• La situation critique dans laquelle se trouve la planète n'est plus à démontrer. Des effondrements sont déjà en cours tandis que d'autres s'amorcent, faisant grandir la possibilité d'un emballement global qui signifierait la fin du monde tel que nous le connaissons.
    Le choix de notre génération est cornélien : soit nous attendons de subir de plein fouet la violence des cataclysmes à venir, soit, pour en éviter certains, nous prenons un virage si serré qu'il déclencherait notre propre fin-du-monde-industriel.
    L'horizon se trouve désormais au-delà : imaginer la suite, tout en se préparant à vivre des années de désorganisation et d'incertitude. En toute honnêteté, qui est prêt à cela ?
    Est-il possible de se remettre d'un déluge de mauvaises nouvelles ? Peut-on simplement se contenter de vouloir survivre ? Comment se projeter au-delà, voir plus grand, et trouver des manières de vivre ces effondrements ?
    Dans ce deuxième opus, après Comment tout peut s'effondrer, les auteurs montrent qu'un changement de cap ouvrant à de nouveaux horizons passe nécessairement par un cheminement intérieur et par une remise en question radicale de notre vision du monde. Par-delà optimisme et pessimisme, ce sentier non-balisé part de la collapsologie et mène à ce que l'on pourrait appeler la collapsosophie...

    Pablo Servigne, Raphaël Stevens et Gauthier Chapelle ont une (dé)formation scientifique et sont devenus chercheurs in-Terre-dépendants.

  • Face à des signaux pourtant alarmants - tensions sur les ressources énergétiques et les matières premières, effondrement de la biodiversité, érosion ou artificialisation accélérée des sols, pollutions généralisées, changement climatique. on cherche à nous rassurer. Les technologies « vertes » seraient sur le point de sauver la planète et la croissance. On nous dit que nous serions à l'aube d'une quatrième révolution industrielle : connectés en réseaux intelligents, nous deviendrons tous producteurs - stockeurs d'énergies renouvelables -, et que les nanotechnologies et les matériaux « bio-sourcés » permettraient de répondre à la pénurie, les « fab lab » et les imprimantes 3D s'apprêteraient à bouleverser le système de production, etc.
    Pour sauver la planète, toujours plus d'innovation, plus de « high tech » et plus de complexité ? Ce livre démontre la fausseté de ces promesses. Il propose, pour sortir de l'impasse, de prendre le contre-pied de la course en avant technologique pour se tourner vers les « low tech », les « basses technologies ». Il ne s'agit pas de « revenir à la bougie », mais de conserver un niveau de « confort » et de civilisation agréables tout en évitant les chocs de pénuries généralisées. Une société soutenable, fondée sur les basses technologies, mobilisera fortement les savoirs, l'innovation et la recherche, mais orientés par des finalités différentes d'aujourd'hui.

    Philippe Bihouix est ingénieur. Il est coauteur de l'ouvrage Quel futur pour les métaux (EDP sciences, 2010), qui traite de la finitude des ressources minières et de son étroite interaction avec la question énergétique.

  • Citadine assumée, Jennifer Murzeau est partie vivre une semaine dans les bois, sans eau ni nourriture, pour renouer avec la nature.
    « La crise écologique est aujourd'hui au coeur de nos préoccupations. Mais nous échouons à en prendre la pleine mesure, à la ressentir. Car nos modes de vie n'ont jamais été aussi déconnectés de la nature.
    Alors, j'ai décidé de partir plusieurs jours m'immerger en son sein avec un hamac, un couteau et François, un guide de survie.
    J'ai descendu la Charente en canoë et dormi sur ses rives. J'ai appris à faire du feu avec du bois humide, à me nourrir de plantes bouillies, j'ai renoncé à tuer un ragondin, j'ai vécu au rythme lent de la vie sauvage. Puis, j'ai poursuivi l'aventure, seule, dans les Pyrénées, où j'ai découvert l'immensité et la peur, connu l'orage, la beauté... et l'humilité. J'en suis revenue avec une seule envie : repartir. » J. M.

  • Satiriques, ridicules, mordants, givrés, incorrigibles... : en un mot, indégivrables !

    Ces drôles de petits manchots, dont l'allure humaine, les travers, les convictions en font nos doubles inconséquents, dérisoires et burlesques, habitent une banquise en péril qui évoque notre planète malmenée.

    Des conséquences du réchauffement climatique aux contradictions de nos modèles alimentaires, du poids des lobbies à l'inaction des politiques, entre petites lâchetés et scandales insupportables, c'est toute l'absurdité de nos comportements que Xavier Gorce dénonce ici avec son humour grinçant. Et en pointant nos incohérences, il réveille nos consciences...

  • Et si, au lieu de voir les mouvements zéro déchet, la consommation locale, la récup' comme des limites créant des frustrations, on se mettait à les regarder comme des sources de créativité ? Une reconquête de sa liberté. Et l'air de rien, tout en préparant et en faisant la fête avec ceux qu'on aime, on a avancé, en douceur, vers un mode de vie plus respectueux de la terre. Comment faire ? On mange avec les doigts ou dans des contenants comestibles pour éviter la vaisselle jetable, on boit de la bière locale et du vin naturel qui ne donne pas mal à la tête, on invente des recettes aux légumes pour son barbecue... On peut encore, pour l'occasion, découvrir les initiatives de consigne des bouteilles, aller à la rencontre des producteurs près de chez soi, apprendre à cuisiner les restes...

  • Une bande-dessinée pleine d'humour, nourrie de focus pratiques, pour faire de sa maison un petit cocon écolo et confortable.

    Notre mode de vie occidental est stressant, autant pour nous que pour la planète. Si l'on ne peut pas maîtriser le monde du travail ni le type de société dans lequel on vit, on peut agir sur son environnement immédiat : son chez soi et son quotidien. Comment le rendre simplement peu consommateur en énergie, sain, et très respectueux de l'environnement et de l'homme ? C'est ce que les personnages de cette bande dessinée vont découvrir.

    Comprenant qu'elle doit changer de mode vie au bout d'une énième allergie, la narratrice décide de tout changer, de son alimentation jusqu'à l'organisation de sa maison... Elle peut compter sur les conseils de Cocotte, une poule écolo qui s'est mystérieusement installée dans son jardin. Elle sait quels matériaux utiliser pour isoler sa maison, quels produits cosmétiques éviter et même comment consommer de manière raisonnée. Et si le meilleur ami de notre narratrice, amateur de hamburgers et un peu paresseux, se moque gentiment de cette nouvelle résolution, il se laisse peu à peu tenter par le nid douillet qu'elle se construit.

  • Les tribulations de drôles de poissons dans un futur post-apocalyptique !

    Le 30 mars 2030, une pluie de particules fines s'abat sur la Terre et provoque la « rétroévolution » des hommes qui retournent à l'état de poissons. Raymond Scie, historien, et Brigitte Van Dyck, artiste, nous embarquent dans leurs tribulations sous-marines à la recherche de l'antidote miraculeux capable de leur redonner forme humaine.

    De rencontres en découvertes, ce sont des pans entiers des dérives de l'anthropocène qui surgissent : dérèglement climatique, acidification et pollution des eaux, perturbateurs endocriniens, espèces invasives, perte de la biodiversité... La sonnette d'alarme est tirée mais avec un humour grinçant et poétique !

empty