À propos

L'Apocalypse ne pouvait pas renaître sans reprendre le gigantesque chantier de publier en volumes l'une des meilleures chroniques journalistiques du XXe Siècle. Les « Lundis » de Delfeil de Ton sont parus chaque semaine dans le Nouvel Obs entre 1975 et 2020. Ce tome 2, qui reprend les chroniques de 1978 et 1979, paraît dix ans après le tome 1, mais que représentent dix ans face à la carrière d'un DDT (né en 1934) ? Venu d'Hara Kiri et de Charlie Hebdo, Delfeil de Ton a amené dans les pages de l'Obs un esprit corrosif et contestataire ainsi qu'un style lumineux et acéré. Il est alors de tous les combats contre les obscurantismes : il est féministe, contre la peine de mort et la censure, toujours vigilant face aux excès de la police, de l'armée ou de la religion ; il est aussi le premier à reconnaître dans la presse l'importance d'une révolution graphique comme celle de Bazooka. Les grandes nouvelles internationales, les faits divers provinciaux, les publications du moment, forment pour lui une même matière d'où tirer une littérature aussi humoristique qu'historique, car aucune chronique ne peut nous retracer aussi bien les années Giscard... qui ressemblent beaucoup aux années Macron. Couverture inédite de Siné. Préface de Pacôme Thiellement.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences politiques & Politique > Sciences politiques généralités > Faits de société / Actualité


  • Auteur(s)

    Delfeil de Ton

  • Éditeur

    APOCALYPSE

  • Distributeur

    BELLES LETTRES

  • Date de parution

    21/10/2022

  • EAN

    9782367310244

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    352 Pages

  • Longueur

    19.6 cm

  • Largeur

    14.6 cm

  • Épaisseur

    2.7 cm

  • Poids

    606 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Delfeil De Ton

Delfeil de Ton entre dans les ordres, au sein de la Confrérie du Square, en 1967. Il restera fidèle à Hara-Kiri jusqu'à la disparition du saint journal en 1986. Éditorialiste de Charlie hebdo de 1970 à 1975 (le plus virulent que l'hebdomadaire ait jamais connu), il écrira ensuite pour Libération, Psikopat, L'Autre Journal, Histoires littéraires, Siné hebdo, et bien sûr Le Nouvel Observateur (où il signe toujours « Les jeudis de DDT »). Auteur en outre d'un étonnant pastiche d'Histoire d'O, intitulé Mon cul sur la commode (Christian Bourgois, 1975), il n'avait plus publié de livre depuis trente-cinq ans.

empty