• Uel est le premier film parlant ? Comment se caractérise le néo-réalisme italien ? Comment les premiers effets spéciaux furent-ils réalisés ? Quelles oeuvres du XXIe siècle peuvent-elles être déjà considérées comme majeures ?

    Vingt-cinq historiens du cinéma, critiques, auteurs et enseignants ont participé à l'élaboration de cet ouvrage unique pour nous aider à mieux comprendre l'évolution du cinéma mondial, depuis ses balbutiements jusqu'aux dernières réalisations en 3D.

    - Près de 700 films commentés.
    - 80 entrées thématiques, représentatives de l'histoire du cinéma, présentées en détail.
    - 160 chefs-d'oeuvre incontournables décryptés.
    - Tous les outils indispensables (repères chronologiques, biographies de réalisateurs et d'acteurs, analyses de scènes emblématiques, index).

  • "C'est compliqué de programmer des réalisatrices... Des films de femmes, il y en a peu. Nous choisissons les oeuvres de talent." Halte à cette litanie que l'on entend encore beaucoup trop souvent de la part des programmateurs ! Des films de femmes il y en a, des très bons films aussi et bien plus que cent !
    La date de naissance officielle du cinéma est le 28 décembre 1895. Dès mars 1896, une femme, secrétaire de Léon Gaumont, imaginait son futur en tournant la toute première fiction de l'histoire : La Fée aux choux. Mais comme Alice Guy était très inspirée et très douée, elle a également inventé des effets spéciaux, le ralenti, l'accéléré, les surimpressions, la superproduction et même le gros plan. Quasiment toute la grammaire du cinéma actuel. Elle fut la première cinéaste à tourner des films sonores, des opéras, elle savait faire rire ou pleurer, filmer la guerre ou la vie du Christ, et même fonder et diriger un studio de production américain. Elle reste méconnue, son oeuvre est pourtant extraordinaire.
    A voir comment a été traitée la pionnière la plus prolixe et à la carrière la plus longue (elle tourne jusqu'en 1920), il n'est pas étonnant que toutes celles qui ont suivi ne jouissent pas de la même notoriété que les confrères masculins.
    Il est donc temps de réhabiliter leur place !

    Aussi paradoxal que cela puisse paraître, un tel guide qui recense les meilleurs films réalisés par des femmes depuis les débuts du cinéma n'existe pas encore. Arte éditions et Gründ ont la volonté de publier ce guide précieux pour rendre visibles toutes les femmes de cinéma à tous les cinéphiles.

  • Mon voisin Totoro, Le Voyage de Chihiro, Princesse Mononoke, Le Château ambulant, Nausicaä de la vallée du vent, ... La création du mythique studio Ghibli... Avec l'invention de personnages aussi emblématiques que Totoro, Nausicaä, Princesse Mononoke ou Chihiro, Hayao Miyazaki est l'un des derniers maîtres vivants de l'animation japonaise. Cofondateur et âme vive du studio Ghibli, il fait partie de ceux qui ont donné au film d'animation ses lettres de noblesse, le sortant définitivement d'une niche purement enfantine ou réservée au circuit des courts métrages.
    Capable de s'adresser à un public de tout-petits comme à des adultes, de faire rêver sur grand écran tout en abordant des thèmes comme la préservation de notre environnement ou le pacifisme, Hayao Miyazaki mêle les influences occidentales et la mythologie asiatique comme personne ne l'avait fait avant lui. Féministe, profondément engagé, passionné d'aviation et de mécanique, il réussit à nous entraîner dans ses univers film après film.
    De surprises en émerveillements, ils nous deviennent tous familiers. Monument de l'animation japonaise, il a ouvert la voie à une nouvelle génération de cinéastes, au Japon comme en France, capables de créer comme lui leurs propres univers graphiques et de faire entendre leurs propres voix, leur valeurs. Scénariste, dessinateur, producteur, réalisateur, Hayao Miyazaki est avant tout un créateur de mondes, et le coeur du studio Ghibli.
    Un coeur... à l'ouvrage.

  • Jean-Paul Belmondo se livre. Son enfance marquée par la guerre, sa mère courage, l'atelier de son père sculpteur, ses premières amours. Il nous entraîne dans les pas dilettantes de son service militaire en Algérie. Il nous invite aux comptoirs de la rue Saint-Benoît pour y faire les quatre cents coups avec ses copains de toujours  : Jean-Pierre Marielle, Jean Rochefort, Michel Beaune, Pierre Vernier, Charles Gérard. Il nous fait part de ses joies et ses peines les plus grandes.
    Alors oui,  mille vies valent mieux qu'une.
      Jean-Paul Belmondo se raconte pour la première fois et laisse voir l'homme derrière la légende. Magnifique.  Danielle Attali, Le Journal du dimanche.

    Les souvenirs de famille, de potes et de cinéma, de bêtises et de drames s'égrènent entre rires et larmes pour retracer cette tumultueuse existence. Ghislain Loustalot, Paris Match.

    Une lecture plaisante, qui est aussi une réflexion sur la notion incertaine de talent.  Michel Guerrin, Le Monde.

  • Mémoires

    David Niven

    • Seguier
    • 21 Mai 2021

    S'il fallait décerner un prix d'élégance aux acteurs, alors David Niven recueillerait tous les suffrages. Rarement le complet rayé et le trait de moustache auront été si bien portés à Hollywood, et l'on ne s'étonnera pas que Ian Fleming pût l'imaginer dans le rôle de James Bond. Est-il annoncé au casting d'un film qu'on s'attend à le voir dîner en chemise à plastron, noeud papillon et slippers aux pieds ; avec lui, on pressent surtout les dialogues ironiques et toute la panoplie de l'humour "so british" - ce tranchant de l'intelligence.
    Mais avant la célébrité, Niven aura connu une véritable vie d'aventures. Renvoyé pour indiscipline de plusieurs écoles britanniques, insolent à l'armée, mis aux arrêts pour insubordination, il se gagne la sympathie du geôlier en partageant une bouteille de whisky puis s'échappe par la fenêtre. On le retrouve quelques mois plus tard aux Etats-Unis, versé dans le plagiat littéraire, le commerce de spiritueux, la danse professionnelle et même la course de poneys, avant que le destin se ressaisisse et le pousse vers les caméras des grands studios.
    Ainsi débute une carrière de près de cent films avec, très vite, des rôles principaux. Niven révèle surtout une disposition pour les comédies romantiques où sa souriante désinvolture fait merveille ; il rencontre ensuite le succès international, d'abord grâce à son rôle de Phileas Fogg dans Le Tour du monde en quatre-vingts jours de Michael Anderson (1956), puis avec Les Canons de Navarone (1961) de John Lee Thompson et Les Cinquante-Cinq Jours de Pékin (1963) de Nicholas Ray.
    Parus et traduits en deux volumes dans les années 1970, introuvables en français depuis, ses souvenirs sont ici republiés pour la première fois. Tout refroidit vite, la gloire d'un acteur en particulier. Mais que l'on se rassure dans les librairies : peu de choses sont aussi vivantes qu'une page écrite par David Niven. "Peut-être bien le meilleur livre jamais écrit sur Hollywood". - The New York Times Book Review "Désopilant".
    - The Dailymail "Une lecture hilarante". - The Sunday Telegraph

  • Quand la cérémonie des Oscars a-t-elle été créée ?
    En quoi le passage au cinéma parlant a-t-il bouleversé le cinéma ?
    Quels sont les 10 films les plus cultes ?
    Qu'est-ce qu'un chefopérateur ?
    Pourquoi le Dernier Tango à Paris a-t-il fait scandale ?
    Quelles sont les scènes les plus emblématiques du cinéma d'Almodóvar ?
    Quels sont les 10 plus grands cinéastes de la Nouvelle Vague ?
    Qui fut le premier grand critique de cinéma ?
    Quels sont les chefsd'oeuvre majeurs du cinéma asiatique ?
    En quoi le cinéma français a-t-il révolutionné le film d'horreur ?

    Entre western et mélodrame, pionniers du cinéma hollywoodien et pin-up, le Zapping du cinéma vous offre une balade à travers les plus grands chefs-d'oeuvre d'Alfred Hitchcock, de Federico Fellini et de Martin Scorsese. Des gros plans sur le cinéma asiatique aux éclairages sur les stars du fantastique, cet ouvrage redécouvre des légendes du cinéma, dévoile des pépites moins connues, et vous emmène sur les traces de Charlie Chaplin, de Luc Besson, des frères Coen ou de Jane Campion... Au fil des pages, passez derrière la caméra et arpentez les coulisses du cinéma. Voyagez à travers son histoire, ses genres et ses festivals. Rencontrez ses stars, ses cinéastes, ses studios et ses producteurs. Action !

    - Des textes percutants et fourmillant d'informations.
    - Plus de 500 photographies.
    - Un panorama complet de l'histoire du cinéma.

  • Dans la lignée du Billy Wilder de Camerone Crowe, Bertrand Tavernier enrichit son édition d'Amis américains par des entretiens inédits - notamment avec Alexander Payne, Quentin Tarantino et Joe Dante - et de prestigieux documents iconographiques.

  • Cérémonies, au coeur de l'empire des sens Nouv.

    Célébré comme un chef-d'oeuvre du cinéma, L'Empire des sens est le film le plus connu de Nagisa Ôshima. Connait-on pour autant la vie de la femme des années 30 qui l'inspira : Abe Sada, geisha, prostituée et amante passionnée ? Témoin de l'ouverture et de la modernisation du Japon, du nationalisme et de la seconde guerre mondiale, Abe Sada était une enfant du siècle et son destin hors normes la mènera jusqu'au milieu des années 80.
    Martyre de la condition féminine japonaise, criminelle, et personnalité publique, Abe Sada fut pour Ôshima une héroïne révolutionnaire.
    Retracer l'histoire du film, de sa genèse à sa projection cannoise en 1976 jusqu'à son procès au Japon, est l'occasion de revenir sur la détermination politique d'Ôshima et sa lutte pour la liberté d'expression.

  • Le monde de Miyazaki

    Susan Napier

    Une jungle toxique du 30e siècle, un bain public pour les dieux fatigués, une fille aux poissons aux cheveux roux et un esprit de forêt poilu - qu'est-ce qu'ils ont en commun? Ils jaillissent tous de l'esprit de Hayao Miyazaki, l'un des plus grands animateurs vivants, connu dans le monde entier pour des films tels que Mon Voisin Totoro, Princesse Mononoke, Le Voyage de Chihiro et Le vent se lève.
    Un portrait inoubliable d'un homme dont l'art a défié la domination hollywoodienne et a inauguré un nouveau chapitre de la culture populaire mondiale.

  • Fin 2016, Hayao Miyazaki refait parler de lui alors que la relève semblait assurée avec de dignes successeurs tels que Makoto Shinkai et son film your name. qui bat tous les records, ou encore Mamoru Hosoda... L'animation japonaise est sous les projecteurs ! À l'heure où les activités du Studio Ghibli sont quelques peu latentes mais que tous les yeux restent braqués sur lui, ce mook était une évidence. Le moment est donc idéal pour crier notre amour pour l'animation, en faisant un focus tant mérité sur Ghibli : hommage au studio, ce mook est construit sous forme de rétrospective. Biographies, articles thématiques, chroniques, coulisses... Rien n'est occulté dans cet ouvrage pour mettre en valeur le travail de Ghibli. En bonus inédits, les lecteurs trouveront deux visuels exclusifs du studio et surtout des dessins hommage réalisés par une sélection des meilleurs artistes français en lien avec le Japon !

  • Voici donc le récit complet du film Totoro, montage en BD des images du film éponyme à la manière du roman-photo. On y retrouve la famille Kusakabe, arrivant à la campagne et s'installant dans une maison bucolique près de laquelle s'élève un arbre immense. Mais dans ce dernier, réside Totoro, esprit de la nature bienveillant et protecteur qui va prendre les deux petites filles de la famille sous son aile.
    Emblème à plus d'un titre des studios Ghibli, Totoro est l'oeuvre tutélaire, maîtresse, de la pensée de Miyazaki. S'y incarnent son rapport au monde et à la nature, son sens inné de l'enfance, cet esprit quasi animiste qui traduit la vie en toute chose et qui a porté l'artiste à créer cette ode au retour à la terre.

  • De l'invention des frères Lumières jusqu'à nos jours, cet ouvrage propose, à travers près de 140 rétrospectives consacrées aux différentes facettes de l'histoire du cinéma, des débuts du muet jusqu'à la concurrence des nouveaux écrans en passant par les mutations d'Hollywood, un panorama complet du 7e art : films, réalisateurs, acteurs, mouvements et écoles, genres, studios et producteurs.

    L'iconographie d'une grande richesse (plus de 400 documents d'archives, affiches, portraits ou photos de films), un glossaire technique, les palmarès complets des festivals internationaux, les filmographies des grands réalisateurs et des acteurs majeurs, permettent de construire une véritable mémoire du cinéma du monde entier.

  • Un classique des livres de cinéma, Faire un film se présente à la fois comme les mémoires de Sidney Lumet et comme un guide possible pour aspirant réalisateur. En 13 chapitres, il décrit minutieusement toutes les étapes de la conception d'un film, de la lecture du scénario jusqu'à la sortie en salles. Pour cela, Lumet s'inspire de sa propre expérience, en nourrissant son propos d'anecdotes liées aux tournages de ses films. Il s'agit avant tout du témoignage d'un cinéaste chevronné qui pousse le lecteur désireux de tourner un film à se poser les bonnes questions, comme par exemple :
    Comment choisir un script ? Quelle focale, quel angle de caméra adopter pour telle ou telle scène ?
    Sans jargon et avec humour, Faire un film mêle habilement conseils, analyse, récit, descriptions et anecdotes.

  • Du Voyage dans la Lune de Méliès à Ratatouille de Brad Bird, en passant par des classiques incontournables comme Le Voleur de Bagdad, King Kong, Fantasia, La Grande Vadrouille, E.T. ou L'Étrange Noël de Monsieur Jack, mais aussi en exhumant des pépites célébrées dans les cinémathèques, mais qui restent peu connues du grand public, comme Nanouk l'Esquimau, L'homme qui rétrécit, Les Contrebandiers de Moonfleet de Fritz Lang, L'Argent de poche de François Truffaut ou Le Hérisson dans le brouillard du génial Youri Norstein... 100 grands films pour les petits propose un vaste panorama de ce que les enfants peuvent voir de meilleur et de plus formateur, tant d'un point de vue esthétique que thématique.

    La tranche d'âge à laquelle cet ouvrage s'adresse se situe entre trois ans à huit ans, soit de la maternelle à la fin du CE2, ce qui implique un choix de films qui ouvrent à une poétique de l'image, bien plus qu'à une approche psychologique. Un B.A. BA de la cinéphilie en somme.

    France, États-Unis, Japon, Italie, Russie, Chine, Suède... l'approche sera mondiale et tous les genres, du documentaire à la science-fiction, seront représentés. Avec bien sûr une large place faite au cinéma d'animation, genre-roi, capable, quand il est entre les mains de grands artistes, de faire rêver les enfants et de les éduquer tout à la fois.

    Cette liste établie sans dogme préalable - parce que certains « classiques » du cinéma qui peuvent enchanter encore les adultes risquent d'ennuyer les jeunes spectateurs d'aujourd'hui - propose en revanche des films qui, lors de leur sortie, ont pu manquer de considération par les cinéphiles mais ont su montrer leur force d'émerveillement ou de drôlerie auprès des générations suivantes.

    Tous les films choisis sont accessibles sur le marché, car cet ouvrage entend être un guide pratique, excluant, de fait, les films « invisibles » ou introuvables.

  • Qu'est-ce que le cinéma ?

    André Bazin

    Cette réédition constitue le recueil des principaux articles (parus d'abord en quatre tomes, entre 1958 et 1962) de celui dont l'oeuvre a illuminé cette collection : André Bazin. Son apport reste plus que jamais décisif pour comprendre le cinéma.

  • Hommage à Mon Petit Poney, le vent en croupe Nouv.

    MON PETIT PONEY A 40 ANS ! C'est en 1981 qu'apparaît dans les rayons jouets le tout premier poney pour enfants. Depuis, la firme Hasbro n'a eu de cesse de créer de nouveaux équidés, conçus au fil de quatre générations déjà.Pourtant peu articulées, les figurines ont touché les fans du monde entier depuis quarante ans. À travers une véritable épopée industrielle proposant jouets, dessins animés et produits divers, du plus fonctionnel au plus insolite, l'image des protagonistes évolue avec les époques et les moeurs. Les héros des premières heures ont aujourd'hui fait place à Twilight Sparkle, Applejack, Rainbow Dash et leurs amis, et attiré un public d'adultes nostalgiques comme de curieux découvrant un univers désormais survolté.Au fil de notre mook, parcourez l'histoire haute en couleur de cette saga culte ! À l'aube de la cinquième génération, découvrez comment un concept simple et efficace est devenu un objet de collection puis un phénomène de société grandissant. BIENVENUE À PONYVILLE !

  • Dans L'Anatomie du scénario, John Truby utilise l'image de l'anatomie humaine pour expliquer comment les éléments dramaturgiques s'assemblent afin de constituer une histoire. Par exemple, qu'est-ce qu'un bon TV drama ?
    D'abord, il faut choisir « l'arène » où va se dérouler l'histoire. Et bâtir le réseau de personnages autour de solides liens contraires d'attraction/opposition. Puis tisser l'histoire à partir de l'entrelacement des « lignes de désir » des personnages, les unes ne dépassant pas un épisode (la résolution d'un crime dans Les Experts) tandis que les autres courront sur une ou plusieurs saisons. Reste à définir le ou les genres adoptés - soap opera, comédie, thriller, etc. - et à ménager l'« extensibilité » de la série, autrement dit sa capacité à durer ! Mais encore soigner l'originalité du concept, qui peut passer par une combinaison de différents genres ou par le choix d'une localisation géographique et temporelle inédite, comme l'excellente collision du milieu publicitaire et du New York des années 1960 dans la série Mad Men. Pour finir, peaufiner le développement émotionnel du (des) héros !
    Dans l'abondance de références romanesques et cinéphiles qui nourrissent le manuel de John Truby, J.K. Rowling côtoie James Joyce, et La Guerre des étoiles suit de près Boulevard du crépuscule. Observées de près, les fameuses sept étapes dégagées par John Truby collent aussi bien à la trajectoire du Parrain de Coppola qu'à la progression des héros de la série Six Feet Under ou au retour d'Ulysse dans l'Odyssée d'Homère.
    Concret, documenté, ingénieux et pratique, L'Anatomie du scénario est la bible de tout bon scénariste.

  • Sueurs froides (Vertigo - 1958) est souvent considéré non seulement comme un des meilleurs films de Hitchcock, mais aussi comme un des plus grands chefs-d'oeuvre du cinéma mondial. Réalisé à l'époque où l'ancien système des studios s'effondrait, il incarne les plaisirs visuels prodigieusement séduisants que pouvait offrir « le film hollywoodien classique » tout en dévoilant, grâce à un coup de théâtre recherché, leurs dangereuses zones d'ombre. L'obsession romantique est au coeur du film : Scottie, interprété par James Stewart, poursuit Madeleine/Judy (Kim Novak) jusqu'à sa mort dans un monastère isolé de Californie. Novak y est glaciale, mais vulnérable, Stewart - qui joue là le rôle le plus sombre de sa carrière - avenant en surface, mais abîmé à l'intérieur...
    /> Bien qu'on puisse y voir le film le plus personnel de Hitchcock, Charles Barr affirme que, tout comme Citizen Kane, Sueurs froides consacre en même temps le triomphe non pas du film d'auteur, mais de la création collaborative. Il souligne le rôle crucial qu'ont joué les scénaristes Alec Coppel et Samuel Taylor et, en associant analyse textuelle et contextuelle, examine les raisons pour lesquelles Sueurs froides suscite aujourd'hui encore une telle fascination.
    Dans son avant-propos pour cette édition spéciale, publiée dans le cadre du 20e anniversaire de la série BFI Film Classics, Barr jette un regard neuf sur Sueurs froides. Il procède à la lumière du film muet « perdu » et récemment redécouvert de Hitchcock, The White Shadow (1924) - dont le scénario écrit par le réalisateur exploite lui aussi le thème du double - ainsi que du film muet contemporain à succès The Artist (2011), qui rend explicitement hommage à Sueurs froides dans sa bande originale.

  • Trente années après sa sortie au Japon, Mon Voisin Totoro reste une oeuvre emblématique pour le studio Ghibli. Évidemment, grâce à la créature qui orne le logo du studio, mais surtout parce que ce film reste encore aujourd'hui le meilleur dessin animé que l'on peut faire découvrir aux enfants dès leur plus jeune âge.

    C'est donc par Totoro que nous débuterons cette collection Ghibli, où vous pourrez découvrir les plus grandes oeuvres du studio initié par Miyazaki, via de splendides Art Books, des anime comics et également des pictures books disponibles dans la collection Glénat jeunesse.

  • Place´ sur le devant de la sce`ne par Tim Burton (L'E´trange Noe¨l de monsieur Jack), Nick Park (Wallace et Gromit) ou Wes Anderson (Fantastic Mr. Fox), le stop motion repose sur une technique simple et myste´rieuse a` la fois : elle consiste a` donner l'illusion du mouvement et de la vie a` des objets, des jouets, des marionnettes articule´es, des figurines de pa^te a` modeler filme´s image par image. Des ge´ants venus de l'Est, Ladislas Starewitch, George Pal, Jir?i´ Trnka, l'ont porte´ a` ses sommets. Il a conquis les E´tats-Unis, le Japon et la Chine, a contribue´ a` l'a^ge d'or des effets spe´ciaux, de King Kong a` Star Wars, et s'est invite´ aux riches heures de la te´le´vision. En ouvrant le cine´ma d'animation a` la troisie`me dimension, il a pre´pare´ la voie a` Toy Story avant qu'une nouvelle ge´ne´ration de re´alisateurs, se´duite par son co^te´ «?fait main?», le ple´biscite a` son tour et le re´invente. De Georges Me´lie`s a` Michel Gondry, de Jason et les Argonautes a` Ma vie de Courgette, ce livre est le premier a` dresser un panorama historique, esthe´tique et technique aussi complet de ce continent me´connu du 7e art. Il s'adresse aussi bien au spe´cialiste qu'au cine´phile curieux.

    Xavier Kawa-Topor et Philippe Moins sont spécialistes du cinéma d'animation. Ensemble, ils ont dirigé l'ouvrage collectif Le Cinéma d'animation en 100 films (Capricci, 2016).

  • Les réalisateurs sont les maîtres d'oeuvre d'un film. Cet ouvrage leur est consacré : de Pedro Almodóvar à Zhang Yimou, en passant par Olivier Assayas, Susanne Bier ou encore Guillermo del Toro, dix-sept réalisateurs emblématiques se dévoilent et évoquent leurs méthodes de travail, leur savoir-faire et leur vision, avec passion et générosité.
    Story-boards, carnets de notes et photos tirés de films qui ont jalonné leur carrière illustrent leur propos. L'ouvrage dresse en outre le portrait de cinq grands cinéastes qui ont marqué les générations : Ingmar Bergman, John Ford, Jean-Luc Godard, Alfred Hitchcock et Akira Kurosawa.

    Cinéma Masterclass : destinée aux étudiants et aux professionnels du cinéma, ainsi qu'aux cinéphiles curieux de découvrir les coulisses du cinéma, cette série d'ouvrages a été conçue pour fournir les clés du langage cinématographique et révéler les connexions étroites qui existent entre les divers protagonistes qui oeuvrent à la création d'un film. Chaque volume est dédié à un métier du cinéma à travers les entretiens de grands noms du secteur.

  • Depuis l'arrivée de Goldorak en 1978, la France a été une terre d'accueil - avec parfois quelques heurts - pour l'animation japonaise. Nous avons connu les générations Albator, Dragon Ball, Evangelion, Pokémon, Naruto, etc. Tout au long de ces quarante dernières années, certaines séries se sont distinguées pour leur universalité, mais aussi pour leur singularité. La richesse de la série TV et vidéo d'animation au Japon en fait le premier marché mondial.Notre équipe d'experts, en partenariat avec AnimeLand, a retenu 100 séries d'animation japonaises dans ce recueil. 100 séries qui ont fait l'histoire. 100 séries qui nous réunissent dans notre passion pour l'animation. 100 occasions de comprendre pourquoi les anime se sont imposés dans le monde. 100 nuances de productions, avec ses qualités et ses anecdotes. 100 pistes de visionnages que vous soyez fan d'animation ou curieux de découvrir cet incroyable univers.

    AnimeLand est le premier magazine, tant au niveau historique qu'en diffusion, spécialisé dans le domaine du manga et de l'animation en France. Né en 1991, AnimeLand a été créé par les fans pour les fans. Il est devenu en trente ans un magazine vendu dans toute la France et les pays francophones et est devenu la référence sur le sujet, grâce à sa liberté de ton et son analyse d'experts.

  • Hayao Miyazaki est aujourd'hui le cinéaste d'animation le plus populaire au monde. Il connaît un succès fulgurant au Japon dès ses premiers films avant de donner ses lettres de noblesses à la japanime en Occident. Chacun de ses films est depuis un événement planétaire détrônant au box-office les plus gros blockbusters américains. Son style est immédiatement identifiable par le grand public et son studio Ghibli est une marque reconnue par tous les spectateurs du monde. Il est l'un des rares artistes à être entré de son vivant dans l'imaginaire collectif, imposant en plus de quarante ans de carrière une vision singulière et nuancée du monde, de l'homme et de la société, accessible au plus grand nombre. Hayao Miyazaki, nuances d'une oeuvre propose une lecture précise et originale de son travail pour approcher le véritable propos d'une oeuvre et y découvrir de nouvelles richesses, à travers un beau livre richement illustré.

  • Sorti en 1988, The Big Lebowski d'Ethan et Joel Coen est devenu un film culte et un classique après avoir stupéfié le public. C'est un véritable réservoir à citations, et il a inspiré toute une série de « Lebowski Fests » ainsi que suffisamment d'analyses et d'hommages qui vont du ridicule au déroutant pour remplir une bibliothèque. Cet ouvrage, dont il s'agit de la deuxième édition, comptait parmi les premiers à prendre au sérieux (mais pas trop) les charmes insolites du film, ses prouesses trompeuses et son caractère étonnamment poignant.
    J. M. Tyree et Ben Walters se penchent sur la meilleure performance de la carrière de Jeff Bridges dans le rôle du « Dude », détective marginal embarqué dans une affaire d'enlèvement incroyablement alambiquée. Ils analysent également l'approche impertinente et déconcertante du film vis-à-vis de l'histoire de Hollywood (et en particulier du Grand Sommeil), du décor de Los Angeles et de la masculinité héroïque. Mais surtout, ils défendent son humour hilarant et son attachement désarmant aux choses les plus simples et les plus humaines : l'amitié, le rire et le bowling.
    Dans leur préface à cette édition, les auteurs réfléchissent à la valeur croissante de la philosophie de Lebowski concernant l'anticonformisme bienveillant et l'amitié malgré les différences. Cette nouvelle édition comprend en outre une interview exclusive des frères Coen, révélant l'origine du nom Jeffrey Lebowski.

empty