Thoreau ; la vie sublime

Thoreau ; la vie sublime

,

À propos

Mars 1845. Henri David Thoreau est revenu à Concord, Massachusetts, son village natal. Endeuillé par la mort de son frère, lassé des grandes villes et d'une société trop rigoriste pour le laisser pratiquer l'enseignement tel qu'il l'entendait, le poète philosophe a choisi de revenir à une vie simple, proche de la nature, entre les quatre murs qu'il s'est bâti. C'est dans ce cadre qu'il écrira les essais qui feront de lui une des figures marquantes du XIXe siècle américain, dont les idées trouvent encore un écho, chaque jour plus actuel.
Après Nietzsche, Maximilien Le Roy nous prouve une nouvelle fois combien la philosophie d'un homme est intimement liée à sa biographie. Une plongée dans la vie et la pensée d'un philosophe américain majeur !
Mars 1845. Henri David Thoreau, lassé des grandes villes et d'une société trop rigoriste pour le laisser pratiquer l'enseignement tel qu'il l'entend, le poète philosophe choisit de revenir à une vie simple, proche de la nature, dans son village natal. C'est dans ce cadre qu'il écrit les essais qui feront de lui une des figures marquantes du XIXe siècle américain, dont les idées trouvent plus que jamais un écho aujourd'hui.



Rayons : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Ados / Adultes > Documentaire / Société

  • EAN

    9782803631001

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    88 Pages

  • Longueur

    31.8 cm

  • Largeur

    22.7 cm

  • Épaisseur

    1.5 cm

  • Poids

    686 g

  • Distributeur

    Mds

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Relié  

A. Dan

  • Naissance : 5-4-1970
  • Age : 51 ans
  • Pays : France
  • Langue : Francais

A. Dan n'est pas le nom du premier homme, mais bien un illustrateur dessinateur de talent, qui se consacre aujourd'hui entièrement à sa passion. On pourrait dire qu'il ressemble quelque peu à son homonyme, son travail étant souvent entier et engagé. Il a entre autres, publié "Tahya El-
Djazaïr", avec Laurent Galandon, un diptyque sérieusement documenté sur la guerre d'Algérie, ou encore "Pour un peu de bonheur", mettant en scène un poilu face aux difficultés du retour à la vie civile. Plus impertinent qu'Adam cependant, et sans doute avec un peu plus d'humour aussi, il estime que le premier homme est surtout « le gars le plus bête de la création : sans lui nous serions encore au chaud à gambader nu dans l'herbe verte avec pléthore de naïades ». Un petit air subversif et indiscipliné... Que l'on retrouve aujourd'hui dans son nouvel album "Thoreau ; La vie sublime", scénarisé par Maximilien Le Roy, narrant la pensée de ce philosophe indigné, si enclin à la « désobéissance civile » justement.

Découvrez une sélection de pages intérieures 1 2 3 4
empty