Nature & Plein air

  • Et si montrer des solutions, raconter une histoire qui fait du bien était la meilleure façon de résoudre les crises écologiques, économiques et sociales que traversent nos pays ?
    En 2012, Cyril Dion prend connaissance d'une étude, menée par vingt-deux scientifiques de différents pays, annonçant la disparition possible d'une partie de l'humanité d'ici à 2100. Cette nouvelle fait à peine l'objet d'un traitement de seconde zone dans les médias. Considérant qu'amplifier le concert des catastrophes ne fonctionne pas, il décide de partir, avec l'actrice-réalisatrice Mélanie Laurent et une petite équipe, découvrir à quoi notre monde pourrait ressembler si nous mettions bout à bout certaines des meilleures solutions que nous connaissons déjà dans l'agriculture, l'énergie, l'économie, l'éducation et la démocratie.
    Villes produisant elles-mêmes leur nourriture et leur énergie, systèmes zéro déchet, entrepreneurs et municipalité créant leur propre monnaie pour empêcher la spéculation et l'accaparement des richesses, peuples réécrivant eux-mêmes leur Constitution, systèmes éducatifs pionniers, ils découvrent partout des femmes et des hommes qui changent le monde.
    En reliant ces initiatives, ils mettent au jour une nouvelle philosophie, une communauté de pensée entre tous ces acteurs qui ne se connaissent pas. Un nouveau projet de société.

  • Face à la crise écologique actuelle, nos actions semblent impuissantes. Mais c'est peut-être qu'on protège mal ce qu'on comprend mal. Nous ne sommes pas des Humains face à la Nature. Nous sommes des vivants parmi les vivants. Nous ne sommes pas face à face, mais côte à côte face au dérobement de notre monde commun. Que devient l'idée de "protéger la nature" quand on a compris que le mot "nature" nous embarquait dans une impasse dualiste, et que "protéger" était une conception paternaliste de nos rapports aux milieux ? Cela devient «raviver les braises du vivant», c'est-à-dire lutter pour restituer aux dynamiques du vivant leur vitalité et leur pleine expression. L'ancienne protection de la nature était confisquée par les experts et les États ; cet ouvrage se penche sur des initiatives qui révèlent un mouvement puissant, qu'il faut accompagner et nourrir : la réappropriation de la défense du tissu du vivant, du soin des milieux de vie. Nous sommes le vivant qui se défend.

  • Yves-Élie Laurent nous accueille dans sa vallée nichée au coeur des Cévennes, où les abeilles prospèrent à l'heure même où elles sont décimées partout ailleurs. Cet apiculteur poète raconte l'élevage, la biologie et l'éthologie des abeilles noires, cette espèce ancienne, frugale et vivace capable de traverser les plus âpres bouleversements climatiques depuis des millénaires. Ce faisant, il nous propose une réflexion poétique sur notre rapport au monde sauvage qui nous entoure.

  • Face à des signaux pourtant alarmants - tensions sur les ressources énergétiques et les matières premières, effondrement de la biodiversité, érosion ou artificialisation accélérée des sols, pollutions généralisées, changement climatique. on cherche à nous rassurer. Les technologies « vertes » seraient sur le point de sauver la planète et la croissance. On nous dit que nous serions à l'aube d'une quatrième révolution industrielle : connectés en réseaux intelligents, nous deviendrons tous producteurs - stockeurs d'énergies renouvelables -, et que les nanotechnologies et les matériaux « bio-sourcés » permettraient de répondre à la pénurie, les « fab lab » et les imprimantes 3D s'apprêteraient à bouleverser le système de production, etc.
    Pour sauver la planète, toujours plus d'innovation, plus de « high tech » et plus de complexité ? Ce livre démontre la fausseté de ces promesses. Il propose, pour sortir de l'impasse, de prendre le contre-pied de la course en avant technologique pour se tourner vers les « low tech », les « basses technologies ». Il ne s'agit pas de « revenir à la bougie », mais de conserver un niveau de « confort » et de civilisation agréables tout en évitant les chocs de pénuries généralisées. Une société soutenable, fondée sur les basses technologies, mobilisera fortement les savoirs, l'innovation et la recherche, mais orientés par des finalités différentes d'aujourd'hui.

    Philippe Bihouix est ingénieur. Il est coauteur de l'ouvrage Quel futur pour les métaux (EDP sciences, 2010), qui traite de la finitude des ressources minières et de son étroite interaction avec la question énergétique.

  • Un manifeste événement ! Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l'eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l'estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises. Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles moteurs ou cérébraux chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L'exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui préfère la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers. Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans ; la moitié des papillons en vingt ans ; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards ; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Rendez-nous nos coquelicots et nos bleuets ! Rendez-nous la beauté du monde ! Non, nous ne voulons plus. À aucun prix. Nous exigeons protection. Nous exigeons de nos gouvernants l'interdiction de tous les pesticides en France. Pas demain. Maintenant. Assez de discours, des actes.

  • A bord des sous-marins est le deuxième titre de la nouvelle collection « A bord », après A bord des frégates qui est paru en juin dernier et a reçu le Prix Marine Bravo Zulu décerné en 2020 par l'ACORAM dans la catégorie « Beau livre ». Ce nouvel opus invite à découvrir en dessin la double épopée des sous-marins, militaire et scientifique.

    Évoluer sous la surface de l'eau pour explorer les fonds marins ou passer inaperçu a depuis longtemps attiré les hommes. Au début par curiosité, mais très vite - l'homme est ainsi fait - à des fins militaires ou pécuniaires. L'apparition des navires cuirassés et des sous-marins à l'époque de l'ère industrielle va bouleverser les combats navals, faisant de la destruction pure et simple des forces ennemies l'objectif premier. La guerre sur mer devient sournoise, l'approche silencieuse et discrète, et c'est au tonnage ennemi coulé que l'on mesure les victoires. Le Hunley (1863) sera le premier sous-marin à couler un navire de guerre. Pendant les deux guerres mondiales du XXe siècle, les sous-marins seront une arme redoutable et les batailles sous-marines décisives, à l'instar de celles de l'Atlantique avec les U-Boote allemands, qui livreront une guerre totale.

    Mais l'histoire des sous-marins n'est pas seulement militaire, elle est aussi scientifique avec l'exploration des fonds sous-marins. Si les terres émergées ne réservent plus beaucoup de surprises, les profondeurs sous-marines restent pour partie Terra incognita ou plutôt Mare incognita. À bord de son bathyscaphe Le Trieste, Auguste Piccard réussit à descendre en 1960 dans la fosse des Mariannes, la plus profonde au monde (plus de 10 900 m).

    Conçu et illustré par deux dessinateurs d'exception, ce bel ouvrage raconte l'histoire des submersibles, depuis les premiers principes physiques posés par Archimède et le tonneau d'Alexandre le Grand au plan des sous-marins nucléaires modernes. À travers plus d'une centaine de dessins, ce sont les grandes pages de l'histoire sous-marine que l'on revisite.

  • Citadine assumée, Jennifer Murzeau est partie vivre une semaine dans les bois, sans eau ni nourriture, pour renouer avec la nature.
    « La crise écologique est aujourd'hui au coeur de nos préoccupations. Mais nous échouons à en prendre la pleine mesure, à la ressentir. Car nos modes de vie n'ont jamais été aussi déconnectés de la nature.
    Alors, j'ai décidé de partir plusieurs jours m'immerger en son sein avec un hamac, un couteau et François, un guide de survie.
    J'ai descendu la Charente en canoë et dormi sur ses rives. J'ai appris à faire du feu avec du bois humide, à me nourrir de plantes bouillies, j'ai renoncé à tuer un ragondin, j'ai vécu au rythme lent de la vie sauvage. Puis, j'ai poursuivi l'aventure, seule, dans les Pyrénées, où j'ai découvert l'immensité et la peur, connu l'orage, la beauté... et l'humilité. J'en suis revenue avec une seule envie : repartir. » J. M.

  • Partout dans le monde, l'abeille accompagne l'homme depuis des millénaires. Cueilleur, éleveur ou voleur, celui-ci s'ingénie partout à l'apprivoiser pour lui soustraire son divin élixir. Et si l'on découvre aujourd'hui son rôle déterminant dans la propagation de la vie, l'approche des us et coutumes qui l'entourent devient aussi le plus passionnant des voyages. A la cime des arbres géants d'Indonésie, sur les falaises du peuple irula en Inde, dans la vallée de l'Omo, en Turquie, au Brésil ou dans le bush australien auprès des étonnantes fourmis à miel, Eric Tourneret nous invite à parcourir les plus fascinantes "routes du miel", aujourd'hui menacées par l'uniformisation mondiale.
    Baroudeur assumé, "le photographe des abeilles" livre ici ses notes de voyages, coécrites avec Sylla de Saint Pierre, et ses plus étonnants clichés, réalisés dans 23 pays depuis une dizaine d'années. Passionné par la biologie et le devenir de ces exceptionnels passeurs de vie que sont les abeilles, il sollicite l'éclairage d'une dizaine de scientifiques de renom sur des aspects méconnus de la démocratie des abeilles tout autant que sur les dangers qu'elles encourent.
    De l'amour des fleurs aux miels rares et précieux du monde, en passant par les abeilles sans dard, les abeilles voyageuses, la nouvelle mode de l'apiculture urbaine ou l'impressionnant frelon asiatique, on côtoie ici, avec le meilleur des guides, la folie du miel ou les plus archaïques traditions apicoles. La fascinante beauté des images et l'imminence des disparitions annoncées font de cet ouvrage le plus saisissant des témoignages jamais produit sur les "filles du soleil".

  • Satiriques, ridicules, mordants, givrés, incorrigibles... : en un mot, indégivrables !

    Ces drôles de petits manchots, dont l'allure humaine, les travers, les convictions en font nos doubles inconséquents, dérisoires et burlesques, habitent une banquise en péril qui évoque notre planète malmenée.

    Des conséquences du réchauffement climatique aux contradictions de nos modèles alimentaires, du poids des lobbies à l'inaction des politiques, entre petites lâchetés et scandales insupportables, c'est toute l'absurdité de nos comportements que Xavier Gorce dénonce ici avec son humour grinçant. Et en pointant nos incohérences, il réveille nos consciences...

  • Et si, au lieu de voir les mouvements zéro déchet, la consommation locale, la récup' comme des limites créant des frustrations, on se mettait à les regarder comme des sources de créativité ? Une reconquête de sa liberté. Et l'air de rien, tout en préparant et en faisant la fête avec ceux qu'on aime, on a avancé, en douceur, vers un mode de vie plus respectueux de la terre. Comment faire ? On mange avec les doigts ou dans des contenants comestibles pour éviter la vaisselle jetable, on boit de la bière locale et du vin naturel qui ne donne pas mal à la tête, on invente des recettes aux légumes pour son barbecue... On peut encore, pour l'occasion, découvrir les initiatives de consigne des bouteilles, aller à la rencontre des producteurs près de chez soi, apprendre à cuisiner les restes...

  • Dans un monde inversé, il est reconnu que les animaux et les plantes ont une vie intellectuelle et sentimentale similaire à celles des humains. La culture occidentale traditionnelle ne subsiste que dans quelques régions françaises où un anthropologue jivaro l'étudie et milite pour sa sauvegarde.

    Ce coffret comprend un ex-libris inédit !

  • Depuis leur apparition, les plantes ont colonisé des milieux de vie variés, se sont adaptées aux sols, aux conditions climatiques et même aux pratiques agricoles.


    Quel lien y a-t-il entre un champ de coquelicot et les pratiques agricoles passées ?
    Pourquoi mon jardin est-il envahit par les liserons ?
    Que nous indique le pissenlit quand il est abondant dans les prairies ?
    Comment se fait-il que les indications thérapeutiques pour soigner l'homme et guérir la terre soient si proches ?


    Autant de questions auxquelles ce livre, le premier d'une série, apporte des réponses.
    Il donne une vision globale et dynamique de l'évolution des sols grâce à la découverte des plantes qui poussent spontanément.
    /> Il apporte des solutions claires et simples à mettre en oeuvre pour permettre aux particuliers comme aux professionnels d'améliorer leurs sols.
    Les usages médicinaux de chaque plante sont indiqués ainsi que les utilisations alimentaires possibles.
    Un cahier de recettes permet de faire ses premiers pas de "cuisinier en herbe" !
    Plus de 1300 photos couleurs permettent d'identifier chacune des 284 espèces présentées pour faire ensuite le bon diagnostic.

  • Dans ce volume 2, illustré par plus de 1500 photos couleurs, Gérard Ducerf vous présente 250 plantes bio-indicatrices supplémentaires.

    Chaque espèce est décrite et illustrée par de nombreuses photos couleur pour mieux la reconnaître et l'identifier. Pour chacune d'entre-elles sont également précisés, ses milieux de vie naturels « biotopes primaires », ses adaptations « biotopes secondaires », ses caractères bio-indicateurs, ainsi que ses propriétés médicinales et sa comestibilité.

    Ce livre est accessible à tous.
    C'est un outil de terrain fait par et pour des gens de terrain, y compris les jardiniers. Le sol est un organisme complexe : nous avons là des bases simples de compréhension et des pistes d'utilisation immédiate.

  • Toute femme, tout homme, tout être humain est appelé à devenir Terrien.
    Nous sommes des êtres naturels enracinés dans le vivant. Face à nos peurs légitimes, à l'état de sidération que provoquent les destructions de la nature que nous constatons désormais de visu, à l'angoisse que nous ressentons devant la catastrophe planétaire en cours, il faut redonner ce sens à nos vies : nous sommes des vivants. C'est notre joie de vivre, la fraternité avec nos semblables, l'amour de la nature, notre harmonie avec l'ensemble du vivant qui peuvent nous permettre de soulever des montagnes, augmenter notre puissance d'agir et abattre l'ordre ancien des Destructeurs.
    L'écologie intégrale entend rassembler autour de son projet par la raison et la conviction, mais aussi par les sentiments et les émotions. Elle va puiser ses forces dans une écologie intérieure qui représente une nouvelle étape de l'évolution humaine. La révolution mentale que nous devons accomplir est d'embrasser l'ensemble du vivant comme étant partie de nous-mêmes.

    Delphine Batho est députée des Deux-Sèvres. Engagée d'abord comme leader lycéenne et vice-présidente de SOS Racisme, elle a été ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, avant d'être limogée brutalement du gouvernement en 2013 pour avoir dénoncé la baisse du budget de l'Écologie. Elle est présidente de Génération Écologie.Dominique Bourg est philosophe, professeur à l'université de Lausanne.

  • Pourquoi ne pas découvrir l'histoire de l'humanité au fil de nos pas? Cette Histoire du monde en 500 marches s'adresse à tous les curieux, randonneurs chevronnés ou historiens casaniers. Grâce à des textes concis, des cartes, des itinéraires et un choix de photos voyageuses, ce livre nous entraîne sur les chemins de notre histoire, de l'aube de l'humanité jusqu'à nos jours.
    Un voyage époustouflant à travers les millénaires...

  • Une bande-dessinée pleine d'humour, nourrie de focus pratiques, pour faire de sa maison un petit cocon écolo et confortable.

    Notre mode de vie occidental est stressant, autant pour nous que pour la planète. Si l'on ne peut pas maîtriser le monde du travail ni le type de société dans lequel on vit, on peut agir sur son environnement immédiat : son chez soi et son quotidien. Comment le rendre simplement peu consommateur en énergie, sain, et très respectueux de l'environnement et de l'homme ? C'est ce que les personnages de cette bande dessinée vont découvrir.

    Comprenant qu'elle doit changer de mode vie au bout d'une énième allergie, la narratrice décide de tout changer, de son alimentation jusqu'à l'organisation de sa maison... Elle peut compter sur les conseils de Cocotte, une poule écolo qui s'est mystérieusement installée dans son jardin. Elle sait quels matériaux utiliser pour isoler sa maison, quels produits cosmétiques éviter et même comment consommer de manière raisonnée. Et si le meilleur ami de notre narratrice, amateur de hamburgers et un peu paresseux, se moque gentiment de cette nouvelle résolution, il se laisse peu à peu tenter par le nid douillet qu'elle se construit.

  • Les tribulations de drôles de poissons dans un futur post-apocalyptique !

    Le 30 mars 2030, une pluie de particules fines s'abat sur la Terre et provoque la « rétroévolution » des hommes qui retournent à l'état de poissons. Raymond Scie, historien, et Brigitte Van Dyck, artiste, nous embarquent dans leurs tribulations sous-marines à la recherche de l'antidote miraculeux capable de leur redonner forme humaine.

    De rencontres en découvertes, ce sont des pans entiers des dérives de l'anthropocène qui surgissent : dérèglement climatique, acidification et pollution des eaux, perturbateurs endocriniens, espèces invasives, perte de la biodiversité... La sonnette d'alarme est tirée mais avec un humour grinçant et poétique !

  • Rencontre au sommet entre la bande dessinée et la peinture de montagne : les cadavres exquis des dessinateurs d'aujourd'hui redonnent vie aux oeuvres alpines des grands peintres classiques.

    La montagne a largement inspiré les peintres des XIXe et XXe siècles, et si leurs oeuvres continuent de nous impressionner, elles ont également trouvé un écho chez des artistes majeurs d'aujourd'hui. Derrière la montagne - La face cachée du tableau propose une synthèse de deux univers passions de la maison Glénat : vingt-sept dessinateurs ont « interprété » vingt-huit tableaux appartenant au Fonds Glénat, à des collectionneurs privés ou aux grands musées alpins. Selon leur fantaisie, leurs références, leurs préoccupations, ils se sont approprié l'envers du décor et ont imaginé ce qui s'est passé avant, pendant, après la scène représentée.
    Que la montagne leur soit familière ou étrangère, ils ont retrouvé les thèmes traditionnels de son imagier : alpinistes en péril, avalanches, troupeaux et bestiaire fantastique, tempêtes et ciels radieux, refuges et chaumières pittoresques, torrents et glaciers et les ont abordés souvent avec humour, parfois avec pessimisme, toujours avec délectation.

    Les peintres d'hier à l'honneur sont Charles BERTIER, Eugène Victor BOURGEOIS, Édouard BRUN, Gustave DORÉ, Émile GODCHAUX, Laurent GUÉTAL, Jean Baptiste Louis GUY, Ernest Victor HAREUX, Paul HELBRONNER, Johan Barthold JONGKIND, Johann WILHELM, Julius KÖHNHOLZ, Karl-Joseph KUWASSEG, Peter Vilhelm Carl KYHN, Gabriel LOPPÉ, Mathias Gabriel LORY, Bénédict MASSON, Alexis Nicolas NOËL, Diodore RAHOULT, Hippolyte RAVANEL, François Edme RICOIS.

    Quant aux dessinateurs contemporains s'étant prêté au jeu : ALFRED, Olivier BALEZ, Fred BERNARD, BOUCQ, BUCHE, CHABOUTÉ, Glen CHAPRON, COSEY, Nicolas DEBON, Jean-Yves DELITTE, DROUIN, ESPÉ, David EVRARD, Amélie FLÉCHAIS, KERAMIDAS, Malo KERFRIDEN, Timothé LE BOUCHER, LOUSTAL, MISS PRICKLY, Mélissa MORIN, PHILAN, Jean-Marc ROCHETTE, Olivier SUPIOT, Didier TARQUIN, TEBO, Ronan TOULHOAT et Olivier VATINE.

    Il en résulte de ces dialogues artistiques vingt-huit diptyques, pour une soixantaine d'oeuvres au total, présentés au couvent Sainte-Cécile à Grenoble dans une exposition conçue par par le Fonds Glénat pour le patrimoine et la création, à découvrir du 6 décembre 2019 au 14 mars 2020.

  • Les Collapsonautes, c'est la vie de deux voisins, deux amis, qui vivent aujourd'hui l'effondrement de notre civilisation et qui nous partagent avec humour leur vie de demain, en 2050.
    Un essai graphique plein de légèreté pour prendre conscience que nous sommes en pleine transition écologique.
    Et qu'il est temps de faire des choix pour que demain existe !

  • Et si les fleurs avaient une sexualité humaine ? Bosc s'amuse de cette idée saugrenue ; il invente un kama sutra, et puis très vite sa fantaisie érotique le pousse à toutes sortes de pirouettes graphiques. Un livre tendre, pudique, d'un érotisme amusé, suggestif mais jamais vulgaire.

  • Et si André Thevet, explorateur né en 1516 à Angoulême, avait rencontré lors de son voyage des créatures gigantesques, loufoques, mignonnes, effrayantes, absurdes ?

  • Venezzia t.1 ; wardelia

    ,

    • Carabas
    • 15 Novembre 2006

    Imaginez un monde à l'éclat bleu et froid, occupé par un océan unique. Imaginez un bout de terre émergé où vivent deux cent millions d'êtres humains répartis, dans un mélange de culture, de luxe et de misère.
    Dans ce monde à l'agonie, étouffé par la surpopulation, écrasé par les déchets et les pénuries de ressources naturelles, nombreux sont ceux qui cherchent refuge dans le Plasma, principale source d'énergie de Venezzia, qui, une fois distillée, devient une drogue.
    D'autres en revanche, se réfugient dans les croyances et légendes comme celle du Wardélia, qui parlerait d'un endroit sur Venezzia où la vie serait préservée, où le Plasma et l'eau douce couleraient à flot.
    Un aristocrate extrémiste d'un gouvernement tout aussi totalitaire croit dur comme fer à cet Eldorado. Il capture deux jeunes ado qui connaîtraient le chemin secret y menant, sans se douter qu'une poignée de gosses des rues courageux, s'organiseraient pour les sauver...

  • Retrouvez toute la magie de plantes de légende dans un luxueux cadeau de fin d'année.

empty