 10 000 exemplaires vendus chaque année.
    Publiée en partenariat avec le magazine Géo depuis 2004, elle compte aujourd'hui 92 titres disponibles, et pour bon nombre d'entre eux une deuxième, troisième ou quatrième édition.
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Théophile Gautier, né à Tarbes le 30 août 1811 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 octobre 1872, est un poète, romancier et critique d'art français. Né à Tarbes, Théophile Gautier est cependant parisien depuis sa plus jeune enfance. Il fréquente Nerval, Victor Hugo, Charles Baudelaire et bien d'autres. Il s'essaie à tous les styles littéraires et voue une passion à la photographie.

  • Avatar

    Theophile Gautier

    Le jeune poète Octave de Saville voue un amour éperdu pour la Comtesse Labinska. Et pourtant! Que faire lorsque celle qu'on désire est déjà mariée à un puissant comte? Octave se meurt, mais la consultation du docteur Balthazar Cherbonneau ravive en lui l'espoir de serrer la comtesse dans ses bras. Le docteur, formé en sciences occultes, propose un échange d'âme avec le Comte Olaf grâce à une machine révolutionnaire. Mais l'expérience vire rapidement au drame...



    Théophile Gautier (1811-1872) est destiné à une carrière de peintre, mais une rencontre décisive avec Victor Hugo lui donne un fort goût pour la littérature. Victor Hugo lui prêtera sa tendance au romantique, qu'il défendra par ailleurs dans la fameuse bataille d'Hernani, le 25 février 1830, contre le classicisme. En 1831, il participe au petit cénacle, cercle littéraire qui lui fait rencontrer Nerval. Il publie cette année là son premier conte fantastique «La Cafetière», genre qu'il utilisera aussi dans «Avatar» en 1856, et «Le Roman de la momie» en 1858. En 1852, il publie «Émaux et Camées», un recueil de vers qu'il continue de travailler jusqu'en 1872. Il lui vaudra l'admiration de Baudelaire qui lui dédie «Les Fleurs du Mal».

  • L'hôtel Pimodan était le lieu d'étrange séances. Les membres du club des haschichins se réunissaient chaque mois dans un salon éclairé de quelques lampes. Un docteur, les narines dilatées, le regard fou, tirait à l'aide d'une spatule des morceaux de pâte verdâtre, et les disposait sur des soucoupes. Chacun mangeait sa part de haschich.

    Parue dans la «Revue des deux Mondes» en 1846, la nouvelle fantastique «Le Club des Haschichins» raconte l'histoire d'un invité, en proie aux hallucinations provoquées par la substance.



    Théophile Gautier (1811-1872) est destiné à une carrière de peintre, mais une rencontre décisive avec Victor Hugo lui donne un fort goût pour la littérature. Victor Hugo lui prêtera sa tendance au romantique, qu'il défendra par ailleurs dans la fameuse bataille d'Hernani, le 25 février 1830, contre le classicisme. En 1831, il participe au petit cénacle, cercle littéraire qui lui fait rencontrer Nerval. Il publie cette année là son premier conte fantastique «La Cafetière», genre qu'il utilisera aussi dans «Avatar» en 1856, et «Le Roman de la momie» en 1858. En 1852, il publie «Émaux et Camées», un recueil de vers qu'il continue de travailler jusqu'en 1872. Il lui vaudra l'admiration de Baudelaire qui lui dédie «Les Fleurs du Mal».

  • Le médecin aliéniste Moreau de Tours, qui a voyagé en Orient, crée en 1844 un club des Haschichins : à l'hôtel de Pimodan, sur l'île Saint-Louis à Paris, mis à sa disposition par un peintre, un groupe d'artistes, d'écrivains et d'esprits curieux se réunit pour consommer la drogue - qui ne se fume pas mais se mange alors sous forme de confiture verte. Parmi eux, Daumier, Dumas, Baudelaire, Delacroix, Nerval, Balzac, Flaubert, et Théophile Gautier qui met en scène ses visions grotesques, paradisiaques ou effrayantes, auxquelles il a ajouté une forte dose de jeu littéraire et d'ironie. Le Club des Haschichins est le récit de ses expériences au cours de l'hiver 1845-1846. Édition établie par Paolo Tortonese.

  • Durant tout le mois d'octobre, achetez cet ebook à -50% ! 2.49EUR au lieu de 4.99EUR !
    Partager les émotions des premiers écrivains-voyageurs et retrouver les racines d'un monde intemporel.
    Théophile Gautier explore l'Andalousie pendant l'été 1840. Son récit est le modèle du voyage romantique, avide d'aventures pittoresques, d'archaïsmes et de mélanges orientaux. À Grenade, il se fait enfermer dans l'Alhambra, visite les tanières des gitans et voyage dans le temps.
    Récit extrait du Voyage en Espagne de Madrid à Jérez, publié en 1843.
    Plongez dans ce récit d'aventures poétique qui offre un portrait de l'Andalousie au 19ème siècle !
    EXTRAIT
    En entrant, vous avez en face de vous, formant le fond du parallélogramme, la salle du Tribunal, dont la voûte renferme un monument d'art d'une rareté et d'un prix inestimables. Ce sont des peintures arabes, les seules peut-être qui soient parvenues jusqu'à nous. L'une d'elles représente la cour des Lions même avec la fontaine très reconnaissable, mais dorée; quelques personnages, que la vétusté de la peinture ne permet pas de distinguer nettement, semblent occupés d'une joute ou d'une passe d'armes. L'autre a pour sujet une espèce de divan où se trouvent rassemblés les rois maures de Grenade, dont on discerne encore fort bien les burnous blancs, les têtes olivâtres, la bouche rouge et les mystérieuses prunelles noires. Ces peintures, à ce que l'on prétend, sont sur cuir préparé, collé à des panneaux de cèdre, et servent à prouver que le précepte du Coran qui défend la représentation des êtres animés n'était pas toujours scrupuleusement observé par les Maures, quand bien même les douze lions de la fontaine ne seraient pas là pour confirmer cette assertion.
    A PROPOS DE LA COLLECTION
    Heureux qui comme... est une collection phare pour les Editions Magellan, avec 10 000 exemplaires vendus chaque année. Publiée en partenariat avec le magazine Géo depuis 2004, elle compte aujourd'hui 92 titres disponibles, et pour bon nombre d'entre eux une deuxième, troisième ou quatrième édition.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Théophile Gautier est un poète, romancier et critique d'art français. Ce maître du récit de voyage, dont s'inspireront tous les grands auteurs du XIXe siècle, lance ici la mode de voyage en Espagne et de l'orientalisme.

  • Militona

    Theophile Gautier

    Au XIXème siècle, à Madrid, don Andrès de Salcedo devait bientôt épouser doña Feliciana de los Rios, une belle femme qui aimait vivre comme l'on vit à Paris. Elle jouait du piano le dos droit, assistait aux vaudevilles, se déplaçait en calèche en tenant un chapeau à la Française. Andrès, lui, ne ratait aucun combat à la Place des Taureaux.
    Un jour, il y croisa le jolie visage de Militona. Dès lors, son coeur ne battit plus que pour elle.
    Mais Juancho, un violent torero, écartait tour à tour tous les prétendants de la belle Militona.

    Dans ce roman d'amour, Théophile Gautier rend grâce à l'Espagne après y avoir entrepris un voyage. C'est là l'expression d'une passion pour la tauromachie, et une histoire à la fois tendre et brutale où le combat est aussi en amour.



    Théophile Gautier (1811-1872) est destiné à une carrière de peintre, mais une rencontre décisive avec Victor Hugo lui donne un fort goût pour la littérature. Victor Hugo lui prêtera sa tendance au romantique, qu'il défendra par ailleurs dans la fameuse bataille d'Hernani, le 25 février 1830, contre le classicisme. En 1831, il participe au petit cénacle, cercle littéraire qui lui fait rencontrer Nerval. Il publie cette année là son premier conte fantastique «La Cafetière», genre qu'il utilisera aussi dans «Avatar» en 1856, et «Le Roman de la momie» en 1858. En 1852, il publie «Émaux et Camées», un recueil de vers qu'il continue de travailler jusqu'en 1872. Il lui vaudra l'admiration de Baudelaire qui lui dédie «Les Fleurs du Mal»

  • Sous Louis XIII, Le Baron de Sigognac s'ennuie dans son grand château en ruine, lorsqu'une troupe de théâtre frappe à sa porte et demande à se loger pour la nuit. Il accepte alors de les accueillir chez lui. Le lendemain, le Baron décide de prendre la route avec eux. Une série d'aventures les attend et le Baron va remplacer au pied levé le comédien qui jouait le Capitaine Fracasse ! Capitaine Fracasse, roman de cape et d'épée paru en 1863, est considéré comme l'un des chefs-d'oeuvre de Théophile Gautier. © Nathan (P)

  • Spirite

    Theophile Gautier

    Ce soir-là, Guy de Malivert, un jeune homme de vingt-huit ans, doit aller prendre le thé chez Mme d'Ymbercourt, une veuve qu'il va bientôt épouser. Mais après un bon dîner, il se sent si bien dans la chaleur de son salon qu'il renonce à se rendre chez elle. Pour s'excuser, il décide de lui écrire.
    Il place devant lui une feuille, trempe sa plume dans un encrier, et commence à rédiger la lettre. À sa grande surprise, sa main, prise de fourmillement, écrit toute seule, comme possédée... Des soupirs glacés, des apparitions - Malivert est en proie au surnaturel.

    Lorsque «Spirite» est publié en 1865, le spiritisme est à la mode. Théophile Gautier fait communiquer les morts et les vivants en un roman où l'amour semble impossible.



    Théophile Gautier (1811-1872) est destiné à une carrière de peintre, mais une rencontre décisive avec Victor Hugo lui donne un fort goût pour la littérature. Victor Hugo lui prêtera sa tendance au romantique, qu'il défendra par ailleurs dans la fameuse bataille d'Hernani, le 25 février 1830, contre le classicisme. En 1831, il participe au petit cénacle, cercle littéraire qui lui fait rencontrer Nerval. Il publie cette année là son premier conte fantastique «La Cafetière», genre qu'il utilisera aussi dans «Avatar» en 1856, et «Le Roman de la momie» en 1858. En 1852, il publie «Émaux et Camées», un recueil de vers qu'il continue de travailler jusqu'en 1872. Il lui vaudra l'admiration de Baudelaire qui lui dédie «Les Fleurs du Mal».

empty