• La pandémie de Covid-19 n'est qu'une des facettes de la crise multidimensionnelle que nous traversons depuis une cinquantaine d'année : crise à la fois financière, économique, sociale et climatique, mais aussi démocratique. Dans ce contexte inédit, face à un système capitaliste à bout de souffle et aux dangers du populisme et des nationalismes, l'économie sociale et solidaire à un rôle clé à jouer : elle est en mesure d'insuffler une véritable transformation de l'économie et de la société, fondée sur les valeurs de solidarité et d'humanité qui lui sont chères.

    Cette transformation est déjà à l'oeuvre. À l'échelle locale (de la Scic Ecooparc, qui développe des projets sociaux environnementaux dans les Vosges, à la coopérative d'activités et d'emplois Coopaname, en Île-de-France), nationale (avec le fournisseur d'énergie verte Énercoop), européenne (la fédération de coursiers à vélo CoopCycle) comme internationale (le Forum international de l'ESS), des initiatives citoyennes innovantes se développent pour répondre aux grands défis contemporains. Mais elles doivent aujourd'hui gagner en ampleur, se réformer, trouver plus que jamais les chemins de l'innovation pour ouvrir la voie à un avenir choisi, répondant notamment aux objectifs de développement durable fixés par l'organisation des Nations unies.

  • Préface (François Hollande)
    Des racines profondes
    Des inspirations plurielles, sources d'expériences convergentes
    La « recherche-action », de l'associationnisme aux coopératives et mutuelles
    Familles et cousinages
    Les principes et les réalités
    Les chemins de la reconnaissance
    Des formes et statuts variables
    Le quintette français. Vers un droit de l'économie sociale et solidaire Innovations et enjeux
    Des contributions spécifiques à la production de biens et de services
    Photographie d'ensemble
    Une approche sectorielle de l'économie sociale
    Élargissement à une perspective européenne et internationale
    De nouveaux financements : publics, participatifs
    Des relations originales avec les acteurs publics et privés
    1980-1990 : l'État reconnaît l'économie sociale
    Pouvoirs publics et associations : un partenariat spécifique et encadré
    Partenariats collectivités territoriales/économie sociale : un élan confirmé
    L'économie sociale et les mouvements syndicaux
    D'une approche sociale à une approche sociétale, mesurable et valorisable
    Évaluation de l'ensemble de l'ESS
    L'évaluation, encore maître mot de la démarche
    Bilan, notation, labellisation... Quelle cohérence entre ces différents instruments ?
    Défis et nouvelles dynamiques
    Être acteur du changement de croissance
    Changer de dimension
    Populariser l'ESS
    Accélérer la transition financière
    Internationaliser l'ESS
    Conclusion
    Annexes
    1. Guide des fédérations et instances de représentation françaises
    2. Guide des fédérations et instances de représentation européennes
    3. Guide des fédérations et instances de représentation internationales
    4. Bibliographie
    5. Liste des sigles
    6. Liste des cartes, figures, tableaux et encadrés

  • Non, répond Thierry Jeantet, les mutuelles, les coopératives et les associations - donc l'Économie sociale - montrent qu'il existe une façon plus solidaire de créer des richesses aussi bien dans la sphère marchande que dans la sphère non marchande. Partout en Europe, on trouve des entreprises, des organisations dans lesquelles prévalent le principe de non-domination du capital et celui du contrôle démocratique : il y aurait d'ailleurs 248 millions de membres de coopérative, de mutuelle ou d'association sur 370 millions d'habitants en Europe ! Ces structures agissent dans les domaines les plus divers : social, culturel, financier, agricole, industriel ou de la pêche... Elles sont encore trop mal connues. Face à de grands défis comme la mondialisation, la transformation du travail et la crise sociale, elles représentent une chance particulière de voir établies les conditions d'une croissance à dimension humaine et, au-delà, de changer la donne en affirmant la primauté du civique et du social sur l'économique et le monétaire. Pour cela, elles doivent à la fois renforcer et moderniser leur identité, faire fructifier leurs propres principes (démocratie, non-lucrativité, solidarité, recherche du meilleur rapport qualité-prix, épanouissement de la personne, etc.), et donc innover. L'auteur campe le paysage de l'Économie sociale sans en esquiver les ombres. Surtout, il en présente une vue dynamique et prospective. À partir de propositions concrètes, il en fait une alternative au système dominant. Il montre que les citoyens acteurs doivent jouer un rôle déterminant dans l'émergence d'une Europe différente, plus attachante, à nouveau porteuse d'avenir. Il prône un peu plus de démocratie en toutes choses.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty