Lefranc T.23 ; l'éternel Shogun Lefranc T.23 ; l'éternel Shogun
Lefranc T.23 ; l'éternel Shogun
Lefranc T.23 ; l'éternel Shogun

Lefranc T.23 ; l'éternel Shogun

À propos

Au tout début des années 50, accueilli par les services culturels du palais impérial, Lefranc est en reportage à Tokyo au Japon, toujours occupé par les forces américaines après la défaite de 1945.
Mais sa mission tourne court.
À peine est-il arrivé qu'il est témoin d'un vol au musée de l'Empereur. Malgré son intervention, les voleurs - dont l'un, capturé, se suicide sous ses yeux - parviennent à s'emparer de l'armure de guerre du dernier shogun. L'événement est grave, car l'armure est le symbole du clan Tokugawa, soumis par l'Empereur à la fin du XIXe siècle. Humiliés, ces héritiers de la vieille aristocratie des samouraïs rêvent de reprendre le combat, surtout depuis que l'Empereur a capitulé à son tour devant les Américains.
La possession de l'armure pourrait être le déclic qu'ils attendent, aidés dans leurs projets par un groupe de fanatiques nazis rescapés de la Seconde Guerre mondiale. Galvanisés eux aussi par le désir de revanche, ils viennent, à bord d'un sous-marin, de débarquer clandestinement une arme secrète dans l'archipel. Lefranc va avoir affaire à très forte partie

Rayons : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Tout public > Action / Aventures

Rayons : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Tout public > Policier / Thriller

  • EAN

    9782203031883

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    48 Pages

  • Longueur

    30.3 cm

  • Largeur

    22.6 cm

  • Épaisseur

    0.7 cm

Jacques Martin

Né à Strasbourg en 1921, Jacques Martin se découvre très tôt une passion pour le dessin et pour l'histoire. Il entre aux Arts et Métiers où il reçoit une formation purement technique. Il en reconnaîtra plus tard les vertus, dont une certaine rigueur, qui contribuera à faire de lui -avec Hergé et Jacobs- l'un des trois représentants majeurs de l'école dite "de Bruxelles". En 1946, il part en Belgique et fait le tour des éditeurs avec son carton à dessin. Alternant illustration et bande dessinée, il s'associe avec un graphiste nommé Leblicq - d'où le pseudonyme Marleb, qu'il continuera d'utiliser quelques temps. Il crée Monsieur Barbichou, Oeil de perdrix et Le hibou gris, dont la suite, Le sept de trèfle, peut être considérée comme un brouillon de La grande menace. Il conçoit un projet de journal pour les jeunes baptisé Jacky, qui ne verra jamais le jour (le premier numéro de Tintin est en train de sortir). C'est dans Tintin qu'il crée Alix en 1948, et Lefranc en 1952. Il entre aux studios Hergé en 1953, où il restera dix-neuf ans pendant lesquels il travaillera sur diverses aventures de Tintin, et publiera sept Alix et trois Lefranc. Dans la décennie suivant sa séparation d'avec les studios, il accélère le rythme avec neuf Alix et quatre Lefranc. En 1984, il concrétise deux rêves anciens - Jhen, l'histoire d'un compagnon d'armes de Gilles de Rais, avec Pleyers, et Arno avec Juillard. En 1991, il crée Orion et scénarise Kéos. Cultivant une sorte de compagnonnage, il s'entoure de nouveaux collaborateurs pour créer Les Voyages d'Orion, série consacrée à la reconstitution des grands sites antiques. En 1996, il publie le 20ème Alix, intitulé Ô Alexandrie, avec Rafaël Morales. Jehanne de France et L'or de la mort, deux aventures initialement parues sous le label Xan aux éditions du Lombard, paraissent en 1998 et rejoignent leur place dans la collection Jhen chez Casterman. En 1999, Kéos intègre le catalogue Casterman. A cette occasion les deux premiers albums sont réédités et Le veau d'or, dessiné en 1994, publié pour la première fois.

Thierry Robberecht

Né le 11 février 1960 à Bruxelles, THIERRY ROBBERECHT édite son premier roman chez Casterman. Écrivain et scénariste de bande dessinée, Thierry Robberecht a écrit de nombreux romans pour la jeunesse, et des livres pour enfants illustrés par Philippe Goossens.

empty