À propos

Fidèle à son credo de bêtise et de méchanceté, le journal Hara-Kiri s'est joyeusement évertué à éreinter la moralité et les valeurs sociales les plus élémentaires. Un projet essentiellement motivé par la dénonciation obstinée de l'hypocrisie ambiante tricotée d'exclusions sociales. Au cours de ces vingt-cinq années d'existence (septembre 1960-décembre 1985), il n'est donc pas un numéro de cet ovni de la presse qui ne s'applique à ajouter une pierre à son entreprise de destruction des tabous. Objectif ? Dépasser les limites du supportable pour réveiller les consciences endormies en visant prioritairement les plus faibles, les plus démunis, les plus éprouvés... Voilà ici réuni "le pire " de Hara-Kiri, l'épicentre de sa légende où le trivial se mêle à l'irrespect le plus radical, un cocktail bien frappé, relevé à l'occasion d'un filet de scatologie car ce serait franchement dommage de s'en priver. Handicapés, chômeurs, personnes âgées et enfants figurent donc au premier plan des victimes de ce mauvais goût militant. Oui, le journal ose préconiser "le sac-poubelle à vieux" (pour des trottoirs propres) et la tronçonneuse (pour une peine de mort plus humaine). II recommande aussi d'apprendre le caniveau aux femmes (puisqu'elles sont des chiennes) et envisage de compléter l'usage du rouge à lèvres par celui du "rouge à cul". Pour Choron, Cavanna et Gébé, entourés de Wolinski, Reiser, Delfeil de Ton, Berroyer et Gourio, rien ne sera jamais assez fort pour se marrer, ni trop violent pour dénoncer leur dégoût des machos, des pédophiles, des conformistes, en bref de tous les égoïsmes et inhumanités. Mais ce n'est pas tout: Hara-Kiri a été aussi une force de proposition concrète invitant ses lecteurs à descendre dans la rue pour pratiquer la " Hara-Kiri attitude ", en leur proposant une série de cartes: la Carte de flic, la Carte bleue tout à l'oeil, la Carte officielle de con, etc. Ces cartes (8 au total), à détacher, reproduites en fac-similé, sont insérées dans ce livre.


Rayons : Littérature > Humour


  • Auteur(s)

    François Cavanna, Delfeil de Ton, Georges Wolinski, Jackie Berroyer, Jean-marie Gourio

  • Éditeur

    Hoebeke

  • Distributeur

    Sodis

  • Date de parution

    21/10/2010

  • EAN

    9782842303921

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    192 Pages

  • Longueur

    30.5 cm

  • Largeur

    23.5 cm

  • Épaisseur

    1.9 cm

  • Poids

    1 308 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

François Cavanna

De père italien et de mère nivernaise, Cavanna, disparu le 30 janvier 2014 à 90 ans, était né à Nogent-sur-Marne. Après son brevet élémentaire, un premier emploi à seize ans, trieur aux PTT. 1940 : l'exode. Cavanna est vendeur sur les marchés, apprenti maçon... avant d'être requis pour le STO. À partir de 1949, il commence une carrière de dessinateur puis de journaliste, qui le mènera à Hara-Kiri et Charlie Hebdo. Des Russkoffs (Belfond, prix Interallié 1978) à Lune de Miel (Gallimard, 2011), il signe récits et des essais corrosifs dont De Coluche à Mitterrand (l'Archipel, 1993) et La Belle Fille sur le tas d'ordures (l'Archipel, 1991).

Delfeil De Ton

Delfeil de Ton entre dans les ordres, au sein de la Confrérie du Square, en 1967. Il restera fidèle à Hara-Kiri jusqu'à la disparition du saint journal en 1986. Éditorialiste de Charlie hebdo de 1970 à 1975 (le plus virulent que l'hebdomadaire ait jamais connu), il écrira ensuite pour Libération, Psikopat, L'Autre Journal, Histoires littéraires, Siné hebdo, et bien sûr Le Nouvel Observateur (où il signe toujours « Les jeudis de DDT »). Auteur en outre d'un étonnant pastiche d'Histoire d'O, intitulé Mon cul sur la commode (Christian Bourgois, 1975), il n'avait plus publié de livre depuis trente-cinq ans.

Georges Wolinski

Né en 1934 d'une mère franco-italienne et d'un père polonais, venu en France à l'âge de treize ans, Georges Wolinski rejoint dès 1960 l'équipe de "Hara Kiri", dirigée par Cavanna et le Professeur Choron. Après la courte expérience de "L'Enragé" au coté de Siné, il devient après 68 l'un des piliers de "Hara-Kiri Hebdo" puis de "Charlie Hebdo". Il participe également à l'aventure de "Charlie Mensuel", dont il est le rédacteur en chef de 1970 à 1981. « Charlie. Le seul journal de bandes dessinées lu par des gens capables de lire autre chose que des bandes dessinées ». A partir des années 80 Wolinski travaille pour différents quotidiens ou magazines comme "L'Humanité", "Libération", "Le Nouvel Observateur" ou "L'Echo des savanes". "Je suis un dessinateur de presse avant tout, un chroniqueur de l'actualité, de la politique, du temps qui passe. Je suis des leurs mais pas tout à fait, ainsi je comprends que tant d'autres, vrais de vrais bédéistes purs et durs, soient passés avant moi'. Il est encore aujourd'hui le dessinateur-chroniqueur du "Journal du Dimanche", de "Paris Match" et bien sûr de "Charlie Hebdo". Celui qui se dit d'abord dessinateur de presse, mais qui a quelque 80 albums à son actif, des compilations de dessins d'actu et vraies BD, comme les célèbres aventures érotico-farfelues de Paulette (dont il est le scénariste), a été couronné par le Grand Prix du 32ème festival d'Angoulême en 2005. Son dernier opus à paraître (toujours prépublié dans "L'Echo des Savanes") revient sur sa vie et ses choix au long de sa carrière de dessinateur : Pitié pour Wolinski !

Georges Wolinski nous a quittés le 7 janvier 2015 lors de l'attentat qui a frappé la rédaction de Charlie Hebdo.

Jackie Berroyer

Né à Reims le 24 mai 1946
A l'origine dessinateur industriel, Jackie Berroyer devient au milieu des années 70 critique de rock pour Charlie-Hebdo, puis Libération, Rock&Folk ou encore Actuel. A partir des années 80, sa plume caustique, son flegme et sa bonhomie lui valent d'être très sollicité dans le milieu du cinéma par les réalisateurs en quête de dialogues incisifs. Mais c'est surtout grâce à ses interventions de standardiste décalé dans l'émission-phare de Canal +, 'Nulle part ailleurs', qu'il accède à la popularité au milieu des années 90. Touche-à-tout, Jackie Berroyer est également écrivain et publie en 1992 'La Femme de Berroyer est plus belle que toi, connasse', qui sera adapté au cinéma sous le titre 'Tempête dans un verre d'eau'. A l'écran, ses rôles en tant qu'acteur le montrent tantôt doux-dingue, tantôt prof de philo maladroit et indécis, souvent humoriste désabusé ; Jackie Berroyer s'impose comme une figure marquante du jeune cinéma d'auteur français. En 2005, l'acteur incarne un nouveau rôle à sa mesure dans le thriller belge 'Calvaire', où il ose une stupéfiante composition d'aubergiste psychopathe. Chroniqueur sur Canal +, scénariste et écrivain confirmé, comédien, cet artiste complet monte sur les planches début 2006, dans 'Ma Vie de jolie fille', spectacle mi-parlé, mi-chanté où il étale tout son talent, seul en scène.

Jean-Marie Gourio

Ancien rédacteur en chef de Charlie Hebdo, Jean-Marie Gourio est célèbre pour ses Brèves de comptoir, best-seller vendu à plus de un million d'exemplaires. Il est également l'auteur de romans, tous parus chez Julliard : Chut ! (1998), L'Eau des fleurs (1999), Apnée (2005), Alice dans les livres (2006), Un café sur la Lune (2011) et Sex toy (2012).

empty